CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : où commander le coffret Pokémon Go Collection ...
64.99 €
Voir le deal

 

 REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy

Aller en bas 
+4
Montaner
renaud
La Citadelle
RGP
8 participants
AuteurMessage
RGP
Pro !
Pro !
RGP



REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy Empty
MessageSujet: REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy   REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy EmptyJeu 30 Oct 2014 - 23:17

Un parachutiste d'Orléans tué au nord-est du Mali
30/10/2014 05:36


REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy Un-parachutiste-d-Orleans-tue-au-nord-est-du-Mali_image_article_largeREVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy Zoom_in
Jean-Yves Le Drian évoque des « théâtres difficiles » et des « missions essentielles. »
Engagées au nord-est du Mali dans une opération antiterroristes, les forces françaises déplorent un mort et plusieurs blessés.
REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy Empty
Les mots sont pesés, les précisions filtrées et les indications géographiques, quoique fournies, n'abusent pas du détail. Il est presque 17 h hier à l'Assemblée et au moment d'engager les débats sur le budget 2015 alloué à son ministère, Jean-Yves Le Drian, titulaire du portefeuille de la Défense lit d'abord un bref communiqué.
 " Le courage et la détermination de nos soldats "
« Cette nuit, (mardi, NDLR) dans le cadre d'une opération planifiée de lutte contre les mouvements djihadistes au Nord-Mali, un violent accrochage a opposé dans le massif de Tigharghar la force Barkhane à un important groupe armé terroriste de type Aqmi. A l'heure où je vous parle, les combats qui se sont déroulés dans la vallée de l'Ametetai viennent à peine de s'achever ».
Sans donner sur l'instant davantage de précisions, notamment sur le bilan humain de cette confrontation, le ministre souligne avec insistance « le courage et la détermination de nos soldats au service de la sécurité de notre pays, à l'heure où nos armées en ce moment sont sur plusieurs théâtres difficiles pour des missions essentielles pour notre sécurité ».
REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy 2014-10-30_072443.jpg_02
Le décryptage des observateurs est immédiat. « La formule du ministre laisse craindre des pertes côté français », commente sur son blog, quasiment en direct, Jean-Daniel Merchet, journaliste à « L'Opinion » et expert des questions de Défense.
Cette crainte n'a pas tardé à se vérifier. Le ministère confirmait hier soir, la perte du sergent-chef Thomas Dupuy (32 ans) appartenant à une unité de commandos parachutistes de l'air casernée à Orléans (CPA 10). A ce décès s'ajoutent deux blessés dont ni l'état ni les unités et spécialités n'étaient confirmés hier.
Baptisée « Tudelle », l'opération dans laquelle ces soldats étaient engagés depuis la semaine dernière, ciblait une vallée du nord-est du Mali, celle de l'Amatetai où se concentraient près de deux cents terroristes.
Le secteur avait été conquis de haute lutte l'an passé par le corps expéditionnaire français et rétrocédé aux autorités maliennes. Aux troupes terrestres étaient adjoints d'importants moyens aériens (avions et hélicoptères). Cette affaire surgit à la suite d'une visite au Mali que le ministre de la Défense avait faite vendredi et samedi.
commandos parachutistes
Une unité d'élite basée à Orléans
Le commando parachutiste de l'Air N° 10 (CPA10) est basé à Orléans depuis 1999. Cette unité de 250 hommes appartient au Commandement des forces spéciales (COS). Le CPA10, constitué initialement pour protéger des bases aériennes, est aujourd'hui polyvalent, mais très spécialisé dans le guidage des tirs et bombardements au profit des avions (il agit donc au plus près des lignes ennemies, voire dedans) et la reconnaissance de terrains de poser d'assaut.
Le CPA10 a été engagé dans toutes les opérations extérieures françaises, soit pour des actions ciblées (destruction, extraction de ressortissants etc.) à petit effectif, soit avec d'autres unités du COS pour réduire des nids de résistance ou enfoncer un dispositif. Comme toutes les unités du COS, le CPA10 agit dans la discrétion.
Il y a un an, l'unité a reçu la fourragère de la croix de la valeur militaire.
barkhane
Un dispositif modulable
L'opération Barkhane a été mise en place le 1er août. Il s'agit de la réorganisation, en un seul dispositif modulable (commandement unique basé au Tchad), de plusieurs autres opérations (Serval et Épervier), avec un effectif de plus de 3.000 hommes (20 hélicoptères, 400 véhicules, 6 avions de chasse, 3 drones et une dizaine d'avions de transport).
L'objectif de Barkhane est de « contrôler » la bande sahélo-saharienne où sévissent djihadistes, criminels et trafiquants de tout poil. La zone étant immense, l'opération est menée en partenariat avec les cinq pays de la région : Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad. La France a ainsi réparti ses forces sur plusieurs bases principales (N'Djamena, Niamey, Gao et Ouagadougou), bases avancées (Tessalit au Mali, Madama au Niger et Faya-Largeau au Tchad) et bases arrières (Sénégal, Côte d'Ivoire et Gabon).
Ces dernières semaines, plusieurs casques bleus africains de la Minusma ont été victimes d'attaques au Nord Mali. Les forces françaises ont, pour leur part, tué ou arrêté plusieurs dizaines de « terroristes » et découverts de nombreux stocks d'armes, dont beaucoup en provenance de la Libye, pays en plein chaos. Jean-Yves Le Drian considère la Libye comme une refuge et une véritable plaque tournante du terrorisme « où il faudra bien un jour intervenir ».
Denis Daumin avec Bruno Besson
Suivez-nous sur Facebook
Revenir en haut Aller en bas
La Citadelle
confirmé
confirmé
La Citadelle



REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy Empty
MessageSujet: Re: REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy   REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy EmptyJeu 30 Oct 2014 - 23:24

Un soldat français tué dans des combats au Mali

Publié à 20h57, le 29 octobre 2014, Modifié à 08h15, le 30 octobre 2014



REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy Soldat-francais-au-Mali-1280-640
© REUTERS

Par Barthélémy Gaillard avec AFP

DRAME - Thomas Dupuy, sergent-chef de l'armée française, est mort au cours d'un accrochage avec un groupe armé terroriste dans le massif des Ifoghas au nord du Mali.

L'info. Un sergent-chef français a été tué mercredi matin dans le nord du Mali lors d'une opération des forces françaises "contre un groupe armé terroriste" dans l'Adrar des Ifoghas, a annoncé François Hollande dans un communiqué publié par l'Elysée. C'est le dixième militaire mort au combat depuis le début de l'opération Serval, remplacée il y a trois mois par l'opération Barkhane.
>> LIRE AUSSI - Un accrochage entre l'armé française et un groupe terroriste au Mali
Qui est le militaire mort au combat ? Le soldat tué, Thomas Dupuy, natif de Toulouse et âgé de 32 ans, était un sous-officier de l'armée de l'air et appartenait au 10ème Commando parachutiste de l'air, basé à Orléans. "Engagé dans les armées à l'âge de 23 ans, il avait notamment servi en Afghanistan en 2011, avant de rejoindre le théâtre sahélien en août dernier. D'après les informations d'Europe 1, il avait fait partie de l'équipe parachutée en urgence dans le désert du Niger en janvier 2011, pour tenter de libérer deux jeunes qui venaient de se faire enlever par Aqmi, sans succès. Thomas Dupuy avait reçu une distinction militaire pour sa participation à cette opération. Il était un spécialiste reconnu dans les domaines de l'appui aérien, des transmissions opérationnelles et du saut à ouverture très grande hauteur", a précisé le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.

Quand le combat s'est-il déroulé ? Plus tôt dans la journée, le ministre de la Défense avait annoncé que l'armée française avait combattu un groupe terroriste. "Cette nuit, dans le cadre d'une opération planifiée de lutte contre les mouvements djihadistes au nord Mali, un violent accrochage a opposé dans le massif de Tigharghar la force Barkhane à un important groupe armé terroriste de type Aqmi. Nos soldat se sont rapprochés d'un campement terroriste abritant une trentaine d'individus. A l'heure où je vous parle, les combats viennent à peine de s'achever". Deux autres militaire ont été blessés, précise le ministère de la Défense qui ajoute qu' "une vingtaine de terroristes a été neutralisée".
>> VIDÉO : Les objectifs de l'opération Barkhane expliqués par Jean-Yves Le Drian

La France met en place une opération qui...par Europe1fr

Hollande témoigne son "respect" pour ce "sacrifice". François Hollande a également réagi à la nouvelle. Le chef de l'Etat a exprimé "son profond respect pour le sacrifice de ce sous-officier des forces spéciales dans le cadre d'une mission particulièrement périlleuse qui a atteint ses objectifs". Il rappelle par ailleurs que "les soldats français, engagés aux côtés de l'armée malienne et des forces des Nations Unies, contribuent avec courage et efficacité à consolider la souveraineté du Mali et à lutter contre le terrorisme".

Un retour en force des groupes terroristes ? Une grande partie des groupes armés qui avaient occupé le nord du Mali pendant plusieurs mois en 2012 en ont été chassés après l'intervention militaire française Serval en janvier 2013. Mais le revers subi en mai dernier par l'armée malienne à Kidal conjugué à la reprise des négociations de paix à Alger ont provoqué une intensification des attaques de certains insurgés toujours actifs dans le nord Mali. L'opération Barkhane, qui vise à couper la "route du terrorisme au Sahel", selon Jean-Yves Le Drian, est donc loin d'être terminée.

Revenir en haut Aller en bas
renaud
confirmé
confirmé
renaud



REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy Empty
MessageSujet: Re: REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy   REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy EmptyJeu 30 Oct 2014 - 23:57

Un sous-officier du Commando Parachutiste de l’Air n°10 tué au Mali
Posté dans Afrique, Forces aériennes, Forces spéciales, Opérations par Laurent Lagneau Le 29-10-2014



inShare

REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy Cpa10-20141029
Un sergent-chef du Commando Parachutiste de l’Air (CPA) n°10, une unité des forces spéciales de l’armée de l’Air, a été mortellement blessé, ce 29 octobre « au cours d’une opération des forces françaises contre un groupe armé terroriste », a annoncé un communiqué de l’Elysée.
Le président Hollande « exprime son profond respect pour le sacrifice de ce sous-officier des forces spéciales dans le cadre d’une mission particulièrement périlleuse qui a atteint ses objectifs ».
« Cette nuit, dans le cadre d’une opération planifiée de lutte contre les mouvements djihadistes au nord Mali, un violent accrochage a opposé dans le massif de Tigharghar la force Barkhane à un important groupe armé terroriste de type AQMI [ndlr, al-Qaïda au Maghreb islamique]. A l’heure où je vous parle, les combats qui se sont déroulés dans la vallée de l’Ametetai viennent à peine de s’achever », avait affirmé, plus tôt, Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, à l’Assemblée nationale.
Le militaire mort au combat est le sergent-chef Thomas Dupuy, 32 ans. Ce natif de Toulouse s’était engagé au sein de l’armée de l’Air à l’âge de 23 ans. Il avait notamment servi en Afghanistan, avant de rejoindre la bande sahélo-saharienne en août dernier. Il était spécialiste de l’appui aérien, des transmissions opérationnelles et du saut à ouvertur très grande hauteur.
L’opération évoquée par M. Le Drian était conduite par la Force Barkhane.L’opération évoquée par M. Le Drian était conduite par la Force Barkhane. Héliportée et appuyée par des avions de chasse et des hélicoptères de combat, elle visait le campement d’une trentaine de terroristes. Les combats ont donc été particulièrement violents, selon le ministère de la Défense. Le sergent-chef Dupuy a été mortellement touché tandis que deux de ses camarades ont été blessés.
Depuis le lancement des opérations contre les groupes jihadistes, le 11 janvier 2013, 10 militaires français ont perdu la vie au Nord-Mali.
source zone militaire
Revenir en haut Aller en bas
Montaner
confirmé
confirmé
Montaner



REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy Empty
MessageSujet: Mali: mort d'un militaire français lors d'un violent accrochage avec des djihadistes   REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy EmptyVen 31 Oct 2014 - 0:14

Mali: mort d'un militaire français lors d'un violent accrochage avec des djihadistes

Par Alexandre Sulzer, publié le 29/10/2014 à 17:49, mis à jour le 30/10/2014 à 16:34

Un sergent-chef du Commando Parachutiste de l'Air N°10 a perdu la vie au cours d'une opération des forces françaises contre un groupe armé terroriste au Nord du Mali, dans l'Adrar des Ifoghas. Un autre est grièvement blessé 


Imprimer

16

 Partager2.4K  Tweeter58  4  
REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy Un-soldat-de-l-operation-serval-le-16-octobre-2013-a-gao-au-mali_4902767


Un soldat de l'opération Serval le 16 octobre 2013 à Gao au Mali



afp.com/Sebastien Rieussec

Un soldat français a tué ce mercredi au Mali. L'information que L'Express a révélée plus tôt dans la journée a été confirmée par l'Elysée. François Hollande exprime dans un communiqué son "profond respect pour le sacrifice de ce sous-officier des forces spéciales dans le cadre d'une mission particulièrement périlleuse qui a atteint ses objectifs". Il s'agit du premier mort français de l'opération Barkhane qui a remplacé l'opération Serval. 
REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy Empty
Le soldat tué, Thomas Dupuy, natif de Toulouse et âgé de 32 ans, était un sous-officier de l'armée de l'air et appartenait au Commando parachutiste de l'air (CPA) n°10, basé à Orléans, a précisé le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. "Engagé dans les armées à l'âge de 23 ans, il avait notamment servi en Afghanistan en 2011, avant de rejoindre le théâtre sahélien en août dernier. Il était un spécialiste reconnu dans les domaines de l'appui aérien, des transmissions opérationnelles et du saut à ouverture très grande hauteur", selon un communiqué. 
 
 
 

Une grosse opération anti-terroriste

Ce sergent-chef a perdu la vie dans un "violent accrochage" qui a opposé dans la nuit la force française Barkhane à un "important groupe armé terroriste de type Aqmi" dans la vallée de l'Ametetai, au nord du Mali. Selon nos informations, les djihadistes étaient lourdement armés avec, notamment, des mitrailleuses et des armes anti-char. 
Cet accrochage intervient dans le cadre d'une opération "de lutte anti-terroriste", lancée dans la nuit du 28 au 29 octobre dans le massif du Tigharghar. "Appuyée par des avions de chasse et des hélicoptères de combat, une opération héliportée a été conduite à proximité d'un repaire de terroristes. Des combats très violents ont rapidement opposé les soldats français à une trentaine de terroristes lourdement armés", précise l'armée.  

Un autre soldat grièvement blessé

Selon nos informations, un autre soldat a été "grièvement blessé" dans les combats mais sa vie n'est pas en danger, selon le ministère de la Défense. Il a été pris en charge par l'antenne chirurgicale avancée de Tessalit. Un autre soldat a été légèrement blessé et n'a pas été évacué. 
Les échanges de tirs ont commencé mercredi au petit matin et se poursuivent toujours à 21h30 mercredi soir. "A ce stade, une vingtaine de terroristes a été neutralisée", indique la Défense. 
Au total, dix soldats français ont été tués au Mali depuis le lancement de Serval en janvier 2013. Le dernier en date, un légionnaire, avait été victime d'un attentat suicide le 14 juillet. 
La France, qui a laissé 1400 hommes au Mali, a réarticulé le 1er août son dispositif militaire dans la région, rebaptisé Barkhane, autour de cinq pays (Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso, Tchad). Cette force, dotée de 3000 hommes et à vocation antiterroriste, a été activée au nord-Mali ces derniers jours après une série d'attaques meurtrières contre la Mission de l'ONU dans ce pays (Minusma). 

Station-service libyenne

"Les groupes jihadistes s'adaptent continuellement et gagnent en solubilité sur le terrain", relève Mathieu Pellerin, chercheur spécialisé sur le Sahel à l'Institut français des relations internationales (IFRI) à Paris. 
Ils sont aussi ragaillardis par la lenteur du déploiement des forces de la Minusma (8200 hommes) au nord de la boucle du Niger, reliant Gao à Tombouctou. "Le nord du Mali est fragilisé parce que la Minusma n'a pas été au rendez-vous au moment où il le fallait", confirme Jean-Yves Le Drian. 
Les jihadistes sont également servis par le sanctuaire hors pair que leur offre le Sud libyen, qui échappe à tout contrôle et vers où convergent les trafics d'armes issues des arsenaux de Mouammar Kadhafi, y compris des armes "lourdes", comme ces missiles sol-air en état de marche, interceptés par la France début octobre. 

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/violent-accrochage-entre-l-armee-francaise-et-des-djihadistes-dans-le-nord-du-mali_1616815.html#JY8o6bPgsxQhOHTi.99
Revenir en haut Aller en bas
GARD
Expert
Expert
GARD



REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy Empty
MessageSujet: Re: REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy   REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy EmptyVen 31 Oct 2014 - 9:20

Les jihadistes sont de plus en plus armés... notre mission au Mali devait être courte, c'est loin d'être le cas... comme quoi nos politiques ont un mauvais jugement ou ils sont mal renseignés...
Revenir en haut Aller en bas
Courcelles
confirmé
confirmé
Courcelles



REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy Empty
MessageSujet: LE FIGARO   REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy EmptyVen 31 Oct 2014 - 20:33

violent accrochage

  • Home ACTUALITE Flash Actu

    • Par Le Figaro.fr avec Reuters
    • Mis à jour le 29/10/2014 à 22:00
    • Publié le 29/10/2014 à 20:37



Deux autres militaires ont été blessés durant une opération menée contre un groupe armé terroriste "dans le massif du Tigharghar".

Un soldat français a trouvé la mort aujourd'hui lors d'un violent accrochage avec un groupe armé terroriste dans le nord du Mali, annonce l'Élysée.

La mort de ce soldat, un sergent-chef du Commando Parachutiste de l'Air N°10, porte à dix les pertes françaises au Mali depuis le début de l'opération Serval, en janvier 2013. Selon le ministère de la Défense, il s'agit de Thomas Dupuy, un sous-officier de 32 ans originaire de Toulouse. Il participait à une mission conduite par la force Barkhane dans le massif du Tigharghar, au nord du Mali. Cette mission vise à surprendre et frapper les groupes armés terroristes.


"Hier, nos forces se sont rapprochées d'un campement terroriste abritant une trentaine d'individus. Des combats, particulièrement violents, se sont déroulés cette nuit. Notre soldat a été mortellement touché et deux de ses camarades ont été blessés", selon le ministère.

Après une série d'attaques meurtrières contre la Mission de l'ONU au Mali (Minusma), la force Barkhane a renforcé ces derniers jours son dispositif dans l'Adrar des Ifoghas, qui abrite la vallée de l'Ametetai, près de la frontière algérienne et où Aqmi fut mis en déroute lors de l'opération française Serval en 2013. 

François Hollande a ajouté que "les soldats français, engagés aux côtés de l'armée malienne et des forces des Nations unies, contribuent avec courage et efficacité à consolider la souveraineté du Mali et à lutter contre le terrorisme".
Revenir en haut Aller en bas
Bardin
confirmé
confirmé
Bardin



REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy Empty
MessageSujet: Re: REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy   REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy EmptyVen 31 Oct 2014 - 20:43

Un soldat français a perdu la vie mercredi après de "violents accrochages" dans le nord du Mali entre la force française Barkhane et un groupe terroriste. Dix militaires français sont morts depuis le début de l'opération Serval en janvier 2013.

Un sergent-chef de l'armée française est décédé mercredi 29 octobre lors de "violents accrochages" dans le nord du Mali entre la force militaire française Barkhane et un "groupe armé terroriste", selon un communiqué publié dans la soirée par l'Elysée. Par ailleurs, deux autres militaires français ont été blessés durant cette mission selon le ministère de la Défense.
La mort de ce soldat, un sergent-chef du commando parachutiste de l'air n°10 basé à Orléans, porte à dix les pertes françaises au Mali depuis le début de l'opération Serval, en janvier 2013. En août 2014, l'opération Barkhane, qui s'étend sur un territoire plus large, a succédé à Serval.
Le soldat tué, Thomas Dupuy, natif de Toulouse et âgé de 32 ans, était un sous-officier de l'armée de l'air. "Engagé dans les armées à l'âge de 23 ans, il avait notamment servi en Afghanistan en 2011, avant de rejoindre le théâtre sahélien en août dernier. Il était un spécialiste reconnu dans les domaines de l'appui aérien, des transmissions opérationnelles et du saut à ouverture à très grande hauteur", indique le communiqué du ministère de la Défense.



>> À voir sur France 24 : opération Barkhane, le front sahélien de l'armée française

"Une mission particulièrement périlleuse"

Le président François Hollande a exprimé son "profond respect pour le sacrifice de ce sous-officier des forces spéciales dans le cadre d'une mission particulièrement périlleuse qui a atteint ses objectifs". Il a rappelé par ailleurs que "les soldats français, engagés aux côtés de l'armée malienne et des forces des Nations Unies, contribuent avec courage et efficacité à consolider la souveraineté du Mali et à lutter contre le terrorisme".
Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait auparavant précisé qu'un violent accrochage avait opposé la force Barkhane à un imposant groupe armé terroriste de type AQMI (Al-Qaïda au Maghreb islamique) dans le massif de Tigharghar. "Les combats viennent à peine de s'achever", a-t-il ajouté lors de la présentation des crédits de son ministère pour 2015 aux députés de l'Assemblée nationale.
Une intensification des attaques
Une grande partie des groupes armés qui avaient occupé le nord du Mali pendant plusieurs mois en 2012 en ont été chassés après l'intervention militaire française Serval en janvier 2013. Mais le revers subi en mai dernier par l'armée malienne à Kidal, conjugué à la reprise des négociations de paix à Alger, ont provoqué une intensification des attaques de certains insurgés toujours actifs dans le nord Mali.
Paris a réduit à 1 400 hommes ses effectifs au Mali, mais renforce depuis quelques jours son dispositif dans le nord du pays, notamment à Tessalit, dans l'Adrar des Ifoghas pour enrayer cette intensification des attaques.
Depuis sa mise en place il y a trois mois, la force française Barkhane se concentre sur deux fronts face aux djihadistes du Sahel, afin d'arrêter leur résurgence au Mali, mais aussi de les couper de leurs bases arrières libyennes.
 
Avec Reuters et AFP
Première publication : 29/10/2014
Revenir en haut Aller en bas
Fombecto
Expert
Expert
Fombecto



REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy Empty
MessageSujet: Re: REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy   REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy EmptyVen 31 Oct 2014 - 23:35

REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy Logo_PM 

International
>
Un soldat français tué lors d'un "violent accrochage"
Mali
Un soldat français tué lors d'un "violent accrochage"
REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy Un-soldat-francais-tue-lors-d-un-violent-accrochage_article_landscape_pm_v8
Patrouille française dans le nord du Mali, en mars 2013 (photo d’illustration) © REUTERS/Francois Rihouay

Le 29 octobre 2014 | Mise à jour le 29 octobre 2014
MC avec Reuters



Un soldat français a trouvé la mort lors d'un violent accrochage mercredi dans le nord du Mali entre la force française Barkhane et un groupe armé terroriste.





Un soldat français a trouvé la mort lors d'un violent accrochage mercredi dans le nord du Mali entre la force française Barkhane et un groupe armé, a annoncé l'Elysée. La mort de ce soldat, un sergent-chef du Commando Parachutiste de l'Air N°10, porte à dix les pertes françaises au Mali depuis le début de l'opération Serval, en janvier 2013.
Un autre militaire a été blessé mais sa vie n'est pas en danger, précise le ministère de la Défense dans un communiqué. Le sergent-chef tué est le premier soldat français mort au combat depuis le lancement de l'opération Barkhane, le 1er août dernier. Conduite avec des partenaires burkinabés, nigériens, maliens, mauritaniens et tchadiens, cette opération vise à lutter contre les groupes armés terroristes dans la bande sahélo-saharienne.

"Une vingtaine de terroristes a été neutralisée"

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait auparavant précisé qu'un violent accrochage avait opposé dans le massif de Tigharghar la force Barkhane à un imposant groupe armé terroriste de type AQMI (Al Qaïda au Maghreb islamique).  Les combats étaient toujours en cours en début de soirée, selon le ministère, et «une vingtaine de terroristes a été neutralisée».
Une grande partie des groupes armés qui avaient occupé le nord du Mali pendant plusieurs mois en 2012 en ont été chassés après l'intervention militaire française Serval en janvier 2013. Mais le revers subi en mai dernier par l'armée malienne à Kidal conjugué à la reprise des négociations de paix à Alger ont provoqué une intensification des attaques de certains insurgés toujours actifs dans le nord Mali.

_________________
« A la Grèce, nous devons surtout notre raison logique. A Rome, nos maximes de droit et de gouvernement. Mais à l'Evangile nous devons notre idée même de l'homme. Si nous renions l'Evangile, nous sommes perdus. » Maréchal de Lattre de Tassigny (mort le 11 janvier 1952).
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy Empty
MessageSujet: Re: REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy   REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
REVUE de Presse mort Sergent-chef Thomas Dupuy
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sergent-Chef Thomas Dupuy (CPA 10) tombé au Mali le 29 octobre 2014
» Connaissez vous Thomas Dupuy ? Thomas Dupuy, un mort oublié
» CEREMONIE D'HOMMAGE PARISIEN ADJUDANT Thomas DUPUY mort au Mali 29 oct 2014
» HOMMAGE Sgt-chef Thomas Dupuis CPA, mort au MALI dans la nuit du 24 octobre 2014
» SENTENAC René Sergent-chef -3e RPC- mort le 21 nov 1957 à Timimoun Algérie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: AU PANTHEON DES PARACHUTISTES, tous égaux devant la mort, St MICHEL ne fait aucune distinction de grade :: LES PARACHUTISTES MORTS AU "CHAMP D'HONNEUR" :: Les Parachutistes morts au "Champ d'Honneur" en OPEX :: Le sergent-chef Thomas Dupuy, 32 ans, est mort dans la nuit du 29 octobre 2014 au Mali-
Sauter vers: