CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 LE SERVICE HISTORIQUE DE LA DEFENSE

Aller en bas 
AuteurMessage
Administrateurs
Administrateurs
Administrateurs
Administrateurs


LE SERVICE HISTORIQUE DE LA DEFENSE Empty
MessageSujet: LE SERVICE HISTORIQUE DE LA DEFENSE   LE SERVICE HISTORIQUE DE LA DEFENSE EmptyMer 16 Mar 2011 - 0:36

source: http://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/Le-SHD-a-Vincennes.html

Le SHD à Vincennes

Résidence royale édifiée au Moyen Âge, le château de Vincennes trouve une vocation militaire au 18ème siècle. Il relève toujours aujourd'hui du domaine du ministère de la défense, qui y a progressivement transféré ses archives à partir de 1948.

Le château de Vincennes, siège du service historique de la défense



LE SERVICE HISTORIQUE DE LA DEFENSE Castellin2
Le château de Vincennes est tout à la fois le siège de la direction du service historique de la défense et sa principale implantation.
Le service historique de la défense à Vincennes collecte, conserve et communique au public l'essentiel des archives produites par le ministère de la défense et les états-majors (état-major des armées, état-major de l'armée de terre, de la marine, de l'armée de l'air) comme des organismes qui en relèvent, ainsi que celles produites par la
gendarmerie nationale.
Aujourd'hui 300 personnes du SHD travaillent sur le site, qui abrite environ 60 km linéaires d'archives et 20 km linéaires d'ouvrages de bibliothèques. Aménagés dans les casemates, dans les pavillons des armes, du harnachement, du roi, et dans celui de la reine, les magasins sont arrivés à saturation depuis quelques années déjà, conduisant les anciens services historiques à investir des installations militaires (fort de l'est, fort de Romainville) situées en périphérie de l'agglomération parisienne.
La livraison, au début de l'année 2010, de magasins d'une capacité de 80 km linéaires situés dans l'enceinte du fort neuf, face au château de Vincennes, permet au SHD d'envisager une répartition plus rationnelle de ses espaces de stockage, de travail, et de consultation. La première étape de ce redéploiement s'est concrétisée au mois de mars 2009, avec l'ouverture au pavillon du roi d'une nouvelle salle de lecture destinée à
la consultation des archives, et appelée à prendre progressivement le
relai des salles encore existantes.

De la résidence royale au centre d'archives            





LE SERVICE HISTORIQUE DE LA DEFENSE Castellin
Le château de Vincennes constitue aujourd'hui le plus vaste château et la seule résidence d'un souverain du Moyen Âge qui subsiste en France. Les bâtiments les plus anciens, le donjon et la Sainte Chapelle, datent du 14ème siècle. Le pavillon du roi et le pavillon de la reine, où s'affirme tout particulièrement le style classique, furent édifiés par l'architecte Louis Le Vau sur les ordres de Louis XIV entre 1654 et 1660, dans la perspective de faire de Vincennes la principale résidence du monarque et avant que le roi ne choisisse de s'installer à Versailles.
La Révolution, qui vit transférer en 1796 l'arsenal de Paris au château de Vincennes, donna à ce dernier une vocation militaire qui marque un tournant dans l'histoire du monument. Caserne et arsenal principal de Paris sous le Premier Empire, fort de seconde ligne de l'enceinte de la capitale bâtie après 1840, le château devint peu à peu
le centre de la politique de défense de la capitale. Le XIXème siècle vit l'édification de bâtiments à usage militaire qui portent encore aujourd'hui le nom de leur affectation d'origine : pavillons des armes, du harnachement, du génie, des officiers, ainsi que les casemates nord-est et nord-ouest. En 1939, le général Gamelin y installe son poste
de commandement. Au mois d'août 1944, trois divisions de la Waffen SS en retraite du front de Normandie s'installent dans les lieux. Au moment de la libération de Paris, dans la nuit du 24 au 25 août, elles mettent à feu quatre caisses d'explosifs, incendiant le pavillon du roi et de celui de la reine et détruisant la casemate nord-ouest et une partie du rempart sur lequel elle s'appuyait.
Après la guerre, les armées installent progressivement leurs services d'archives dans l'enceinte du château : le service historique de l'armée de terre s'y installe dès 1948, celui de l'armée de l'air en 1968, celui de la marine en 1974.

Un monument vivant, largement ouvert au public


Centre d'archives du ministère de la défense, le château de Vincennes n'en reste pas moins un monument ouvert au public. Le ministère de la défense et le ministère de la culture, affectataire du donjon et de la Sainte Chapelle que gère pour lui le centre des monuments nationaux (CMN), travaillent de concert à sa restauration, à sa gestion et à sa mise en valeur, dans le cadre d'un protocole établi en 2005.
La fête de la musique, les journées européennes du patrimoine et les manifestations ponctuelles organisées par le service historique de la défense ou le centre des monuments nationaux sont autant d'occasions pour ces organismes de collaborer pour le plus grand plaisir du public.

Quelques chiffres          



60 km linéaires d'archives.
20 km linéaires d'ouvrages et documents de bibliothèques.
5000 lecteurs inscrits par an, 14 000 séances de travail.

En savoir plus            



Horaires, accès et conditions de consultation en salle de lecture
Adresse postale et téléphone


Contacter le SHD à Vincennes


Service historique de la défense
Château de Vincennes
Avenue de Paris
94306 Vincennes cedex

Téléphone : +1 41 93 43 90

En savoir plus

Accès et horaires des salles de lecture



Mise à jour : février 2011

L'état des fonds d'archives
Présentation des collections de la bibliothèque
Le SHD à Vincennes en images (galerie d'images)
Le château de Vincennes au début du 20ème siècle (galerie de cartes postales)
Retrouvez informations, plans et photographies sur le site Chemins de mémoire, initiative conjointe du ministère de la défense et du ministère du tourisme, le site du centre des monuments nationaux (informations sur les visites et les activités proposées par le CMN), le site Château de Vincennes, mis en oeuvre par la ville de Vincennes avec la collaboration de l'équipe de recherche sur le château de Vincennes et la banlieue Est
Informations sur le patrimoine et la politique culturelle du ministère de la défense

       Mise à jour : juin 2010.

Toutes les archives ne sont pas à disposition du public, nous le développerons dans un prochain post.


Contacter le SHD à Vincennes


Service historique de la défense
Château de Vincennes
Avenue de Paris
94306 Vincennes cedex

Téléphone : +1 41 93 43 90

En savoir plus

Accès et horaires des salles de lecture

Mise à jour : février 2011
Revenir en haut Aller en bas
Claude MILLET
Fondateur
Claude MILLET


LE SERVICE HISTORIQUE DE LA DEFENSE Empty
MessageSujet: Biographie du général Olivier Paulus, chef du Service historique de la Défense   LE SERVICE HISTORIQUE DE LA DEFENSE EmptyJeu 27 Juin 2013 - 16:08

19:02:46
Biographie du général Olivier Paulus, chef du Service historique de la Défense
 LE SERVICE HISTORIQUE DE LA DEFENSE Paulus-1635438-jpg_1520071

Né le 2 février 1956 à Bamako en République du Mali (ex-Soudan français), le général Olivier Paulus est admis à l'école spéciale militaire de Saint-Cyr en 1978, promotion Général Rollet. À l'issue, il choisit les troupes de marine, spécialité infanterie, et, après une année à l'école d'application de l'infanterie de Montpellier, il est affecté à l'été 1981 au 21e régiment d'infanterie de marine où il prend les fonctions de chef de section d'infanterie blindée jusqu'en 1984.
Officier adjoint en compagnie de combat pendant deux ans au régiment d'infanterie de marine du Pacifique-Nouvelle-Calédonie, il rejoint en 1986 le 3e régiment d'infanterie de marine où il commande une compagnie de combat d'infanterie blindée et sert ensuite comme officier rédacteur au bureau opérations-instruction (BOI).
En 1990, il est commandant de compagnie d'élève officier d'active aux 2e et 3e bataillons de l'école spéciale militaire de Saint-Cyr, puis commandant de compagnie d'élève officier de réserve et adjoint au chef de bataillon. De 1992 à 1993, il est stagiaire de la 106e promotion de l'école supérieure de guerre, puis rejoint en 1993 la 1re promotion du collège interarmées de défense.
De 1994 à 1996, il est chef du BOI du 33e régiment d'infanterie de marine en Martinique et, à son retour en métropole, il prend les fonctions de chef du bureau « emploi-plans » à l'état-major de la 9e division d'infanterie de marine jusqu'en 1999.
De 1999 à 2001, il est affecté en Côte d'Ivoire où il occupe les postes de commandant des troupes françaises en Côte d'Ivoire et de chef de corps du 43e bataillon d'infanterie de marine. À son retour en 2001, il est nommé chef d'état-major de la 9e brigade légère blindée de marine.
De 2004 à 2005, il est auditeur de la 47e promotion du centre des hautes études militaires, puis de la 57e promotion de l'institut des hautes études de la Défense nationale.
Jusqu'en 2008, il est chef du bureau renseignement du centre de planification et de conduite des opérations de l'état-major des armées, puis coordinateur de direction (chef d'état-major) à la direction du renseignement militaire.
De 2008 à 2011, il est général commandant les forces françaises du Cap-Vert stationnées au Sénégal et la base de défense des éléments français au Sénégal.
Le 1er aout 2011, il prend le commandement du service historique de la défense.
Le général Paulus est officier de la Légion d'honneur, commandeur dans l'ordre national du Mérite, titulaire de la croix de la valeur militaire et commandeur de l'ordre des arts et des lettres du Sénégal.
Il est marié et père de 4 enfants.



Brevets-Certificats-Diplômes


Diplôme d'ingénieur de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr
Brevets parachutistes (français, allemand, US Army, US Marine corps, ivoirien et sénégalais)
Brevet d'alpiniste et de skieur militaire (BASM)
Instructeur commando
Certificats militaires de langues (2e degré écrit d'allemand et 2e degré écrit et parlé d'anglais)
Brevet d'études militaires supérieur (BEMS) - voie état-major
Cours supérieur interarmées (45e promotion 1993)
Ancien auditeur du centre des hautes études militaires (47e promotion)
Ancien auditeur de l'institut des hautes études de la Défense nationale [57e promotion (session nationale)]
Primé par l'académie française des sciences d'outre-mer, Prix Maréchal Lyautey 2010, pour l'ouvrage L'armée française au Sénégal, deux siècles d'histoire, dont il a été l'initiateur, le directeur de publication et co-auteur
Mise à jour : novembre 2011
Revenir en haut Aller en bas
 
LE SERVICE HISTORIQUE DE LA DEFENSE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Mouvement Démocrate a-t-il un service d'ordre?
» Service de remplacement, Rive-sud de montréal
» service de remplacement pour les RSG (ville de Québec)
» HISTORIQUE du TAXI
» SMCB (Service Mixte de Contrôle Biologique)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT et APRES VOUS ETRES INSCRIT :: Pour être un bon forumeur CMP-
Sauter vers: