CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La 11e Brigade Parachutiste étant la seule à pouvoir armer l’alerte “Guépard” avec ses troupes aéroportées-laquelle suppose d’être au pied de l’avion, 12 heures après son déclenchement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kéo
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: La 11e Brigade Parachutiste étant la seule à pouvoir armer l’alerte “Guépard” avec ses troupes aéroportées-laquelle suppose d’être au pied de l’avion, 12 heures après son déclenchement   Sam 14 Déc 2013 - 23:56

Mali, Centrafrique : les soldats du Grand Sud engagés

Publié le 14/12/2013 à 08:45 | 3

zoom

Des centaines de soldats et personnels sont déployées en Afrique.

Les opérations Serval, au Mali, et Sangaris, en Centrafrique, mobilisent actuellement environ 900 personnels des différentes unités de la 11e Brigade Parachutiste, dont le commandement est basé au quartier général Niel, à Toulouse.
Envoyés dès le 14 janvier 2013 au Mali (avec des éléments du 3e RPIMa de Carcassonne et du 17e RGP de Montauban), les hussards du 1er Régiment de Hussards Parachutistes de Tarbes ont à nouveau déployé 150 hommes (le 2e escadron) avec leurs blindés, à Gao, depuis début octobre.
Mais actuellement, c’est bien sûr la Centrafrique qui monopolise l’essentiel des unités de la région, lesquelles représentent presque la moitié d’un dispositif Sangaris tablant sur un effectif total de 1600 hommes. Déjà présent dans le cadre de l’opération Boali (le colonel Vincent Tassel, chef de corps du 8e Régiment Parachutiste d’Infanterie de Marine de Castres, commandant l’état -major de cette mission), le «8» fournit ainsi deux compagnies (1)à l’opération Sangaris et a malheureusement perdu deux hommes dans un accrochage en début de semaine, les soldats de première classe Antoine Le Quinio et Nicolas Vokaer.
Sont également arrivés dans la semaine, à Bangui, en provenance du Cameroun, où ils avaient été acheminés par mer, 150 hommes issus des 1er et 3e escadrons du 1er RHP. à ces renforts blindés s’est également ajoutée une compagnie du 1er Régiment de Chasseurs Parachutistes de Pamiers tandis que le contingent de la 11e BP devrait encore grossir dans la zone puisqu’ une compagnie du 3e RPIMa de Carcassonne quitte aujourd’hui la France pour Douala, au Cameroun, avant de rallier sans doute la Centrafrique, les Groupement Commando Parachutiste du régiment étant déjà présents sur place. Des éléments du 35e Régiment d’artillerie parachutiste de Tarbes doivent également partir aujourd’hui pour l’Afrique, les artilleurs tarbais et les sapeurs du 17e Régiment du Génie Parachutiste de Montauban fournissant aussi traditionnellement des éléments pour ces opérations, avec leurs savoir-faire spécifiques.
La 11e Brigade Parachutiste étant la seule à pouvoir armer l’alerte “Guépard” avec ses troupes aéroportées-laquelle suppose d’être au pied de l’avion, 12 heures après son déclenchement-, elle est, de fait, en tant que «brigade de l’urgence», toujours très sollicitée. D’où des contraintes très importantes pour le matériel et les hommes qui n’ont pas le droit de quitter leur garnison.
(1) Une compagnie représente entre 150 et 200 hommes.
source La Dépêche du Midi
Revenir en haut Aller en bas
 
La 11e Brigade Parachutiste étant la seule à pouvoir armer l’alerte “Guépard” avec ses troupes aéroportées-laquelle suppose d’être au pied de l’avion, 12 heures après son déclenchement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: NOS GUERRES COMPTEMPORAINES et les OPEX :: OPEX 1962 à ce jour :: RCA République Centre Africaine-
Sauter vers: