CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 MA 1er OPERATION en ALGERIE 1956

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
junker
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: MA 1er OPERATION en ALGERIE 1956   Jeu 17 Mar 2011 - 8:49

Ma 1er Opération dans les rangts BIGEARD au 3ème RPC

7 avril 1956...arrivé sur les quais de la ville de BÔNE ..en ALGERIE


Le bateau "SIDI-OKBA" vieille "baille crado" dans sa carcasse c'est le remue ménage des "arrivées de troupes"...

Me voici dans les rangs des "hommes peints", avec casquétte Bigeard...

La chaleur est écrasante pour un para qui arrive du froid de la France..





Aprés avoir manger sur le quai une partie de ma boite de ration, les camions nous transportent vers la ville, dans un grand térrain de sport appelait "Les Lauriers Roses"..

Déjà fatigué par la chaleur et la cohue du débarquement nous sommes aussitôt employés au montage de notre tente "Marabout" pour environs 15 paras, équiper les lits "picot" , je m'écroule sur mon plumard ...




Sur le térrain, le seul bâtiment est celui du gardien du stade....
Il y a déjàs un gus entrain de faire la pelote, le flingue au bout des bras levés, court autour du térrain de sport surveillé par un gradé qui n'a pas le sourire....





Des HLM construits autour du térrain, des gens regardent l'activitée du camps, des femmes qui se sont approchées des grilles du térrain voient le para faire sa punition et crie "si c'est pas malheureux le pauvre gosse..!!" nous en se marre en douce, car le mec il en bave....

Mais la connerie qu'il à fait, il l'a paye, il à volé du fric à un sergent..!!





8 avril 1956... J'ai ma jéep la 89302 , car l'autre est en réparation, nous préparons nos paquetages bien rangés sous la tente, je commence à en avoir plein le dos du trimballage de droite et de gauche, la perm n'est pas pour demain...!




J'ai mangé comme un ogre la "bouffe" est bonne, c'est une bonne chose..!

A vue de nez , cela réssemble à une belle ville Pied-Noir....

On a les ordres.. demain en OP.. rejoindre le régiment dans la montagne..
Beaucoup de fellagas signalés aux alentours....




Lundi 9 avril 1956...
Partons de bonne heure de Bône en direction de DUVIVIER à 80 km..
Arrivé à 8 h dans ce petit village entouré de montagnes..

Aussitôt, montage des "marabouts" 6 en tout pour l'Escadron dans un térrain en bordure du village, un grand minaret domine le paysage....




Le muézzin appel à la priére dans des haut-parleurs, il doit être entendu à des km à la ronde, le régiment est installé aux alentours du village..

Le PC "BRUNO" Bigeard est installé à l'école des filles du bléd....





10 avril 1956....

Debout à 4h30 départ 5h. 2 compagnies embarquent dans des camions Ford, rejoindrent le régiment..150 km de routes et de pistes à peine carrossable, arrivons au point X à 11 h du matin.. plus de pistes..!!

Sac à dos, vivres, munitions, j'ai une MAT 49 le sac de"RACOTOMAVO" un Malgache, radio du Lt Michel. 25 km dans la montagne avec mes bottes de sauts qui ne sont pas faites, le cuir est dur , avec mes mollets assez musclés, les bottes me coince les muscles pour marcher, çà promet..!!





Je commence à souffrir des pieds, passage d'oued avec du courant, les bottes sont pleines de flotte, il ne faut pas oublier que 25 km en montagne
doit faire 35 bornes sur le plat, la chaleur et les bottes pleines d'eau, qui me font un mal de chien, pas la peine de vous dire que le soir venue je suis une loque..





Je m'endort le soir, térrassé de fatigue, mal aux pieds, moral bas, le mental est au rouge..dans mon trou individuélle, j'enlève les bottes, les chausséttes avec des bouts de peaux ramollies par la flotte, je fait sécher tout çà pendant la nuit ,l'infirmier me donne de la pommade pour passer sur les plaies...





11 avril 1956...réveil 5 h..

Toujours en marchons sans arrêt, nous fouillons des gourbis, arrétons des suspects, car la zône dite "dangereuse" est à risque, nous sommes qu'une partie de l'EJA à continuer l'Opé, le soleil est au maxi ,j'ai intérêt à ne pas me découvrir avec ma peau qui n'a pas vu le soleil depuis 6 mois...!





Je créve de soif, le "serpatte" m'a dit que pour couper la soif, tu prend un cailloux entre tes dents, tu respire mieux et çà te fait oublier ta soif, et çà te coupe pas les jambes..

Heureusement que j'ai une casquette ,je ne me vois pas avec un casque sur la tronche, on pitonne toute la journée, récupération de suspects qui n'ont pas lieux d'être ici...





Vendredi 13 avril 1956...5 h...

Même travail de crapahut, la marche devient pénible, les hauts plateaux deviennent arides, quelques arbres rabougris, brulés par le soleil, les rations manquent, le Ct.Leboudec décide de faire abattre 2 veaux , qui sont à portés de mains...

2 spécialistes boucher sont mis à contributions, bientôt les deux veaux sont découpés sur place ,ont se demerdent à faire cuire notre part par équipes, çà nous calment la faim, les parts ne sont pas grosses ,mais c'est mieux que rien....

Je dort mal la nuit, pas assez endurci, il y à de la souffrance à venir..!! les nuits sur les hauteurs sont glaciales, mes pieds vont mieux, le St Philip me donne un produit pour les pieds, éfficaces...!





Le village ou nous arrivons s'appelle "GOUNOD".. Sommes héliportés sur un piton par "Siko" sur un bouclage de zône, c'est mon 1er héliportage..

Cela n'a rien donné, je croit plutôt que c'est pour nous méttre à l'épreuve que l'on nous à fait crapahuter à fond les gamélles, et que "BRUNO" nous met devant nos capacitées à faire comme les autres compagnies... la marche à pied et non en jéeps; ce sont des 50 bornes par jours que l'on s'est payés.!





J'ai même perdu la notion du temps, je marche la tête dans le vague, sur un nuage, çà devient grave....

14 avril 1956....

Réveil il fait noir est froid, on rejoint la piste, un jus froid, une pâte de fruit, un bout de biscuit de guerre, et c'est parti pour 20 bornes, avant de retrouvér les camions il est midi.. rentrons à Duvivier.....!!

Aussitôt il faut déménager pour aller dormir à l'école, le PC "Bruno" ayant décampé les lieux, je me soigne les pied à l'infirmerie, il y à au moins 40 gus a faire comme moi...

Ah...!!! on y est au...3...!! et en plein dedans...!!

Fin de ma 1er OP dans la douleur, mais la fierté d'avoir tenue le coup...!
Revenir en haut Aller en bas
junker
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: MA 1er OPERATION en ALGERIE 1956   Jeu 17 Mar 2011 - 8:53

Prigent et sa MAT 49 en avril 1956..DUVIVIER.
Revenir en haut Aller en bas
junker
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: MA 1er OPERATION en ALGERIE 1956   Jeu 17 Mar 2011 - 9:09

l'Escadron du 3ème RPC ,avec en têtede gauche à droite JOUBERT de mon équipe ,sergent PARIS un "ancien" de DBP..MM ,LH ,croix de guerre à rallonge ******.completement a droite au garde a vous: le Capitaine Le Boudec ,futur général et ami intime de Bigeard
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MA 1er OPERATION en ALGERIE 1956   

Revenir en haut Aller en bas
 
MA 1er OPERATION en ALGERIE 1956
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: NOS GUERRES COMPTEMPORAINES et les OPEX :: ALGERIE 1954 -1962-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: