CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : sortie d’un nouveau ...
Voir le deal

 

 La F.N.CV. perd le plus grand de ses combattants volontaires

Aller en bas 
AuteurMessage
Bertrand
Pro !
Pro !
Bertrand



La F.N.CV. perd le plus grand de ses combattants volontaires Empty
MessageSujet: La F.N.CV. perd le plus grand de ses combattants volontaires   La F.N.CV. perd le plus grand de ses combattants volontaires EmptyVen 30 Juil 2010 - 19:48

Avec la disparition du général Bigeard la F.N.C.V. perd le plus grand de ses combattants volontaires
La F.N.CV. perd le plus grand de ses combattants volontaires 71_pla10




Marcel BIGEARD, fils de France




Seconde Guerre Mondiale
- Septembre 1936 : Incorporé au 23ème régiment d'infanterie de forteresse, il est libéré en septembre 1938 avec le grade de caporal-chef.
- Mars 1939 : II est rappelé au même régiment et promu au grade de sergent. Volontaire pour les corps francs au sein du 79ème RIF sur la Ligne Maginot, il prend la tête d'un groupe de combat à Trimbach en Alsace et est promu sergent-chef puis, rapidement, adjudant à 24 ans.


- Juin 1940 : fait prisonnier, il réussit, après deux tentatives, à s'évader en novembre 1941.
- Février 1942 : Volontaire pour l'AOF, il sert dans un régiment de tirailleurs sénégalais. Il est nommé sous-lieutenant en octobre 1943. Son unité rejoint Meknès au Maroc.


- Début 1944 : Volontaire pour suivre, avec les commandos britanniques, une formation d'officier Jedburgh.
- Le 8 août 1944, il est parachuté dans l'Ariège avec trois camarades avec le grade fictif de chef de bataillon pour y encadrer l'action de la Résistance intérieure. Les pertes allemandes sont significatives de l'efficacité de ses actions : 1420 prisonniers et 230 tués ou blessés.
- Début 1945, il crée l'école régionale du Pyla, près de Bordeaux, destinée à former des officiers issus des F.F.I. II est nommé capitaine d'activé en juin 1945. Il est décoré de la Légion d'honneur et du Distinguished Service Order britannique pour ses services exceptionnels en Ariège.


Guerre d'Indochine
- Au milieu de l'année 1945, le capitaine Bigeard part en Indochine à la tête d'une compagnie du 23ème Régiment d'Infanterie Coloniale et débarque à Saigon le 25 octobre. Après quelques opérations de pacification en Cochinchine, il débarque avec son unité à Haïphong au sein des détachements de la 2ème DB et de la 9ème DIC.
- Juillet 1946 : II quitte le 23ème RIC et forme au sud-est de Diên Bien Phu une unité de volontaires thaïs constituée de quatre commandos au sein d'un bataillon autonome régional.


- Septembre 1947 : Retour d'Indochine.
- Février 1948 : Affecté au 3ème Régiment de parachutistes coloniaux à Saint Brieuc, il est à nouveau volontaire pour repartir en Indochine et prendre le commandement du Groupement de parachutistes coloniaux n° 2.


- Novembre 1948 : II débarque à Saigon et rejoint aussitôt Haïphong avec son Groupement de para coloniaux.

- Octobre 1949 : II met sur pied à Sonia le 3ème bataillon thaï comprenant 2530 hommes.
-Avril 1950 : II prend le commandement du B.M .1. (Bataillon de marche Indochinois), héritier du 1er Tirailleurs Tonkinois.


- Novembre 1950 : Fin du deuxième séjour en Indochine
- Début 1951 : Affecté à Vannes à la Demi-Brigade de Parachutistes Coloniaux, il obtient le commandement du 6ème BCCP à Saint Brieuc. Il est promu chef de bataillon.


- Juillet 1952 : A la tête de son bataillon, il débarque à Haïphong pour un troisième séjour en Indochine.
- 16 octobre 1952 : Le 6ème BCCP saute à Tu Le, en pays thaï, et affronte pendant huit jours une des meilleures divisions vietminh, la 312. Puis successivement, saute près de Nasan le 27 décembre, sur Langson, le 17 juillet 1953 et sur Diên Bien Phu le 20 novembre pour prendre le contrôle du terrain (Opération Castor).


- Décembre 1953 : Opérations sur le Moyen Laos.
- 16 mars 1954 : Deuxième saut sur Diên Bien Phu à la tête de son bataillon alors que le sort de la bataille est scellé. Il est nommé Lieutenant-colonel


- 7 mai 1954 : II est prisonnier du Vietminh et libéré quatre mois plus tard.

Guerre d'Algérie
- Le 25 octobre 1955, Marcel Bigeard prend le commandement du 3ème B.P.C. puis celui du 3ème R.P.C. le 21 octobre 1956. Il réalise la première opération héliportée en Kabylie. Sous son impulsion, naîtra la fameuse casquette Bigeard.
- Le 16 juin 1956, dans les Nementchas, il est grièvement blessé d'une balle au thorax. Rapatrié en métropole, il est promu grand officier de la Légion d'honneur le 14 juillet 1956. De retour en Algérie, il échappe à un attentat le 5 septembre, il est cependant blessé de deux balles dans l'humérus et une dans le foie.
- Début 1957, le 3ème RPC participe, au sein de la 10ème DP, à la bataille d'Alger. La mission des parachutistes est de ramener la sécurité dans la ville et de neutraliser les cellules du FLN responsables de plusieurs séries d'attentats à la bombe contre des civils dans divers lieux publics d'Alger.
- En mars 1957, le 3ème RPC du Lt colonel Bigeard est dans le massif des Aurès et participe aux opérations Atlas et Agounnenda.
- En juillet 1957, le régiment est rappelé à Alger à la reprise des attentats. La capture d'Ali la Pointe et de Yacef Saadi, chef militaire de la zone autonome d'Alger est largement à mettre à l'actif de son régiment.
- Début 1958, il est nommé colonel et crée le 1er avril un centre d'instruction des cadres qui voit le jour près de Philippeville. Le colonel Bigeard ne participe pas aux événements du 13 mai 1958, mais dans une interview à Paris-Presse, il confie ses états d'âme, ce qui lui vaut son retour en métropole.
- Le 25 janvier 1959, de retour en Algérie, le colonel Bigeard prend le commandement du secteur de Saïda en Oranie. Il a sous ses ordres 5000 hommes issus des régiments du Secteur. Il subjugue toutes ses unités dont deux commandos de chasse Georges et Cobra dont l'effectif est constitué en grande partie de rebelles ralliés.


Après 1960

- Muté à Oran pendant les événements d'Alger en avril 1961, il n'est d'aucun complot.
- En juillet 1961, il prend le commandement du 6ème RIAOM (Régiment InterArmes d'Outre Mer) jusqu'en 1963.
- En août 1964, il prend le commandement de la 25ème DP à Pau, puis celui de la 20èmc Brigade parachutiste à Toulouse.


- Il est nommé général de brigade en juillet 1966.

- De février 1968 à juillet 1970, il commande les forces terrestres en Afrique Noire à Dakar.

- De 1971 à 1973, il est commandant supérieur des troupes de l'Océan Indien.
- Promu général de corps d'armée en mars 1974, il prend le commandement de la 4ème Région Militaire à Bordeaux. En septembre 1975, il est fait grand croix de la Légion d'honneur.


- De mars 1975 à août 1976, il sera secrétaire d'état à la Défense.
- Elu député en 1978, il sera président de la commission de la défense nationale jusqu'en 1981 et restera député jusqu'en juin 1988.


- Il prend une retraite bien méritée dans sa maison de Toul en Lorraine.

- Il prend alors la plume et retrace sa carrière militaire en proposant des réflexions sur l'évolution de la France.

"Le général Marcel BIGEARD, est décédé, à son domicile de Toul, le 18 juin 2010".
Il avait accepté sans hésiter d'être un membre éminent du comité d'honneur de notre fédération. Chaque année, à l'occasion du congrès annuel, les participants ont attendu avec impatience le mes­sage d'encouragement du général Bigeard à l'intention particulière des combattants volontaires dont il était et restera le guide exemplaire.
La F.N.C.V.


Revenir en haut Aller en bas
 
La F.N.CV. perd le plus grand de ses combattants volontaires
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quoi de neuf à la fédération des combattants volontaires ?
» Marceau PITIOT Décédé brutalement le 23 avril 2014. Il n'était pas Parachutiste, mais c'était un grand, digne des meilleurs desancien combattants de Diên Biên Phu.
» Faudrait-il avoir honte de fréquenter un grand soldat, un grand Français,: le général BIGEARD
» Le 1er RCP perd une section
» LA MEMOIRE SE PERD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: Notre Monde associatif :: La FEDERATION MAGINOT-
Sauter vers: