CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Répondre au sujetPartagez
 

 Le Condor donne de l’autonomie aux forces spéciales

Aller en bas 
AuteurMessage
Claude MILLET
Fondateur
Claude MILLET


Le Condor donne de l’autonomie aux forces spéciales Empty
MessageSujet: Le Condor donne de l’autonomie aux forces spéciales   Le Condor donne de l’autonomie aux forces spéciales EmptySam 25 Avr 2015 - 9:39

par Frédéric Lert
Le Condor donne de l’autonomie aux forces spéciales
 24 avril 2015 | Défense | Commenter
Dépassée la livraison de colis par DHL avec des drones ! Avec le projet Condor, la PME française Demonfort Airborne Engineering propose aujourd’hui le transport de parachutistes. Un engin à priori réservé aux forces spéciales…
Ancien parachutiste d’essais de la marine, Thierry Demonfort est massif et direct, avec le sommet du crâne lisse comme le fuselage d’un P-51. En 2013, il a fondé la société DAE (Demonfort Airborne Engineering) avec une idée en tête : innover au profit des forces spéciales. Avec le Condor, drone cargo aérolargable qui semble tout droit sorti d’un James Bond, nul doute que la mission soit remplie…
Le Condor donne de l’autonomie aux forces spéciales Condor_lert_4702_-_copie-dd63dLa position du passager apparaît clairement sur cette maquette du Condor à l’échelle 2/3© Frédéric Lert / Aerobuzz.fr
L’engin innove avant tout par la mission qui lui est confiée : emporter un parachutiste à son bord pour lui donner une allonge supplémentaire. « L’infiltration sous voile classique, telle qu’elle se pratique aujourd’hui, offre tout au plus une trentaine de kilomètres de portée. Cela peut se révéler insuffisant pour pénétrer profondément en territoire hostile » explique le boss. « Avec le Condor, largué depuis la soute d’un avion cargo, le parachutiste parcours une centaine de kilomètres avant de quitter l’appareil, ouvrir sa voile et terminer son infiltration en silence ». Pendant que le parachutiste glisse sans bruit au cœur de la nuit, le drone fait demi tour et rejoint un point de récupération en territoire ami. Arrivé à bon port, il éteint ses moteurs, déclenche l’ouverture de son parachute de récupération et se pose comme une fleur.
Le Condor donne de l’autonomie aux forces spéciales Condor_lert_4704_-_copie-21155Un parebrise sera aménagéà l’avant de l’appareil pour offrir un minimum de vision extérieure au passage. © Frédéric Lert / Aerobuzz.fr
Le scénario est beau mais pose un certain nombre de questions. D’abord celle de la stabilisation après le largage depuis l’avion cargo. Puis la motorisation de l’engin, ses commandes de vol, sa programmation, la procédure de largage du parachutiste etc. « Nous travaillons sur tous ces points avec le soutien de la DGA et de partenaires industriels » répond Thierry Demonfort. Pour la motorisation, DAE envisage l’utilisation de deux microréacteurs de 80 à 120 kg de poussée unitaire. De quoi propulser le Condor à 350 km/h pendant un peu plus de trente minutes. Allongé sur le ventre dans son caisson, le parachutiste se laissera porter par l’appareil sans risque de s’endormie : le vol promet d’être viril... Le passager disposera d’un minimanche avec une action limitée aux commandes, tout juste de quoi réaliser une manœuvre d’évitement. L’appareil définitif devrait mesurer environ 3m de long pour autant d’envergure. Il pèsera moins de 150 kg à vide, avec une charge utile de 200 kg.
Le Condor donne de l’autonomie aux forces spéciales Condor_lert_4703_-_copie-e731dLe contrôle en lacet du drone est confié à deux winglets largement dimensionnés. © Frédéric Lert / Aerobuzz.fr
Thierry Demonfort évoque le passage en soufflerie de son appareil dans le courant de l’été. Au printemps 2016 un prototype équipé d’un train d’atterrissage servira à la mise au point des commandes de vol. Les premiers largages auront lieu l’année suivante. Il est d’ores et déjà prévu que les essais en vol se fassent hors de France, possiblement dans le premier pays client. Il s’agira d’abord de faire voler des maquettes, puis des appareils à taille réelle en réalisant le largage de charges inertes, avant de passer aux choses sérieuses avec des volontaires…
Frédéric Lert



Le Condor donne de l’autonomie aux forces spéciales E1586e13a55052e33e9681b4d120fb6f-ed499
A propos de Frédéric Lert :
Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom (...)
en savoir plus - ses articles
Revenir en haut Aller en bas
 
Le Condor donne de l’autonomie aux forces spéciales
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» forces speciale serbe
» Les forces spéciales irlandaises s’équipent en VLRA !
» Commandos et forces spéciales en Indochine
» Mali : Les forces spéciales françaises ont neutralisé quatre jihadistes.
» donne sommier

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: LES UNITES PARACHUTISTES France et OM :: LES COMMANDOS PARACHUTISTES-
Répondre au sujetSauter vers: