CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
 

 Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962 (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie d’appelés du contingent ???? )

Aller en bas 
AuteurMessage
FOUQUET66
Expert
Expert
FOUQUET66


Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962   (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie  d’appelés du contingent ???? )  Empty
MessageSujet: Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962 (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie d’appelés du contingent ???? )    Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962   (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie  d’appelés du contingent ???? )  EmptySam 17 Mar 2018 - 14:23

UNE PAGE DE LA GUERRE D'ALGERIE QUI DOIT FAIRE PARTIE DE L'HISTOIRE DE FRANCE...


Objet.   A.F.N. 9 MARS 1962   (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie  d’appelés du contingent ???? )


                                         
Le sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains.
Cet épisode de la guerre d’Algérie a été soigneusement occulté par le gouvernement français et par tous les médias, (mais l’ont-ils su ?).
Dix jours avant la signature des « accords d’Évian » l’armée française allait commettre, sur ordre de De Gaulle et de son gouvernement, la plus odieuse forfaiture de son histoire.

Voici comment le chef de l’État français avait décidé de refaire un nouveau Dien Bien Phu, en laissant massacrer une unité d’infanterie, composée essentiellement de jeunes appelés du contingent, basée non loin de Souk-Ahras, dans l’Est algérien, face au village tunisien de Sakhiet-Sidi-Youssef.  (Rien à voir bien entendu avec le fameux bombardement de ce même village le 2 février 1958 qui mobilisa toute la presse internationale et attira l’opprobre de nombreux pays contre la France)

Depuis le lever du jour de ce 9 mars 1962, une pluie d’obus tirés par l’artillerie lourde de l’ALN, installée en Tunisie, pleut avec une intensité sans précédent sur cette unité composée de jeunes recrues, des appelés pour la plupart.
Le commandant de l’unité n’a pas les moyens matériels de riposter car ses hommes ne sont équipés que d’armes légères.
En effet, sur ordre du gouvernement on lui a retiré quelques jours plus tôt son artillerie lourde plus un régiment de la Légion étrangère et une demi-brigade de blindés.
Ordre bien singulier puisque les services secrets avaient signalé une concentration inhabituelle de forces adverses en territoire tunisien, juste en face de ce secteur.
Sans cesse le commandant demande par radio à sa hiérarchie basée à Constantine et à Bône, l’appui de l’aviation pour le dégager.
La situation devient désastreuse à l’aube du 10 mars. Les tirs redoublent de violence.
Puis c’est le silence….                                                                          
– « Je vous en prie, réagissez ! Nous risquons une attaque massive des fellaghas ».
 De son poste d’observation, le commandant constate, à l’aide de ses jumelles, qu’à moins d’un kilomètre plusieurs brèches ont été ouvertes dans le barrage électrifié qui délimite la frontière entre les deux pays. Sur les collines environnantes des milliers de combattants de l’ALN progressent à découvert dans sa direction.
Ils sont à moins de deux kilomètres à vol d’oiseau. Il sait qu’il ne pourra pas résister à une attaque de cette envergure et que tous ses hommes vont se faire massacrer. Il se demande pourquoi on ne lui envoie aucune aide.
Ce qu’il ignore c’est que l’état-major militaire a reçu l’ordre de ne pas  intervenir.
Pour quelles raisons ?
Des négociations sont engagées avec les nationalistes algériens et Louis Joxe discute en ce moment même à Evian avec les représentants du GPRA.
Pour amadouer les dirigeants nationalistes, le gouvernement français a décidé quelques jours plus tôt un « cessez le feu unilatéral ».
Ainsi l’ALN (Armée de libération Nationale) peut agir en toute impunité et tenter une opération spectaculaire afin de négocier dans de meilleures conditions.
Et c’est pour cette raison que De Gaulle va sacrifier sans aucune pitié, sans aucune émotion, quelques centaines de jeunes soldats appelés du contingent dans le seul but de démontrer à la métropole la nécessité urgente de terminer cette guerre quel qu’en soit le prix.
Informé de tout cela, le lieutenant-colonel Lisbonis, commandant la base aérienne 213 de Bône, hésite à intervenir.
Un an plus tôt, au moment du putsch des généraux, il était resté fidèle à De Gaulle. Mais sa conscience le tenaille et il ne peut concevoir de ne pas se porter au secours de ces soldats français sacrifiés au nom d’une odieuse politique d’abandon.
Dès le lever du jour, il donne l’ordre aux escadrilles de décoller.
En quelques heures la victoire change de camp. Les pilotes des T-6 arrosent de leurs mitrailleuses les fellaghas, surpris par une attaque aérienne qu’ils n’attendaient pas, et les A-26 franchissent la frontière, les poursuivant et lâchant leurs bombes sur les positions de l’artillerie adverse.
Les soldats du contingent et la population civile sont sauvés.
Quant au lieutenant-colonel Lisbonis, il s’envole pour Paris. Non pas pour être félicité mais par mesure disciplinaire.

Le gouvernement lui reproche d’avoir enfreint les ordres et d’avoir gravement compromis les pourparlers d’Évian, même au prix de la vie de quelques centaines de jeunes soldats français.
Le 14 mars 1962, le commandant de la base aérienne de Bône-les-Salines est mis aux arrêts pour avoir riposté aux attaques de l’ALN contre le barrage et sauvé quelques centaines de jeunes soldats et de civils français.


Manuel Gomez
Revenir en haut Aller en bas
http://www.legionetrangere.fr/
jacky alaux
Expert
Expert
jacky alaux


Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962   (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie  d’appelés du contingent ???? )  Empty
MessageSujet: Re: Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962 (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie d’appelés du contingent ???? )    Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962   (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie  d’appelés du contingent ???? )  EmptySam 17 Mar 2018 - 14:48


VIVE DE GAULLE, la grande ZORA  :affraid: ... PLUS POURRI QUE CA, TU MEURS !
Revenir en haut Aller en bas
battement zéro
Pro !
Pro !
battement zéro


Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962   (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie  d’appelés du contingent ???? )  Empty
MessageSujet: Re: Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962 (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie d’appelés du contingent ???? )    Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962   (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie  d’appelés du contingent ???? )  EmptySam 17 Mar 2018 - 20:42

de gaulle était vraiment un pourri!

_________________

Revenir en haut Aller en bas
cpa
confirmé
confirmé
cpa


Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962   (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie  d’appelés du contingent ???? )  Empty
MessageSujet: Re: Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962 (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie d’appelés du contingent ???? )    Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962   (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie  d’appelés du contingent ???? )  EmptyDim 18 Mar 2018 - 10:06

Autre version corroborant la précédente!

Le site Algérie Française a écrit:
Sakhiet-Sidi­-Youssef
Une preuve de plus

DE GAULLE VOULAIT-IL
UN DIEN BIEN PHU
ALGÉRIEN ?

par Jean JOLLY (Le Crapouillot N° 93, avril 1987, pages 73-74)

« BON Dieu !... Faites taire ces canons et ces mortiers !
Mes hommes sont à bout de nerfs.
»

Accroupi dans sa casemate, le colonel commandant l'unité d'infanterie retranchée en face de Sakhiet-Sidi­-Youssef, non loin de Souk-Ahras, dans l'Est algérien, demande par radio à ses supérieurs hiérarchiques basés à Bône et à Constantine, l'appui de l'aviation.

Tout autour de lui, les obus, tirés par, l'artillerie de l'ALN, l'Armée nationale algérienne, installée en Tunisie, pleuvent avec une intensité sans précédent.
Le colonel n'a pas les moyens de riposter. Ses jeunes recrues, mal aguerries, ne sont équipées que d'armes légères.
« Alertez l'état-major !... Envoyez l'aviation !... Faites quelque chose ! », répète le colonel.
La situation est sérieuse. Dans cette nuit du 9 au 10 mars 1962, le pire peut arriver aux soldats du contingent laissés curieusement sans protection à l'un des points les plus dangereux de la frontière franco-tunisienne.
La situation est d'autant plus sérieuse pour cette unité que l'état-major, exécutant les ordres du gouvernement, a retiré quelques jours plus tôt l'artillerie lourde, les régiments de Légion étrangère et d'infanterie de marine ainsi qu'une demi-brigade de blindés.
Le piège

Ordres bien singuliers, si l'on songe que les services secrets français ont signalé des concentrations inhabituelles de forces adverses en territoire tunisien, juste en face de ce secteur.
« Je vous en prie... Réagissez ! Nous risquons une attaque massive des fells... »
A l'aube du 10 mars, les tirs redoublent de violence, puis c’est le silence. De son poste d'observation, le colonel scrute l'horizon avec ses jumelles. En contrebas, à moins d'un kilomètre, plusieurs brèches ont été ouvertes dans le barrage électrifié qui marque la frontière entre les deux pays. Ce n'est pas une surprise pour lui, après le bombardement intensif de la nuit dernière.
En revanche, ce qu'il voit dans les collines environnantes lui donne des sueurs froides. Des centaines, des milliers de combattants de l'ALN progressent, à découvert, dans sa direction. Ils sont, à vol d'oiseau, à moins de deux kilomètres. Depuis qu'il se trouve en Algérie, il n'en a jamais vu autant à la fois.
Il est trop tard pour changer de position. Sur son flanc droit, l'ALN a disposé dans la nuit des armes lourdes. Sur son flanc gauche, des troncs d'arbres ont été disposés sur la piste, interdisant tout repli.
Le courage de désobéir

Le colonel s'apprête à lancer un appel désespéré quand il entend, au-dessus de sa tête, un ronronnement caractéristique et réconfortant : les T-6 arrivent. Avec retard. Mais ils arrivent. Les T-6, ce sont tout à la fois les avions d'observation et les chasseurs d'attaque au sol. Ce sont eux qui précèdent et protègent les bombardiers B-26.
Pourquoi ce retard ? Les chefs militaires avaient l'ordre de ne pas intervenir. Le gouvernement français, pour amadouer les dirigeants nationalistes algériens, a décrété quelques jours plus tôt un cessez-le-feu unilatéral. Aussi l'ALN, brisée par les opérations de l'ex général Challe, aujourd'hui condamné pour sa participation au putsch du 22 avril 1961, peut-elle agir en toute impunité et tenter quelques actions spectaculaires.
Informé de cela et prudent, le lieutenant-colonel Lisbonis qui dirige la base aérienne 213 de Bône-les-Salines, a longtemps hésité à intervenir. Dans des circonstances autrement complexes - sinon dangereuses - un an plus tôt, au moment du putsch, il était resté fidèle au gouvernement légal. Toutefois, aujourd'hui, sa conscience le tiraille davantage que son respect des consignes. Aussi, dès le lever du jour, a-t-il donné l'ordre aux escadrilles de décoller de la base des Salines.
En quelques heures, la victoire change de camp. Piquant sur les unités de l'ALN qui progressent vers les brèches du barrage, les pilotes des T-6 tirent sans discontinuer avec leurs mitrailleuses, tandis que les pilotes des B-26, franchissant la frontière, vont lâcher leurs bombes sur les positions de l'artillerie adverse.
Plusieurs fois dans la journée, les T-26 et les B-26 passeront à l'attaque, contraignant les combattants de l'ALN à se replier en désordre et réduisant au silence canons et mortiers ennemis.
Les soldats du contingent et la population civile durement éprouvés par les bombardements de l'ALN respirent. Ils sont sauvés.
Un Diên Biên Phû algérien a été évité de justesse. Grâce au lieutenant-colonel Lisbonis.
Celui-ci n'en sera pas récompensé. Au contraire.
Dans la matinée du lundi 12 mars, un « SO-Bretagne » venant de métropole avec des officiers supérieurs et généraux atterrit à la base de Bône-les-Salines. Les passagers de l'appareil militaire se rendent aussitôt dans le bureau du lieutenant-colonel Lisbonis. Non pour le féliciter, mais pour l'interroger.
Dans l'après-midi, la délégation militaire repart pour la métropole à bord du « SO-Bretagne ».
Quant au lieutenant ­colonel Lisbonis, il s'envole pour Paris à bord d'un autre appareil militaire.
Il s'agit d'une mesure disciplinaire. Le gouvernement reproche au lieutenant-colonel d'avoir enfreint les ordres en faisant bombarder les concentrations de forces de l'ALN en territoire tunisien. A un moment où des négociations sont engagées avec les nationalistes algériens, M. Louis Joxe, ministre chargé des Affaires algériennes, discute à Evian avec Krim Belkacem et les représentants du GPRA, le gouvernement provisoire de la République algérienne. Or, le GPRA aurait aimé que ses forces - l'ALN - puissent contrôler ne serait-ce qu'une infime partie du territoire algérien pour négocier en meilleure position.
En outre, un revers militaire français, surtout au prix de la vie de soldats du contingent, aurait eu un double avantage pour les partisans de l'indépendance de l'Algérie : d'une part il aurait provoqué un choc psychologique suffisamment violent pour pousser l'opinion métropolitaine à réclamer la paix à n'importe quel prix, d'autre part il aurait affaibli la position morale d'une armée de métier, sûre d'avoir gagné la guerre et encore peu favorable à De Gaulle, malgré son épuration.
Pour avoir réduit à néant les projets de l'ALN, le lieutenant-colonel Lisbonis aurait pu avoir sa carrière brisée, si un journaliste, René Attard, correspondant de « L'Aurore », à Bône, n'avait pris le risque de faire connaître la vérité.
Le 14 mars, le quotidien parisien titrait en ces termes l'article de son correspondant :
« Le commandant de la base aérienne de Bône-les-Salines, mis aux arrêts pour avoir riposté aux attaques de l'ALN contre le barrage. »
Le jour même, à 17 h 30, René Attard était expulsé par le préfet Jean Dours, futur directeur de la Sûreté nationale.
Quelques minutes plus tôt, il avait rencontré le lieutenant­ colonel Lisbonis... dans le bureau du préfet de Bône. Pour rendre plus vraisemblables leurs démentis catégoriques, les autorités militaires avaient rappelé d'urgence l'officier en Algérie. Il était arrivé dans l'après-midi à bord d'un « SO-­Bretagne », . celui-là même qu'avait utilisé la délégation militaire venue l'interroger deux jours auparavant...
Revenir en haut Aller en bas
R.Mathieu
confirmé
confirmé
R.Mathieu


Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962   (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie  d’appelés du contingent ???? )  Empty
MessageSujet: Re: Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962 (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie d’appelés du contingent ???? )    Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962   (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie  d’appelés du contingent ???? )  EmptyDim 18 Mar 2018 - 10:27

Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962   (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie  d’appelés du contingent ???? )  Aurore10

"La vérité finit toujours par se savoir!"
Merci Fouquet66
Revenir en haut Aller en bas
treat2
confirmé
confirmé
avatar


Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962   (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie  d’appelés du contingent ???? )  Empty
MessageSujet: Re: Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962 (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie d’appelés du contingent ???? )    Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962   (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie  d’appelés du contingent ???? )  EmptyDim 18 Mar 2018 - 11:04

Citation :
"La vérité finit toujours par se savoir!"
Merci Fouquet66
Revenir en haut Aller en bas
Bernard Dufort
confirmé
confirmé
Bernard Dufort


Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962   (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie  d’appelés du contingent ???? )  Empty
MessageSujet: Re: Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962 (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie d’appelés du contingent ???? )    Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962   (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie  d’appelés du contingent ???? )  EmptyDim 18 Mar 2018 - 19:29

André Zeller a écrit:
Bourg la Reine  11 Mars 2018
"Peu avant son retour au pouvoir en 1958, le futur chef de l’Etat (de gaulle) de fait avait déclaré à Albert Camus en « plaisantant » comment il était parvenu à son âge sans avoir connu de Français, sinon lui-même, prêts à tuer d’autres Français…"


Extrait de l'allocution prononcée sur la tombe de Jean-Marie Bastien-Thirry lors du 55e anniversaire de sa mort.
Au cimetière de Bourg-la-Reine.
Lien: Sacrifice programmé d'appelés du contingent en AFN mars 1962
Revenir en haut Aller en bas
GARD
Expert
Expert
GARD


Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962   (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie  d’appelés du contingent ???? )  Empty
MessageSujet: Re: Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962 (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie d’appelés du contingent ???? )    Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962   (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie  d’appelés du contingent ???? )  EmptyDim 18 Mar 2018 - 20:03

Heureusement le LT colonel Lisbonis a eu le courage d'intervenir... malgré les ordres du gouvernement, encore une vraie trahison en haut lieu hélas...
Revenir en haut Aller en bas
Claude MILLET
Fondateur
Claude MILLET


Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962   (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie  d’appelés du contingent ???? )  Empty
MessageSujet: Re: Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962 (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie d’appelés du contingent ???? )    Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962   (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie  d’appelés du contingent ???? )  EmptyLun 19 Mar 2018 - 12:00

André Zeller fils du général a écrit:
"Peu avant son retour au pouvoir en 1958, le futur chef de l’Etat (de gaulle) de fait avait déclaré à Albert Camus en « plaisantant » comment il était parvenu à son âge sans avoir connu de Français, sinon lui-même, prêts à tuer d’autres Français…"
Revenir en haut Aller en bas
Charly71
Expert
Expert
avatar


Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962   (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie  d’appelés du contingent ???? )  Empty
MessageSujet: Re: Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962 (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie d’appelés du contingent ???? )    Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962   (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie  d’appelés du contingent ???? )  EmptyMar 20 Mar 2018 - 10:38

Connu mais dégueu... Aucun responsable de cette époque par fidélité au gouvernement du général n'osera jamais en parler

Merci Fouquets Jean-Charles
Revenir en haut Aller en bas
 
Peut-être l'ignoriez-vous!....sacrifice programmé d’une unité de jeunes appelés métropolitains. A.F.N. 9 MARS 1962 (ORDRE de De Gaulle d’abandon d'une compagnie d’appelés du contingent ???? )
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: NOS GUERRES COMPTEMPORAINES et les OPEX :: ALGERIE 1954 -1962 :: L'armée française d'Algérie et la politique-
Sauter vers: