CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Mon cousin réscapé de Diên Biên Phu.....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
junker
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Mon cousin réscapé de Diên Biên Phu.....   Mer 9 Mar 2011 - 20:19

Il n'en parle jamais ..Mon cousin...

Nous sommes en 1954 ,à Diên Biên Phu . Guy Turgné de Villedoux ,petit village de Charente-Maritime , appartien au 8ème bataillon parachutiste du Colonel Langlais ,placé sous les ordres du général Gilles ,l'un des chefs légendaires des paras,avec BIGEARD .Voici son aventure.


" Nous avons sauté l'aprés-midi du 20 novembre 1953 ,sur un térrain déjà déblayé par les copains du 6ème qui, eux, avaient sauté le matin et étaient tombés sur une compagnie viêt à l'entrainement ,ce qui les obligea à combattre pour occuper le térrain "


" Aussitôt ,nous nous sommes transformés en térrassiers pour aménager nos positions ,dit-il, et les gars du 17 ème génie para se sont occupés de remettre la piste en état, vu que le haut commandement avait décidé de créer une base fixe , destinée à contrer l'avance viêt-minh en direction du Laos."


" Comme j'étais voltigeur , je me suis trouvé presque aussitôt en patrouille extérieure pour tâter les énnemis et évaluer leurs forces dans le secteur ".


" Au début il a fallu les chercher. Mais au fur et à mesure que le temps passait , nous nous faisions accrocher de plus en plus prés des limites du camp retranché."


" Tout cela démontrait qu'ils étaient décidés à nous encercler d'une manière étanche. Bof !
On arrivait quand même à passer et à rayonner assez loin . La preuve, c'est que le jour où l'attaque générale s'est déclanchée , le 13 mars 1954 , j'étais à 100km de Diên Biên Phu .On a réussi à rentrer. Mais on ne savait pas qu'on n'en ressortirait plus. Du moins libres."


" Aprés , il y a eu des périodes trés difficiles. Surtout du fait du pilonnage d'artillerie que nous avons subi jour et nuit."


L'orsqu'on le questionne sur ce qui l'à le plus marqué dans ce combat ininterrompu de 170 jours ,Guy évoque les cadavres viêts qui s'amoncelaient devant leurs tranchées.



". On se battait à un contre dix, parfois plus ,dit-il. C'était dur.! A l'approche de la fin , quand nos points d'appui ont été submergés par le nombre et qu'il a fallu monter à l'assaut pour les reprendre ,ça a été térrible ."


".Je me rappelle la fois où ma section a escaladé Eliane : on était une trentaine au bas de la colline ".

". Je me suis retrouvé tout seul en haut .Ca m'a fait une drôle d'impression d'être encore en vivant ."

". C'est là que j'ai été blessé pour la deuxième fois .! .Quelques jours avant, j'avais reçu des éclats de mortier dans la poitrine . Mais cette fois , c'est dans l'aine que j'ai été touché par un éclat d'obus .Mais l'artère fémorale n'avait pas été touchée..!. Une .....veine , oserais-je dire . Heureusement ,je pouvais marcher . ".



". Car , lorsqu'il a fallu cesser le combat ,le 7 mai à 17 heures , ce fut pour entamer une marche de plus de 700 km en direction de la frontière de Chine où étaient disséminés les camps de détention viêts ".



".Interné au camp 42 ,j'ai vécu l'enfer des privations de toutes sortes et l'endoctrinement idéologique .Ah ,j'en ai entendu parler de l'oncle Hô et de sa grande clémence envers les suppôts du capitalisme qui se repentiraient.!




Guy à toujours des éclats prés du coeur ,top mal placés pour que l'opération soit tentée...
Revenir en haut Aller en bas
junker
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: Mon cousin réscapé de Diên Biên Phu.....   Mer 9 Mar 2011 - 20:28

Deux héros ...A gauche :Guy Turgné et à droite un autre Héros ,volontaire pour sauter une derniére fois sur DBP ,sans armes ,mais chargé de courrier pour l'état -major..
Revenir en haut Aller en bas
en archive
Expert
Expert



MessageSujet: Re: Mon cousin réscapé de Diên Biên Phu.....   Jeu 10 Mar 2011 - 0:15

Quelle famille...

Merci Junker pour ce nouveau témoignage tout aussi émouvant que les autres...
Revenir en haut Aller en bas
junker
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: Mon cousin réscapé de Diên Biên Phu.....   Jeu 10 Mar 2011 - 10:07

Excuse-moi Lothy , mais je ne sait pas mettre mes images plein écran.???Si tu pense pouvoir le faire ,c'est avec plaisir que j'accepte !!!
Revenir en haut Aller en bas
en archive
Expert
Expert



MessageSujet: Re: Mon cousin réscapé de Diên Biên Phu.....   Jeu 10 Mar 2011 - 10:20

Pas grave, Junker....

On clique et l'image en grand apparaît... Ces photos sont de tels cadeaux que l'on peut se donner cette peine....

Merci encore !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mon cousin réscapé de Diên Biên Phu.....   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mon cousin réscapé de Diên Biên Phu.....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: NOS GUERRES COMPTEMPORAINES et les OPEX :: INDOCHINE 1945 -1954-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: