CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Chrétiens d’Orient aux cœurs des révoltes arabes Quels risques en cas d’interventions occidentales ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe MULLER
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Chrétiens d’Orient aux cœurs des révoltes arabes Quels risques en cas d’interventions occidentales ?    Jeu 3 Mar 2011 - 22:43

present.fr 03/03/2011 a écrit ;

Citation :

Beyrouth, le 2 mars 2011, 23 h 15. – Intervenir ou pas en Libye, où certaines organisations de défense des droits de l’homme faisaient état ce soir de 6 000 morts, était le centre des discussions à l’OTAN comme à la Ligue arabe. « Des milliers de Libyens mourront en cas d’intervention de l’Amérique ou de l’OTAN », a déclaré le colonel Kadhafi. Et nous le croyons sur parole. Quant au secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, il déclarait ce soir : « Il n’y a pas de consensus au sein de l’OTAN pour le recours à la force. »

Au-delà du cas libyen il y a toutes les autres révoltes arabes. Notre ami Christian Daisug soulignait dans Présent d’hier les dérapages de Barack Hussein Obama sur le monde arabe et les hésitations – sinon les incompétences – de son administration face à ces bouleversements qui semblent avoir dépassé toutes les analyses et les prévisions américaines.

Vus de Beyrouth, les déclarations, les silences, les gesticulations des Américains et des Européens nous font l’effet du terrible attentisme de ceux qui ne savent pas de quel côté vont verser ces pays ! Du côté ami ? Du côté de l’axe du mal ? Le problème, c’est que l’Iran, moteur de cet axe du mal, est lui aussi aux prises avec sa révolte. Elément qui vient bouleverser ce regard manichéen porté sur ce Moyen-Orient au risque de l’implosion. Non ! Tout n’est pas blanc d’un côté et tout noir de l’autre.

Si nous pouvons considérer et qualifier chacune de ces révolutions comme « nationale » c’est-à-dire propre à chacun des pays, elles ont toutes en commun plusieurs points. Comme par exemple d’avoir un solide fond anti-occidental, malgré les slogans exigeant la liberté, la démocratie, les droits de l’homme, etc. Pour dire les choses autrement : elles expriment toutes un rejet de la politique américaine au Moyen-Orient, rejet du soutien inconditionnel de Washington à l’Etat hébreu et rejet des guerres d’Irak.

Au regard du précédent irakien, notre souci premier est le sort qui sera réservé aux Chrétiens d’Egypte, de Jordanie ou d’ailleurs, par ses révolutions. Et quelle influence aurait une intervention étrangère sur ces Chrétiens aussi égyptiens que les musulmans égyptiens, aussi jordaniens que les musulmans jordaniens ! Evidemment nous n’oublions pas les cohortes de Chrétiens de tous les pays arabes travaillant dans la péninsule arabique au Bahrein, à Oman…

Dans un entretien au mensuel italien 30 Giorni dans sa version anglo-saxonne, 30 Days, publié le 25 février dernier, le patriarche des Coptes catholiques, le cardinal Antonios Naguib, a affirmé que toutes pressions diplomatiques, toutes sanctions de n’importe quelle sorte, prises contre l’Egypte à la suite de vexations ou d’événements dont les Chrétiens d’Egypte seraient victimes, auraient comme premières victimes ces mêmes Chrétiens d’Egypte !

Pour ma part j’ajouterais que toute intervention étrangère – américaine ou européenne s’entend – aurait comme premier effet d’empirer – si c’était encore possible – la situation des Chrétiens d’Orient. Le cardinal Naguib précise que ce sentiment est commun à tous les Chrétiens d’Egypte, catholiques, orthodoxes ou protestants. Et il souligne que si les catholiques ont un lien évident avec le Saint-Siège ils n’en ont aucun avec les initiatives des Etats européens ou américains. Tout est dit en ces derniers mots.

Pour en saisir toute la portée il nous faudrait revenir en arrière, quand le Moyen-Orient et l’Empire ottoman ne faisaient qu’un, situation qui prévalait jusqu’à la chute de l’empire au lendemain de la Première Guerre mondiale. Les Chrétiens étaient considérés comme des étrangers à la Oumma – la nation – musulmane et traités comme tels. Ils bénéficiaient comme les étrangers du régime des capitulations, et quand l’empire décida de se réformer il créa le régime des millet. C’est-à-dire le régime de ces nations étrangères au sein de la Oumma. Il y eut par exemple le millet maronite comme celui des autres nations chrétiennes de l’empire. Ajoutons à cela – pour les Eglises catholiques, les millet catholiques – le lien avec le Vatican et le tableau est complet. Les Chrétiens non seulement étaient des étrangers, mais avaient des liens coupables avec des nations étrangères ennemies de l’Islam. C’est un peu court, mais telle était notre situation d’alors.

Les Chrétiens qui parlent l’arabe comme leurs voisins musulmans, qui prient en arabe, inventèrent le concept de l’arabité, de l’arabisme à opposer aux Turcs. Nous avions alors droit à des slogans du type « chrétiens, musulmans, tous arabes ». Très vite, à peine quelques petites décades, il devint évident qu’arabisme et islam devenaient définitivement synonymes. Que le premier n’était pas du tout un concept générique couvrant les arabophones du Moyen-Orient.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, au lendemain de la fin des mandats et des indépendances, se vérifiera à chaque crise ce même concept séculaire : les chrétiens sont des suppôts de l’étranger. Ils furent les premières victimes de toutes les révolutions : celle de Nasser pour commencer, et suivront toutes les révolutions syriennes ou irakiennes avant le glacis des années des Baas.

Les processus syriens et irakiens méritent que l’on s’y arrête. Avant l’arrivée des Baas au pouvoir à Damas et à Bagdad, chaque révolution et chacun des coups d’Etat voyaient l’émigration massive des communautés chrétiennes. On les retrouve aujourd’hui au Liban où elles se sont libanisées, ou alors aux Amériques et en Australie. Le Baas, qui a concrétisé l’arrivée au pouvoir d’une minorité alaouite face à une majorité sunnite en Syrie, et sunnite face à une majorité chiite en Irak, a immédiatement fait appel aux Chrétiens pour asseoir son emprise sur le pays. Mais à chaque fois que la montée des islamismes exigeait des gages, les Chrétiens en faisaient les frais, jusqu’à la chute de Saddam où ils ont été les premières victimes et des Chiites et des Sunnites. Les deux communautés musulmanes les associant aux envahisseurs américains et occidentaux des guerres d’Irak !

La proposition 42 des résolutions du Synode pour le Moyen-Orient soulignait qu’au « Moyen-Orient, les chrétiens partagent avec les musulmans la même vie et le même destin. Ils édifient ensemble la société. Il est important de promouvoir la notion de citoyenneté, la dignité de la personne humaine, l’égalité des droits et des devoirs et la liberté religieuse comprenant la liberté du culte et la liberté de conscience ». Nous en sommes évidemment bien loin et dans la situation qui prévaut dans la région c’est à la proposition 29 que nous pensons : « Instituer une fête commune annuelle des martyrs pour les Eglises d’Orient et demander à chaque Eglise orientale d’établir une liste de ses propres martyrs, Témoins de la foi. »

MAROUN CHARBEL

Article extrait du n° 7299
du Vendredi 4 mars 2011
Revenir en haut Aller en bas
 
Chrétiens d’Orient aux cœurs des révoltes arabes Quels risques en cas d’interventions occidentales ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: ACTUALITES DIVERS :: Actualité instantanée :: Actualité qui n'a vraiment rien à voir avec les paras...!-
Sauter vers: