CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 " Affaire " Mahé

Aller en bas 
AuteurMessage
Trekker
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: " Affaire " Mahé   Mer 28 Nov 2012 - 2:59

Alors que prochainement les protagonistes de cette " affaire " vont se retrouver en cours d'assises, et risquent d'écoper de lourdes peines des prison. Il est bon de lire la longue interview de l'adjudant-chef Guy Raugel, et qui entre autre remet bien les "pendules à l'heure ".

http://www.ledauphine.com/faits-divers/2012/11/27/guy-raugel-a-ce-moment-la-la-fin-justifiait-les-moyens

Extraits :

...... Qui était Mahé ?


C’était le chef de bande le plus redouté. On avait du mal à mesurer l’ampleur de ses exactions car les victimes ne pouvaient pas parler, comme il n’y avait ni police, ni gendarmerie pour les protéger. Mahé avait commis les pires exactions. Quand j’ai entendu dire que c’était un gentil plombier, un bon père de famille... Le procès fera toute la lumière sur qui était cet homme-là. Il n’y aura aucun doute sur le fait que c’était le pire criminel de l’ouest de la Côte d’Ivoire Comme il n’y aura aucun doute que l’ordre m’a été donné de remplir cette mission-là. Jusqu’ici je n’en ai pas parlé. J’étais militaire. Maintenant, je ne le suis plus...

..... La légalité, mais c’est une valeur totalement abstraite, une valeur de mec qui a le c....................! sur une chaise dans le fond d’un bureau, le mec qui est au chaud. C’est facile pour une femme comme Michèle Alliot-Marie de dire : si vous avez un ordre illégal, vous m’appelez. Elle sort d’où cette bonne femme pour dire des trucs pareils ! Eh ! Oh ! Faut se réveiller. On est des hommes sur le terrain. On se pèle le c....................!, on a peur pour nos hommes, on prend des risques, on est prêts à se prendre une balle dans la tronche pour faire notre boulot. Et notre boulot, on le fait parce qu'on y croit, on a des convictions, on le vit avec nos tripes....

..... Mais sur le coup, quand vous avez ramassé des femmes qui ont été violées, que votre infirmière les a nettoyées, que vous avez ramassé des hommes massacrés, avec les couilles dans la bouche, les doigts coupés, achevés à coups de machette…

........Mais il fallait que ça cesse. Quand vous recevez un ordre comme ça sur le terrain, vous ne discutez pas. Il n’y avait pas de prison. Des criminels, j’en avais attrapé. Vous savez ce qui se passait ? On les remettait à l’ONU ou au Sifpol. Soit ils étaient remis en liberté, soit ils étaient remis aux gouvernementaux qui les remettaient en liberté. Il n’y avait pas de solution. Moi, je me suis engagé pour protéger. Cet ordre-là me disait : là, mec, ça va s’arrêter. Je voulais que ça cesse, mes hommes voulaient que ça cesse, le commandement voulait que ça cesse........
Revenir en haut Aller en bas
Trekker
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: Re: " Affaire " Mahé   Mer 28 Nov 2012 - 3:05

En " réponse " à cette interview celle du général alors CEMA à l'époque, qui a informé de cette "affaire" la ministre de la Défense et conjointement le procureur du TAP ( tribunal aux armées de Paris ).

http://www.marianne.net/blogsecretdefense/Mahe-Je-n-ai-pas-hesite-une-seconde-a-porter-ces-faits-devant-la-Justice--nous-explique-le-general-Thorette_a853.html

Je préfère ne pas commenter sa démarche et propos.
Revenir en haut Aller en bas
PLOUSEY
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Affaire MAHE   Mer 28 Nov 2012 - 12:09

Décidément les français de la base, qu' ils soient militaires, gendarmes ou policiers, seront toujours des assassins, des barbares, de vils tortionnaires colonialistes ! Certains français de "haute condition" ne voient pas où va nous mener leur lâcheté et n'ont pas compris que leur politique du "tout civilisé", devant des peuples qui viennent tout juste de quitter leurs sagaies pour des kalachnikov va mener notre belle France au chaos. Certains peuples, actuellement, ne respectent que la violence, non pas parce qu' ils sont foncièrement mauvais, mais parce leur civilisation n' est pas encore suffisamment évoluée. Il faut donc bien les ramener à la réalité par des actions qu' ils comprennent, autrement ils penseront qu' il s' agit d' une faiblesse à exploiter. Ceci n' est pas nouveau, nos dirigeants feraient bien de lire ou relire les nombreux ouvrages sur la dégénérescence et la chute des civilisations antiques.

Honneur aux Officiers qui soutiennent leurs hommes et endossent leurs responsabilités.
Revenir en haut Aller en bas
V12
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: " Affaire " Mahé   Ven 30 Nov 2012 - 18:50

Affaire Mahé : Le colonel Burgaud assume avoir donné un ordre illégal
30 novembre 2012 – 14:34

Le procès des quatres anciens militaires français de l’opération Licorne accusés de d’avoir pris part au meurtre, de Firmin Mahé, un chef présumé d’une bande de coupeurs de route, s’est poursuivi, hier, devant la cour d’assises de Paris avec les témoignages de deux d’entre eux, à savoir l’adjudant-chef Guy Raugel et le colonel Eric Burgaud.

Aux moments des faits, c’est à dire en mai 2005, des éléments français de l’opération Licorne étaient déployés en soutien de la force de l’ONU pour la Côte d’Ivoire (ONUCI) dans une zone tampon entre deux région, l’une étant contôlée par les rebelles, l’autre, par les troupes gouvernementales. En fait, il s’agissait d’un secteur de non droit, où populations civiles subissaient des exactions commises par des coupeurs de route et des miliciens, lesquels n’étaient inquiétés ni par la police, ni par la justice.

“On était écoeuré, on en avait marre, marre, marre, de voir des coupeurs de route qu’on arrêtait revenir en toute impunité recommencer leurs saloperies”, a déclaré, devant la cour, l’adjudant-chef Raugel.

Suspecté d’être le responsable d’une demi-douzaine de meurtres et d’autant de viols Firmin Mahé, est reconnu, ce 13 mai 2005, lors d’une patrouille du peloton de reconnaissance et d’intervention antichar” (PRIAC) commandé par le sous-officier. Blessé par balle au genou après avoir pris la fuite, le coupeur de route présumé est retrouvé par les militaires français en fin de journée. Et c’est là que l’affaire va commencer.

En effet, l’adjudant-chef Raugel a affirmé avoir reçu l’ordre du colonel Eric Burgaud, , alors commandant du Groupement Interarmées n° 2, de faire en sorte que Firmin Mahé n’arrive pas vivant à l’hôpital. C’est ainsi qu’il va étouffer le blessé avec un sac plastique, à bord du blindé qui devait le transporter à Man.

Ayant reconnu les faits, le sous-officier a affimé qu’il était alors convaincu que sa hiérarchie allait “tout assumer”, parce que “le chef, dans l’armée, est responsable de l’exécution de l’ordre qu’il donne.”

C’est ce qu’a fait le colonel Burgaud, quand est venu son tour de témoigner. “J’assume avoir donné un ordre illégal et d’avoir été lâche, indigne” a-t-il affirmé.

“Cette affaire a démarré à une vitesse hallucinante. En trois jours, j’ai été suspendu de mon commandement. L’officier que j’étais a été tué en trois jours. Il restait l’homme, j’avais alors deux garçons de 6 ans et demi et 5 ans qui n’étaient pas bien. Je n’ai pas tout dit parce que j’avais peur d’aller en prison et de perdre ce qui restait. Peur que ma famille parte avec tout ça” a encore confié l’officier, dont les propos à la barre ont été rapportés par le quotidien Le Monde.

Le colonel Burgaud a par ailleurs tenté d’expliquer les raisons qui ont conduit au meurtre du coupeur de route. “Quand vous voyez des gens qui n’ont rien fait se faire massacrer, des enfants découpés entièrement à la machette, une femme enceinte tuée volontairement à coup de chevrotine dans le ventre… J’étais choqué, c’était inacceptable” a-t-il raconté, ajoutant qu’il avait eu alors l’idée sur le moment “d’en buter un (ndlr, coupeur de route) à titre d’exemple”.

Visiblement, le colonel Burgaud n’était pas le seul à partager ce sentiment. A commencer, selon lui, par son supérieur direct, le général Poncet, alors commandant de l’opération Licorne et qui a bénéficié d’un non lieu dans cette affaire.

“Face à l’inacceptable, qu’est-ce que vous faites? Il y a des barrières, du légitime, du légal, des ordres. Ce combat de valeurs nécessite des choix. Le 13 mai, supprimer Mahé était la moins pire des solutions. C’est facile d’avoir le choix entre le bien et le mal. Le soldat choisit souvent entre le mal et le pire. Le pire, c’était de ne rien faire. A 100 mètres d’un poste de l’ONUCI, une nuit, des gens d’un village ont été mis dans une case à laquelle on a mis le feu. Chez moi, cela s’appelle Oradour. Est-ce acceptable ? Non” a poursuivi le colonel Burgaud.

Les mots de cet officier font penser aux dialogues du film “Le Crabe Tambour”, de Pierre Schoendoerffer. “Moi, je ne ferai que ce je crois juste” lance le lieutenant de vaisseau Willsdorf (Jacques Perrin). “Balivernes, le choix de l’homme n’est pas entre ce qu’il croit le bien et le mal, mais entre un bien et un autre bien” lui rétorque le commandant (Jean Rochefort)….

Quoi qu’il en soit, le colonel Burgaud a maintenu sa ligne de défense, en affirmant que cet ordre “illégal”, qu’il assume, venait du général Poncet, au commandement, selon lui “très direct et très impulsif”. Ce serait en effet lui, prétend l’ancien chef de corps du 13ème Bataillon de chasseurs alpins, qui aurait suggéré au peloton de l’adjudant-chef Raugel de “le remonter (Mahé) à Man par la route en prenant tout son temps.” Et d’ajouter : “Il fallait que Mahé arrive mort et ne s’échappe pas, c’est la compréhension que j’ai eu de l’ordre, comme tout le monde.”

“En tout état de cause, le général Poncet n’admet pas avoir donné cet ordre. Il a été assez habile pour ne pas être parmi nous ici, devant vous. L’indignité, maintenant, est dans son camp” a conclu le colonel Burgaud.

source : http://www.opex360.com/2012/11/30/affaire-mahe-le-colonel-burgaud-assume-avoir-donne-un-ordre-illegal/
Revenir en haut Aller en bas
Trekker
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: Re: " Affaire " Mahé   Ven 7 Déc 2012 - 19:10

Une bonne nouvelle, la cour d'assises de Paris vient de prononcer que des peines symboliques

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2012/12/07/proces-mahe-un-acquittement-et-trois-condamnations-avec-sursis-pour-les-militaires_1801800_3212.html

....... La cour d'assises de Paris a prononcé vendredi 7 décembre un acquittement et trois peines de prison avec sursis au procès de quatre militaires français jugés pour le meurtre en 2005 d'un Ivoirien, épilogue d'un procès hors norme entré au cœur de l'armée et de ses opérations extérieures.

Le colonel Eric Burgaud, qui avait transmis l'ordre de tuer M. Mahé, est condamné à cinq ans avec sursis, l'adjudant-chef Guy Raugel, qui l'a étouffé avec un sac plastique, à quatre ans avec sursis, et le brigadier-chef Johannes Schnier, qui le maintenait, à un an avec sursis. Le brigadier Lianrifou Ben Youssouf, qui conduisait le véhicule blindé où se sont déroulés les faits, a été acquitté.......

...... L'essentiel des débats a tourné autour de la possibilité qu'avaient les accusés de désobéir à un ordre illégal, ce qu'ils ont estimé plus simple à concevoir dans le confort d'un bureau qu'à mettre en œuvre sur le terrain. "On a vu passer beaucoup de galonnés, avec de belles étoiles et politiquement corrects, qui m'ont donné la nausée", a déclaré Guy Raugel.
Revenir en haut Aller en bas
bleu12
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: " Affaire " Mahé   Ven 7 Déc 2012 - 19:36

Merci pour cette nouvelle rassurante

_________________
"Nous avons eu l’impression d’être trahis, ce qui explique notre révolte" Commandant Hélie de Saint-Marc dernier Chef de Corps du 1er REP
Revenir en haut Aller en bas
RC4
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: Re: " Affaire " Mahé   Sam 8 Déc 2012 - 15:30

Bonjour à tous,
Pour infos, le site de soutien au Colonel Eric BURGAUD :

https://www.eric-burgaud.fr/association/soutien-eric-burgaud.html

Bien cordialement
Jérôme
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: " Affaire " Mahé   

Revenir en haut Aller en bas
 
" Affaire " Mahé
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: ACTUALITES DIVERS :: L'ACTUALITE DU JOUR, LES BREVES-
Sauter vers: