CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 mobilisation des réservistes en cas de crise majeure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: mobilisation des réservistes en cas de crise majeure   Ven 8 Avr 2011 - 6:23

Un projet de loi pour faciliter la mobilisation des réservistes en cas de crise majeure
7 avril 2011 – 15:41





Cet article est dédié à Roger Avignon, qui nous a quittés dans la nuit du 5 au 6 avril. Maréchal des logis, Roger Avignon avait participé aux combats de Tannay, le 24 mai 1940, avec le 93ème GRDI. Il avait été l’un des 5 cavaliers survivants sur les 47 qui partirent à l’assaut contre un bataillon allemand, conformément aux ordres reçus. Témoin inlassable de cette époque, gardien de la mémoire de ses frères d’armes du 20ème Régiment de Dragons, spécialiste reconnu des blindés (et en particulier des chars B1 B) de la campagne de France, Roger Avignon aura incarné le courage, le sens du devoir et la fidélité.

En décembre 2010, les sénateurs Michel Boutant (PS) et Joëlle Garriaud-Maylam (UMP) ont rendu un rapport d’enquête au sujet de l’emploi des réserves civiles et militaires dans le cas d’une catastrophe majeure qui surviendrait en France.


La réserve militaire, en comptant les effectifs de la gendarmerie, compte plus de 60.000 volontaires. Elle est complétée par celle de la police (4.000 militaires hommes), ainsi que par la « réserve sanitaire », composée par des professionnels de santé retraités ou encore étudiants, les « réserves communales de sécurité civile » (2.100 bénévoles) et par la « réserve pénitentiaire », en cours de formation.

Les risques envisagés par les rédacteurs du rapport vont de l’agression militaire, à l’attaque terroriste de grande ampleur, en passant pas une catastrophe naturelle ou encore une pandémie.

Pour ce qui concerne le volet militaire, le contrat opérationnel des forces armées prévoit la possibilité de déployer 30.000 hommes, 70 avions et d’importants moyens navals sur un théâtre d’opérations extérieures, avec une capacité d’intervention d’urgence de 5.000 militaires. Pour les opérations sur le territoire national, 10.000 soldats sont prévus.

Dans le cas d’un scénario dit H3, c’est à dire qui prévoit le pire des cas, avec un engagement simultané à l’extérieur et à l’intérieur des frontères, les armées auront obligatoirement recours à leurs réservistes.

Mais sans aller jusqu’à cette hypothèse, le rôle de la réserve reste essentiel dans le cas d’une catastrophe aux conséquences limitées. En effet, dans un premiers temps, les pouvoirs publics comptent surtout sur les forces d’active. Toutefois, les deux parlementaires ont noté que les états-majors interarmées des zones de défense et de sécurité sont composés, en cas de crise, de 75% de réservistes rapidement disponibles.

En outre, les auteurs du rapport ont indiqué que les réservistes « pourraient jouer, dans un deuxième temps, un rôle important pour s’inscrire dans la durée et permettre la relève des effectifs, soit en participant directement aux opérations, soit en renmplaçant des militaires d’active dans le fonctionnement des affaires courantes ».

Cela étant, et bien qu’ils ont jugé que « la contribution des réserves à la gestion des crises passées d’ampleur limitée avait été satisfaisante », laquelle repose « largement sur l’utilisation et la fidélisation d’un nombre restreint de réservistes particulièrement motivés, entraînés tout au long de l’année et disponibles », les deux parlementaires ont émis des doutes quant à la capacité du dispositif actuel à faire face à une « crise d’une ampleur beaucoup plus importante » pour plusieurs 5 raisons
Revenir en haut Aller en bas
 
mobilisation des réservistes en cas de crise majeure
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: ACTUALITES DIVERS :: VEILLE ACTUALITE MILITAIRE-
Sauter vers: