CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Afghanistan : flagornerie envers l’Islam conseillée à nos soldats ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe MULLER
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Afghanistan : flagornerie envers l’Islam conseillée à nos soldats ?   Lun 17 Jan 2011 - 19:28

Armees.Com 17 janvier 2011 a écrit :

Citation :
La lecture, sur secret défense, d’un article consacré à la conduite à tenir des militaires français en terre d’Islam, prônant « déférence » et « bienveillance » a plus qu’attiré notre attention. Nous avons voulu en savoir plus ; nous n’avons pas eu à chercher bien loin pour avoir confirmation.

Ordre laïcide ?

Le document de référence a été écrit par un aumônier et est corroboré par des sources fiables. Qu’y apprend-on ? Et bien qu’il faille faire preuve de bienveillance envers l’Islam et ne pas heurter les coutumes s’y rapportant, telle que, entrons tout de suite dans le vif du sujet, celle qui oblige toute femme à se voiler pour ne pas choquer. Sauf que, la femme en question est une sous-officier féminin du contingent français et que l’ordre émane d’un officier supérieur du même contingent. Ordre clair : port du voile ! Enfin du chèche, mais l’acte de se couvrir la tête pour ne pas heurter la sensibilité musulmane lui a bien été donné. D’où vient la consigne, de qui émane-t-elle ? En prenant connaissance de ces faits, et en ayant eu confirmation par ailleurs, on peut s’interroger sur la grandeur de la mission et du bien fondé de l’exigence de soumission et d’humiliation imposée à cette militaire française. Ordre que nous qualifions, de notre côté, d’infecte flagornerie.
La chasse aux petites libertés qui pourraient choquer les Afghans est ouverte ; profil bas et surtout pas d’embêtements avec l’Islam : oubliez les Lumières, en Afghanistan on s’incline devant les barbus c’est, en substance les consignes données à nos militaires.

Cérémonie militaire troublée

Pendant qu’on rendait hommage à un légionnaire tué, drapeau français dans le vent, militaires au présentez-armes, minute de silence, des dignitaires locaux invités aux cérémonies sont restés assis plaisantant bruyamment entre eux. Il est même rapporté que certains, fort nombreux, se sont rapidement portés vers le foyer des soldats pour écluser bière sur bière n’oubliant pas d’en provisionner, au passage, les larges poches de leurs burnous.

Nos militaires se battent déjà dans des conditions difficiles. Ils risquent leurs vies en permanence. Faut-il, en plus, leur imposer des consignes qui nous déshonorent tous ?

Louis Pinou

Note de la rédaction : L’histoire du chèche est symptomatique de la situation mais, coutume oblige, ce n’est pas trop grave à condition qu’il s’agisse d’un alignement sur les us et non sur le Coran. Plus grave, car humiliante, la conduite des notables à l’encontre de nos militaires rendant les honneurs à l’un des leurs pour que les Afghans se libèrent du joug taliban. La bière ingurgitée est peut être une manière de nous rendre la réciprocité : respect de nos us et ... coutumes...
17 janvier 2011
Revenir en haut Aller en bas
Philippe MULLER
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Afghanistan : un "padre" catholique dénonce la "déférence" envers l'Islam au sein de l'armée française   Lun 17 Jan 2011 - 19:48

marianne2.fr Rédigé par Jean-Dominique Merchet le Dimanche 16 Janvier 2011 à 11:49 :

Citation :


Dans un document de plusieurs pages (qui n'est pas un compte-rendu officiel), dont nous avons eu connaissance, un aumonier catholique dénonce la "déférence" et de "bienveillance" envers l'Islam qui est exigée des militaires français servant en Afghanistan. Ce "padre", l'abbé Benoit Julien de Pommerol, a séjourné en Afghanistan (Surobi) au premier semestre 2010 avec le 2ème Regiment étranger de parachutistes.

"Il y a en Afghanistan une volonté de l'armée française de créer un état d'esprit tout à fait déférent et bienveillant face à l'islam, écrit-il dans son rapport de fin de mission. Une crainte presque servile de déplaire à l'islam. Les informations, consignes, et règles de vies qui nous sont données sont parsemées de détails visant surtout à respecter la république islamique d'Afghanistan dans ses coutumes et ses lois. Ses consignes ne seraient jamais données en France car elles choqueraient les mentalités. Mais sous prétexte que "ils sont chez eux", nous assistons à une démission de l'intelligence, une trahison de l'esprit, un bannissement effrayant de la conscience".

Plusieurs affaires pénibles ont provoquées de vrais conflits. Notamment, celle du "voile". En mars 2010, un sergent-chef féminin, A.R., a reçu l'ordre du lieutenant colonel M. de se voiler alors qu'elle se promenait nue tête, afin "de ne pas choquer les Afghans". Elle a du se couvrir avec son chèche. Le "padre" considère qu'il s'agit d'un "ordre illégal" puisque le sergent-chef a été "obligée d’observer un usage avilissant" : "le fait d’imposer un usage de la religion musulmane à une personne qui n’est pas de cette religion et qui le refuse porte atteinte à sa liberté.(...) Il s’agit ici d’un viol de conscience, mêlé d’une infraction grave à la laïcité".

Autre épisode "très douloureux" : celle de la présence d'Afghans aux cérémonies militaires organisées à la suite de la mort de légionnaires au combat. "Lors de l’enterrement du caporal Hutnik, de nombreux maleks et autres dignitaires locaux étaient présents à la prise d’armes. Tous sont restés assis, discutant et plaisantant durant la cérémonie. A la fin de la prise d’armes, plusieurs personnes, légionnaire et sous officiers sont venu me voir pour « me confier une mission », me disaient-ils. « Padre, si on meurt ici, on ne veut pas de ces gens à notre enterrement". Parmi les hommes qui effectuent cette démarche se trouvait le sergent Ryguiel, qui sera tué quelques semaines plus tard, dans des circonstances tragiques alors racontées sur ce blog. Or, des Afghans furent à nouveau conviés à la prise d'armes organisées pour lui rendre hommage : "En guise d’union à notre deuil, la moitié des afghans est arrivée en retard à la prise d’armes, et l’autre moitié est allé directement à l’ordinaire pour s’assoir devant les portes en attendant que ça ouvre pour le pot qui suivait la prise d’armes, afin donc de boire des bières jusqu’à plus soif et d’en emporter autant que leurs poches le leur permettaient", lit-on dans ce document, qui cite l'expression employée par les légionnaires à propos des "cireurs de babouches".

Voilà ce qu'il s'appelle ne pas mettre son drapeau (ou sa croix) dans sa poche. Le padre semble toutefois avoir eu quelques difficultés relationnelles avec la hiérarchie militaire, notamment dans ses déplacements ou l'aménagement d'un lieu de culte catholique. Le même avait déjà eu quelques problèmes lors d'un précédent séjour au Kosovo en 2003. Ce prêtre para avait fait l'objet d'un long reportage dans le Figaro magazine de juin dernier, que l'on peut lire ici .
L'aumônerie catholique aux armées, qui a eu connaissance de ce texte polémique, s'est saisie de l'affaire. Certains estiment que l'abbé Julien de Pommerol est "un peu trop militaire et pas assez aumônier" et qu'il a du mal à "situer son rôle" sur le terrain.

(Photo : Sébastien Dufour/Figaro magazine)
Revenir en haut Aller en bas
Philippe MULLER
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Afghanistan : les légionnaires l'appellent «Padre»    Lun 17 Jan 2011 - 21:34

lavieautrement.blogspot.com 17.1.11 a écrit :

[quote]
Il est aumônier, il court et saute en parachute avec les bérets verts du 2e REP. Ce qui a vite fait de lui une figure aussi populaire que respectée dans ce régiment d'élite qui vient encore de perdre un homme la semaine dernière. Refusant les demi-mesures et les compromis, le père de Pommerol a tout du curé de combat.

En d'autres temps, le père Benoît Jullien de Pommerol aurait fait un parfait martyr, dans le genre de Thomas Beckett ou de sir Thomas More, admirables autant qu'insupportables d'intransigeance, se heurtant sans cesse à un monde trop prompt aux compromissions. Il aurait pu aussi être un moine soldat, un Templier voué à la défense du royaume latin de Jérusalem, ou endosser l'armure d'un prélat batailleur du Moyen Age, sûr de sa foi et de son épée. Ou bien encore devenir un ascète, émule du Père de Foucauld, éperdu de prière au fond d'un désert. Né au XXe siècle, le père de Pommerol est devenu aumônier militaire. Ce jeune prêtre épris d'absolu est le «Padre», comme on appelle familièrement les aumôniers dans l'armée, du 2e régiment étranger de parachutistes, en mission depuis le début de l'année en Afghanistan. Grand et maigre, un long visage de saint du Greco, le Padre dit la messe tous les matins, son aube enfilée par-dessus sa tenue camouflée et ses bottes de saut.

«More majorum» («selon l'exemple de nos anciens»). La devise gravée sur le monument du 2e REP à Calvi reste le credo des légionnaires parachutistes. «Le sens de notre mission, c'est de donner notre vie au service des autres», dit le père de Pommerol dans son homélie.

"Ma place est avec les légionnaires.» Le Padre part en opération avec la 3e compagnie. "


En dix ans de service comme aumônier militaire, le père de Pommerol a participé à huit opérations extérieures, et en est à son troisième séjour en Afghanistan. Il a aussi célébré six enterrements depuis le début de son sacerdoce. Deux légionnaires du 2e REP sont morts en Afghanistan depuis le début de la mission du régiment à Sarobi. Le dernier était le sergent Konrad Rygiel du groupe de commandos parachutistes, tué le 7 juin dans un accrochage avec des insurgés dans le village de Payendakhel, dans la vallée de Tagab. En avril dernier, le Padre avait célébré l'enterrement du légionnaire Robert Hutnik, tué aussi à Tagab. «Dans mon prêche, ce jour-là, j'ai dit aux légionnaires:“Vivez comme si vous alliez mourir aujourd'hui.”»

"Un peu trop militaire et pas assez aumônier"
estime l’aumônerie catholique des armées [quote]

voir vidéo: http://www.youtube.com/watch?v=hiJX76YPsb8
Revenir en haut Aller en bas
Philippe MULLER
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Les militaires français confrontés à l'islam afghan    Mer 23 Fév 2011 - 20:52

23-02-2011 La Nouvelle République, a écrit :

Citation :

De retour d'Afghanistan, un aumônier catholique militaire a rédigé un rapport jugé explosif dans l'institution. Qu'en pense l'évêque aux armées ?

De notre bureau d'Orléans

L'armée, comme la société civile française, a parfois du mal à trouver le positionnement juste de sa laïcité par rapport à l'islam. A preuve, ce rapport (1) d'un aumônier militaire qui fait état d'un « écart majeur entre la troupe et le commandement » sur certains aspects de la mission, non pas sur le plan tactique, mais précisément sur celui de la relation à la culture musulmane. En résumé, certains militaires ont le sentiment que l'armée française, au prétexte qu'elle n'est pas chez elle en Afghanistan, est trop complaisante face à certains aspects de l'islam.
Au-delà du rapport (lire encadré) de son aumônier, Mgr Ravel (2), évêque du diocèse aux armées, estime que le sujet « nécessite une réflexion pointue de la part de la haute hiérarchie militaire, et des consignes claires sur le terrain ». Entretien.
Votre aumônier est-il allé trop loin, a-t-il été sanctionné ?

Mgr Ravel : « Ce rapport est le ressenti du prêtre, mais j'ai demandé à l'autorité militaire d'enquêter sur la réalité de certains faits qui, soit découlent de directives - et c'est inquiétant -, soit sont de mauvaises interprétations de consignes, et cela mérite d'être corrigé. L'aumônier n'avait pas à être sanctionné, il ne l'a pas été. Et ce n'est pas lui qui a mis son rapport sur Internet ! »
Son rapport est-il révélateur d'un malaise dans l'armée quant à l'islam ou bien pose-t-il la question de la légitimité de notre intervention en Afghanistan ?

« Ce qui se passe à l'autre bout du monde ne peut pas nous laisser indifférents. Notre intervention en Afghanistan est, en soi, légitime, mais à condition que cela aide à faire mûrir un État stable, libre et respectant les droits de l'homme tant dans ses institutions que dans ses pratiques sociales.
« La difficulté est, cependant, pour nos soldats, d'avoir le comportement juste : respecter la culture et la religion afghanes sans pour autant se mettre en position d'apostasie (3), ce qui ne nous ferait pas grandir aux yeux des musulmans. Je peux vous affirmer que la présence de nos aumôniers en Afghanistan est perçue comme un signe positif par bon nombre d'Afghans qui ont plus de respect pour des croyants que pour des gens sans Dieu ».
Notre conception de la laïcité est-elle adaptée aux situations militaires ?

« Le contexte religieux de nos opérations militaires est nouveau. Après la mort des idéologies totalitaires, s'est réveillé un souci identitaire des religions qui tourne parfois à l'intégrisme, notamment hindou et islamiste. C'est très préoccupant. Nous ne pouvons donc pas faire l'impasse sur ce nouveau contexte religieux et notre société civile française, qui conçoit la laïcité comme une séparation de ce qui est religieux, doit reprendre sa réflexion et s'interroger ».

Si les règles ne sont pas claires il y aura des maladresses

« Par exemple : autoriser la construction d'une mosquée avec ou sans minaret, est-ce la même chose ? Manger halal est-il une simple préférence alimentaire ? L'armée, reflet de la société, ne peut pas éviter non plus cette remise en question. Les chefs doivent donc mener une réflexion pointue afin de définir des consignes claires pour ceux qui sont sur le terrain. Car tout ne doit pas y être laissé à l'appréciation personnelle du chef d'unité. Je n'en connais pas les causes, mais il existe des exigences et requêtes communautaires nouvelles, y compris dans l'armée.
« Si les règles ne sont pas claires, il y aura des maladresses ou pire. Je pense qu'il ne faut pas mésestimer la portée religieuse de certains faits qui peuvent exacerber des ressentiments. Cela dit, nous avons des soldats musulmans français qui combattent en Afghanistan comme les chrétiens français le faisaient en 14-18 contre les chrétiens allemands. Et les soldats afghans sont des musulmans eux aussi ! »
Les autorités militaires françaises ont-elles conscience de tout cela ?

« Oui, et j'en veux pour illustration, la demande très récente qui m'a été faite d'intervenir devant les élèves officiers supérieurs du Chem (4) sur ces questions. Trois d'entre eux font d'ailleurs un rapport sur la laïcité au sein des armées. Le soldat français - davantage que l'Américain - est connu pour sa capacité à s'adapter au contexte culturel dans lequel il intervient, mais le contexte nouveau oblige à trouver le nouveau positionnement juste, entre respect et non soumission.
« Sur ce thème, je viens moi-même de rédiger une lettre '' En terre de laïcité : Laïcité et interreligieux '' que l'on peut trouver sur le site du diocèse aux armées. »

(1) Le rapport rédigé pour usage strictement interne a « fuité » sur Internet (2) Mgr Luc Ravel, 53 ans, est polytechnicien et titulaire d'une maîtrise de philosophie, prêtre depuis 1988. (3) Apostasie : reniement public de sa foi chrétienne ou de son appartenance à une religion (4) Centre des hautes études militaires.

en savoir plus

Dans le rapport

Ce que rapporte notamment l'aumônier
> Au cours d'une patrouille, les soldats français s'interdirent d'intervenir voyant une femme à terre frappée à coups de pied par son mari, au prétexte que les Afghans font ce qu'ils veulent chez eux.
> L'armée française distribue des tapis de prière aux civils.
> Interdiction de boire ou fumer devant les musulmans (afghans ou non) durant le ramadan.
> Deux faits plus marquants :
- d'une part l'obligation faite par un officier français à une sous-officier française de porter un voile sur la tête à l'intérieur même d'un camp français ;
- d'autre part la présence, aux obsèques de soldats français, d'autorités locales afghanes qui, selon l'aumônier, « restent assises, discutant et plaisantant durant la cérémonie ».
Revenir en haut Aller en bas
en archive
Expert
Expert



MessageSujet: Re: Afghanistan : flagornerie envers l’Islam conseillée à nos soldats ?   Mer 23 Fév 2011 - 22:33

Souhaitons que Mr Ravel soit entendu et qu'il obtienne des réponses à ses questions... Tant pour le Père de Pommerol que pour nos Soldats !
Revenir en haut Aller en bas
Pérignon
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: Afghanistan : flagornerie envers l’Islam conseillée à nos soldats ?   Mar 1 Mar 2011 - 17:20

Lothy a écrit:
Souhaitons que Mr Ravel soit entendu et qu'il obtienne des réponses à ses questions... Tant pour le Père de Pommerol que pour nos Soldats !

L’évêque aux Armées soutient l’abbé Jullien de
Pommerol


25 février 2011


Le rapport de mission de l’abbé Benoït Jullien de Pommerol, padre
du 2ème Régiment Etranger Parachutiste lorsque cette unité a été déployée en
Afghanistan au cours du premier semestre 2010, a fait beaucoup de bruit dans la
blogosphère de défense (et moins dans les médias généralistes…).

Dans son compte-rendu, le prêtre critiquait avec force la « déférence » de
l’armée française à l’encontre de l’Islam, au point, selon lui, d’oublier ses
propres valeurs. Et de prendre l’exemple de l’obligation faite par un officier à
un personnel féminin de porter un voile dans l’enceinte d’une camp français ou
encore le silence de la hiérarchie face au comportement irrespectueux
d’autorités locales afghanes lors de cérémonies rendant hommage à des militaires
français tombés au combat.

Bien évidemment, la diffusion de ce rapport, qui était destiné à un usage
interne, a fait tousser en haut lieu. Et la question du maintien de l’abbé
Jullien de Pommerol au sein de l’armée s’est posée. Finalement, et comme l’a révélé Secret Défense,
ce prêtre « fana mili » quittera le
2ème REP pour être affecté dans le Pacifique, après s’être occupé de
l’organisaiton des prochaines Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ) en
Espagne.

Mais si le « Padre » est resté dans l’institution militaire, c’est
apparemment grâce au soutien apporté par l’Evêque aux armées, Mgr Ravel. Lors
d’un entretien publié par La Nouvelle République, ce dernier a affirmé que l’abbé
Jullien de Pommerol « n’avait pas à être sanctionné ». « Et ce n’est pas lui qui
a mis son rapport sur Internet » a-t-il insisté.



Quant au contenu du rapport, Mgr Ravel a estimé qu’il reflète le « ressenti
du prêtre ». Pour autant, l’évêque aux armées n’entend pas en rester là
puisqu’il a « demandé à l’autorité militaire d’enquêter sur certains faits qui,
soit découlent de directives – et c’est inquiétant -, soit sont de mauvaises
interprétations de consignes, et cela mérite d’être corrigé. »
Concernant l’attitude que doivent avoir les militaires français en
Afghanistan, Mgr Ravel a mis en avant la difficulté « d’avoir le comportement
juste », c’est dire de « respecter la culture et la réligion afghanes sans pour
autant se mettre en position d’apostasie, ce qui ne nous ferait pas grandir aux
yeux des musulmans ». « Je peux vous affirmer que la présence de nos aumôniers
en Afghanistan est perçue comme un signe positif par bon nombre d’Afghans qui
ont plus de respect pour les croyants que pour des gens sans Dieu » a-t-il
ajouté.
http://www.opex360.com/2011/02/25/leveque-aux-armees-soutient-labbe-jullien-de-pommerol/
Revenir en haut Aller en bas
Philippe MULLER
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: L’Armée française face à l’islam   Sam 5 Mar 2011 - 22:37

chretiente.info Samedi 5 mars » Dernière mise à jour : 19h000 Maximilien Bernard , le 4 mars 2011 a écrit :
Mgr Ravel, évêque du diocèse aux armées, est interrogé par La Nouvelle République à propos du rapport d’un aumônier militaire, très critique à l’égard de la hiérarchie militaire, en raison de son attitude islamophile en Afghanistan :

Ce rapport est le ressenti du prêtre, mais j’ai demandé à l’autorité militaire d’enquêter sur la réalité de certains faits qui, soit découlent de directives – et c’est inquiétant -, soit sont de mauvaises interprétations de consignes, et cela mérite d’être corrigé. L’aumônier n’avait pas à être sanctionné, il ne l’a pas été. Et ce n’est pas lui qui a mis son rapport sur Internet ! [...] Ce qui se passe à l’autre bout du monde ne peut pas nous laisser indifférents. Notre intervention en Afghanistan est, en soi, légitime, mais à condition que cela aide à faire mûrir un État stable, libre et respectant les droits de l’homme tant dans ses institutions que dans ses pratiques sociales.

La difficulté est, cependant, pour nos soldats, d’avoir le comportement juste : respecter la culture et la religion afghanes sans pour autant se mettre en position d’apostasie, ce qui ne nous ferait pas grandir aux yeux des musulmans. Je peux vous affirmer que la présence de nos aumôniers en Afghanistan est perçue comme un signe positif par bon nombre d’Afghans qui ont plus de respect pour des croyants que pour des gens sans Dieu. [...]

Le contexte religieux de nos opérations militaires est nouveau. Après la mort des idéologies totalitaires, s’est réveillé un souci identitaire des religions qui tourne parfois à l’intégrisme, notamment hindou et islamiste. C’est très préoccupant. Nous ne pouvons donc pas faire l’impasse sur ce nouveau contexte religieux et notre société civile française, qui conçoit la laïcité comme une séparation de ce qui est religieux, doit reprendre sa réflexion et s’interroger. [...]

Par exemple : autoriser la construction d’une mosquée avec ou sans minaret, est-ce la même chose ? Manger halal est-il une simple préférence alimentaire ? L’armée, reflet de la société, ne peut pas éviter non plus cette remise en question. Les chefs doivent donc mener une réflexion pointue afin de définir des consignes claires pour ceux qui sont sur le terrain. Car tout ne doit pas y être laissé à l’appréciation personnelle du chef d’unité. Je n’en connais pas les causes, mais il existe des exigences et requêtes communautaires nouvelles, y compris dans l’armée. Si les règles ne sont pas claires, il y aura des maladresses ou pire. Je pense qu’il ne faut pas mésestimer la portée religieuse de certains faits qui peuvent exacerber des ressentiments. Cela dit, nous avons des soldats musulmans français qui combattent en Afghanistan comme les chrétiens français le faisaient en 14-18 contre les chrétiens allemands. Et les soldats afghans sont des musulmans eux aussi !

On peut écrire à Maximilien Bernard par email à : mb@chretiente.info et visiter son site ici.

Citation :
Revenir en haut Aller en bas
en archive
Expert
Expert



MessageSujet: Re: Afghanistan : flagornerie envers l’Islam conseillée à nos soldats ?   Sam 5 Mar 2011 - 23:30

Mgr Ravel est visiblement soucieux du sort réservé au Père de Pommerol, et de la situation religieuse de nos Soldats en Afghanistan, mais pour le moment aucune réponse concrète ne semble avoir été apportées à ses questions...

Si le Padre n'est pas responsable de la publication de son rapport sur Internet, ce que je n'ai aucun mal à croire, qui l'a fait et pourquoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Afghanistan : flagornerie envers l’Islam conseillée à nos soldats ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Afghanistan : flagornerie envers l’Islam conseillée à nos soldats ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: ACTUALITES DIVERS :: VEILLE ACTUALITE MILITAIRE-
Sauter vers: