CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 LARGE Christian - Sergent-Chef - 24/03/71 (Cadre de l'Armée Tchadienne en AMT)

Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe MULLER
Expert
Expert
Philippe MULLER


LARGE Christian - Sergent-Chef - 24/03/71 (Cadre de l'Armée Tchadienne en AMT) Empty
MessageSujet: LARGE Christian - Sergent-Chef - 24/03/71 (Cadre de l'Armée Tchadienne en AMT)   LARGE Christian - Sergent-Chef - 24/03/71 (Cadre de l'Armée Tchadienne en AMT) EmptySam 16 Oct 2010 - 21:07

LARGE Christian - Sergent-Chef - 24/03/71 (Cadre de l'Armée Tchadienne en AMT) 1148929-1477903


24/03/71 - Sergent-Chef Christian LARGE (Cadre de l'Armée Tchadienne en AMT)

Christian Large est né le 7 juillet 1944 à Issac en Dordogne. Après ses études primaires, le jeune Large travaille à la ferme familiale, bercé par les récits militaires de son père, adjudant-chef en retraite et de son frère, blessé en Indochine. A 19 ans, il devance l’appel et est incorporé au 1er Régiment parachutiste d’infanterie de marine (RPIMa) à Bayonne. Rapidement, il confirme son attirance pour les pays lointains en se portant volontaire pour le service outre-mer.

Il est affecté au 7e RPIMa à Dakar, au sein de la 1re compagnie de combat. Dès son arrivée, il se fait remarquer par son sourire et sa gaieté communicative. Sérieux et très discipliné, il suit le peloton d’élèves gradés qu’il réussit brillamment. Il est nommé caporal le 1er avril 1964. Au terme de son service militaire, en décembre 1964, il s’engage pour deux ans.

Rentrant du Sénégal en juin 1966, il est affecté au 3e RPIMa comme chef d’équipe. Les excellentes appréciations dont il fait l’objet lui valent d’être classé parmi les meilleurs petits gradés. Terminant son premier contrat à Carcassonne, il se rengage au 1er RPIMa en mars 1967 où il suit le peloton d’élèves sous-officiers. Il est nommé sergent le 1er octobre de la même année. Instructeur de jeunes engagés pendant trois ans, le sergent Large dévoile ses qualités de chef : rigueur, compétence, exemplarité et dynamisme. Il confirme son sens du commandement et des relations humaines. Pour être toujours le meilleur, il cherche en permanence à se perfectionner. Ainsi, en 1969, il obtient le brevet convoité de moniteur parachutiste et le 1er janvier 1970, il est nommé sergent-chef.

Cette année-là, la situation se dégrade au Tchad, pays avec lequel la France est liée par un accord de défense. Le 26 octobre 1970, le sergent-chef Large est volontaire pour une mission d’assistance militaire technique et rejoint le groupement n°1 de l’armée tchadienne implanté à Bokoro. Une quinzaine d’officiers et de sous-officiers encadrent les militaires tchadiens dans un environnement et une situation difficiles, avec des matériels vétustes et disparates. Sous-officier adjoint de la section commando, le sergent-chef Large se révèle particulièrement efficace dans cette ambiance délicate. Son énergie et son professionnalisme lui valent rapidement l’adhésion de ses hommes.

Le groupement participe aux opérations de sécurité générale. Patient et volontaire, animé d’un sens aigu du devoir, Christian Large est toujours en tête de ses hommes. Il se distingue une première fois au cours d’un contrôle de population sur le marché de Damranga en décembre 1970, décelant la présence de hors-la-loi et permettant leur interception. Un mois plus tard, il déjoue une embuscade tendue par un adversaire supérieur en nombre, auquel il inflige des pertes sérieuses en entraînant immédiatement ses hommes à l’assaut. Ces actions courageuses lui valent l’attribution de la croix de la Valeur militaire avec étoile de bronze. Le 1er février 1971, le sergent-chef Large est admis dans le corps des sous-officiers de carrière.

En mars 1971, sa section est à Ouled Bili, au sud de Bokoro, pour faciliter la réimplantation d’un village rasé par les rebelles. Isolée dans cette zone d’insécurité, elle doit assurer la protection du chantier. Il lui faut aussi renouer le contact avec la population dispersée et apeurée et l’inciter au retour en rétablissant la confiance. Le sergent-chef Large donne toute la mesure de ses qualités humaines dans les relations qu’il établit avec les habitants et l’aide qu’il leur apporte.

Le 23 mars au soir, une bande rebelle puissamment armée attaque la section. A la faveur de la surprise, elle investit en partie la position. Aussitôt, le combat est mené au corps à corps. Le sergent-chef Large se dépense sans compter. Au cours de cet engagement très violent, il est grièvement blessé par arme blanche. Échouant dans leur entreprise, les rebelles se replient. Mais, le sergent-chef Large décède dans la nuit des suites de ses blessures.

La médaille militaire et une citation à l’ordre de l’armée sont venues rendre un dernier hommage à ce sous-officier calme, exemplaire, volontaire et proche de ses hommes. Estimé de ses chefs et de ses subordonnés, le sergent-chef Large s’est illustré tout au long de sa carrière, brève mais riche, au service de la France, pour laquelle il est tombé au champ d’honneur.

La 203ème Promotion d'Elèves Sous-Officiers de l'ENSOA porte son nom.

LARGE Christian - Sergent-Chef - 24/03/71 (Cadre de l'Armée Tchadienne en AMT) 1148929-1477908

Publié par Soldat de France
Revenir en haut Aller en bas
 
LARGE Christian - Sergent-Chef - 24/03/71 (Cadre de l'Armée Tchadienne en AMT)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation de Denis Voirin
» Un sujet douloureux : le Caporal-Chef ROSSI
» demande permission de monter a bord
» Christian Vanneste sur l’UMP: «Qu’ils aillent se faire foutre»
» CHEF BERWETTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: AU PANTHEON DES PARACHUTISTES, tous égaux devant la mort, St MICHEL ne fait aucune distinction de grade :: LES PARACHUTISTES MORTS AU "CHAMP D'HONNEUR" :: Les Parachutistes morts au "Champ d'Honneur" en OPEX-
Sauter vers: