CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -40%
-40% Nike Air Zoom Pegasus 39 Premium
Voir le deal
77.97 €
Le deal à ne pas rater :
Fire Emblem : où précommander Fire emblem Engage en édition ...
99.90 €
Voir le deal

 

 Afghanistan - un légionnaire blessé témoigne

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
FOUQUET66
Expert
Expert
FOUQUET66



Afghanistan - un légionnaire blessé témoigne Empty
MessageSujet: Afghanistan - un légionnaire blessé témoigne   Afghanistan - un légionnaire blessé témoigne EmptyMar 27 Juil 2010 - 18:04


Soldats d’Afghanistan, le sentiment d’être oubliés.

Les troupes françaises sont engagées en Afghanistan depuis le début des années 2000. Une opération à risques, qui fait régulièrement des morts. Pourtant, ici, l’affaire fait peu de bruit

L’adjudant-chef Franck Chemin, 47 ans, membre du 2e régiment étranger du génie, essaye de ne pas se poser de questions non plus. Il dit qu’il est soldat. Et qu’un soldat n’est pas censé discuter du bien-fondé d’une opération, si l’État l’a décidée.

Les questions, c’est son père qui les posait : « Mais Franck, bon sang ! Qu’est-ce qu’on va faire là-bas ? » Ce spécialiste des déminages a 17 « opex » (opérations extérieures) au compteur. Il est parti pour son troisième séjour en Afghanistan en novembre dernier. « J’étais content de partir, assure-t-il. Il vaut mieux partir en mission que de rester au régiment ! »

Son accident a eu lieu le 6 janvier, deux mois après son arrivée au poste de Nigrab. Son équipe ratissait un périmètre à la recherche d’armes cachées. Quand elles sont trouvées, les munitions sont détruites. C’est l’une d’elles, un obus chinois, qui a « déflagré » quand Franck a voulu le poser à terre. « Si l’obus avait fonctionné normalement, je serais mort coupé en deux », poursuit ce spécialiste des munitions. D’une certaine manière, Franck a eu de la « chance ». Amputé de la main gauche, il doit notamment soigner une fracture ouverte à la jambe droite.

Il se réveille cinq jours plus tard à l’hôpital Percy. Tous les deux jours, il doit descendre au bloc. Une vingtaine d’opérations, au total. « Les premiers mois, on ramasse », dit simplement ce père de deux enfants. Quand il est entré à la légion étrangère – « Ne me demandez pas pourquoi, ça ne se fait pas ! » – à l’âge de 17 ans, ce n’était pas par vocation. Mais Franck a appris à aimer l’armée. Sa femme, elle, n’a pas pu. Elle se tient à l’écart de la vie du régiment. Quand elle a su que son mari était blessé, elle a eu peur qu’il soit touché au visage.

Aujourd’hui, elle se bat contre « le regard des autres ». Le regard curieux ou gêné, souvent inquisiteur, de ceux qui découvrent que Franck n’a qu’une main. « Certaines familles ont du mal à accepter l’engagement militaire, observe l’adjudant-chef. Nous, nous sommes conscients du danger. Quand on part, on sait que l’un de nous peut être ramené dans une boîte. C’est difficile. Mais c’est comme ça. »

« Mon métier de soldat se termine, constate-t-il. Mais je reste militaire »
Cette blessure, Franck sait qu’elle va changer sa vie. Indépendamment des dommages physiques irréversibles, il ne pourra plus exercer le métier qu’il aime : le terrain, l’« opex », le déminage. « Ce n’est pas le moment de s’écrouler, dit-il. Rien ne changera, maintenant. C’est moi qui dois changer. » Franck restera dans l’armée aussi longtemps que celle-ci lui fera « une place ». Il espère pouvoir se reconvertir dans l’instruction des plus jeunes. « Mon métier de soldat se termine, constate-t-il. Mais je reste militaire. »


Extrait du journal La Croix - Solenn DE ROYER
Revenir en haut Aller en bas
http://www.legionetrangere.fr/
en archive
Expert
Expert
avatar



Afghanistan - un légionnaire blessé témoigne Empty
MessageSujet: Re: Afghanistan - un légionnaire blessé témoigne   Afghanistan - un légionnaire blessé témoigne EmptyMar 27 Juil 2010 - 23:45

Emouvant témoignage, je souhaite à Franck de se reconstruire, de retrouver le goût de vivre, enfin de rester au sein de l'Armée, comme instructeur, pourquoi pas ?

Il pourrait faire partager à de jeunes militaires son expérience des combats, des vrais, pas uniquement ceux soigneusement consignés dans les "manuels" de formation...

Les Français oublient leurs soldats, considérant pour la plupart que c'est leur métier ! Ils se soucient de leur existence uniquement lorsqu'ils en ont besoin : les catastrophes naturelles, ou le plan vigie-pirate dans les transports parisiens....

Pour reprendre les propos du Général Piquemal, le Chef de l'Etat qui devrait montrer l'exemple, a oublié le plus glorieux de nos Soldats, un certain 22 Juin 2010 !....
Revenir en haut Aller en bas
 
Afghanistan - un légionnaire blessé témoigne
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un militaire belge blessé en Afghanistan en manipulant son arme - 19 février 2010
» Un légionnaire du 2e REG tué en Afghanistan
» Un commando marine blessé en Afghanistan
» Un militaire du 1er RIMa grièvement blessé en Afghanistan
» Le témoignage poignant du lieutenant-colonel Cafarro, blessé en Afghanistan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: NOS GUERRES COMPTEMPORAINES et les OPEX :: OPEX 1962 à ce jour :: AFGHANISTAN - 2001 à ce jour-
Sauter vers: