CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Lettre de protestation d’un Ancien d’Algérie, ([b]datant de quelques mois [/b])

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Lettre de protestation d’un Ancien d’Algérie, ([b]datant de quelques mois [/b])   Ven 29 Avr 2011 - 16:15

Lettre de protestation d’un Ancien d’Algérie, par Jean-Pierre Soula
Publié par "le Gaulois" à 21:40 Anciens Combattants

Au service des pensions de l’Éducation NationaleObjet : protestation concernant la ségrégation faite pour une grande partie des Anciens Combattants d’Afrique du Nord.Par décret n° 2010-890 du 29 juillet 2010, il a été institué le bénéfice de campagne double pour les Anciens Combattants d’Afrique du Nord.Ce décret ne concerne en effet qu’une partie des Anciens combattants, c’est à dire ceux qui ont pris leur retraite en 1999 et ont donc effectué leur campagne d’Algérie vers la fin de cette guerre. Les calculs d’âges montrent que ces appelés ont été enrôlés à cette période (je ne parle pas ici des militaires de carrière). Cela veut dire que les ministres qui ont signé ce décret considèrent que ceux qui ont combattu en Afrique du Nord, entre les années 1952 et 1958, n’étaient là que comme simples figurants, voire en vacances ! C’est faire injure à tous ceux qui sont tombés durant cette période et j’en sais quelque chose, pour avoir vu mourir plusieurs camarades et avoir échappé de justesse au même sort, à plusieurs reprises !


Cela sous-entend aussi que, seuls ceux qui sont restés l’arme au pied, après un certain « Je vous ai compris ! » et notamment, le 19 mars 1962, ont droit au titre de combattants, alors qu’ils étaient passifs et, dans certains cas (catégorie de militaires qui ont déshonoré l’armée française), ont prêté main forte au FLN qui massacrait allègrement les civils (Français d’Algérie et Harkis). Je ne vais pas réécrire l’histoire de cette époque, mais je l’ai vécue complètement puisque, né en Algérie, je l’ai quittée en juin 1962. D’autre part, je sais qu’à notre époque si sereine, il est de bon ton de jouer les autruches...Pour mémoire, voici la copie des articles du décret :

Article 1 : Les appelés du contingent et les militaires d’active qui ont été exposés à des situations de combat en Algérie, au Maroc, en Tunisie, entre le 1er janvier 1952 et le 2 juillet 1962, bénéficient, dans les conditions fixées à l’article 2, du droit à la campagne double, prévu par le code des pensions civiles et militaires de retraite. (c’est mon cas en tant qu’engagé volontaire a/c du 1er mars 1957).

Article 2 : Le bénéfice de la campagne double est accordé pour toute journée durant laquelle les appelés et les militaires désignés à l’article 1er ont pris part à une action de feu ou de combat ou ont subi le feu. L’exposition invoquée en faveur de ce bénéfice sera établie par les archives collectives de l’unité à laquelle les intéressés appartenaient ou étaient attachés ( c’est mon cas, du 1/03/ 1957 au 06/07/1959).

Article 3 : Les pensions de retraite liquidée à compter du 19 octobre 1999 pourront être révisées en application du présent décret, sans ouvrir droit à intérêt de retard, à compter de la demande des intéressés déposée postérieurement à l’entrée en vigueur du présent décret auprès de l’administration qui a instruit leur droit à pension.

Il y a une contradiction flagrante entre les deux premiers articles et le troisième. En effet, bien que remplissant parfaitement ces conditions, les classes précédant celles de la fin des années 1950 ne sont plus considérées comme combattantes. J’ai la nette impression que ce choix a été fait délibérément, non seulement pour humilier une très grande partie du monde combattant, mais pour favoriser les tenants de l’après 19 mars 1962. Il est vrai que dans cette période « d’austérité », faire des économies de bouts de chandelle sur le dos des simples citoyens, alors que la gabegie règne ailleurs, est à la mode ! Bien entendu, comme citoyen lambda, je ne pèse pas plus qu’un flocon de neige.Rappelons-nous cependant, cette pensée : « Un flocon de neige ne pèse rien. Cependant, il arrivera forcément un moment où ce simple flocon, se posant sur la grosse branche d’un cerisier, à la suite de ses semblables, la fera rompre ».

J’adresse copies de la présente à Monsieur le Premier Ministre ainsi qu’aux diverses associations avec lesquelles je suis en contact.Avec mes salutationsJean-Pierre SOULA
Revenir en haut Aller en bas
 
Lettre de protestation d’un Ancien d’Algérie, ([b]datant de quelques mois [/b])
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: ACTUALITES DIVERS :: VEILLE ACTUALITE MILITAIRE-
Sauter vers: