CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 TROUPES AEROPORTEES ET COMMANDOS DURANT LA WW2: 3 LES PARAS ALLIES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Roger Bodson
Pro !
Pro !



MessageSujet: TROUPES AEROPORTEES ET COMMANDOS DURANT LA WW2: 3 LES PARAS ALLIES   Mar 7 Juil 2009 - 5:53

Extrais du livre « Monographie des paras du monde entier » de Pierre VANDEVOORDE qui m’a aimablement autorisé à exploiter les données de son livre pour cette série d’articles. Je l’en remercie.



Roger BODSON

TROUPES AEROPORTEES ET COMMANDOS DURANT LA SECONDE GUERRE MONDIALE.




Suite.



FORCES ALLIEES



2 me partie: LES PARACHUTISTES.



AUSTRALIE



En septembre 1942; création d’une Compagnie Parachutiste Indépendante.

Le 3 novembre 1942; création duCENTRE D’ENTRAINEMENT PARACHUTISTE (CEP) à Laverton (Victoria) dépendant de l ’Armée de l’Air. Centre qui est transféré à Tocumwall (New South Wales). le 16 novembre 1942.

Le 13 avril 1943 le CEP est de nouveau transféré, à Richmond New South Wales), pour profiter de conditions atmosphériques plus favorables. Il devient leGROUPE 244 RAAF-ARMY.

Le 15 avril 1943 sont créés le1er Bn PARA et la 1ère Compagnie PARACHUTISTE du GENIE.

En mai 1943 création d’uneCie d’ARTILLERIE PARACHUTISTEqui sautera à Nadzab (Nouvelle Guinée) avec le 503 Rgt. PARA USpour préparer l’aérotransport de la7me DIVISION AUSTRALIENNEqui participera à l’attaque de Laé.

Fin 1945, les unités sont dissoutes sans avoir été engagées.



BELGIQUE



Le 13 janvier 1942, 8 hommes de la Cie A du 2me BATAILLON DE FUSILIERS BELGES obtiennent leur brevet de parachutiste. Début mars , 18 hommes sont brevetés, 18 fin mars et 20 début mai.

Le 8 mai 1942, les brevetés forment la Cie D PARACHUTISTE du 2me BATAILLON DE FUSILIERS BELGES.

Le 2 juin 1942, sous les ordres du Cdt THISE, la Cie D, forte de 120 hommes, quitte le camp de MALVERN pour FITZHILL où elle devient Cie Indépendante.

Le 1 août 1943, la Cie est rattachée au 8me BATAILLON PARA britannique.

Le 4 février 1944, 15 jours après la prise de commandement de l’unité par le Capt BLONDEEL, la Cie est incorporée à la BRIGADE SAS en tant qu’ESCADRON SAS.

Du 31 juillet 1944 au 26 septembre 1944, au cours de 12 opérations en NORMANDIE, en BELGIQUE et aux PAYS-BAS, l’ESCADRON effectue 200 sauts opérationnels.

Les opérations REGAN-FABIAN (4 h. Lt. KIRSCHEN) et GOBBO-PORTIA (5h. Lt. DEBEFVE) dureront de fin septembre 1944 à mars 1945 soit plus de 5 mois en territoire ennemi.

Le 2 novembre 1944, l’ESCADRON reçoit l’ordre de se reconvertir en unité de reconnaissance montée sur 40 Jeeps blindées.

Le 20 décembre 1944, opération REGENT, départ de 24 Jeeps blindées de TERVUEREN vers le front des Ardennes où se déroule l’offensive Von RUNDSTEDT.

Fin mars 1945 l’ESCADRON SAS BELGE est transformé en 1er REGIMENT SAS.

Du 7 au 15 avril 1945, Opération LARKSWOOD. Le Rgt SAS est incorporé dans la Div. Polonaise combat à COEVERDEN, VEELE, WEDDE et DOLLARD (NL).

Du 21 avril au 6 mai 1945, le Rgt est mis à la disposition de la 2me BRIGADE BLINDEE CANADIENNE à LORUP (NL).

Au lendemain de la capitulation, le Rgt effectue une mission de contre-espionnage, 20 équipes entièrement motorisées, reparties dans le secteur Britannique, se livrent à la chasse aux nazis durant 6 semaines.

Les SAS Belges arrêtent tout le gouvernement de L’Amiral DOENITZ. Le sergent GOFFINET arrête Von RIBBENTROP à FLENBURG

Le 4 juillet 1945, le Rgt regagne ses quartiers de TERVUEREN où la moitié de ses effectifs sont démobilisés.

En une année de campagnes et d’opérations continuelles les SAS BELGES, au prix de 20 tués en opérations, ont été:

- Les premiers soldats belges à participer à la libération de la France

- Les premiers soldats alliés à pénétrer en uniforme en Belgique occupée.

- Les premiers soldats alliés à pénétrer en uniforme en Allemagne.

- Les premiers soldats alliés au-dela du Rhin.

- Les premiers soldats alliés à atteindre la côte Allemande de la mer du Nord.



CANADA.



Le 1 juillet 1942 création du 1er BATAILLON PARACHUTISTE.

En août 1942, 85 officiers, sous-officiers et soldats Canadiens suivent l’entraînement parachutiste à RINGWAY (GB).

Fin 1942 le Bn suit l’entraînement parachutiste à Fort BENNING (USA) pendant 4 mois.

22 mars 1943, retour au CENTRE CANADIEN d’ENTRAINEMENT PARACHUTISTE à SHILO (Manitoba)

28 juillet 1943, arrivée du Bn en Grande Bretagne et affectation à la 3me BRIGADE PARACHUTISTE de la 6me DIVISION AEROPORTEE Britannique.

L’effectif, autre que les 85 qui ont déjà suivi l’entraînement britannique, est envoyé à RINGWAY. Tout le Bn aura ainsi un double entraînement US et anglais.

Juin 1944, le Bn participe à l’opération OVERLORD sous le commandement du Lt. Col. PEARSON

7 septembre 1944, retour en Grande Bretagne.

Le 25 décembre 1944, le Bn est engagé dans les Ardennes Belges lors de l’offensive Von RUNDSTEDT.

Le 24 mars 1945, il prend part à l’opération VARSITY; le franchissement du Rhin.

Du 27 mars au 2 mai 1945, le Bn marche sur la mer Baltique qu’il atteint à WISMAR, le 2 mai 1945 quelques heures avant l’arrivée des soldats Russes, à l’issue d’une marche de 560 Km.

Wismar marquait la limite orientale de l’avance des troupes du Commenwealth et ce fut le premier contact avec les alliés Soviétiques.

Le 15 juin 1945 le Bn est rapatrié au CANADA et dissous le 30 septembre 1945.

Ils furent parachutés en uniforme au cours de 4 opérations. Pas de précisions concernant celles-ci, ni sur le nombre d’hommes parachuté



CHINE

Création en 1944 de la première unité. Un Rgt PARACHUTISTE à 6 commandos, réorganisé en 2 Bn en 1945. Unités entraînées par les USA.

Ils furent parachutés en uniforme au cours de 2 opérations. Pas de précisions concernant celles-ci, ni sur le nombre d’hommes parachutés.



( A suivre)



Pour en savoir plus:Voir le livre de Pierre VANDEVOORDE « Monographie des PARAS DU MONDE ENTIER » édité par l’A.S.B.L. A.A.S.H.F.A.
Revenir en haut Aller en bas
Roger Bodson
Pro !
Pro !



MessageSujet: Re: TROUPES AEROPORTEES ET COMMANDOS DURANT LA WW2: 3 LES PARAS ALLIES   Mar 7 Juil 2009 - 6:05

Extrais du livre « Monographie des paras du monde entier » de Pierre VANDEVOORDE qui m’a aimablement autorisé à exploiter les données de son livre pour cette série d’articles. Je l’en remercie.

Roger BODSON

TROUPES AEROPORTEES ET COMMANDOS DURANT LA SECONDE GUERRE MONDIALE.


Suite.

FORCES ALLIEES

2 me partie: LES PARACHUTISTES.

FRANCE

Les premières unités:

En avril - mai 1935 trois officiers français sont envoyés en U.R.S.S. pour étudier la technique du parachutisme. Le Capitaine GEILLE obtient le brevet soviétique d’instructeur en chef de parachutisme n° 111.

Création du Centre d’Instruction de Parachutisme à Avignon-Pujaut le 12 septembre 1935.

Le 18 janvier 1937, 30 officiers et sous-officiers suivent le premier stage d’instructeur. Deuxième stage en avril 1937.

Création du Groupe d’Infanterie de l’Air n° 601 à Reims et du Groupe d’Infanterie de l’Air n° 602 à Alger le 1 avril 1937.

Août 1937, à la surprise générale, les paras du GIA 601 détruisent un pont sur la Durance au cours de manoeuvres en Provence. En septembre 1937, à la grande indignation du Général Gamelin, au cours de manoeuvres en Normandie un groupe s’empare d’un P.C. de Division après un saut en commandé à 1.000 m..

Le brevet militaire de parachutisme de l’Infanterie de l’Air est créé par décret le 26 août 1938. Il est accordé après 10 sauts dont 2 à ouverture automatique et 8 en ouverture commandée (4, 6 et 8 à 10 secondes ). A partir du 3me ou 4me saut, les largages, appelés sauts de combat, s’effectuaient avec armement, munitions, vivres et quelques vêtements.

Le 25 mai 1939, le Centre d’Avignon- Pujaut est dissous.

En septembre 1939, les G.I.A. 601 et 602 sont regroupés à Avignon.

En octobre 1939 le G.I.A. 601 est transporté à Calais en vue d’une opération parachutée sur l’île de Walcheren, opération abandonnée en dernière minute.

Les G.I.A. 601 et 602 sont dissous à Alger le 27 juillet 1940.

Les SAS.

Le 20 juillet 1940 le Général De GAULLE décide la création d’une unité parachutiste en Angleterre sous le commandement du Capitaine BERGE. Créée le 29 septembre 1940 par l’ordre général n° 765 de l’Amiral MUSELIER, la 1ere Cie d’Infanterie de l’Air des Forces Aériennes Françaises Libres ( 1er CIA-FAFL ) comprend 25 hommes qui sont brevetés avec le 1er Bn Parachutiste britannique le 25 décembre 1940.

En février 1941 elle devient la 1ere Cie Parachutiste, 198 hommes dont 128 officiers et sous-officiers.

En mars 1941 a lieu l’opération SAVANNAH, 5 hommes dont le Capitaine BERGE sont largués dans le Morbihan; Retour en Angleterre par le sous-marin TIGRIS.

Trois parachutistes font sauter la centrale de PESSAC au cours de l’opération JOSEPHINE B le 15 mai 1941.

En juillet 1941, la 1er C.P. est reliée à la Station 38, cède 26 hommes au BCRA (renseignement et action). 55 hommes sont dirigés vers la Syrie et forment, le 25 septembre 1941, le Peloton Parachutiste du Levant ( PPL ) de l’ Armée de l’Air à Damas sous les ordres du Capitaine BERGE. Renforcée par des volontaires provenant de diverses unités coloniales du Proche-Orient elle devient la 1ere Cie de Chasseurs Parachutistes (1 CCP ) de l’Armée de l’Air. Elle est envoyée en Egypte le 31 décembre 1941 où le 2 janvier 1942 elle rejoint le Combined Training Centre SAS de KABRET créée par le Major STIRLING. L’appellation britannique de la 1ere CCP sera 3me Escadron ou FRENCH SQUADRON.

Le premier engagement du French Squadron eu lieu dans la nuit du 12 au 13 juin 1942. 5 groupes attaquent les 3 aérodromes de la région de MARTUBA-DERNA, de BARCE et de BERCKE III prés de BENGHAZI.

Le Capitaine BERGE et son groupe sont transportés vers la CRETE par sous-marin avec le Capitaine JELLICOE du SAS. Déposés sur la côte à 14 km de HERAKLION, où les rejoint un Officier grec. 21 appareils, dont 14 stuka, et la réserve d’essence sont détruits, mais tout le groupe est capturé suite à la trahison d’un Grec, ami d’enfance de l’Officier grec qui avait rejoint le groupe.

Les SAS exécutent des attaques d’aérodromes, transportés par et en liaison avec le LONG RANGE DESERT GROUP ( LRDG ).L’unité reçoit ses véhicules, principalement des Jeeps spécialement équipées et armées de 3 mitrailleuses Vickers et d’une mitrailleuse lourde Browning ( ou 2 Vickers jumelée) le 24 juillet 1942. Le 26 elle participe à l’attaque en force par 16 Jeeps des aérodromes 101 et 13 à SIDI-HANEISH. 30 avions sont détruits ou gravement endommagés.

Le 24 avril 1943, les 50 SAS survivants du FRENCH SQUADRON sont transférés en Angleterre.

Le 1 mai 1943 est créé au CAIRE le 3me Bn d’Infanterie de l’Air (3 BIA).

Le 1 juillet 1943 création à LONDRES du 1er Bn. d’Infanterie de l’Air des Forces Aériennes Françaises Libres ( 1er BIA-FAFL ) qui devient, en novembre 1943, le 4me Bn. d’Infanterie de l’Air ( 4e BIA ) pour éviter la confusion avec le 1er BIA créé en Afrique du Nord.

En décembre 1943, les 3e BIA et 4e BIA forment en ECOSSE la Demi-Brigade SAS et sont incorporés dans la SAS BRIGADE britannique. Le 4e BIA est dénommé 3 FRENCH PARA SQUADRON tandis que le 3e BIA est dénommé 4 SAS.

Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944 le 3 FRENCH PARA SQUADRON entre en opération, 2 groupes de 8 hommes sont parachutés dans le MORBIHAN et 2 groupes de 8 hommes sont parachutés dans les COTES DU RHONE. Le 8 juin 18 groupes de sabotage sont largués dans ces 2 départements. A partir du 16 juin le reste du Régiment est parachuté en renfort des équipes déjà en place.

En août 1944, le 4 SAS (3e BIA) devenu 3e Régiment de Chasseurs Parachutistes (3 RCP) est parachuté dans le centre de la FRANCE en mission de harcèlement.

Le 24 décembre 1944 les 4e BIA (3 FRENCH PARA SQUADRON, SAS) entretemps devenu 2me Régiment de Chasseurs Parachutistes (2e RCP) et le 3e RCP participent à la Bataille des Ardennes.

Dans la nuit du 7 au 8 avril 1945, 55 équipes (676 hommes) des 2e RCP et 3e RCP sont parachutés dans le nord des PAYS-BAS pour préparer l’avance de la division canadienne. L’opération AMRHEST, prévue initialement pour 2 jours, durera en fait 6 jours.

En août 1945 les 2e RCP et 3e RCP fusionnent.

L’ INFANTERIE DE L’AIR

En mars 1941 est créée également en Algérie, sur ordre du gouvernement de Vichy, une 1ere Cie d’Infanterie de l’Air (1ere CIA ) avec des effectifs des anciens G.I.A 601 et 602.

Elle prend contact avec le 501e US AIRBORNE le 19 novembre 1942. Elle devient le 1er Bn d’Infanterie de l’Air (1 BIA)en janvier 1943.

Le 1 mai 1943 Le 1er Bn d’Infanterie de l’Air (1 BIA) et le 2e Bn d’Infanterie de l’Air (2 BIA) deviennent Régiment de Parachutiste de Fez, du nom de sa localisation. Il deviendra le 1er Régiment de Chasseurs Parachutistes ( 1er RCP ).

Le 2 octobre 1944 l’unité est engagée comme Régiment d’Infanterie dans la 1er Division Blindée.

Du 4 au 22 octobre, le 1er RCP combat sur les cols des Vosges. Durant ces combats, le Rgt. dut déplorer 129 tués, 339 blessés et 380 hommes « pieds gelés ».

Le 9 janvier 1945, le 1er RCP combat pour la défense de STRASBOURG et participe à l’offensive contre la poche de COLMAR avec le 1er CHOC, ces 2 Unités ayant été rattachées au XXIe CORPS US. Ils entrent à COLMAR le 3 février 1945. Le 1er RCP reçoit sa 2e citation à l’Ordre de l’Armée de l’Air.

Les CHOCS et les COMMANDOS.

( Les Commandos d’Afrique et de France sont des Unités Parachutistes).

Le 25 mai 1943 est créé le Bataillon d’Assaut du Cdt. GAMBIEZ, qui devient le Bataillon de Choc ( 1er CHOC, béret bleu marine). Il participe à la libération de la CORSE du 11 septembre au 4 octobre 1943.

Le 26 juillet 1943 est créé à STAOUËLI le Groupement des Commandos d’Afrique à partir d’un noyau du Corps Franc d’Afrique. Il compte 1200 hommes.

En mai 1944, création à STAOUELI des Commandos de France constitués par des évadés de France. Béret noir et brevet parachutiste US.

Les 1er, 2e et 3e Commandos constituent le groupe des COMMANDOS DE FRANCE.

Le 17 juin, le 1er CHOC débarque sur l’île d’ELBE.

Du 20 au 25 août le 1er CHOC est engagé dans la région de TOULON. Participe à la prise de LYON et de GRENOBLE.

Le 4 septembre 1944, le Groupement des Commandos d’Afrique est renforcé par le Commando de Provence.

En octobre 1944, le 1er CHOC et le groupe des COMMANDOS DE FRANCE constituent la DEMI-BRIGADE DE CHOC. Elle combat dans les VOSGES durant les mois de septembre, octobre et novembre 1944.

Le 1er CHOC entre le premier à BELFORT le 20 novembre 1944.

Le 5 janvier 1945 est créée la BRIGADE DE CHOC aux ordres du Lt. Col. GAMBIEZ.

Elle comprend les :

1er GROUPEMENT DE CHOC constitué de la DEMI-BRIGADE DE CHOC et du 3e CHOC.

2e GROUPEMENT DE CHOC constitué des 2e et 4e CHOC. Ces Bn sont créés le même jour

3e GROUPEMENT DE CHOC par le Groupement des Commandos d’Afrique, devenu ce même jour le 5e CHOC et le Commando de Provence devenu le 6e CHOC.



Le 9 janvier 1945, le 1er CHOC combat pour la défense de STRASBOURG et participe à l’offensive contre la poche de COLMAR avec le 1er RCP, ces 2 Unités ayant été rattachées au XXIe CORPS US. Ils entrent à COLMAR le 3 février 1945.



Né des Services spéciaux, destiné aux Services spéciaux, le « Bataillon de Choc n’a que très rarement été utilisé selon sa vocation. On peut le déplorer, et nombreux sont les anciens qui estiment aujourd’hui, avec un peu d’amertume, qu’ils auraient pu faire mieux, beaucoup mieux; beaucoup plus... ( Extrait de l’introduction du livre de Raymond MUELLE « Le 1er BATAILLON DE CHOC »)

...A chaque étape de l’itinéraire des victoires qui conduit la 1ere Armée Française jusqqu’aux portes du Tyrol, le 1er Bataillon de Choc s’est vu confier les missions les plus dures.

Il n’a pas connu d’échec.



Général J. de LATTRE de TASSIGNY

Caporal d’Honneur du 1er Choc


Durant la seconde guerre mondiale, les parachutistes français effectuèrent 2700 sauts en uniforme au cours de 31 opérations.

Pour en savoir plus:

Voir le livre de Pierre VANDEVOORDE « Monographie des PARAS DU MONDE ENTIER » édité par l’A.S.B.L. A.A.S.H.F.A.
Revenir en haut Aller en bas
Roger Bodson
Pro !
Pro !



MessageSujet: Re: TROUPES AEROPORTEES ET COMMANDOS DURANT LA WW2: 3 LES PARAS ALLIES   Mar 7 Juil 2009 - 6:08

Pour les pays suivants, il faudra que vous attendiez que je finisse cette série d'articles.
Comme j'ai pu me procurer le livre de Pierre VANDEVOORDE je vais pouvoir la terminer.( Mais il me faudra du temps!!!)
Revenir en haut Aller en bas
booy
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: TROUPES AEROPORTEES ET COMMANDOS DURANT LA WW2: 3 LES PARAS ALLIES   Mar 7 Juil 2009 - 8:18

Bravo Roger
Sacré travail
Amitiés Para
Pierrot
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: TROUPES AEROPORTEES ET COMMANDOS DURANT LA WW2: 3 LES PARAS ALLIES   

Revenir en haut Aller en bas
 
TROUPES AEROPORTEES ET COMMANDOS DURANT LA WW2: 3 LES PARAS ALLIES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: NOS GUERRES COMPTEMPORAINES et les OPEX :: GUERRE 1939-1945-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: