CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez
 

 Général M. Schmitt -Fin des péripéties judiciaires !

Aller en bas 
AuteurMessage
Administrateurs
Administrateurs
Administrateurs
Administrateurs


Général M. Schmitt -Fin des péripéties judiciaires ! Empty
MessageSujet: Général M. Schmitt -Fin des péripéties judiciaires !   Général M. Schmitt -Fin des péripéties judiciaires ! EmptyVen 2 Mar 2007 - 15:16

PERIPETIES JUDICIAIRES CINQUANTE ANS APRES LE DEBUT DE LA BATAILLE D’ALGER.

Au cours du congrès de Toulon de mai 2005, je me suis adressé aux membres de l’U.N.C. en leur disant que depuis cinq ans je me battais devant l’opinion et devant la justice pour me défendre et pour défendre la mémoire du capitaine GRAZIANI mort pour la France en janvier 1959.En 2005, ce combat n’était pas terminé. Il l’est désormais. Je dois donc aux membres de l’U.N.C. un compte rendu complétant celui paru dans la voix du Combattant de juillet- août 2005.
Je rappelle qu’une première phase judiciaire était intervenue à la suite d’un débat télévisé organisé le 6 mars 2002 par Franz olivier GIESBERT à la fin de la projection de « l’ennemi intime » de Patrick ROTMAN.
Lors de ce débat j’avais traité l’ex brigadier Henri POUILLOT de menteur et (ou) de criminel et affirmé que madame Ouiza IGHILAHRIZ, ex membre d’un groupe terroriste, avait publié un
livre comportant de nombreuses contre vérités, affabulations et invraisemblances. Tous deux s’estimant diffamés m’ont poursuivi.

J’ai indiqué en mai 2005 que le volet parisien de l’affaire parisien de l’affaire Pouillot était clos et que la Cour d’Appel de Paris, infirmant, en partie, le jugement de première instance, m’avait condamné à lui verser cinq cents euros pour avoir commis une « imprudence dans l’expression ». La cour indique cependant dans les attendus de l’arrêt que « les explications du général SCHMITT qui affirme avoir acquis, à la certitude qu’Henri POUILLOT ne disait pas la vérité sont tout à fait crédibles ».
En première instance, le Tribunal correctionnel de Paris avait déjà précisé que, s’agissant de Monsieur POUILLOT, l’emploi du mot criminel n’était pas démesuré. Mme BEAUGE et Mr BERNARD, journalistes du Monde écriront néanmoins dans l’édition du 19 mars 2005, vous noterez la date, que j’avais été condamné pour avoir traité Mr POUILLOT de menteur et de criminel. Les attendus des documents judiciaires ne doivent pas faire partie de leurs lectures.
De mon côté, avec le concours du Ministère de la Défense, j’ai poursuivi pour diffamation Mr POUILLOT devant le Tribunal correctionnel de Marseille qui l’a condamné à me verser 1500 euros et à payer 500 euros d’amende, jugement confirmé par un arrêt de la cour d’Appel d’Aix en Provence. Les 1500 euros ont été virés à l’entraide parachutiste. L’affaire est terminée.

Beaucoup plus important, était le procès qui m’opposait à Mme IGHILAHRIZ.

Je rappelle que Mme IGHILAHRIZ dans un entretien avec Florence BEAUGE paru dans le Monde en juin 2000 et dans un livre publié un an après, prétend qu’après son arrestation à Chebli, le 29
septembre 1957, elle a été torturée par le capitaine GRAZIANI durant pratiquement tout l’automne et après trois semaines en présence soit du Général MASSU soit du Colonel BIGEARD.

Malgré l’avis du Ministère public qui estimait que mon livre « Alger été 1957 une victoire sur le terrorisme » constituait une enquête sérieuse voire minutieuse et tout en écrivant dans les attendus du jugement que je pouvais « mettre en doute » les déclarations de mon
adversaire, le Tribunal correctionnel de Paris m’a refusé le bénéfice de la bonne foi et m’a condamné à verser un euro de dommage et intérêts à mon adversaire.

J’ai fait appel de ce jugement, j’ai retrouvé Mme IGHILAHRIZ le 8 septembre 2005 devant la Cour d’Appel de Paris qui prononça le 3 novembre 2005 un arrêt où l’on peut lire : « Considérant qu’il est compréhensible que les auteurs de la guerre d’Algérie, de l’un et de l’autre camp, quel qu’ait été ensuite leur parcours personnel, s’expriment avec virulence, soit pour accuser, soit pour défendre l’honneur de compagnons d’armes ; que pour l’ensemble de ces motifs ; la Cour, infirmant le jugement déféré, accordera à Maurice SCHMITT le
bénéfice de la bonne foi ». « Dit que le prévenu n’a pas commis de faute fondée sur le délit de diffamation publique envers un particulier ».
Mme IGHILAHRIZ s’est pourvue en cassation. Son pourvoi a été rejeté le 9 janvier 2007.

Mme BEAUGE s’était engagée à fond aux côtés de la partie civile. Le jour même du procès en appel sortait sous sa signature « Algérie une guerre sans gloire » dont le Nouvel Observateur publiait à la même date plusieurs pages centrées sur le récit d’un ancien du 3ème R.P.C. Raymond CLOAREC, particulièrement diffamatoires pour ce régiment et donc pour son Chef, à l’époque le lieutenant-Colonel BIGEARD.

A le lire, Clo-Clo, comme elle l’appelle, a tout vécu des évènements de l’année 1957. Il a cependant oublié de dire à Mme BEAUGE que cette même année, il avait passé plusieurs mois hors du régiment (voir mon droit de réponse au Nouvel Observateur daté du 12 septembre et publié dans la Voix du Combattant de novembre 2005). Mme BEAUGE s’est intéressée à Clo-Clo après avoir reçu de sa part, une lettre dont j’ai la copie. Elle ne pouvait en faire état car sur certains points importants ce document contredit le récit de Mme IGHILAHRIZ. Mais comme il prétendait avoir participé à la modeste affaire de Chebli, Mme BEAUGE vit en lui un témoin susceptible d’accréditer la thèse d’une participation du 3ème R.P.C à cette affaire.
Ce qui aurait expliqué l’intérêt porté par BIGEARD à Mme IGHILAHRIZ. Pour le coup de main de Chebli, le lecteur pourra se reporter au récit de l’Adjudant-Chef WALLISCH du 1er R.E.P. dans la Voix du Combattant d’avril 2006. Il y a, lui, participé et a transporté Mme IGHILAHRIZ à l’hôpital dans sa voiture. Faute de pouvoir utiliser la lettre de Clo-Clo, Mme BEAUGE lui demanda une attestation pour la produire en justice.
Dans ce document Mr CLOAREC prétend que je lui aurais demandé d’écrire que le 3ème R.P.C. avait quitté l’Algérois pour le Sahara dès la fin du séjour à Alger. C’est absurde, Mme BEAUGE, qui, dit-elle, a lu soigneusement mon livre, a pu constater (page 117) que je relate les activités
du 3ème R.P.C. du 5 novembre au 20 octobre dans l’Algérois.

Mr CLOAREC a donc rédigé une fausse attestation utilisée en justice par la partie civile à l’instigation de Mme BEAUGE qui la savait ou aurait du la savoir inexacte. Pour ma part, je ne me suis intéressé à Mr CLOAREC et à son passé qu’après avoir constaté qu’il prétendait avoir servi sous mes ordres. Ce que je savais faux.
CLOAREC ajoute à l’imitation de Mme IGHILAHRIZ que des parachutistes furent tués à Chebli. C’est tout aussi faux. Les journaux de marches et des opérations attestent que le 1er R.E.P. qui a mené le coup de main n’a eu aucun tué entre le 26 juillet et le 7 décembre de 1957 et que, le 3ème R.P.C. n’a eu aucun tué entre le 23 septembre et le 16 octobre.
Le 29 septembre Clo-Clo célébrait la saint Michel à Sidi Ferruch avec ses camarades de la 3ème compagnie du 3ème R.P.C. Plusieurs en témoignent.
Au total, Mme BEAUGE n’a pris aucune précaution pour vérifier les déclarations plus que fantaisistes de son ami Clo-Clo qui n’était pas le témoin décisif « tombé du ciel » qu’elle voyait en lui. Pour une journaliste se voulant « d’investigation » elle a manqué de sérieux et de prudence.

Ajoutons enfin que j’ai dédié « Alger été 1957 une victoire sur le terrorisme » à une victime d’un attentat à la bombe que j’ai vu mourir sous mes yeux le 3 juin 1957. Mme BEAUGE dédie le sien à Ali MOULAY l’organisateur de l’attentat à la bombe du casino de la corniche qui fit une centaine de victimes. Les lecteurs apprécieront.

Je termine ce récit en renouvelant mes remerciements à tous ceux qui m’ont soutenu dans le cadre du Comité de Défense des Combattants d’Afrique du Nord (C.D.C.A.F.N.) que préside le général GILLIS et tout particulièrement au président Hugues DALLEAU et aux membres de l’U.N.C. Je n’oublie pas pour autant les autres associations ainsi que les nombreux amis, connus ou inconnus, qui m’ont encouragé à titre individuel.
Signé : Général d’Armée Maurice SCHMITT
Revenir en haut Aller en bas
Administrateurs
Administrateurs
Administrateurs
Administrateurs


Général M. Schmitt -Fin des péripéties judiciaires ! Empty
MessageSujet: Réponse d'un para reçue par email...   Général M. Schmitt -Fin des péripéties judiciaires ! EmptySam 3 Mar 2007 - 10:34

Bjr,

Bien reçu votre Message, très heureux de voir le dénouement de cette affaire que j'ai suivi avec attention...

Nous avons trop l'habitude de baisser la tête...voir courber l'échine... Bientôt les Anciens Combattants que nous sommes ne pourront plus assister aux cérémonies commémoratives sans crainte d'être insulté...

"J'ai fait un réve....."

Qu'un jour, au moins une fois, tous les anciens descendrons dans la rue pour défiler dignement en arborant sans honte les distinctions qu'ils ont gagné au service de la France... pour montrer qu'eux aussi comme leurs aînés, ils ont droit à la reconnaissance de la Nation...Sans se faire cracher dessus.

On parle beaucoup de repentance, et de reconnaissance des anciens combattants "indigènes" qui ont servis en 14/18 ou 39/45, je ne parle pas de l'Indo car c'était un corps expéditionnaire de volontaires... mais qui a eu le courage de dire ou de souligner que ceux qui avaient combattus à nos côtés sont devenus nos ennemis et qu'ils ont pris les armes contre nous.....en AFN. Alors pourquoi devrions nous demander pardon à des gens qui nous ont combattu avec la violence que ceux qui ont paticipé connaissent??? En commettant des actes abominables, N'auraient'ils pas dû perdre la qualité d'anciens combattants de Fait....Souvenez vous le petit livre vert édité par le gouvernement francais qui retrace Photos à l'appui, les atrocités commises par le FLN.... Ce petit livre a disparu de la circulation, on ne dois pas dire la vérité.. J'en ai conservé 2 exemplaires et quand je le feuillette, je suis toujours interpellé par ce que je vois...

Le 05 juillet 62, je suis rentré en France avec mon unité Para....Nous sommes parti d'Oran, chassé comme des malpropres et encore aujourd'hui je n'arrive pas à m'expliquer comment avaient fait ceux qui nous avaient combattu pour arriver avant nous sur notre territoire.... à la nage? Quid? Mais c'est une autre Histoire....On continue à marcher sur la tête et le combattant que je fus n'y comprend plus rien, Légion d'honneur aux porteurs de valises qui auraient dû être traduit devant des tribunaux pour collaboration... marocains de ministre pour d'autres etc.... alors qu'ils étaient complices de crimes contre nous... Chacun son camp...
Tristesse....

Il y a longtemps que nous avons perdu nos valeurs et que nous sommes devenus tout doucement un peuple de lâches.


Bonne réception

G. P Breveté à la BAP BLIDA N° 188......


Dernière édition par le Sam 3 Mar 2007 - 13:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Administrateurs
Administrateurs
Administrateurs
Administrateurs


Général M. Schmitt -Fin des péripéties judiciaires ! Empty
MessageSujet: Message pour le général Schmitt reçu par email   Général M. Schmitt -Fin des péripéties judiciaires ! EmptySam 3 Mar 2007 - 12:37

Mon Général,

Mis définitivement hors de combat en Indochine car aux avant-postes du fort de Ban Hinh Siu, 9 janvier 1954, je n'ai pas participé aux événements d'Algérie mais les suis, en particulier par les communiqués sur internet. Souvent en tournée internationale, je ne puis recueillir que des informations incomplètes et sans suivi. C'est ainsi qu'il y a quelques années, au retour d'une longue tournée d'enseignement dans le monde, un communiqué de l'UNP m'avait alerté sur le grave démêlé juridique qui vous concernait. Je crois me souvenir qu'alors, j'avais écrit une lettre de soutien. Je pense que la France devrait demander pardon aux adversaires de 1954-63 si ces derniers demandaient pardon pour les atrocités généreusement dispensées aus Français comme aux Algériens fidèles, et il y en avait beaucoup, d'Algériens fidèles et d'atrocités.

La lecture de votre compte rendu me paraît être une victoire de la vérité que vous tentiez de mettre en lumière. Je conserve un sentiment pénible en pensant à mes compatriotes défendant ceux des Algériens qui aimaient la France, et qui ont été dans l'obligation de participer à d'abominables échanges d'atrocités. Je préfère m'être trouvé, le 9 janvier 54, en face et à quelques mètres du colonel Viet Minh qui commandait l'attaque de notre bataillon à vingt contre un, et dont un soldat de protection m'a envoyé la rafale à laquelle je n'ai survécu que par miracle.

Agréez, Mon Général, l'expression de mon profond respect.

Médecin Lieutenant Chxxxxxx, troisième bataillon de parachutistes vietnamiens.
Revenir en haut Aller en bas
bugiste
enregistré
enregistré
bugiste


Général M. Schmitt -Fin des péripéties judiciaires ! Empty
MessageSujet: iement très   Général M. Schmitt -Fin des péripéties judiciaires ! EmptyVen 6 Avr 2007 - 16:01

Nombreux parmi nous, ont servi sous les ordres ou ont été formés au 3 ème R.P.I.Ma par ce Général hors du commun.

Nous vous disons : "Bravo mon Général, vous avez gagné !"

Nous sommes vraiment très heureux de cette décision de justice et
dans l'avenir, comme par le passé, nous sommes toujours à vos côtés.
Revenir en haut Aller en bas
parami8
enregistré
enregistré
parami8


Général M. Schmitt -Fin des péripéties judiciaires ! Empty
MessageSujet: 50 ans après...Gl.d'Armée M.SCHMITT   Général M. Schmitt -Fin des péripéties judiciaires ! EmptyLun 9 Avr 2007 - 12:03

Le 1er juillet 2001 vous m'aviez dit : << je n'en resterai pas là, j'irai jusqu'au bout >>, si je puis me permettre BRAVO ! et aussi un grand merci pour votre exemple , avec mes respects mon Général.

un voyou du "8"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Général M. Schmitt -Fin des péripéties judiciaires ! Empty
MessageSujet: Re: Général M. Schmitt -Fin des péripéties judiciaires !   Général M. Schmitt -Fin des péripéties judiciaires ! Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Général M. Schmitt -Fin des péripéties judiciaires !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Transfert des extractions judiciaires à l'administration pénitentiaire
» Actualités judiciaires des droits de l'homme en Ukraine

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: NOS GUERRES COMPTEMPORAINES et les OPEX :: ALGERIE 1954 -1962-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: