CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Coffret Pokémon Ultra Premium Dracaufeu 2022 en ...
Voir le deal

 

  Toan est né au Vietnam d'un père soldat dans l'armée française, dans une famille exilée et parquée dans le Nord après la défaite de Dien-Bien-Phu. «On nous considérait comme des traîtres au régime en place avec un seul droit, celui de nous taire»,

Aller en bas 
AuteurMessage
En position
confirmé
confirmé
En position



  Toan est né au Vietnam d'un père soldat dans l'armée française, dans une famille exilée et parquée dans le Nord après la défaite de Dien-Bien-Phu. «On nous considérait comme des traîtres au régime en place avec un seul droit, celui de nous taire», Empty
MessageSujet: Toan est né au Vietnam d'un père soldat dans l'armée française, dans une famille exilée et parquée dans le Nord après la défaite de Dien-Bien-Phu. «On nous considérait comme des traîtres au régime en place avec un seul droit, celui de nous taire»,     Toan est né au Vietnam d'un père soldat dans l'armée française, dans une famille exilée et parquée dans le Nord après la défaite de Dien-Bien-Phu. «On nous considérait comme des traîtres au régime en place avec un seul droit, celui de nous taire», EmptyMar 10 Juin 2014 - 17:48

Mas-Saintes-Puelles. Toan Doan, un «boat people», retrouve ses sauveurs 32 ans après


Publié le 10/06/2014 à 03:46, Mis à jour le 10/06/2014 à 07:39

artisanat Reportage
  Toan est né au Vietnam d'un père soldat dans l'armée française, dans une famille exilée et parquée dans le Nord après la défaite de Dien-Bien-Phu. «On nous considérait comme des traîtres au régime en place avec un seul droit, celui de nous taire», 201406100018-full
Toan et ses sauveurs venus des quatre coins de France./Photos DDM, Gladys
  Toan est né au Vietnam d'un père soldat dans l'armée française, dans une famille exilée et parquée dans le Nord après la défaite de Dien-Bien-Phu. «On nous considérait comme des traîtres au régime en place avec un seul droit, celui de nous taire», Zoom
Trente-deux ans après, jour pour jour, Toan, le «boat people», retrouve les marins du «Balmy» qui l'ont sauvé alors qu'il dérivait en mer de Chine avec ses compagnons d'infortune.
Toan est né au Vietnam d'un père soldat dans l'armée française, dans une famille exilée et parquée dans le Nord après la défaite de Dien-Bien-Phu. «On nous considérait comme des traîtres au régime en place avec un seul droit, celui de nous taire», se souvient-il. A 17 ans, il part avec son frère travailler dans le textile à Saïgon. Il y restera cinq ans, caché, clandestin. Son aîné paye un passeur pour que Toan, son petit frère, puisse partir sous des cieux plus cléments. «C'était une question de vie ou de mort. Quitte à mourir, je préférais mourir ailleurs», dit Toan, tout simplement. Le 29 mai, au cœur de la nuit, Toan s'enfuit. Suit une longue errance sur la mer de Chine, à soixante et un dans une frêle embarcation prévue pour ne contenir que vingt à trente passagers maximum. On économise l'eau de la gourde rouillée, on se contente de quelques grains de riz en attendant la terre promise. Elle tarde à venir, et surtout au bout de trois jours, c'est la panne, la panne sèche. On accroche la frêle embarcation à une bouée de pêcheurs en espérant que ces navires américains ou ces gros cargos qui croisent dans le golfe de Siam auront pitié des «boat people». Il n'en est rien. En désespoir de cause, on décide de se laisser emporter par le courant vers une mort quasiment sûre. Le salut viendra du «Balmy», un navire français qui rentre vers Singapour et récupère les réfugiés vietnamiens. La suite de l'histoire, c'est la France, Paris, les centres d'accueil, les stages pour apprendre le français, un apprentissage, un travail chez Garcia à Bram, c'est la rencontre avec celle qui deviendra son épouse, Simone. Une histoire qui se poursuit au Mas-Saintes-Puelles où Toan vit avec son épouse et ses enfants dans une belle maison qu'il a bâtie de ses mains.
D'émouvantes retrouvailles
Une histoire que nous avons relatée, l'an dernier, dans nos colonnes, et lue, par hasard, par un Français du bout du monde, qui vit là-bas au Québec et qui servit sur le «Balmy», contacte un de ses camarades d'alors, Bernard Paul. Celui-ci avait même filmé le sauvetage. Il cherche, cherche et trouve Toan dans l'Ouest audois, au Mas-Saintes-Puelles. Il lui envoie une copie du film. C'est Simone, son épouse, qui la reçoit. Elle appelle Toan et lui dit : «On a reçu quelque chose, c'est ton histoire». Les deux hommes se retrouvent en Bretagne, où vit l'ancien marin. «On est tombé dans les bras l'un de l'autre, on s'est embrassé et puis on s'est regardé pour voir à quoi on ressemblait». Bernard Paul, qui est venu, part d'un grand éclat de rire. Il est là, chez Toan avec Jacques Poulet et Dominique Merle. Tous trois faisaient partie de l'équipage du «Balmy» pour cette mission humanitaire qu'aucun d'eux n'a oublié et dont ils sont si fiers. «Nous devions récupérer les «boat people». En deux missions, nous en avons récupéré 398. Eux étaient à bout, partis depuis dix jours. Ils avaient du mal à faire signe. Ils étaient apeurés», rapporte B. Paul. Ces gens à la dérive qui ne parvenaient pas à tenir debout et n'avaient que la force de baiser les pieds de leurs sauveurs, aucun des trois n'a pu les oublier. «On n'aurait pas pu ne pas les voir. La difficulté, c'est qu'on ne pouvait les repérer qu'à la jumelle. Dans ces eaux infestées de pirates, il fallait être prudent. On envoyait donc des commandos marine avant de s'approcher. Ensuite, on les faisait monter. Parfois, il fallait même les porter. On n'y pense pas tous les jours mais c'est là, au fond de la poche», confient-ils pudiquement.
Ce 6 juin, c'était la fête chez Toan. «J'avais deux frères, à présent, j'en ai trois», sourit Bernard en étreignant Toan.
Revenir en haut Aller en bas
 
Toan est né au Vietnam d'un père soldat dans l'armée française, dans une famille exilée et parquée dans le Nord après la défaite de Dien-Bien-Phu. «On nous considérait comme des traîtres au régime en place avec un seul droit, celui de nous taire»,
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
»  Vingt ans après Diên Biên Phù, Alexandre, un ancien soldat français, revient au Viêtnam sur les traces de la « fille au visage lune » qu’il a follement aimée.
» Diên Biên Phu tomba le 7 mai 1954. Avec ses 55 jours de résistance désespérée, Diên Biên Phu fait partie des défaites héroïques de la France. Jusqu’à la fin, il se trouva des volontaires pour se faire parachuter sur le camp.
» je reviens ( depuis mars...) du Laos/Vietnam où un détour par Dien Bien Phu était obligatoire
» Dominique Salan : « Nous avons basculé dans la clandestinité avec mon père » La fille du général putschiste Raoul Salan
» Les militaires français ont, en effet, défendu la perle de l’Empire pendant presque 10 ans jusqu’à la défaite finale de Dien Bien Phu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: NOS GUERRES COMPTEMPORAINES et les OPEX :: INDOCHINE 1945 -1954 :: DIEN BIEN PHU :: REPORTAGE DIEN BIEN PHU récent :: 60e ANNIVERSAIRE DE LA FIN DES COMBATS de DIEN BIEN PHU en INDOCHINE-
Sauter vers: