CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
 

 Libye: une intervention militaire française n’est «pas envisagée»

Aller en bas 
AuteurMessage
Bacchus
confirmé
confirmé
Bacchus


Libye: une intervention militaire française n’est «pas envisagée»  Empty
MessageSujet: Libye: une intervention militaire française n’est «pas envisagée»    Libye: une intervention militaire française n’est «pas envisagée»  EmptyLun 10 Fév 2014 - 0:18

Libye: une intervention militaire française n’est «pas envisagée»
Libye: une intervention militaire française n’est «pas envisagée»  2014-01-21T163635Z_716991588_GM1EA1M01BC01_RTRMADP_3_LIBYA_0
des membres de l'armée libyeinne, à Sabha, dans le sud de la Libye, considéré comme un nouveau sanctuaire du terrorisme.
REUTERS/Saddam Alrashd
Par RFI
Après Bruxelles, le Premier ministre malien était vendredi à Paris pour rencontrer Laurent Fabius. Les deux hommes ont fait le point sur l'état des chantiers pour relancer le pays, et l'état des financements internationaux. Ils ont également parlé sécurité, notamment la situation dans le Sud de la Libye, en train de devenir le nouveau centre du terrorisme sahélien.
La semaine dernière, le chef d'état major des armées françaises avait plaidé pour une intervention militaire dans cette zone. Le Niger voisin a même déclaré que Paris et Washington devaient assurer le service après-vente de leur opération contre Kadhafi en 2011.
« Les puissances qui sont intervenues en Libye pour renverser le colonel Kadhafi, à la suite de quoi la Libye est devenue aujourd’hui le principal sanctuaire terroriste, doivent faire le service après-vente. Et dans le cas de ce service après-vente, il est tout à fait légitime que la France et les Etats-Unis interviennent pour éradiquer la menace terroriste dans le Sud de la Libye », avait déclaré le ministre nigérien de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Massoudou Hassoumi, dans un entretien à RFI.
→ A (RE)LIRE : Massoudou Hassoumi: «Les Etats-Unis et la France doivent intervenir dans le Sud de la Libye»
La Libye, elle, s'oppose à toute intervention sur son territoire. Même chose pour Paris. Laurent Fabius préfère un renforcement de l'Etat libyen. « Il n’est pas envisagé d’intervention militaire », insiste le ministre français au micro de RFI. L’analyse de la France est, « qu’il faut conforter la stabilisation de la Libye », continue Laurent Fabius, qui dit avoir « écrit au Premier ministre [libyen] - Ali Zeidan – pour lui proposer un certain nombre d’initiatives. »
Quelles initiatives ? Mystère. Laurent Fabius a néanmoins promis de mobiliser ses partenaires en mars, lors de la conférence ministérielle internationale de Rome, le 6 mars prochain. « Nous examinerons ce qu’il est possible de faire pour aider nos amis libyens », a-t-il fixé, affirmant que « les grands pays de la communauté internationale souhaitent qu’il y ait une stabilisation de la Libye. Ce que nous avons connu au Mali, ce que nous connaissons ailleurs, nous montre qu’il ne faut pas se laisser s’enkyster une situation. »
→ A (RE)LIRE : Le Sud de la Libye, nouveau sanctuaire des jihadistes
Une situation sécuritaire qui inquiète toute la région. Les pays frontaliers, mais aussi le Mali. « Avec une forte mobilité des groupes armés qui sont installés là-bas, qui peuvent rejoindre le Nord-Mali dans un délai très court, l’enjeu direct, c’est de reconstituer des capacités qui nous permette de sécuriser notre territoire », insiste le Premier ministre malien, Oumar Tatam Ly.
Une mission européenne est en cours pour fournir conseil et formation dans la gestion des frontières. Un programme décrit comme une « rustine » par la diplomatie nigérienne
Mali / Libye - 
Article publié le : samedi 08 février 2014 à 06:29 - Dernière modification le : samedi 08 février 2014 à 14:46
vu dans RFI
Revenir en haut Aller en bas
 
Libye: une intervention militaire française n’est «pas envisagée»
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: NOS GUERRES COMPTEMPORAINES et les OPEX :: OPEX 1962 à ce jour :: LYBIE-
Sauter vers: