CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
 

 "LA BLEUITE" un roman noir d'une guerre secrète. Ne cherchez pas cette histoire dans les images d'archive, vous ne la trouverez pas. Son nom la BLEUITE.

Aller en bas 
AuteurMessage
Claude MILLET
Fondateur
Claude MILLET


"LA BLEUITE" un roman noir d'une guerre secrète. Ne cherchez pas cette histoire dans les images d'archive, vous ne la trouverez pas. Son nom la BLEUITE.   Empty
MessageSujet: "LA BLEUITE" un roman noir d'une guerre secrète. Ne cherchez pas cette histoire dans les images d'archive, vous ne la trouverez pas. Son nom la BLEUITE.    "LA BLEUITE" un roman noir d'une guerre secrète. Ne cherchez pas cette histoire dans les images d'archive, vous ne la trouverez pas. Son nom la BLEUITE.   EmptyVen 30 Oct 2020 - 18:09


DOCUMENT EXCEPTIONNEL: GUERRE D'ALGERIE


Citation :
Tout a commencé en 1957 dans les ruelles obscures de la Casbah.

Ne cherchez pas cette histoire dans les images d'archive, vous ne la trouverez pas.
C'est un roman noir d'une guerre secrète.
La plus vaste opération jamais montée des services secrets français contre le FLN algérien.

Son nom la BLEUITE.


Personne n'aime en parler, ni la FRANCE qui a gagné cette guerre l'ombre, ni l'Algérie qui en a payé le prix du sang.

Rarement dans l'histoire une opération si sophistiqué aura reposé sur un seul homme
.

Paul Alain LEGER militaire par idéal, capitaine parachutiste dans l'armée française a consacré sa vie

"à faire la guerre et la gagner".

Un long apprentissage qui lui a permis en alien la violence à l'intelligence et parfois le machiavélisme, de devenir un maître de guerre.

Régaler-vous en ces temps incertains...
Revenir en haut Aller en bas
jacky alaux
Expert
Expert
jacky alaux


"LA BLEUITE" un roman noir d'une guerre secrète. Ne cherchez pas cette histoire dans les images d'archive, vous ne la trouverez pas. Son nom la BLEUITE.   Empty
MessageSujet: Re: "LA BLEUITE" un roman noir d'une guerre secrète. Ne cherchez pas cette histoire dans les images d'archive, vous ne la trouverez pas. Son nom la BLEUITE.    "LA BLEUITE" un roman noir d'une guerre secrète. Ne cherchez pas cette histoire dans les images d'archive, vous ne la trouverez pas. Son nom la BLEUITE.   EmptyVen 30 Oct 2020 - 20:46


Merci, Claude de nous passer ce Vidéo exceptionnel sur la bleuite et sur le Capitaine LÉGER. Cet extraordinaire officier para d'un courage et d'une audace peu commune . Il fut arrêter et emprisonné lors du putsch de 1961... Un Héro de l'Algérie Française.
Revenir en haut Aller en bas
FOUQUET66
Expert
Expert
FOUQUET66


"LA BLEUITE" un roman noir d'une guerre secrète. Ne cherchez pas cette histoire dans les images d'archive, vous ne la trouverez pas. Son nom la BLEUITE.   Empty
MessageSujet: Re: "LA BLEUITE" un roman noir d'une guerre secrète. Ne cherchez pas cette histoire dans les images d'archive, vous ne la trouverez pas. Son nom la BLEUITE.    "LA BLEUITE" un roman noir d'une guerre secrète. Ne cherchez pas cette histoire dans les images d'archive, vous ne la trouverez pas. Son nom la BLEUITE.   EmptySam 31 Oct 2020 - 18:04

Merci Claude .Superbe opération d'infiltration et de retournement
L'infiltration des « Bleus » dans les réseaux FLN permit au capitaine Léger de contrôler le courrier échangé entre Alger et les wilayas...
Il avait déjà fait la même en chose en Indochine lorsqu'il commandait la base du Cu-Lao, en retournant des ex-viets prisonniers!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.legionetrangere.fr/
Fombecto
Expert
Expert
Fombecto


"LA BLEUITE" un roman noir d'une guerre secrète. Ne cherchez pas cette histoire dans les images d'archive, vous ne la trouverez pas. Son nom la BLEUITE.   Empty
MessageSujet: Re: "LA BLEUITE" un roman noir d'une guerre secrète. Ne cherchez pas cette histoire dans les images d'archive, vous ne la trouverez pas. Son nom la BLEUITE.    "LA BLEUITE" un roman noir d'une guerre secrète. Ne cherchez pas cette histoire dans les images d'archive, vous ne la trouverez pas. Son nom la BLEUITE.   EmptySam 31 Oct 2020 - 22:19

Super Claude!


Citation :
Paul Alain LEGER militaire par idéal, capitaine parachutiste dans l'armée française a consacré sa vie

"à faire la guerre et la gagner"

_________________
« A la Grèce, nous devons surtout notre raison logique. A Rome, nos maximes de droit et de gouvernement. Mais à l'Evangile nous devons notre idée même de l'homme. Si nous renions l'Evangile, nous sommes perdus. » Maréchal de Lattre de Tassigny (mort le 11 janvier 1952).
Revenir en haut Aller en bas
battement zéro
Pro !
Pro !
battement zéro


"LA BLEUITE" un roman noir d'une guerre secrète. Ne cherchez pas cette histoire dans les images d'archive, vous ne la trouverez pas. Son nom la BLEUITE.   Empty
MessageSujet: La stratégie du bluff    "LA BLEUITE" un roman noir d'une guerre secrète. Ne cherchez pas cette histoire dans les images d'archive, vous ne la trouverez pas. Son nom la BLEUITE.   EmptyLun 2 Nov 2020 - 21:02


  • Pensée militaire - La stratégie du bluff (2e partie)
  • Michel Klen
  • Dans Revue Défense Nationale 2015/1 (N° 776), pages 121 à 122







  • Article
  • Auteur
  • Sur un sujet proche
  • file_downloadTélécharger





1Une séquence de bluff nécessite souvent une judicieuse mise en scène pour berner un adversaire. Le parfait bluffeur doit donc posséder les qualités d’un bon comédien. L’aptitude à mettre en pratique cet art de flouer un ennemi sur le terrain a notamment été mise en relief par l’armée française pendant la guerre d’Algérie. C’est le Groupe de renseignement et d’exploitation (GRE), organisme secret chargé de la collecte du renseignement et de l’organisation des actions d’infiltration, qui a réalisé les ruses de guerre les plus marquantes. Dans ce chapitre digne d’un thriller de Gérard de Villiers, le coup de bluff de l’opération KLJ27  [1][1]Ces lettres signifient « Kabylie » pour KL et 27 janvier (1958)… reste un modèle du genre.

2 Déguisés en fellaghas, le capitaine Paul-Alain Léger (le patron du GRE) et quelques militaires français, accompagnés de supplétifs musulmans ralliés, se font passer pour une unité de l’ALN (Armée de libération nationale, la branche militaire du FLN, le Front de libération nationale) dans leur longue marche à travers le djebel pour rejoindre le PC de la wilaya III où se trouvent des membres de la rébellion. Muni de vrais faux ordres de mission du FLN, le commando français progresse sans difficulté majeure et passe facilement les barrages des choufs. À l’un des nombreux points de contrôle, un guetteur plus scrupuleux que les autres interpelle la colonne. L’un des musulmans « retournés » qui sert de traducteur aux Français lui rétorque en kabyle : « Nous sommes douze djounouds de la wilaya IV voisine et nous devons prendre contact avec le PC de la wilaya III avant de rejoindre la Tunisie ». Après avoir vérifié le vrai faux laissez-passer et surtout le tampon qui y figure, le factionnaire répond : « Le PC de la wilaya III est à une heure de marche dans la maison de Yayaoui Slimane aux Iril-Tolba. Que Dieu te protège, toi et les autres frères » [2][2]Paul-Alain Léger : Aux carrefours de la guerre ; Albin Michel,….

3 Lorsque le groupe parvient finalement au site du PC rebelle, il est accueilli par les guérilleros qui souhaitent la bienvenue aux nouveaux arrivants. C’est alors que les militaires français ôtent le capuchon de leur djellaba et désarment les combattants de l’insurrection présents sur les lieux. Une heure plus tard, les parachutistes du 1er RCP, prévenus de la présence de « gros poissons » dans la mechta kabyle, déboulent avec deux hélicoptères sur la position. L’arrestation des membres de l’ALN et la fouille du poste permettent de récupérer des documents précieux, des armes et des munitions. La confiance envers les musulmans ralliés, l’utilisation subtile de leur connaissance du terrain et de leur savoir-faire spécifique pour ce genre de situation, ainsi que l’audace et la très bonne condition physique du commando, ont permis le succès de ce magistral coup de bluff.

4 Dans ce jeu de masques, le GRE a excellé. Il a inscrit ses lettres de noblesse dans la péripétie de la « bleuite », un terme qui désigne la vaste opération de noyautage, de désinformation et de bluff conduite en 1957 à Alger, essentiellement dans la Casbah, pour démanteler les réseaux FLN. Pour mieux se fondre dans le milieu humain, les musulmans recrutés par l’armée française étaient vêtus de « bleus de chauffe », ces combinaisons de travail portées par les ouvriers algérois. Le vivier d’indicateurs ainsi constitué par les services français a permis de localiser, de capturer et d’anéantir l’organisation rebelle qui semait la terreur dans la capitale algérienne, de saisir des stocks d’explosifs et de faire cesser les attentats terroristes. Fort de cette réussite, le GRE a étendu la « bleuite » jusque dans les maquis. Pour ce faire, de multiples stratagèmes ont été mis en œuvre. Par le truchement de tampons du FLN reproduits par les services de renseignement, la structure dirigée par le capitaine Léger parvient à distribuer des faux documents à la rébellion algérienne en les insérant dans des boîtes aux lettres dont les emplacements sont communiqués par des transfuges de l’ALN. Par ce procédé fallacieux, les militaires français donnent des directives erronées à des hauts responsables des wilayas. La partie de bluff est géniale : le FLN appliquera certaines instructions rédigées par les services du capitaine Léger !

5 La manœuvre de tromperie va plus loin. Grâce à des fiches falsifiées diffusées dans certains maquis, le GRE envoie des partisans sur le terrain se faire remettre par les rebelles ainsi leurrés des armes et des munitions. Le processus de vraies fausses lettres introduites dans le courrier du FLN est accompagné d’une mécanique de diffusion de listes de prétendus collaborateurs algériens avec l’armée française. Ces listes de supposés traîtres parviennent jusqu’aux chefs de l’insurrection. Les moyens de propagation sont multiples : lancement de rumeurs dans les villages par des Algériens « retournés », documents compromettants avec les noms des soi-disant « infidèles » laissés sur les rebelles abattus... L’objectif de cette mise en scène est d’instaurer un climat de méfiance au sein de la rébellion et de l’inciter ainsi à déclencher des purges internes dans ses propres rangs. Ce gigantesque coup de bluff a provoqué des dégâts humains considérables dans les maquis : plusieurs milliers de djounouds ont été exécutés par leurs coreligionnaires du FLN atteints d’une paranoïa diabolique. Des dizaines de milliers d’autres partisans de l’insurrection ont préféré échapper à l’emprise du FLN et rejoindre le camp français. Cette tactique bluffante bien connue s’appelle « l’œil de Dieu » : les manipulateurs qui ont réussi à noyauter les maquis convainquent les rebelles et les villageois qu’ils seront la cible de la colère divine s’ils ne changent pas de camp.

6 Sous de nombreux aspects, la guerre d’Algérie a été une guerre du bluff. Avec des résultats probants, les commandos Georges du colonel Bigeard puis les commandos Cobra, ont appliqué des méthodes identiques de duperie. Les services spéciaux de l’armée française ont expérimenté ces techniques de guerre subversive en Indochine avec le GCMA (Groupement de commandos mixtes aéroportés). Cette unité composée d’autochtones appartenant aux minorités ethniques (Hmongs, Thaïs, Méos) centrait son mode opératoire sur l’infiltration de la population en appliquant les procédés de l’action psychologique : propagande, prise en main des habitants pour provoquer des ralliements, utilisation subtile des protocoles locaux ainsi que des croyances et des superstitions villageoises dans le but de les exploiter contre l’adversaire communiste, en somme toutes les recettes du bluff. Cette logique basée sur le contact avec les populations locales est une composante de la doctrine de la guerre révolutionnaire établie par Mao et résumée par la fameuse image du « poisson dans l’eau » : pour être bien renseignés et s’assurer le soutien de la population, les combattants doivent s’immerger dans le milieu local pour y être le plus à l’aise possible, à l’instar d’un poisson dans son environnement aquatique.

7 Dans les guerres asymétriques, la stratégie du bluff est omniprésente et omnipotente. Elle constitue une arme efficace dans l’affrontement du faible au fort et, à ce titre, peut s’affirmer comme un égalisateur de puissance. Cette manipulation des esprits est une attitude offensive qui peut se comparer à l’action de l’eau. Cette analogie a servi de référence aux philosophes chinois plusieurs siècles avant notre ère. Parmi ces penseurs, le grand théoricien Sun Tzu soutenait : « L’eau contourne les hauteurs, s’infiltre dans les creux […] et s’adapte au récipient ». La métaphore illustre bien les actions de cet artifice insidieux de la ruse qui « s’adaptent au contexte du moment ou au milieu ambiant, puis s’insinuent par l’infiltration dans le dispositif choisi pour progresser jusqu’à la submersion »…


Notes

  • [1]
    Ces lettres signifient « Kabylie » pour KL et 27 janvier (1958) pour la date du début de l’opération.
  • [2]
    Paul-Alain Léger : Aux carrefours de la guerre ; Albin Michel, 1983.



Mis en ligne sur Cairn.info le 17/02/2020

_________________

jacky alaux aime ce message

Revenir en haut Aller en bas
Bacchus
confirmé
confirmé
Bacchus


"LA BLEUITE" un roman noir d'une guerre secrète. Ne cherchez pas cette histoire dans les images d'archive, vous ne la trouverez pas. Son nom la BLEUITE.   Empty
MessageSujet: Re: "LA BLEUITE" un roman noir d'une guerre secrète. Ne cherchez pas cette histoire dans les images d'archive, vous ne la trouverez pas. Son nom la BLEUITE.    "LA BLEUITE" un roman noir d'une guerre secrète. Ne cherchez pas cette histoire dans les images d'archive, vous ne la trouverez pas. Son nom la BLEUITE.   EmptySam 7 Nov 2020 - 23:12

Faire la guerre et la gagner...!
Revenir en haut Aller en bas
 
"LA BLEUITE" un roman noir d'une guerre secrète. Ne cherchez pas cette histoire dans les images d'archive, vous ne la trouverez pas. Son nom la BLEUITE.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: NOS GUERRES COMPTEMPORAINES et les OPEX :: ALGERIE 1954 -1962 :: L'armée française d'Algérie et la politique-
Sauter vers: