CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Avec six sauts en moyenne par an, l’entraînement des troupes aéroportées est insuffisant, prévient le général Burkhard

Aller en bas 
AuteurMessage
Pérignon
Expert
Expert
Pérignon


Avec six sauts en moyenne par an, l’entraînement des troupes aéroportées est insuffisant, prévient le général Burkhard Empty
MessageSujet: Avec six sauts en moyenne par an, l’entraînement des troupes aéroportées est insuffisant, prévient le général Burkhard   Avec six sauts en moyenne par an, l’entraînement des troupes aéroportées est insuffisant, prévient le général Burkhard EmptySam 30 Nov 2019 - 23:24


Avec six sauts en moyenne par an, l’entraînement des troupes aéroportées est insuffisant, prévient le général Burkhard Oap-2011

Citation :
Avant de transmettre le glaive de commandement au général Thierry Burkhard en juillet dernier, le général Jean-Pierre Bosser, alors chef d’état-major de l’armée de Terre [CEMAT] s’était plaint auprès des députés de l’insuffisance des capacités d’aérolargages, dues aux difficultés de l’armée de l’Air dans le domaine du transport aérien tactique.

« Cette année, les chiffres en matière de capacités d’aérolargage seront sans doute les plus faibles des trois dernières années car nous sommes au point mort bas, entre la perte des Transall et l’attente de la montée en puissance de l’A400M », avait souligné le général Bosser.

Lors de sa première audition à l’Assemblée nationale [le 2 octobre mais le compte-rendu vient seulement d’être mis en ligne], le général Burkhard est revenu sur cette difficulté, qui n’est pas sans conséquence sur la formation et l’entraînement des unités de la 11e Brigade Parachutiste [BP].

« C’est un vrai problème qui illustre à quel point l’armée de Terre ne peut pas faire la guerre toute seule et qui illustre à quel point nous avons besoin des autres armées », a en effet admis le général Burkhard.

Or, a-t-il continué, il « n’est pas possible d’acquérir un savoir-faire technique tel que le parachutisme sans un entraînement soutenu. C’est d’autant plus important que ce type de missions ne se passe jamais comme prévu. » Et visiblement, les troupes aéroportées effectuent actuellement trois fois moins de sauts que par le passé.

Pour illustrer son propos, le général Burkhard a pris l’exemple de l’opération aéroportée [OAP] Bonite, menée en mai 1978 par le 2e Régiment Étranger de Parachutistes [REP]. « Ce fut le cas à Kolwezi où les parachutistes étaient bien plus nombreux dans les avions qu’ils n’auraient dû l’être. L’inspection au sol et dans l’avion n’a donc pas été possible, les soldats étant trop serrés. Pour autant, il n’y a pas eu d’accident au moment du saut parce que les sections ne sautaient pas seulement 3 ou 6 fois dans l’année mais 10 ou 15 fois », a-t-il souligné. Et, justement, « c’est cet entraînement qui permet, lorsqu’une opération est déclenchée, d’aller un peu plus loin et de gagner », a-t-il fait valoir.

Comme l’avait avancé le général Bosser, cette situation s’explique notamment par les difficultés de l’avion de transport A400M d’Airbus. Si c’est un appareil « en termes de transport logistique, il ne l’est pas du tout, à ce stade, en termes de transport tactique », avait-il dit.

« L’arrivée trop lente de l’A400M nous met en difficulté », a également affirmé le général Burkhard, passé par le 2e REP. « J’estime que nous pouvons y faire face en raison de notre savoir-faire mais… pas longtemps » car « nous sommes descendus au seuil limite de six sauts par an lequel, selon moi, est à peine suffisant pour maintenir les qualifications », a-t-il expliqué aux députés.

« Avec une moyenne de six sauts par an, nous sommes obligés de faire du chiffre et nous ne faisons pas de la qualité : soit les parachutistes sautent, non-équipés, à 70 dans l’avion, soit ils sont équipés et ils sautent à 40. Lorsqu’il faut faire passer un maximum de gens avec six sauts, ils sont non-équipés or, en mission, les parachutistes le sont forcément », a enchaîné le général Burkhard. Et donc, cela fait que « la qualification technique est donc maintenue au détriment de la formation tactique ». Aussi, a-t-il prévenu, il ne sera « pas possible de procéder ainsi indéfiniment. »

Cela étant, le CEMAT se veut confiant. « Le bout du tunnel se profile, mais les difficultés ne sont pas encore terminées », a-t-il dit, avant d’évoquer une étude portant sur un contrat d’externalisation susceptible d’être attribué à une entreprise privée qui mettrait un avion CASA à disposition. Cela « redonnera un peu d’air à la qualification ‘Troupes aéroportées' », espère-t-il.

http://www.opex360.com/2019/11/30/avec-six-sauts-en-moyenne-par-an-lentrainement-des-troupes-aeroportees-est-insuffisant-previent-le-general-burkhard/
Revenir en haut Aller en bas
 
Avec six sauts en moyenne par an, l’entraînement des troupes aéroportées est insuffisant, prévient le général Burkhard
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: ACTUALITES DIVERS :: VEILLE ACTUALITE MILITAIRE-
Sauter vers: