CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 IL ETAIT UNE FOIS ... EN ANNAM...

Aller en bas 
AuteurMessage
le 6
Pro !
Pro !
le 6


IL ETAIT UNE FOIS ... EN ANNAM... Empty
MessageSujet: IL ETAIT UNE FOIS ... EN ANNAM...   IL ETAIT UNE FOIS ... EN ANNAM... EmptyMar 9 Avr 2019 - 19:17

En 53, pour soulager les hauts plateaux et particulièrement An Khé...

Le GCMA n'en est pas à son premier débarquement clandestin . Il est devenu maitre dans l'art de la guerilla. Il a payé son expérience de corps à corps sanglants, de poursuites impitoyables dans la jungle, de morts , de disparus .
Mais les commandos savent maintenant toucher la cote à 100m d'un guetteur sans éveiller son attention .

Silencieux et rapides, ils se glissent comme des loups sur les pistes, abordent les crètes , approchent un séminaire, contournent la léproserie, réduisant les sentinelles au silence, décelant les pièges, détectant les fosses à tigres hérissées de bambous pointus ...
Ils s'installent sur les points de passage obligés et montent des embuscades, surveillant les patrouilles ennemies grace aux fusils à projecteur à infrarouge( les premiers utilisés par l'armée française ).

Seules les poignards sont sortis des gaines.  Les pistolets mitrailleurs mème à silencieux, n'ont pas eu à tirer.

Le colonel Grall suit sur la carte l'avance de ses commandos. Il rend compte à l'amiral Bovieux maitre de la Task-force qui fait route à faible allure tous feux masqués : les plages seront protégées, elles sont libres, les guetteurs sont effacés, et les accés vers l'arrière pays  déja surveillés.

C"est le succés, non pas tellement de la préparation de cette opération destinée à soulager le haut plateau et Han Khé de la pression du VM, opération montée acrobatiquement en 3 jours, mais celui du GCMA qui à dressé ses commandos à cette lutte de guérilla, et qui par ses nombreuses "descentes" sur la cote a reconnu le terrain .

Bien peu y croyaient , le commandant Boussarie lui mème, chef du 5° bureau n'assurait-il pas qu'il était "impossible de débarquer sur les cotes en canots pneumatiques en raison des rouleaux " ...

Avant l'aube c'est l'attaque.
les LST débarquent les éléments du léger 8° groupement de commando du Capitaine Le Borgne avant de s"échouer pour y mettre à terre le matériel lourd .

Le Borgne et ses hommes foncent. Ils rejoigent et dépassent les "sonnettes" du GCMA. Le jour est à peine levé.

Les 40 Bofors de la marine appuient au sud de la villa du roi les unités du 8° qui subissent une contre attaque VM.

Aviso, patrouilleur, protègent par leurs tirs l'avancée  de nos troupes . Au large , sur le porte avions Arromanches , les klaxons rugissent ordonnant le premier décollage des patrouilles d'Alizés.
Les chasseurs virent à 90° , au ras de l'eau, arrivent à la cote et montent droit à l'altitude d'attaque en passant au dessus des troupes dont ils repèrent les panneaux oranges de signalisation.

Dans le soleil surgissent à l'horizon les premiers privaders, gigantesques, porteurs de bombes au napalm de 500 et 1000 livres.

A Nha trang, les B26 de bombardement en semi piqué se rangent , 2 par 2 à l'entrée de piste : Patrouille bleuet 24, mission 4.0.2, autorisation de décoller .


Sur l'opération, plus de silence radio. Les ordres fusent en éclair. Il s"agit maintenent, d'aller vite.

L'EM à baptisé le terrain de noms du pays et chacun en entendant se croiser les demandes et comptes rendus sur le ondes, se retrouve  chez lui :

- " Inconstant... face au cap gris nez en liaison navec troupes au sol ... "
- " Rouge Delta, rouge delta... venons d'atteindre Arcachon, résistance dans grande rue, tirs pouders demandés
 "
La marine sort ses 88 ...
Le GCMA annonce occuper le vieux port et précise: " prenons à notre compte résistance Rouge Delta, halte au feu pour les pounders, civils dans le coup "

Les canons se taisent, le commando dépasse ses objectifs, pour couvrir l'évacuation des civils du village.  On s'invective, en français, en vietnamien...

La parole est à la grenade et au PM , les civils sont renvoyés vers l'arrière ...

Dans les "Maures", au sud de la plage  ainsi baptisé, le 8° passe de "vive force" survolé par des Alizés, dont les piquets furieux toutes mitrailleuses hurlantes précèdent les groupes de tète .

L'hélicoptère sanitaire apparait pour sa première évacuation .

La "cote d' argent" fourmille maintenant d'embarcations et de blindés  amphibies ...

/ A suivre
Revenir en haut Aller en bas
Charly71
Pro !
Pro !
avatar


IL ETAIT UNE FOIS ... EN ANNAM... Empty
MessageSujet: Re: IL ETAIT UNE FOIS ... EN ANNAM...   IL ETAIT UNE FOIS ... EN ANNAM... EmptyJeu 11 Avr 2019 - 8:25

Merci le 6
Revenir en haut Aller en bas
le 6
Pro !
Pro !
le 6


IL ETAIT UNE FOIS ... EN ANNAM... Empty
MessageSujet: Re: IL ETAIT UNE FOIS ... EN ANNAM...   IL ETAIT UNE FOIS ... EN ANNAM... EmptyJeu 11 Avr 2019 - 11:10

/ ...

A l'ouest, en direction de Bin Dinh, les lourdes fumées noires du napalm s'étalent, impressionnantes, interdisant toute vélléité de mouvement vers la mer .

Un commando GCMA, trop avancé se débat dans l'incendie d'une zone sèche. Le chef d'équipe tourne en rond au milieu des bambous explosant comme des grenades, des arbres transformés en torches, des flammes et des tournoiements de fumée.

Le Dakota PC abandonne l'opération et pique sur la fournaise... Les hommes entendent le fracas des moteurs et voient passer dans la nappe de suie , l'avion " grandeur nature "...

- A la radio! hurle le chef d'équipe.
-Dakota-Dakota- ici Totem4...  Guidez nous .
-On vous a vus Totem 4... poussez au nord-ouest... de l'eau au nord-ouest !
-Ca brule partout... Dis-leur que ça brule partout au nord-ouest.
A nouveau les longues ailes de l'avion taillent dans le nuage.  Il vire sec comme un chasseur.
-Totem... cent mètres au sud et nord-ouest....
-Terminé pour nous .

Le chef d'équipe fonce ... il n'est plus temps de penser....

De l'Arromanches, on réclame " le PC en l'air "... Une équipe de six hommes c'est peu dans cette opération... une équipe GCMA que l'on est habitué à lancer en enfant perdu ...

-Totem...demande l'avion, Totem... ètes vous OK ?... Répondez ! ....

-Ils demandent si ça va, annonce le radio visage noir, cheveux roussis, vètements fumants ...
Haletants, les hommes sont enfouis jusqu'au ventre dans le marigot sauveur...

- Dis-leur... Dis-leur "Merde", répond le chef.... Non, dis-leur OK !


Chez les VM, la compagnie locale 101 surprise, n'a pas esquissé une maneuvre.
Les cadres des services spéciaux VM (UBKC) se mèlent à la foule des catholiques inquiets, n'osant y croire, qui envahissent l'école ou le PC s'installe.Des éléments de réguliers  tentent encore courageusement de géner la 8°.
Durement bousculé, l'adversaire abandonne  totalement le terrain à la fin de la matinée en mettant le feu aux dépots militaires de paddy.

Pendant que les alligators et les crabes du 1°REC annoncent leur arrivée sur les objectifs. Les fantassins s'installent sur leur position .
On sait ce qui va advenir: la contre attaque  quasi immédiate du régiment 108 et une partie du 803... Ce sont des unités VM les plus proches, celles que le commandement justement veut attirer sur la cote .

On les attend, elles arriveront beaucoup plus tard. Durant six jours, peu à peu, le cercle se refermera autour des forces avancées jusque sous les contreforts de la cordillaire annamitique.
Six jours de rencontre de patrouilles, de harcèlements, de nettoyages à la grenade et au PM, de progressions de nuit, le coupe-coupe ou le poignard à la main derrière les sentinelles .

Sans sommeil, sans repos , l'EM du PC à terre guette le moment ou la main se refermera sur lui . Il s"agit de ne pas etre là, à une heure près... à une minute près .

Pourtant il faut agir comme si l'on devait rester.  Les Chinois ont fait leur apparition.... C'est un signe favorable... Ils nous croient installés.  L'antenne chirurgicale soigne et opère. L"hélicoptère dépose le général SALAN commandant en chef :

Les ordres pour le rembarquement sont donnés par lui, en secret...

L'opération a atteint sont but:  dégager les hauts plateaux.

Le GCMA se fond dans la nature. Ceux-là ne repartiront pas...  A nouveau le silence radio pèse sur eux ...

L'équipe touchée par le napalm, revue le lendemain " toujours en bon état apparent ", signale le PC volant , s'infiltre vers l'ouest:

Les hommes, vietnamiens et français, noirs, sales, brulés, arrivent à se ressembler comme des frères .
La mème allure de bètes de guerre, la mème lueur décidée et impitoyable dans les yeux clairs ou foncés .
Le mème espoir dans les rires étouffés, la mème tristesse sur les fronts, le soir...
Ils jettent un regard dans le ciel vide de patrouilles.


- Quelles nouvelles? demande l'adjoint au chef d'équipe qui se penche sur le poste radio .

L'officier tourne le bouton et arrache les écouteurs.

-Ils sont tous rembarqués... Tout s'est bien passé , sauf que le père Grall à mis une soufflée à "D.PM" parce qu'il a rejoint la plage en dernier....

La brousse hostile parait se resserrer sur les hommes , ils baissent la voix, guettent les fourrés autour d'eux .

- Quels sont les ordres ? réclame le caporal radio.

L'adjoint le regarde, incrédule ... Quelle question !

- LES ORDRES ? TU FERMES TA GUEULE ET TU CONTINUES ...

Du livre de Déodat Puy-Montbrun (DPM)  "  Chemins sans croix "
Revenir en haut Aller en bas
Charly71
Pro !
Pro !
avatar


IL ETAIT UNE FOIS ... EN ANNAM... Empty
MessageSujet: Re: IL ETAIT UNE FOIS ... EN ANNAM...   IL ETAIT UNE FOIS ... EN ANNAM... EmptyJeu 11 Avr 2019 - 16:57

Merci le 6 pour cette suite
Revenir en haut Aller en bas
FOUQUET66
Expert
Expert
FOUQUET66


IL ETAIT UNE FOIS ... EN ANNAM... Empty
MessageSujet: Re: IL ETAIT UNE FOIS ... EN ANNAM...   IL ETAIT UNE FOIS ... EN ANNAM... EmptyJeu 11 Avr 2019 - 18:23

Merci le 6 .
Revenir en haut Aller en bas
http://www.legionetrangere.fr/
le 6
Pro !
Pro !
le 6


IL ETAIT UNE FOIS ... EN ANNAM... Empty
MessageSujet: LES PIEGES ...   IL ETAIT UNE FOIS ... EN ANNAM... EmptyJeu 11 Avr 2019 - 19:13

-Mon capitaine ?

La mine défaite, Gaya appelait. Saint-Gilles préssentit un coup dur.

- Romain ?
- Oui, faut venir, mon capitaine; il est tombé dans une  trappe ; Il est transpercé de bambous et il gueule .

Devant eux, tout pret de l'abri des groupes, le sol s'ouvrait. une fosse de 1m sur 1,5m.  Des roseaux et de l'herbe s'étaient enfoncés sous le poids de Romain .
- Fais gaffe, dit Saint-gilles à gaya qui s'avançait.

A plat ventre, il se glissa sur la terre effritée.

Les yeux ouverts, immenses, Romain presque debout le regardait. Des pointes de bambous sortaient de sa poitrine  et de son ventre à hauteur de la ceinture . La cuisse gauche était traversée. Un biseau qui avait du pénétrer sous l'omoplate, lui donnait une attitude dressée.
Saint-Gilles détailla la herse de bambous solidement fixée;  Il ne pouvait etre question d'en retirer une  partie pour atteindre Romain .
 
Il se sentit pris de panique en réalisant son impuissance.

- Va chercher des gars et des planches, vite Gaya .

Le sous-officier partit au pas de course.
Saint-Gilles appela :
- Romain, est-ce que tu m'entends ?
Le supplicié ferma les yeux et les rouvrit.
- Nous allons te sortir de là .
Maladroitement, il ajouta:  Tu ne souffres pas trop ?
Romain eu un rictus, essaya de parler et laissa échapper une plainte.  Un épais  filet de sang sortait de sa bouche . " Il n'en a plus pour logtemps , " pensait Saint-Gilles . " Le plus tot sera le mieux ".

gaya et Lorion arrivaient avec 2 vietnamiens . Ils descendirent des bambous et des planches dans la fosse .  Chaque mouvement était transmis aux pieux qui transperçaient  Romain .
Bua réussit à atteindre le font du trou.
Il se faufila entre deux tiges acérées et les attaqua au poignard. Romain hurla de douleur puis dans un effort visible, il cessa de crier, étouffant  avec peine ses gémissements .

- Remonte Bua! Ordonne Saint-Gilles au vietnamien qui achevait son travail.

Se déchaussant, il se laissa glisser sur les planches et atteignit Romain dans l"emplacement entre deux piquets tranchés. Il avait une sirette de morphine à la main; rapidement, il piqua le bras  qui pendait , inerte.

Romain tourna la tète vers lui .

Il attendit, guettant le calme dans le regard du mourant. L'effet de la piqure se faisait sentir...

Saint-Gilles tira doucement son pistolet et fit signe aux autres de s"écarter.  

Ils disparurent et entendirent deux coups sourds , puis un troisième ...

Tiré du livre " les chemins de croix " .

Mort pour la France , mais d'une manière différente ...
Revenir en haut Aller en bas
FOUQUET66
Expert
Expert
FOUQUET66


IL ETAIT UNE FOIS ... EN ANNAM... Empty
MessageSujet: Re: IL ETAIT UNE FOIS ... EN ANNAM...   IL ETAIT UNE FOIS ... EN ANNAM... EmptyVen 12 Avr 2019 - 14:19

Merci le 6 .
récit très prenant....Combien de nos camarades sont mort ou ont été cruellement estropiés par ces bambous au fond d'une trappe!!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.legionetrangere.fr/
Claude MILLET
Fondateur
Claude MILLET


IL ETAIT UNE FOIS ... EN ANNAM... Empty
MessageSujet: Re: IL ETAIT UNE FOIS ... EN ANNAM...   IL ETAIT UNE FOIS ... EN ANNAM... EmptySam 13 Avr 2019 - 17:50

Citation :

- LES ORDRES ? TU FERMES TA GUEULE ET TU CONTINUES ...

Récit très prenant, merci Le 6!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




IL ETAIT UNE FOIS ... EN ANNAM... Empty
MessageSujet: Re: IL ETAIT UNE FOIS ... EN ANNAM...   IL ETAIT UNE FOIS ... EN ANNAM... Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
IL ETAIT UNE FOIS ... EN ANNAM...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: NOS GUERRES COMPTEMPORAINES et les OPEX :: INDOCHINE 1945 -1954 :: HONNEUR A NOS ANCIENS D'INDOCHINE-
Sauter vers: