CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 NOS AMIS LES TRINGLOTS

Aller en bas 
AuteurMessage
guy61
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: NOS AMIS LES TRINGLOTS   Lun 11 Aoû 2014 - 20:02

Voilà des soldats un peu oubliés de la guerre d'Algérie, après une opération héliportée, bien souvent une fois les combats terminés (quand il y a eu accrochage) on revenait à pied à un endroit convenu par radio (SCR 300). Et là nos braves tringlots étaient toujours fidèles au rendez-vous.....pour nous ramener à la base arrière.



convoi du train en Grande Kabylie

s'il y a des gens que nous devons remercier avec les pilotes de l'ALAT, l'AERONAVALE et l'AA, ce sont les gens du TRAIN !



tringlots

En 1956, l'État-Major dispose en plus des unités déjà citées en 1954 de 22 compagnies de transport autonomes ou regroupées au sein de Groupes de Transport, de 6 Compagnies de Circulation Routière, de 2 compagnies muletières, d'une deuxième Compagnie Régionale.



carte d'implantations du Train en Algérie

Mais le Train en Algérie c'est aussi la création de 8 Bataillons de Marche dont les Tringlots vont crapahuter comme fantassins. Avec des rappelés, le Train constitue des bataillons de 700 hommes (sur le papier, car en réalité souvent moins) qui seront remplacés après le départ des rappelés par des appelés du contingent. Avec eux, les effectifs des bataillons passent à un millier d'hommes. Il est créé également un Bataillon de Protection chargé de l'ouverture des voies ferrées et de la protection des déplacements ferroviaires. Chacune des autres unités du Train va également constituer une section de harkis.A la fin de 1956, l'ensemble des bataillons de marche comprend 140 officiers, 660 sous-officiers et 4 100 hommes (8% des effectifs du Train)
Au 1er septembre 1956, 28 000 hommes servent en Algérie sous l'étendard du Train.
Au maximum de ses effectifs, le Train compte 9 000 véhicules et 750 motos.
Les besoins en hommes qualifiés sont considérables pour un tel parc. Conducteurs et dépanneurs doivent être capables d'opérer sur des itinéraires difficiles à toute heure et par tous les temps dans un climat d'insécurité total. Le Train doit pratiquer l'amalgame des jeunes métropolitains et des jeunes F.N.S.A. qui lui sont affectés. Le Centre d'instruction (C.I.T. 160) installé à Beni-Messous et les C.I.T métropolitains pourvoient à leur instruction. Les hommes vont ensuite diversifier leur formation et se spécialiser.
Le Train particpent à toutes les opérations de grande ampleur : Brumaire, Couronne, Courroie, Étincelle, Jumelles, Pierres Précieuses et d'opérations de ratissage plus limitées comme Aloès, Véronique, Violettes, Éventail, Zoulous, Pygmée, Arquebuse, Espérance, 459. Mais ce qui usent les hommes et le matériel se sont les opérations quotidiennes de liaison, de ravitaillement, de gardes statiques, de relations publiques. Le haut-commandement demande aux soldats d’administrer les communes, de liquider l’A.L.N., de détruire l‘infrastructure politique et militaire du F.L.N., de boucler les frontières, de construire des écoles et de faire la classe, de construire des dispensaires et de soigner les populations, de donner à manger à ceux qui ont faim, de creuser des puits, d’organiser des travaux publics, de surveiller les ponts, les mines, les voies ferrées, les installations pétrolières, les fermes, de résoudre les litiges, d’animer des fêtes, de protéger les jeunes femmes des E.M.S.I. (équipes médico-sociales itinérantes), d‘emmener les électeurs au bureau de vote, de livrer les suspects aux D.O.P. (détachements opérationnels de protection). Le soldat est de service 24h/24 et 7 jours sur 7. Combattant à certaines heures, il est également bâtisseur, manutentionnaire, cantonnier, bûcheron. Le Tringlot comme les autres est tout cela à la fois. Contrairement aux conflits précédents, il n'y a pas de lignes de front, pas de solution de repli. Tous les jours, il y a des risques. Tout déplacement est dangereux. Tout tour de garde est dangereux. Les armes chargées en permanence sont dangereuses. Plus que tout, c'est la routine et l'excès de confiance qui sont dangereux.



opération Jumelles août 59



en plus des GMC et des DODGE il y avait des SIMCA-FORD et RENAULT, au SAHARA BERLIET Gazelle (diesel)

Le TRAIN a fêté ses 200 ans d'existence en mars 2011......
Revenir en haut Aller en bas
jacky alaux
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: NOS AMIS LES TRINGLOTS   Mar 12 Aoû 2014 - 0:19



Je ne sais pas dans les autres Unités Paras, Mais au 14e RCP de 57 à 60 nous avions des trainglots affectés en permanence au Régiment, comme le dit Guy c'étaient des vrais camarades. Il nous est même arrivé d'en " glisser en douce " parmi nous et réussir à les faire sauté, lors des sauts de routine mensuels.Tu parles si ils en étaient fiers... Ils avaient sauté en parachute avec des Paras...
Revenir en haut Aller en bas
rousseau serge
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: NOS AMIS LES TRINGLOTS   Mar 12 Aoû 2014 - 15:24

super Guy merci  et très instructif
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: NOS AMIS LES TRINGLOTS   

Revenir en haut Aller en bas
 
NOS AMIS LES TRINGLOTS
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: ACTUALITES DIVERS :: L'ACTUALITE DU JOUR, LES BREVES-
Sauter vers: