CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Un acte ignoble, le plus barbare des actes humains s’est déroulé à Abidjan en présence des Troupes Française – Licorne et ONUCI [12.000 soldats] – sans réaction

Aller en bas 
AuteurMessage
Administrateurs
Administrateurs
Administrateurs
Administrateurs


Un acte ignoble, le plus barbare des actes humains s’est déroulé à Abidjan en présence des Troupes Française – Licorne et ONUCI [12.000 soldats] – sans réaction Empty
MessageSujet: Un acte ignoble, le plus barbare des actes humains s’est déroulé à Abidjan en présence des Troupes Française – Licorne et ONUCI [12.000 soldats] – sans réaction   Un acte ignoble, le plus barbare des actes humains s’est déroulé à Abidjan en présence des Troupes Française – Licorne et ONUCI [12.000 soldats] – sans réaction EmptyJeu 7 Avr 2011 - 23:36

UN RENVOI

ASSEMBLÉE DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER

www.assemblee-afe.fr

Michel TIZON
Conseiller à l’AFE
18 BP 373 - Abidjan 18
COTE D’IVOIRE

Tél.
fax
:





Abidjan, le 3 avril 2011



Objet :25 ans de rêves, 10 ans de descente aux enfers.

Les réflexions d’un expatrié en Côte d’Ivoire depuis 35 ans, entrepreneur et propriétaire de son entreprise.
Le 1er avril 2011, à 8 h 30, une horde de pillards, de cloportes [femmes – adolescents – enfants – environ 300], ont mise à sac mon entreprise familiale pour n’y laisser que la carcasse. Un acte ignoble, le plus barbare des actes humains s’est déroulé à Abidjan en présence des Troupes Française – Licorne et ONUCI [12.000 soldats] – sans réaction, compte-tenu d’une ambiance festive des pilleurs ; les ordres étant : « sans risque physique dans le cadre d’une agression, l’on ne doit pas intervenir ». Plus de 10 convois des forces de la communauté internationale sont passés devant nos entreprises saccagées, sans agir.

Le pillage de mon entreprise, suivant des témoins oculaires enfermés dans leurs appartements a duré 11 heures. Ce vendredi à 17 h 30, 35 années de labeur, de joies, de peines, venaient de prendre fin. Et pourquoi ? … : pour les meilleures raisons du monde : celles du pouvoir, de la cupidité, de la bêtise et bien sûr, de la méchanceté humaine.

Abidjan, en 1975, date de ma venue en Eburnie, s’appelait « La Perle des Lagunes », « la vitrine de l’Occident », « Le Petit Paris » et brillait de tous ses feux avec une population de 3.500.000 sujets.
Soixante-douze ethnies vivaient en bonne harmonie, dans la paix et le développement ; le Président s’appelait Félix Houphouet Boigny ; c’était l’époque de la coopération française (jusqu’à 5.000), de l’argent facile et des projets pharaoniques ; on rêvait, on construisait, bref nous vivions, tout semblait facile et éternel.


Il a fallu l’Ivoirité et son corollaire, le coup d’Etat contre le Président Bédier en décembre 1999 pour que la Côte d’Ivoire se lance dans une aventure mortelle pour arriver en avril 2011 au chaos et à l’anarchie. Les responsables sont nombreux et les causes multiples, tout ceci étant bien partagé.

Aujourd’hui, 22.000.000 d’habitants souffrent dans leur chair et leurs biens. La folie s’est emparée de certains dirigeants ivoiriens et étrangers, on récole ce qui a été semé durant 10 années ; on assassine, on viole, on pille au nom du patriotisme ou de la démocratie, c’est – paraît-il – très à la mode.

Le monde est assoiffé de profits au nom d’un libéralisme à outrance.

La Côte d’Ivoire était un petit paradis, l’homme dit moderne, en a fait un enfer.

Je ne suis qu’une victime parmi des milliers d’autres et n’en retire aucune haine, mais je ressens pour notre humanité un profond dégoût du devenir.

L’Homme court à sa perte avec détermination et entrain, c’est d’ailleurs fascinant.

Les Ivoiriens et leurs partenaires vivent un cauchemar programmé, enfermés depuis 6 jours avec la peur au ventre et l’estomac de plus en plus vide, chacun priant pour que ce conflit cesse.

Depuis 4 mois, date de la dernière élection présidentielle, la Côte d’Ivoire est sous sanctions européenne et française avec un blocus économique portuaire.

Depuis 50 jours, la BCFAO de Dakar a fermé le robinet de la monnaie locale, le Franc CFA. Les banques privées (dont la Société Générale et BNP Paribas) ont fui, laissant sans aucun avertissement leurs clients sans argent, avec des guichets toujours à ce jour fermés. La population est dans le plus inimaginable dénuement financier, c’est l’asphyxie bien entendu pour les Français et autres Européens. Chacun grappille, se débrouille et accumule des espèces non protégées [d’où les multiples pillages et agressions].
Ces mesures ont eu l’effet – certainement souhaité – du retour de la Côte d’Ivoire à l’âge de la pierre, à la nuit des temps.


Avec toutes ces sanctions, l’appétit du voleur et autres voyous était à l’apogée. Le pillage devenait lucratif et il fallait passer à la cueillette, et bien, depuis 6 jours, c’est fait. J’étais vendredi matin dans les premiers pillés, depuis je me sens moins seul… rendez-vous pour le résultat final…

L’histoire la plus sombre de la Côte d’Ivoire se joue actuellement : 2.500 Français et Etrangers sont au camp de Port Bouët sous protection de la Licorne. Femmes, hommes, enfants, attendent - apeurés – de connaître leur sort. Ils attendent les ordres de nos politiques pour être fixés sur un devenir qui ne peut être que douloureux.

Je reste terré dans ma résidence, seul en compagnie de « skype », internet et autres téléphones. La famille, les amis, se relaient pour que je conserve le moral ; la santé d’un chef d’entreprise pillé est très délicate : je vis étourdi au son des rafales de kalachnikovs, déflagrations
d’obus et autres engins meurtriers. Qui tire, c’est la bonne question ?


Je pense aussi beaucoup à ces malheureux habitants d’Abidjan et autres villes qui vivent dans la terreur.

Quel gâchis ; nous assistons à un crime programmé depuis 8 ans, nous participons à la destruction d’un petit pays francophone qui adorait la France. Les responsables – et ils sont multiples et divers – concoctent des plans mortels bien à l’abri de leurs bureaux.

Aujourd’hui, mardi 5 avril, c’est le chaos, des regroupements de Français sont prévus, la guerre-éclair se transforme en guerre de tranchées ; nous prévoyons le pire.

Le couvre-feu est prolongé de jour en jour, de 12 heures à 6 heures le lendemain matin.

Nous sommes dans l’angoisse et très inquiets sur la Politique Française qui doit être menée.

Notre monde est réduit à des murs ; j’ai vécu 35 ans à l’air libre dans un pays magnifique qui ne mérite pas le sort qui lui est réservé.

Témoignage d’un entrepreneur installé en Côte d’Ivoire, pillé un 1er avril, et très en colère.

Michel TIZON

_________________
"Prenons garde que ces volontaires ne deviennent les victimes silencieuses d'un pays qui ne se rappellerait plus, ni de leur mérite, ni de leur utilité, ni même d'avoir un jour exigé leur sacrifice. Nous ne les touverions simplement plus"  général Lambert
Revenir en haut Aller en bas
 
Un acte ignoble, le plus barbare des actes humains s’est déroulé à Abidjan en présence des Troupes Française – Licorne et ONUCI [12.000 soldats] – sans réaction
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rechercher l'acte
» Saisie des actes
» H13 - Pas déçu !
» [Curiosité] Actes établis en deux temps
» Enregistrer un acte à rechercher

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: NOS GUERRES COMPTEMPORAINES et les OPEX :: OPEX 1962 à ce jour :: COTE D'IVOIRE-
Sauter vers: