CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Répondre au sujetPartagez
 

 Quelques heures avant la fin du monde. Ou pas, d'ailleurs. Les banques centrales savent-elles ce qu'elles font

Aller en bas 
AuteurMessage
PTS
Pro !
Pro !
PTS


Quelques heures avant la fin du monde. Ou pas, d'ailleurs. Les banques centrales savent-elles ce qu'elles font  Empty
MessageSujet: Quelques heures avant la fin du monde. Ou pas, d'ailleurs. Les banques centrales savent-elles ce qu'elles font    Quelques heures avant la fin du monde. Ou pas, d'ailleurs. Les banques centrales savent-elles ce qu'elles font  EmptyMer 18 Sep 2013 - 16:05

Quelques heures avant la fin du monde. Ou pas, d'ailleurs. Les banques centrales savent-elles ce qu'elles font  Header

Mercredi 18 septembre 2013
Quelques heures avant la fin du monde. Ou pas, d'ailleurs
Cécile Chevré
Quelques heures avant la fin du monde. Ou pas, d'ailleurs
Cécile Chevré

Les banques centrales savent-elles ce qu'elles font se demandait dans une précédente Quotidienne Eberhardt Unger. Question toute rhétorique car, effectivement, elles n'ont aucune idée ni de la conduite à tenir, ni des c.nséquences à long terme de leur politique. Cependant, la question mérite d'être posée et reposée, cinq ans après la faillite de Lehman Brothers, et alors que les banquiers centraux sont présentés comme les remparts contre un effondrement systémique de l'économie mondiale.

Vous avez été nombreux à réagir à cet article et voici la réaction d'un lecteur auquel je vais accorder l'anonymat : "Oui, elles savent ce qu'elles font ! Leur objectif est de ruiner les Etats européens et d'installer une dictature à leur place avec des valets politiciens à leurs bottes ! Vous qui voyez loin, je suis surpris que vous n'ayez pas détecté leur manège !"

Cher lecteur, je ne suis pas sûre que l'on puisse vraiment m'accuser de complaisance envers les banques centrales, mais de là à les accuser de fomenter un complot anti-européen... il y a plusieurs pas que je me refuse absolument à franchir.

Que la Fed n'ait pas grand-chose à faire de ce qui se passe en Europe ou dans les pays émergents, ça je veux bien le croire. Qu'elle ne mesure pas les c.nséquences à long terme de sa politique, ça aussi. Que la politique de cette même Fed soit déjà en train de créer les bulles et les déséquilibres de demain, évidemment... mais l'établissement d'une dictature a peu de chances --rassurez-vous -- de faire partie de ses projets. Tout d'abord parce que Bernanke et consorts sont bien trop occupés à sauver le dollar et la dette américaine.

La dette, encore elle
Et c'est un sacré boulot. La dette publique américaine va à nouveau atteindre dans les jours qui viennent son plafond légal. Et, à nouveau, nous allons assister à des discussions musclées au Congrès sur les manières de réduire, ou pas, cet endettement. Discussions qui n'aboutiront à rien à part un blanc-seing pour le gouvernement américain qui va continuer à s'endetter.


La dette américaine va continuer à croître, voilà une certitude. Et c'est appréciable car en ce monde post-Lehman, elles sont bien rares.

La dette US augmente donc. Il lui faut donc plus d'acheteurs. Reste à savoir qui, car les acheteurs traditionnels de bons du Trésor ne semblent plus tellement motivés que cela par cette américaine qui fut un temps la panacée. Aux dernières nouvelles, ils en sont moins convaincus, comme le soulignait Simone Wapler dans sa Stratégie : "En avril et juin, les ventes nettes des détenteurs étrangers ont atteint un chiffre record, du jamais vu depuis... 1978, année depuis laquelle ces données sont disponibles. Avril avait déjà été un mois atroce. Juin est pire : plus de 40 milliards de dollars de délestage".

Si la tendance se poursuit, c'est mauvais très mauvais signe pour les Etats-Unis. Reste à attendre une confirmation car les ventes de juin peuvent être une sur-réaction aux premières annonces de la Fed quant au ralentissement du QE... Et si l'économie américaine parvient tant bien que mal à se remettre -- ne serait-ce que pour un temps -- sur les rails, les acheteurs étrangers devraient montrer moins de réticence devant la dette US.

Quoi qu'il en soit, les rendements américains sont jusqu'à présents restés sous contrôle grâce à une seule personne : Ben Bernanke. Et ses 85 milliards de dollars mensuels de rachats de bons du Trésor et d'actifs. Sans Bernanke, c'est la panique.

Nous en avons d'ailleurs eu un avant-goût depuis mai : fuite des liquidités des pays émergents, remontée des rendements obligataires et quelques séances de baisse sur les marchés actions.

Cependant, la nouvelle semble maintenant avoir été digérée par les marchés et si, ce soir, la Fed annonce bien une réduction de 10 à 15 milliards de ses achats, les marchés ne devraient pas paniquer outre mesure. Après tout, la Fed continuera à acheter entre 75 et 80 milliards de dollars chaque mois.

Changement de chef des opérations
Et ce d'autant plus que ce week-end est tombé une excellente nouvelle pour tous les accros à la liquidité, les drogués au quantitative easing : Larry Summers, un des principaux candidats à la succession de Ben Bernanke à la tête de la Fed vient de jeter l'éponge.


Car pour ne rien arranger, en pleine manoeuvre pour réduire son QE sans faire exploser les marchés, la Fed doit changer de commandant en chef. Le mandat de Bernanke arrive à son terme fin décembre prochain et, ces derniers mois, deux candidats s'étaient dégagés.

Larry Summers, dont la rumeur disait qu'il était le favori de Barack Obama, et dont les faits d'armes sont les suivants : avoir presque ruiné l'université d'Oxford, avoir été le ministre sous Clinton (l'administration qui a permis la dérégulation des activités des banques), avoir glissé dans une conversation que les femmes étaient naturellement moins douées que les hommes en mathématiques et être consultant pour nombre de banques d'affaires.

La rumeur toujours le disait critique quant à l'action de Bernanke et disposé à mettre fin aussi vite que possible au quantitative easing.
Revenir en haut Aller en bas
 
Quelques heures avant la fin du monde. Ou pas, d'ailleurs. Les banques centrales savent-elles ce qu'elles font
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La SPA en quelques dates
» Quelques sites importants
» Pain croustillant de 18 heures
» Heures complémentaires
» Le Havre "je vis ailleurs".

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: ACTUALITES DIVERS :: Actualité instantanée :: GEOECONOMIE-
Répondre au sujetSauter vers: