CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 SUEZ-CHYPRE le 3ème RPC ..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
junker
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: SUEZ-CHYPRE le 3ème RPC ..   Sam 6 Aoû 2011 - 13:29

SUEZ- CHYPRE Base Opérationnelle des Forces du Moyen -Orient
Octobre à Décembre 1956..3ème RPC...

Après 15 jours de mer ,sur un bateau pourri, rouillé,presque une épave , sortie du port d'Alger avec 300 rapatriables appelés ,en surplus leur bateau n'ayant pu sortir ils ont étaient dispatchés sur plusieurs rafiots, dont le notre sans savoir pourquoi, mais certainement une erreur des responsables au port.Ils sont tous contents de partir d 'AFN et de revoir la France,sans se douter de ce que leur réserve cette traversée .Péniblement le « tas de rouille quitte le port et met le cap sur la pointe de Bizerte ,tout notre matériel et à bord ,les jeeps dans les soutes , que nous avons embarquées nous même . Les entreponts du cargo aménagés avec des lits 3 étages serrés comme des sardines ,les paquetages au pied ,nous nous empressons de grimper sur le bastingage pour voir la mer défiler à une l'allure d'escargot . Embarqué le 30 Octobre 1956 sur ce bateau portant le nom de « Grenoble-Dunkerque » qui doit être en fin de carrière ,vu la rouille qui suinte de partout ,il n'est pas le seul ,d'autres bâtiments sont dans le même état , ma parole ,ils ont été choisi pour couler à leur arrivée, je l'ai appelé « le coule à pic » . Ce bâtiment et rempli de gars de toutes les armes bérets bleu ,vert, rouge,tringlots, génie etc...beaucoup de bâtiments croisent au large ,navire de guerre ,transporteurs, ravitailleurs ,nous passons au large des Iles Pantélaria ,,tout le convoi est déjà loin ,que nous sommes bientôt seul . Le 3 octobre ,la mer est agitée et le mal de mer touche les premier allergiques ,qui grimpent sur le pont ,ou n'ont pas le temps et vomissent ou ils peuvent ,çà commence bien ,avec l'odeur de mazout chaud et le vomi ,çà va devenir intenable ,nos sacs Bergame sont coincés sous la 1er couchette dont les ressorts sont fait de grosses planche ,quel souplesse !!!!. Accotés au bastingage ,les bien portant dans je suis ,admire les poissons sautant hors de l'eau dans un ballet continuel. Une anecdote qui me fait de la peine . Une chèvre qui servait de mascotte avait trouvée refuge dans nos quartiers ,la pauvre qui n'avait rien à manger ,mâchait de tout ,jusqu'aux mégots de cigarettes ,qui bientôt la redit malade et elle creva de famine ,car nous mangions que de la conserve ,et le peu de pain
Le 5 Novembre,la mer est devenue calme , dans les entreponts bourrés de gars ,il faut faire un tour de garde auprès des sacs et des armes ,des gars suspects rôdent dans les coins et mate si il a quelque chose à voler ,des équipe de nettoyages s'efforcent d'enlever les restes provenant des estomacs fragiles ,nous avons des plateaux pour avaler la nourriture que des cochons ne mangeraient pas ,je suis chef de plat étant le plus valide à faire ce poste ,je n'ai pas le mal de mer, ayant fait mes preuves pendant deux ans comme novice sur un petit bateau de pêche au « couraut » . sur le pont beaucoup de monde préfèrent rester à regarder le ballet incessant des marsouins qui frôlent le navire et parfois sortent presque hors de l'eau ,la température est douce malgré ce mois avancée,certains appuyés au bastingage ne voient rien de ce qui ce passe autour d'eux trop occupés à ravaler leurs hoquets ..
6 Novembre 1956-- Au réveil ,je m'aperçois que nous avons stoppé dans une baie,,après renseignement nous sommes dans l'Ile de Malte, tout à bord est devenue calme ,les malades se remettent de leur problèmes d'estomacs ,le calme .
7 Octobre 1956 .. je fait des retrouvailles en la personne d'un Para du 1er REP que j'avais eu l'occasion de prendre un pot à Zéralda dans leur mess , il m'invite à venir le voir dans l'entrepont ou ils logent avec toute leur cantine et la boisson (bière bien entendue) pas cons les gars de la légion !!!J'en parle au Sergent-Chef Couture avec novembre 1956qui j'entretiens de bonne relation ( Couture un Héros de DBP ) blessé très gravement sera rapatrié de justesse ,avant la fin des combats ,Il avait essayé de marcher en compagnie mais avec son handicap était resté à la CCS .
Donc nous , avec le St/Chef ,moi et Spickling un Alsacien , gros buveur de bière , et parlant l'allemand usuel,arrivant dans le quartier de la Légion ,on se fait connaître pour avoir accès à la cantine ,qui n'est autre qu'un endroit de l'entrepont ou ils ont disposés des caisses pour s'assoir et déguster la boissons préférée de la Légion, leur cantine les accompagnent partout .La soirée s'annonce fort joyeuse ,bières à volonté ,puis les chansons que nous avons en communs ,c'est la fête ,la soirée se termine sous les douches d'eau de mer ,installées sur le pont supérieur, à moutier à poil et bramant fort est pas très clair ,nous avons attirés l'attention de la MP ,qui nous pourchasse à travers les coursives !!! Personne de pris !tant mieux . Trempés et a moutier nu ,je ne sent pas le froid ,avec l'alcool dans le corps ,j'ai récupéré mes fringues , et je retrouve mon entrepont grasse aux petits éclairage de secours .
Souvenirs ..!! Frères de combat … frères de fête ..! Légion-Paras...Paras-Légion .
8 novembre 1956 .. temps affreux ,coup de tabac ,la mer est démontée ,le « tas de rouille » est brassé comme une coquille de noix ,çà vomi de partout, ceux qui arrivent à s'approcher du bastinguage appelle « beurque » et vont chercher jusqu'au tréfonds de leurs estomac ,et pendant que les pauvres gars se vident par dessus bord ,ceux qui n'ont pas la force de monter,se vident dans les passages ,dans leur couchette ou celle du voisin !! Je n'ai pas de problème pour les plats à part trois de mon équipe ,le reste est absent ,les reste de nourritures vont par dessus bord ,le bouteillon de vin synthétique va rejoindre la bouffe pour les poissons,,, L'odeur est tellement intenable que je décide d'aller dormir sur le pont ou se trouve quantité de troufions écœurés .
9 novembre 1956 ,,,Le calme est revenue ,il y a foule sur le pont pour reprendre une respiration et un bol d'air frais ,quelques un grignote un peu pour ce remplir l'estomac le calme est de courte durée vers 16 heures un petit coup de vent ,fait rouler le bateau ,cela se calme vite ,le soleil apparaît en fin de journée, des navires croisent très loin de nous ,des tortues énormes font leurs apparitions en surface des pauvres types balancent des canettes de bières sur les tortues, il y a des cons partout !!
10 novembre 1956 – je vais au jus comme tout les matins à la cambuse ,il y a foule tout le monde à faim , au large beaucoup de bâtiments ,8 navires de guerres nous escortent et 2 sous marins en surface ,des bombardiers nous survolent, je prend en photo le porte -avions ARROMANCHE, bateaux Français ,Anglais de toutes tailles cuirassés, croiseurs, porte avions, escorteurs ,bâtiments ravitailleurs de carburant , des dizaines et des dizaines de navires sont autour de nous.
Alors que le cessez le feu est donné le 7 novembre 1956 à deux heures du matin, notre convoi arrive en vue des cotes Égyptienne.
11/12 novembre 1956- Mer calme il est 8 heures ,nous approchons de Port -Saïd ,le bateau stop les machines à 1 km du port ,des bateaux ont étaient coulés par Nasser pour interdire l'entrée du port. Je peux apercevoir la statue de Ferdinand de Lessep qui se dresse à l'entrée de la jetée ,nous sommes très prêt d'un navire hôpital tout blanc avec une grande croix rouge sur le flanc .
Nous n'avons plus rien à manger à bord ,le voyage à était plus long que prévue et le surplus de militaires a fait que les rations sont épuisées. On nous distribue des tracs ,un appel du Général Beauffre,commandant les forces « AMILCAR « .. Nous faisons péniblement demi-tour en soulevant le sable du fond marin, et direction l'Ile de CHYPRE … fin de l'épopée le 13 nous sommes devant Chypre et se sera un mois et demi de manœuvre sur cette ile a moitié Anglaise qui recherche elle aussi d'un un conflit ouvert contre la domination Britannique sa liberté de vivre toute seul ,on s'est que plus tard ,ce petit pays va se déchirer entre Grec et Turque pour enfin le séparer en deux ,un coté Orthodoxe l'autre Musulman.

Fin de la première partie de cette histoire
Revenir en haut Aller en bas
 
SUEZ-CHYPRE le 3ème RPC ..
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: NOS GUERRES COMPTEMPORAINES et les OPEX :: SUEZ - 1956-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: