CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 PAU --Camp d'ASTRA....1955

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
junker
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: PAU --Camp d'ASTRA....1955   Jeu 14 Avr 2011 - 9:49

1955-PAU ,camp d'ASTRA -la BETAP

___________


7 /11 /1955-..Enfin après bien des péripéties ,me voici à PAU ,à la B.E.T.A.P.- camp d'ASTRA ,ce camp d'entrainement pour les troupes aéroportées prépare les futurs parachutistes au brevet qui confirmera la fin du stage.

Je suis de la 266 ème promotion . Le matin ,il y a sport ,mais se sont des vacances par rapport aux épreuves que je viens de passer à la ''Citadelle'' de Bayonne. Le cantonnement est fait de bâtiments en bois mal isolés et à peine chauffés, je grelotte la nuit ,par contre la nourriture est bonne et copieuse.

J'ai retrouvé mon copain ''NONO'',il est dans la même promo que moi. La nourriture servi dans des plateaux ,c'est tout nouveau pour nous le ''self service'',on peut reprendre un plat si on le désire, c'est bon , épatant ,je reprend du poids et du ''poil de la bête'', l'entrainement est pépère, cool la vie..!

14 /11 /1955 -Entrainement de sortie de porte, sur une carcasse de ''Junker 52'' au sol, puis entrainement aux harnais, apprendre à s'équiper correctement (ne pas laisser les joyeuses coincées dans la sangle). On se détend c'est la rigolade!! ,par contre la ''tour'' d'arrivée au sol et la tour de départ nous font moins rire .. Pour la tour d'arrivée ,nous montons sur une plateforme de 12 m de haut, harnaché comme pour un saut ,des contre poids sont réglés en fonction du poids de corps que tu recommande avant de monter , c'est un gars qui met des poids dans un câble d'acier ,et pour les grandes ''gueules'' il enlève quelques poids,et la descente se fait à vitesse grand V, un vrai choc ,pour calmer les fiers à bras, la grosse gamelle à l'arrivée est assurée,le casque lourd sur la tête,on se laisse glissé recroquevillé sur soi même, les bras croisées et la tête appuyée dessus,la glissade s'accélère à l'arrivée ,on fait le roulé-boulé, le casque bouge mais sans plus, gare à la ''grande gueule'' qui lui va se payer un gadin de première, avec un grand coup de casque sur l'arête du nez qui le sonne et sa saigne parfois,,!!( sourire complice du chef ).

Et puis c'est l'épreuve de vérité, ''Brigitte'' son surnom: La tour de départ,à ses pieds on est tout petit avec ces 18 mètres de haut, on devient humble avec de l'anxiété à revendre.

On s'efforce de camoufler sa trouille par des rires et des blagues,mais c'est nerveux..!!

Il faut monter par une échelle tout la haut ,sur une plateforme ou les gars sont harnachés à la porte de sortie. Le ''trouillomètre'' à zéro, ceux qui sautent avant toi ,tu les voient cela rassure ,mais si tu es derrière un gus qui hésite alors là tu penses: ''il va sauter se con là ? Mais saute bon dieu !!'' et si par manque de pot le gars refuse de sauter ,car on lui donne toutes ses chances ,il redescend par l'escalier de fer ,avec l'humiliation qui s'ensuit et le coup de gueule du chef, la punition devant le stick ,non !! on a pas envie de finir comme lui.

Pour moi ,pas de problème, j'ai pas le vertige,je regarde en bas sans peur ,un peu d'appréhension , mais sans plus,le vide je connais ,c'est mon métier de travailler à grande hauteur (ardoisier sur les églises ou autres ), prêt à la porte '' GO '' avec la tape sur l'épaule par le largueur,on a le droit de dire ''merde au sergent '',mais une fois la porte passée,rare sont ceux qui peuvent le dire, la gorge est serrée ,les dents , également les fesses, donc très dure à gueuler dans ce moment là.!!.Mon pote René Cadet ,passe la porte en criant .!''MERDE POUR L'ADJUDANT ''!!!,

il attrape 50 pompes a faire ,car il a commencé à le dire avant de sauter et çà ,c'est punissable..!

Le 21 / 11 / 1955 ,c'est le jour ''J''.

De bonne heure, je suis sur le terrain avec la promo ,on perçoit les parachutes amenés par camions au terrain, chaque parachute est numéroté, et inscrit sur un livre de bord ,avec le nom du propriétaire provisoire (moi) , je vérifie tout de suite si rien de suspect apparaît ,car certains disent: ''tiens ? Tu as de la paille qui sort du dorsal !!'' Ah !!les cons ,quel angoisse ,bien sur ,je sais que se n'est pas vrai, c'est plus fort que moi, je vérifie, une fois harnaché, aidé par un copain et le chef qui regarde si tout ce passe bien ,il y a un gars à coté ,qui à cause de l'émotion a oublié de passer les deux cuissières,qui pendent le long de ses jambes, heureusement que le moniteur à l'habitude de voir çà !!.

Comme un crabe maladroit, je monte l'escabeau au pied du ''Dakota '' ,un gars chaque côté de la porte, nous aide à monter ,je suis en cinquième position, assis face à face ,les regards sont ailleurs ,c'est dans la tête que tout ce passe. Essais de moteurs, la carlingue vibre d'enfer, puis il roule pour ce mettre en position, et c'est à fond les moteurs que l'avion décolle . Je suis collé au siège par le décollage , puis la hauteur prise ,je deviens léger ,mais quelques trous d'air me font des petites peur.

Le moniteur nous fait chanter, les voix sont timides ,et c'est le ''debout accrochez !! '' hurlé par le moniteur , on se numérote ''1..! 2..! 3..! etc...',puis dernière vérification ,la main droite sur le ventral ,la main gauche sur le mousqueton,la sangle doublé à la sortie du mousqueton dans la main , le klaxon hurle la lumière verte clignote, la jambe droite en avant ,je suis à la porte , les deux mains sur les montants de la porte, une grande tape dans le dos , les deux mains lâches la porte , j'ai lancé la jambe en avant, je suis happé dans le vide, comme un fétus de paille,les yeux fermés ,je me sent balloté, tiraillé, et tout à coup une main de géant m'attire vers le haut, un choc, j'ouvre les yeux,le casque de travers,retenue heureusement par une ficelle que l'on nous a fait attacher avant de monter..!! Quel silence soudain!!! je découvre jusqu'à l'horizon ,coup d'oeil à la coupole, tout est parfait,j'aperçois des petits bonhommes s'activer au sol avec leur parachute ,un haut parleur depuis le sol donne des indications pour ceux qui ne sont pas en situation favorable '' traction à droite..!!! traction à gauche..!!! ,groupez vous ..!!! '' , j'arrive au sol comme dans un fauteuil, je ne sais pas si c'est mon poids ,alors que presque tout le monde est à terre ,moi je me pose comme une feuille ,un roulé-boulé parfait..!!! Quel joie !! quel fierté !!,je ramasse mon pépin et rejoint le stick...!!!!Ah !! les commentaires vont bons train, tout le monde est joyeux, c'est le grand relâchement , je suis détendu et crevé à la fois...!

Les sauts se feront les 21 -24 -25 -26 – 28 -29 / 11 /1955 ,fin de saut dont un ou j'arrive dans un ''tuyas''bourré d'épines, quels piqures ces saletés de buisson.

En tenue ,c'est la présentation au drapeau de la 266ème promotion,remise du béret et de l'insigne du brevet avec le N° 110396 de mon brevet inscrit au dos ,ce numéro restera gravé dans ma tête ,reçu le 29 /11 / 1955.

Et ce sont les adieux aux moniteurs, nous fiers du résultat, eux un peu blasé mais un tantinet satisfait .!! Retour à Bayonne avec les nouvelles recrues ,qui nous regardent passés avec envies...
Revenir en haut Aller en bas
Claude Millet
Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: PAU --Camp d'ASTRA....1955   Jeu 14 Avr 2011 - 19:29

"Brgitte" La tour à effacer le sourire me disait mon frère....

_________________

RASURA_________SER
1er RCP - 257.174

« Il n'y a pas de sens de l'Histoire, il n'y a pas de vent de l'Histoire car ce qui fait l'Histoire, selon notre conception occidentale et chrétienne qui est vérifiée par tous les faits historiques, c'est la volonté des hommes, c'est l'intelligence des hommes, ce sont leurs passions, bonnes ou mauvaises. »Colonel Bastien THIRY procès Petit Clamart
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/intelligencearmee/
en archive
Expert
Expert



MessageSujet: Re: PAU --Camp d'ASTRA....1955   Jeu 14 Avr 2011 - 21:04

Claude Millet a écrit:
"Brgitte" La tour à effacer le sourire me disait mon frère....

Mais peut-être celle qui vous permettait d'accomplir votre rêve !
Revenir en haut Aller en bas
junker
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: PAU --Camp d'ASTRA....1955   Ven 15 Avr 2011 - 7:49

C'était le teste de la vérité ,aucune triche, pas de frime ,tout dans le mental !
Revenir en haut Aller en bas
Claude Millet
Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: PAU --Camp d'ASTRA....1955   Ven 15 Avr 2011 - 16:37

junker a écrit:
C'était le teste de la vérité ,aucune triche, pas de frime ,tout dans le mental !

Exact...Tout dans le mental!!!!!

_________________

RASURA_________SER
1er RCP - 257.174

« Il n'y a pas de sens de l'Histoire, il n'y a pas de vent de l'Histoire car ce qui fait l'Histoire, selon notre conception occidentale et chrétienne qui est vérifiée par tous les faits historiques, c'est la volonté des hommes, c'est l'intelligence des hommes, ce sont leurs passions, bonnes ou mauvaises. »Colonel Bastien THIRY procès Petit Clamart
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/intelligencearmee/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: PAU --Camp d'ASTRA....1955   

Revenir en haut Aller en bas
 
PAU --Camp d'ASTRA....1955
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: AU PANTHEON DES PARACHUTISTES, tous égaux devant la mort, St MICHEL ne fait aucune distinction de grade :: LE DEVOIR DE MEMOIRE-
Sauter vers: