CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez
 

 AFGHANISTAN - ASAF LIBRE OPINION : Morts pour rien ?

Aller en bas 
AuteurMessage
BBL
enregistré
enregistré
BBL


AFGHANISTAN - ASAF LIBRE OPINION : Morts pour rien ?  Empty
MessageSujet: AFGHANISTAN - ASAF LIBRE OPINION : Morts pour rien ?    AFGHANISTAN - ASAF LIBRE OPINION : Morts pour rien ?  EmptyLun 25 Juin 2012 - 19:22

* LIBRE OPINION : Morts pour rien ?
Dimanche, 24 Juin 2012 11:27

La mort récente de quatre de nos soldats en Afghanistan fait à nouveau résonner la lancinante question posée depuis que les pertes humaines ont commencé à frapper une opinion sensibilisée par les médias.
Nos 87 soldats tombés en Afghanistan sont-ils morts pour rien ?

Pour un militaire, la réponse est évidente : nos soldats ont trouvé la mort parce qu'ils remplissaient la mission qui leur avait été fixée et qu'ils avaient accepté, à l'avance, de donner leur vie pour son accomplissement, pour « le succès des armes de la France » comme le dit la formule de commandement des unités militaires.

Pour un citoyen ordinaire, la réponse est plus incertaine, car le don de sa vie est une notion exorbitante dans la société occidentale moderne, où l'on imagine difficilement de dépasser son égoïsme ordinaire pour une cause supérieure à l'individu.

Quant aux responsables politiques, la réponse est liée aux circonstances, selon le lien de proximité qu'ils entretiennent ou pas avec les soldats eux-mêmes ou avec leurs familles.
Vis-à-vis des soldats, certains hommes politiques seraient en effet assez souvent tentés de considérer qu'ils font leur métier et que la mort est en quelque sorte un « accident du travail ». Les récentes tentatives de judiciarisation des cas de mort au combat doivent sans doute être reliées à ce point de vue.
Vis-à-vis des familles, ces mêmes politiques sont plutôt tentés de les considérer, peut-être avec des visées électorales, avec une certaine compassion, en présentant leurs morts comme des victimes malheureuses de circonstances subies.

Or, s'il n'est pas maître de son destin, le soldat est bien maître de ses choix, y compris celui de l'obéissance. Il sait, en portant les armes que le pays lui confie, qu'il aura peut-être à donner la mort. Il sait aussi qu'il pourra la recevoir. En s'engageant, il l'accepte. Et il renouvelle son engagement chaque fois qu'il salue le drapeau de son pays.

Car, quelles que soient les circonstances, les plus tragiques comme les plus absurdes, le soldat sait que sa mort sert les intérêts de son pays, puisque celui-ci, par la voix de son président, a pris la décision de lui faire courir ce risque maximum. Le soldat a confiance en ses chefs et ne peut imaginer qu'on l'envoie remplir une mission inutile, surtout au prix de sa vie.

Le président de la République, chef des armées, est son chef suprême. Il représente la France.
Le soldat qui tombe au combat meurt parce que le président a pris la décision d'engager des troupes dans un combat et qu'il a estimé que le don possible de la vie des soldats de France était nécessaire aux intérêts du pays.

C'est pour cela que l'on dit que nos soldats sont « morts pour la France », même lorsque le lieu de leur sacrifice est géographiquement bien éloigné de la mère Patrie.

Aujourd'hui, c'est parce que cette mort lointaine permet aux politiques, rassemblés avec solennité dans la cour des Invalides, de prendre la mesure de ce sacrifice inimaginable et hors du commun, que l'on peut affirmer avec force que nos soldats ne sont pas morts pour rien.
Car leur mort permet aux politiques de comprendre que l'armée n'est pas une institution ordinaire et qu'elle mérite une attention particulière. Notamment lorsqu'il s'agit de lui donner les moyens de remplir les missions qu'ils lui confient.

Général (2S) Henry-Jean FOURNIER

Vu sur le site de l'ASAF ICI
Revenir en haut Aller en bas
 
AFGHANISTAN - ASAF LIBRE OPINION : Morts pour rien ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un coup de stress pour rien
» Pour les enfants d'Haïti...
» Questions pour les gendarmes
» Payer pour voter
» j'ai pas de sous pour mes minis

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: Notre Monde associatif :: ASAF - Association Soutien à l'Armée Française-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: