CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Maintien de l’ordre à Alger (1957) et suites judiciaires par le général (2S) Maurice Schmitt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Claude Millet
Fondateur
avatar


MessageSujet: Maintien de l’ordre à Alger (1957) et suites judiciaires par le général (2S) Maurice Schmitt   Mar 15 Sep 2009 - 0:41

CENTRE D’HISTOIRE MILITAIRE ET D’ETUDES DE DEFENSE NATIONALE


Le mardi 6 octobre 2009, à 18 heures, Grand amphithéâtre de l’École Militaire Supérieure d’Administration et de Management, 4 rue du 81e régiment d’Infanterie à Montpellier, le général d’armées (2 S) Maurice SCHMITT, ancien chef d’état-major des armées, présentera une conférence sur :

Maintien de l’ordre à Alger (1957) et suites judiciaires


Le 20 juin 2000 paraissait en première page du monde un article de Mme. Beaugé sous le titre « Torturée par l’armée française en Algérie, Lila cherche l’homme qui l’a sauvée ».

En juin 2001, Lila (Louisette Ighilahriz) publiait ses mémoires sou le titre Algérienne. Plusieurs chapitres étaient consacrés à la fin de l’opération de maintien de l’ordre menée à Alger, par les forces françaises, en 1957, et terminée le 24 septembre par l’arrestation de Yacef Saadi.

Un officier mort pour la France en janvier 1959, le capitaine Graziani, était gravement injurié par Lila comme les généraux Massu et Bigeard, trous deux vivants en 2001. Je connaissais le capitaine Graziani en particulier pour avoir partagé avec lui quelques mois de captivité au Tonkin.

Ayant constaté de multiples inexactitudes dans les déclarations de Mme. Ighilahriz (tissu de mensonges écrira Bigeard), je publiais en février 2002 Alger, été 1957, une victoire sur le terrorisme.

Cet ouvrage, et les débats qui suivirent, en particulier après la projection du film « L’ennemi intime », me valurent un procès en diffamation qui alla
jusqu’à la Cour de cassation qui, le 9 janvier 2007, confirma ma relaxe décidée par la Cour d’appel de Paris le 5 novembre 2005.

Accessoirement, un ancien appelé ayant servi en Algérie crut bon lui aussi de me poursuivre en diffamation. La Cour d’appel de Paris reconnut que je disposais de tous les éléments pour le traiter de criminel et de menteur. De mon côté, je le poursuivis, toujours en diffamation, et obtins sa condamnation par la Cour d’appel d’Aix-en-Provence.

Soucieux d’informer tous ceux qui ne m’avaient pas ménagé leurs soutiens, je publiais en 2008 Deuxième bataille d’Alger (2002 – 2007), la bataille judiciaire.

Au fil de ces années de procédure, je suis devenu assez familier des subtilités de la loi du 25 juillet 1881 sur la liberté de la presse, qui constitue le texte législatif de référence. Je pense que mon second ouvrage peut apporter quelques informations aux lecteurs dans une période où les armées (suites de la guerre du Golfe, Kosovo, Rwanda). Après avoir rapidement rappelé les phases clés de ce que l’on a baptisé la « bataille d’Alger », je vais tenter, le 6 octobre prochain, de souligner l’essentiel des péripéties judiciaires dans lesquelles j’ai té engagé.

Je me propose, ensuite, de signer l’ouvrage consacré au sujet. Je précise que la totalité de la recette sera versée à l’Entraide Parachutiste.

_________________

RASURA_________SER
1er RCP - 257.174

« Il n'y a pas de sens de l'Histoire, il n'y a pas de vent de l'Histoire car ce qui fait l'Histoire, selon notre conception occidentale et chrétienne qui est vérifiée par tous les faits historiques, c'est la volonté des hommes, c'est l'intelligence des hommes, ce sont leurs passions, bonnes ou mauvaises. »Colonel Bastien THIRY procès Petit Clamart
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/intelligencearmee/
RCP
enregistré
enregistré
avatar


MessageSujet: Re: Maintien de l’ordre à Alger (1957) et suites judiciaires par le général (2S) Maurice Schmitt   Sam 5 Jan 2013 - 20:16

Bonsoir,
Il s'en est sorti...
Paramicalement
Revenir en haut Aller en bas
 
Maintien de l’ordre à Alger (1957) et suites judiciaires par le général (2S) Maurice Schmitt
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: NOS GUERRES COMPTEMPORAINES et les OPEX :: ALGERIE 1954 -1962 :: La Bataille d'Alger 1957-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: