CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-59%
Le deal à ne pas rater :
TEFAL Marmite 28 cm inox – Tous feux dont induction – 9,6 L
21.99 € 53.97 €
Voir le deal
Le deal à ne pas rater :
Nike : 25% de remise sur tout le site via l’application
Voir le deal

 

 Les réserves en France Historique En France, la réserve militaire n'est officiellement instituée, en tant que telle, qu'après la guerre franco-allemande de 1870, par une loi du 27 juillet 1872

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Claude MILLET
Fondateur
Claude MILLET



Les réserves en France Historique En France, la réserve militaire n'est officiellement instituée, en tant que telle, qu'après la guerre franco-allemande de 1870, par une loi du 27 juillet 1872 Empty
MessageSujet: Les réserves en France Historique En France, la réserve militaire n'est officiellement instituée, en tant que telle, qu'après la guerre franco-allemande de 1870, par une loi du 27 juillet 1872   Les réserves en France Historique En France, la réserve militaire n'est officiellement instituée, en tant que telle, qu'après la guerre franco-allemande de 1870, par une loi du 27 juillet 1872 EmptyLun 24 Oct 2022 - 14:52

Communiqué par notre camarade parachutiste Jean-Claude LAFFORGUE promotion 102 CHERCHELL




Les réserves en France


Historique
En France, la réserve militaire n'est officiellement instituée, en tant que telle, qu'après la guerre
franco-allemande de 1870, par une loi du 27 juillet 18723.
Elle est destinée à remplir le vide laissé à la suite de la dissolution de la garde nationale sédentaire et
surtout de la garde nationale mobile prononcées par la loi du 25 août 1871.
Mais dès 1866, Napoléon III, souhaite instituer une réserve militaire comparable à la Landwehr
prussienne et pouvant rivaliser avec cette dernière.
D'âpres débats au Corps législatif débouchent sur la loi Niel du 4 février 1868 qui s'avère être une
tentative infructueuse, bien éloignée du projet initial de l'empereur.
Elle a cependant le mérite d'institutionnaliser une réserve avec la création de la Garde nationale
mobile, même si l'instruction des réservistes est, par manque de moyens et de volonté, limitée.
Elle est composée des bons numéros qui ont échappé au service dans l'armée d'active, des exemptés
et des volontaires avec une durée de service de cinq ans.
D'autre part, les mauvais numéros, après un service de cinq ans dans l'active, sont également obligés
de servir quatre ans dans la réserve.
Au total, celle-ci réunit environ 600 000 hommes.
La loi du 27 juillet 1872 met en place les principes de la réserve militaire qui restent, dans les gandes
lignes, valides jusqu'en 1999.
Les obligations militaires des citoyens français sont alors fixées comme suit :
un service national dans l'armée d'active qui dure cinq ans, sauf cas particuliers ;
quatre ans dans la réserve de l'armée d'active ;
cinq ans dans l'armée territoriale ;
six ans dans la réserve de l'armée territoriale4.
Tous les citoyens français sont astreints au service militaire mais des dispenses sont accordées pour
les ecclésiastiques, les enseignants, les soutiens de famille et les élèves des grandes écoles qui
s’engagent à servir dans la fonction publique pendant au moins 10 ans.
En outre, la situation budgétaire oblige de limiter les incorporations et implique l'organisation d'un
tirage au sort.
Le service dans l'armée d'active a une durée variable en fonction du numéro tiré.
Seule 40 % d'une classe d'âge effectue les cinq ans de service actif.
La loi du 15 juillet 1889 porte les obligations totales à 25 ans, soit 3 ans dans l'armée d'active, 7 ans
dans la réserve de l'armée d'active, 6 ans dans l'armée territoriale et 9 ans dans la réserve de l'armée
territoriale.
Elle impose aux membres de la réserve de l'armée d'active de participer à deux manœuvres de quatre
semaines chacune et aux membres de l'armée territoriale à une période d'exercice de deux semaines.
La loi du 21 mars 1905 exclut toute dispense et ramène la durée du service militaire à deux ans dans
l’armée d’active. Elle oblige les membres de la réserve territoriale à des exercices spéciaux d'une
durée maximale de neuf jours.
La loi du 7 août 1913 rétablit le service militaire à 3 ans et allonge les obligations totales à 28 ans en
prolongeant jusqu'à 11 ans le service dans l'armée de réserve.
Elle reconnaît aux officiers de réserve la possibilité de participer à des périodes annuelles de quinze
jours en contrepartie de la perception d'une solde.
Article connexe : Mobilisation française de 1914.2

Pour faire face à la Première Guerre mondiale, huit millions d’hommes entre 18 et 45 ans sont
mobilisés de 1914 à 1918 soit 20 % de la population5.
L'armée d'active est donc complétée par :
1. l'armée de réserve composée des hommes âgés de 24 à 33 ans c’est-à-dire nés entre 1881 et
1890.
La durée est de 11 ans.
2. l'armée territoriale composée des hommes âgés de 34 à 39 ans c’est-à-dire nés entre 1875 et
1880.
La durée est de 7 ans.
3. la réserve de l’armée territoriale composée des hommes âgés de 40 à 45 ans c’est-à-dire nés
entre 1868 et 1874.
La durée est de 7 ans.
Rapidement, la réserve de l’armée territoriale incorpore les hommes âgés de 46 à 49 ans, c’est-
à-dire nés entre 1868 et 1865.
Article détaillé : Régiment d'infanterie territoriale.
La loi du 1er avril 1923 a réduit le service militaire actif à dix-huit mois et modifie légèrement le
système des réserves : l’appellation de « réserve de l’armée d’active » est remplacée par la notion de
« disponibilité ».
Elle supprime l’armée territoriale qu'elle remplace par le concept de première réserve pour les
réservistes âgés de moins de quarante ans et une deuxième réserve pour les autres.
En 1999, lors de la suspension du service national obligatoire et de la professionnalisation des forces
armées, la France a également modifié le dispositif de la réserve militaire dans le sens de cette
professionnalisation.
La loi no 99-894 du 22 octobre 1999 modifiée par la loi 2006-449 du 18 avril 2006 dispose
l'organisation de la réserve militaire et du service de défense.
La réserve militaire est constituée de deux ensembles :
la réserve citoyenne, groupe des volontaires actifs pour faire connaître le monde de la défense,
entretenir l'esprit de défense et contribuer au maintien du lien entre les forces armées et la
société civile.
la réserve opérationnelle, regroupant les réservistes titulaires d'un ESR (engagement à servir la
réserve) et d'anciens militaires qui restent disponibles pour les forces armées (obligation de
disponibilité).
Les réservistes servant sous ESR servent en qualité de militaires pour des périodes allant de 5
à 30 jours par an, mais pouvant être étendues jusqu'à 210 jours en cas de nécessité
opérationnelle ; ils sont issus de tous horizons (anciens militaires, anciens appelés du
contingent, civils sans passé militaire) et de toutes les catégories socio-professionnelles.
Plusieurs composantes militaires de la Défense sont actuellement concernées : l'armée de l'air et de
l'espace, l'Armée de terre, la gendarmerie nationale, la marine nationale, le service de santé des
armées, le service des essences des armées et la direction générale de l'Armement.



Réserve citoyenne

Le réserviste citoyen met sa position sociale au service du lien armée-nation.
Placés sous la responsabilité d'une autorité militaire, les réservistes citoyens sont bénévoles.
Ils sont souvent d'origine civile mais peuvent aussi venir de la réserve opérationnelle ou de l'armée
d'active.
S'ils viennent du civil, ils ne portent pas de droit d'uniforme, à l'exception de la marine.
Il leur est attribué un grade honorifique.
Ils sont éligibles à certaines décorations.
Les réservistes citoyens œuvrent dans des activités qui sont définies ou agréées par l'autorité
militaire.3
Le champ d'action de la réserve citoyenne est essentiellement axé sur la communication, le devoir de
mémoire, la promotion de la défense et des forces armées6.
Ainsi un groupe d'officiers de réserve membre de la réserve citoyenne de l'armée de l'air est chargé
de planter des épices dans des massifs de la Base aérienne 106 Bordeaux-Mérignac en 20207.
En 2003, le cabinet du Ministre a créé une catégorie particulière de réserviste citoyens, les
Réservistes Locaux à la Jeunesse et à la Citoyenneté (RLJC)8.
Ces réservistes ont contribué à des opérations d'intégration (par exemple l'opération
105 permis pour
2005 permettant à des jeunes en difficulté de passer leur permis de conduire et d'avoir un emploi en
échange d'un parcours citoyen : préparation militaire et contribution bénévole au fonctionnement
d'une association).
L'action des RLJC, bien que parfois assez éloignée des activités militaires, est un exemple des
contributions de la réserve citoyenne dans le cadre du renforcement des liens entre le monde de la
défense et la société civile.
En 2007, on compte, toutes armées et formations rattachées confondues, plus de 14 000 réservistes
citoyens reconnus9.
Les réservistes citoyens peuvent mentionner le grade sur les cartes de visite (outil de communication
pour le lien armée-nation).
Exemple : Lieutenant-colonel (RC)
Prénom NOM. (un Lieutenant-colonel (R) est un Lieutenant-colonel
de réserve opérationnelle.
Le réserviste citoyen se présente par son grade.
Exemple : « Je suis le lieutenant-colonel de la réserve citoyenne
Prénom NOM ».
Le site service-public.fr propose des informations pratiques [archive] pour devenir réserviste citoyen.
Depuis l'arrêté du 9 décembre 2019, tout réserviste doit avoir signé une charte de déontologie du
réserviste militaire pour prévenir ou régler les situations de conflits d’intérêts possibles entre les
missions ou les fonctions du réserviste et ses activités dans le civil10.



Réserve opérationnelle

Article détaillé : Garde nationale.
Avant la suspension du service militaire en 1997, la réserve opérationnelle était composée d'anciens
militaires appelés du contingent, engagés ou de carrière, volontaires pour la plupart, chargés de la
défense opérationnelle du territoire et en cas d'invasion, en deuxième échelon, de l'encadrement des
rappelés du contingent.
Ces missions n'ont pas changé, elles se sont enrichies avec les opérations extérieures au Kosovo tout
particulièrement11.
La loi de 1999 sur les réserves prévoit une augmentation du dispositif6.
Les réservistes opérationnels sont des militaires
à temps partiel.
Ils signent un contrat : l'Engagement à servir dans la réserve (ESR).
L'âge minimum requis pour intégrer une réserve est de 17 ans12.
Civils en temps normal, ils effectuent des périodes militaires de 5 à 210 jours par an, en moyenne 21
jours sous les drapeaux.
Ils sont affectés en état-major (à la suite d'une préparation militaire supérieure État-Major par
exemple) ou dans des unités combattantes (c'est-à-dire directement en régiment pour les personnels
sous ESR dans l'Armée de terre).
Avec le système des réservoirs de force, comme tous les militaires, ils peuvent être intégrés à des
unités constituées temporairement pour une mission spécifique comme les opérations extérieures.
Durant leur période, ils sont considérés de la même façon que les militaires actifs en termes de solde,
permissions, protection sociale, etc.
Les militaires de réserve sont dotés de façon analogue aux militaires d'active et ont les mêmes droits
et devoirs durant ces périodes.
4 Ils participent à des MISINT (Missions intérieures) comme Vigipirate ou Héphaistos (lutte contre les
feux de forêt).
On observe[Quand ?] une augmentation des missions en OPEX (OPérations EXtérieures) avec notamment
pour l'Armée de terre l'envoi en Bosnie d'une unité de réserve complète13.
En 2011, on compte, toutes armées et formations rattachées confondues, plus de 57 000 réservistes
opérationnels sous ESR14.



Recrutement

Une nouvelle génération de réservistes
La réserve opérationnelle sous ESR dispose d'un recrutement équilibré entre anciens militaires et
civils.
Au cours des années qui ont suivi la publication de la loi 99-894, les forces armées ont modifié leurs
sources de recrutement pour intégrer de plus en plus de compétences issues directement de la
société civile.
À titre d'exemple, le dispositif des formations militaires initiales du réserviste et les préparations
militaires effectuées sous ESR ont permis en 2005 de recruter plus de 5 000 réservistes qui n'avaient
aucun passé militaire.
Ces recrutements sont effectués à tous les niveaux de compétences.
Pour permettre de développer encore ces recrutements externes, le conseil supérieur de la réserve
militaire (CSRM) a mis en ligne un site où tout un chacun peut déposer son CV en vue d'un
volontariat dans la réserve15.
En 2016, les réserves militaires opérationnelles ont intégré la Garde nationale et depuis mars 2017, il
est possible de postuler en ligne à la réserve depuis le site Réservistes des Armées [archive].



La réserve de l'Armée de terre

La réserve opérationnelle de l'armée de Terre est composée à environ 60 % de compléments
individuels en États-Majors et de 40 % de réservistes en unités élémentaires de réserve (compagnie,
batterie, escadron, escadrille).
Ces unités élémentaires de réserve (UER) sont directement intégrées à un régiment d'Active mais
dépendent financièrement du Commandement des Forces Terrestres.
Il existe deux types d'unités :
Les
Unités d'Intervention de Réserve (UIR) sont des unités PROTERRE qui capable de réaliser
des missions communes de l'Armée de Terre (MICAT).
Celles-ci sont au nombre de 5 : surveiller, soutenir, boucler, tenir, interdire.
Les
Unités Spécialisées de Réserve (USR) sont réparties dans les régiments de Génie, du train et
NBC.
Ces USR partagent les mêmes missions que les unités d'active au sein du régiment : travaux de
chantier ou franchissement pour les USR du Génie, circulation ou transport routier pour les
régiments du Train.
Les formations sont :
la formation militaire initiale du réserviste (FMIR) : 13 jours - anciennement, la Période Militaire
de réserve (PMR) jusqu'en 2018 et la Formation Complémentaire du Réserviste (FCR) de 3
jours (PMR+FCR=FMIR)
le certificat d'aptitude militaire élémentaire (CAME) : 12 jours
le certificat d'aptitude technique élémentaire (CATE) : 15 jours
la formation initiale à l'encadrement (FIE) : 21 jours
la formation initiale d'officier de réserve (FIOR) : 21 jours

la formation de chef de section : 21 jours

5 La rémunération journalière16 d'un réserviste de l'Armée de Terre est la suivante :

Tableau de rémunération des réservistes
Grade Solde nette
Soldat 54 €/j
Sous-officier 59 €/j
Officier 79 €/j
Une majoration de la solde est prévue en cas d'exercice en dehors du régiment, de mission Vigipirate
ou encore de déploiement en Opération Extérieure (OPEX).
Les réservistes de l'Armée de terre sont représentés par l'Association nationale des réserves de
l'Armée de terre (ANRAT) qui regroupe les associations nationales de réservistes de chaque arme,
service ou spécialité de l'Armée de terre.



La réserve de la Marine nationale

La réserve marine offre des postes variés, de par sa technicité, présence sur toutes les mers du
globe, de son histoire et de ses traditions.
En 2006, l'intégration dans la réserve de la Marine se réalisait sous plusieurs formes :
Par le biais d'une PMM
(préparation militaire Marine).
Il s'agit de 8 ou 12 samedis et d'une semaine bloquée pendant les vacances scolaires.
À l'issue du classement général, les stagiaires qui veulent intégrer la réserve doivent être dans
les meilleurs pour pouvoir suivre un cycle FMIR d'une durée de 15 jours et ainsi obtenir son
ESR (engagement pour servir dans la réserve) :
Secrétaire militaire (Querqueville);
Guetteur
Sémaphorique (Lanvéoc-Poulmic) ;
Fusilier marin (Lorient) ;
Électromécanicien de sécurité ou
Marin Pompier (Saint-Mandrier).
Par le biais d'une PMS
(préparation militaire supérieure). Il y a trois PMS différentes :
Générale ;
Marine marchande ;
État-major.
o La PMS « État-major » s’adresse à des candidats d’un niveau égal ou supérieur à bac +3,
et en priorité, m
ais pas exclusivement, à d’anciens auditeurs de l'institut des hautes
études de défense nationale (IHEDN jeunes) ou à des titulaires de master (diplôme
d’études supérieures spécialisées) de défense, pour les préparer à s’insérer en état-major
dans des emplois de premier niveau.
o La PMS « Marine Marchande » est ouverte aux élèves-officiers de l’École Nationale
Supérieure Maritime (ENSM).
La formation civile de conduite des navires permet aux élèves-officiers de postuler aux
contrats de Volontaire officier aspirant [archive] (VOA) aux fonctions de
chef de quart, soit à la spécialité de conduite du navire (à la passerelle), soit à la propulsion (en
machine).
Par le biais d'une intégration directe, après avis favorable devant une commission étudiant les
atouts professionnels du candidat.
Les experts en linguistique, informaticiens, logisticiens ou spécialistes dans un autre domaine
utile à la Marine seront officiers spécialistes en État-Major.
Tous les titulaires d'un diplôme d'un niveau minimum à bac+3 associé à une expérience
professionnelle concrète dans un domaine de spécialités recherchées seront promus officiers
allant du grade d'aspirant pour les plus jeunes à capitaine de frégate (équivalent de lieutenant-
colonel).
Une fois dans la réserve, les réservistes appartiennent
par défaut à la réserve citoyenne.
S'ils désirent mettre concrètement leurs connaissances au service de la Marine, ils doivent signer un ESR.
C'est un contrat où le réserviste s'engage sur un poste, pour une durée/an et pour un nombre d'années.
Par exemple, pour un réserviste qui animerait les JAPD (Journée d'Appel et de Préparation à la
Défense), l'ESR est de 12 j/an pendant 3 ans.
Les réservistes de la marine sont représentés par quelques associations dont l'ACORAM et l'ACOMAR.6


La réserve de l'armée de l'air


Pour les candidats à la réserve opérationnelle sans passé militaire, le passage par la FMIR (Formation
Militaire Initiale du Réserviste) est obligatoire.
Cette formation d'une durée de 30 jours, s'effectue généralement sous la forme d'une période de 10
jours où le réserviste apprend les bases du comportement militaire (marche au pas, tir, topographie,
organisation et fonctionnement de l'Armée de l'Air, transmissions, etc).
Elle est suivie d'une période d'intégration en unité de 20 jours où le réserviste apprend les spécificités
de son emploi (fusilier commando, servant dans un Escadron de Défense Sol-Air, Pompier de l'Air,
mécanicien, juriste, etc).
Avant 1997, l'encadrement de la réserve Air était pourvu par les élèves officiers de réserve et les
élèves sous-officiers de réserve formés durant la phase de service national.
Les réservistes de l'armée de l'air sont représentés par les associations ANORAA et ANSORAA.



La réserve de la Gendarmerie nationale

Article détaillé : Préparation militaire Gendarmerie.
La réserve opérationnelle de la Gendarmerie Nationale (ROGN) est constituée de volontaires issus du
milieu civil, d'anciens gendarmes, d'anciens appelés du contingent et d'anciens militaires.
Les volontaires issus du milieu civil suivent un cursus de formation spécifique appelée formation
opérationnelle de la réserve territoriale qui dure 4 semaines (elle remplace l'ancienne PMG -
préparation aux missions de la gendarmerie).
Ensuite, pour ceux qui en ont le potentiel, ils pourront suivre un cursus pour devenir officier de réserve.
La ROGN est destinée à renforcer les unités d'active de Gendarmerie au quotidien en apportant un
effectif supplémentaire aux unités qui en éprouvent le besoin et à apporter une aide lors
d'événements impliquant de grands rassemblements de personnes.
Les réservistes de la Gendarmerie sont affectés dans des compagnies de réserve territoriale (C.R.T.)
dont la répartition est homogène avec celle des compagnies de gendarmerie départementale.
Leur qualification judiciaire est celle d'agent de police judiciaire adjoint (A.P.J.A.).
Les anciens militaires de l'arme peuvent dans certains cas conserver une qualification d'agent de
police judiciaire.
La qualification d'officier de police judiciaire n'est pas accessible aux réservistes.
Les candidats doivent constituer un dossier auprès de la brigade de gendarmerie de leur domicile ou
auprès du CIRGend (centre d'information et de recrutement de la gendarmerie) de leur région.
Les volontaires ayant effectué un service national dans une autre armée doivent faire une demande
de changement d'armée.
En 2016, la réserve opérationnelle de la gendarmerie nationale compte environ 53 00017 militaires.
En 2017, la rémunération journalière18 d'un gendarme adjoint de réserve est de 53 €.
Les réservistes de la gendarmerie nationale sont représentés par les associations ANORGEND19 et
RESGEND20.



La réserve de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP)21

La réserve de la BSPP est composée d'anciens sapeurs-pompiers ayant exercé à la BSPP, de
réservistes déjà titulaires de diplômes de secourisme (PSE 2 obligatoirement), par exemple des
anciens jeunes sapeurs-pompiers, des anciens volontaires service civique (VSC) ayant effectué leur
service civique à la BSPP, ou des membres d'associations agréées de sécurité civile (AASC), ou enfin
de réservistes spécialistes, possédant des qualifications spécifiques et pointues dans des domaines
particuliers (informatique, NRBC, professions médicales ou assimilées, etc).
Pour postuler, le réserviste doit être majeur, avoir un casier judiciaire vierge, et valider une visite
médicale avec un médecin de la BSPP.

Le permis de conduire n'est en revanche pas obligatoire.
7  A l'exception des réservistes spécialistes, qui se verront affectés à une mission correspondant à leurs
spécialités, les réservistes à la BSPP sont utilisés pour effectuer des missions de secours à victimes
(personne malade, personne blessée, accident de la circulation, ...), dans les véhicules de secours et
d'assistance aux victimes (VSAV).
Intégrant un équipage de trois personnes (équipage de base: un équipier, un conducteur, un chef
d'agrès), le réserviste intervient au même titre qu'un sapeur-pompier d'active.
En revanche, n'étant pas formé à l'incendie ou à d'autres interventions que celles dépendant du
prompt secours, il ne peut intervenir dans un autre véhicule que le VSAV (le VSAV pourra être amené
à intervenir sur un incendie, mais pour faire du soutien sanitaire aux sapeurs-pompiers intervenant
sur le feu, et prendre en charge d'éventuelles victimes une fois évacuées du sinistre).
Hors interventions, le réserviste participe à la vie ordinaire de la caserne, et fait donc les manœuvres
d’entraînement/révision en secourisme, ainsi que le sport avec les autres militaires.
Le réserviste signe un contrat de 5 ans, et doit effectuer un nombre minimum de 5 gardes de 24
heures en centre de secours par an (150 gardes par an maximum).
Il peut progresser au sein de la BSPP, et monter en grade, pour devenir conducteur du VSAV, ou chef
d'agrès.
L'indemnité touchée par garde est de 110 € pour un sapeur de première classe.



La réserve du Service de Santé des Armées (ou SSA)

La réserve du service de santé des armées est composée d'anciens militaires d'actives, d'anciens
appelés du service national ou de réserviste sans passé militaire.
Elle fait appel à toutes les professions médicales (médecins, chirurgiens, chirurgiens-dentistes,
pharmaciens, biologistes, vétérinaires et sages-femmes) et paramédicales (infirmiers anesthésistes,
infirmiers de bloc opératoire, infirmiers, préparateurs en pharmacie, brancardiers-secouristes)
pouvant soutenir le fonctionnement du SSA.
Les réservistes du service de santé des armées sont représentés par les associations membres du
Groupement des organisations de réservistes du service de santé des armées (GORSSA).



La réserve de la Direction Générale de l'Armement

La réserve opérationnelle est une réserve d'emploi qui s'est constituée pour la DGA depuis janvier 200522.
Elle regroupe des volontaires ayant souscrit un Engagement à Servir dans la Réserve ainsi que les
anciens militaires soumis à l'obligation de disponibilité.
La réserve de la DGA est la dernière à être constituée.
Il s'agit d'une réserve d'officiers uniquement.
Les réservistes de la direction générale de l'armement sont représentés par l'association nationale des
officiers de réserve des corps de l'armement (ANORCA), membre de l'Association nationale des
réserves de l'Armée de terre.
Notes et références
1 Constitution Act, 1867
2 Canadian Rangers
3 Sur l'histoire des réserves en France et ailleurs, voir : Michel Roucaud (dir.),
Les réserves
d’hier, d’ailleurs et d’aujourd’hui, actes du colloque du 30 septembre 2006, Paris, Anorgend,
2009.
4 Xavier Boniface, « La réforme de l’armée française après 1871, Inflexions 2012/3
(N°21) » [archive] (consulté le 21 décembre 2021)
5 L’Histoire no 207
6 Antoine-Louis de Prémonville,
Citoyens-soldats au XXIe siècle, Panazol, Lavauzelle, 2013,
134 p. (ISBN 978-2-7025-1598-3)

le 6 aime ce message

Revenir en haut Aller en bas
guilhon
Pro !
Pro !
guilhon



Les réserves en France Historique En France, la réserve militaire n'est officiellement instituée, en tant que telle, qu'après la guerre franco-allemande de 1870, par une loi du 27 juillet 1872 Empty
MessageSujet: RESERVE   Les réserves en France Historique En France, la réserve militaire n'est officiellement instituée, en tant que telle, qu'après la guerre franco-allemande de 1870, par une loi du 27 juillet 1872 EmptyMer 26 Oct 2022 - 7:32

Il existe aussi au sein de l administration penitentiaire;une reserve;offrant de nombreux postes=chauffeur de vehicules lors d extractions judiciaires et medicales;renffort securite dans les services d insertion et probation;etc;Tous ces services dependent du ministere de la justice;Remuneration;pour un brigadier=135euros/jour;a concurence de 100 jours /an;
Revenir en haut Aller en bas
 
Les réserves en France Historique En France, la réserve militaire n'est officiellement instituée, en tant que telle, qu'après la guerre franco-allemande de 1870, par une loi du 27 juillet 1872
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LA RESERVE MILITAIRE - ESR
» La réserve militaire avec le 1er RCP
» Nouvelles dispositions sur la réserve militaire
» HISTORIQUE DE L'AUMÔNERIE MILITAIRE
»  La Syrie se trouve sur la plus colossale plaque de réserve de gaz du monde, d’où la guerre !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: ACTUALITES DIVERS :: VEILLE ACTUALITE MILITAIRE-
Sauter vers: