CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez
 

 Intervention du Général J.C.Thomann, membre du Conseil d'Administration de l'ASAF lors du colloque organisé par l'UNION-IHEDN, Solidarité-Défense et le CIDAN à l'Assemblée Nationale

Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe MULLER
Expert
Expert
Philippe MULLER


Intervention du Général J.C.Thomann, membre du Conseil d'Administration de l'ASAF lors du colloque organisé par l'UNION-IHEDN, Solidarité-Défense et le CIDAN à l'Assemblée Nationale Empty
MessageSujet: Intervention du Général J.C.Thomann, membre du Conseil d'Administration de l'ASAF lors du colloque organisé par l'UNION-IHEDN, Solidarité-Défense et le CIDAN à l'Assemblée Nationale   Intervention du Général J.C.Thomann, membre du Conseil d'Administration de l'ASAF lors du colloque organisé par l'UNION-IHEDN, Solidarité-Défense et le CIDAN à l'Assemblée Nationale EmptyVen 7 Jan 2011 - 22:00

asafrance.fr Lundi, 20 Décembre 2010 17:48

Intervention du Général J.C.Thomann, membre du Conseil d'Administration de l'ASAF lors du colloque organisé par l'UNION-IHEDN, Solidarité-Défense et le CIDAN à l'Assemblée Nationale Snat

* Colloque "la place du soldat dans la société Française" du 9 décembre 2010

"Une société à éclairer sur ses engagements"

Le constat :

Nous sommes face à une perte de "rang" du militaire et de l'institution militaire dans la société.

- cause première : la Défense, au sens classique du terme, n'est pas une priorité, elle n'est pas en première ligne face à une menace potentielle aux frontières et les préoccupations des citoyens, et donc des élus, sont orientées vers les problématiques de sécurité intérieure et immédiate (on note d'ailleurs dans les dernières décennies une décroissance constante des forces de Défense et parallèllement un renforcement tout aussi constant des forces de Sécurité).

- les engagements contemporains de nos forces sont pour la plupart lointains, le terme de "guerre" est soigneusement éludé au profit de celui beaucoup plus "soft" de gestion de crise.

Lointains, et en dehors d'un éphémère compassionnel lié aux pertes et alimenté par les media, ils intéressent au fond très peu le citoyen qui n'en comprend que très difficilement les enjeux d'autant plus qu'ils sont complexes, à la différence de ceux d'une guerre "frontale" , face à un ennemi clairement identifié.

- ces engagements ne relèvent pas des intérêts vitaux qui mobiliseraient par essence l'attention et l'intérêt. Fruits d'une politique extérieure dont la justesse peut d'ailleurs toujours être contestée, ils ne sont qu'un outil parmi d'autres dans notre dispositif d'influence sur la scène internationale : à une certaine banalisation de cet outil s'ajoute donc le fait que ces engagements ne constituent pas le "centre décisif" d'où dépendra la survie de la cité. Leur multinationalisation systématique est un autre facteur de dilution de l'importance de ces engagements dont nos forces ne sont que des contributeurs et donc des responsables partiels.

De plus ils sont conduits par une armée professionnelle et il y a donc la tentation permanente de se cantonner dans une certaine indifférence, puisqu'il s'agit d'une affaire de et pour les professionnels.

Conséquence :

Le militaire, l'institution militaire et les problématiques de défense relevant de l'emploi de forces armées n'intéressent guère le citoyen.

Cette indifférence s'accompagne, très discrètement mais avec netteté, d'une forme subtile d'anti-militarisme, en particulier dans les élites de la nation, de droite comme de gauche, qui se traduit par un manque global de considération pour l'institution militaire et ses serviteurs.

Dans le cocon de nos sociétés occidentales, parler de la guerre est inconvenant : on accepte bien du bout des lèvres le terme de "soldat de la Paix" qui a une connotation Peace and Love loin d'être ringarde, mais on ne comprend plus très bien la nécessité d'un effort pour ne pas baisser par trop la garde.

Dans ce contexte le militaire est un personnage à la fois banal, ou plus exactement in-important, mais aussi étrange qui semble ne plus appartenir au même monde que ses concitoyens, et les problèmes de Défense qu'il porte par nature au fond de son sac leur paraît relever d'un univers plus ou moins anachronique et en tous cas bien lointain de leur quotidien.

A ce constat global, il faut ajouter la perte d'influence et d'effectifs des associations d'anciens combattants dans un pays qui n'a pas connu de guerre de conscription depuis maintenant 40 ans, avec la fin de la guerre d'Algérie.

Ces associations peinent à renouveler leurs membres.

Une des raisons en est sans doute le tarissement de la ressource et, au sein de la ressource potentielle, le fait que l'individualisme, la prédominance du champ de la vie privée, constatée dans tous les domaines de la société, prennent nettement le pas sur l'engagement collectif. Au passage, peut-être faut-il y voir une réaction psychologique aux ravages des totalitarismes du XX° siècle ? Parallèlement, les manifestations patriotiques sont jugées ringardes, le leitmotiv européen et le contexte de paix assurée entrant en contradiction avec une affirmation brutale du caractère "sacré" de la Patrie. Si le 14 juillet à Paris a un succès télévisuel certain, c'est parce que c'est un show remarquablement construit et il est intéressant de noter la part croissante qu'y prend le spectacle préliminaire devant la tribune officielle.

Enfin ce constat serait par trop incomplet si je n'évoquais pas deux autres points :

-le premier, c'est que l'armée est de plus en plus une "boîte noire", malgré son souci de transparence et de contact. Le lien du service militaire qui impliquait une certaine connaissance citoyenne de l'institution a disparu. L'organisation, les missions, les moyens des armées deviennent de plus en plus difficiles à comprendre par le vulgus pecus.

- le second point est, je le constate chaque jour, la méconnaissance sidérante des problématiques de défense par nos "élites" de la plupart des domaines d'activité de la société. Il n'y a donc que fort peu de relais efficients dans cette société pour se préoccuper, au moins a minima, des problématiques de Défense.

Dans ce contexte, que peut-on faire pour sensibiliser nos concitoyens à ces problématiques qui les concernent en fait directement, comme contribuables, comme co-responsables de la vie de la cité, aujourd'hui mais aussi demain et ce dans un cadre où de toute évidence les priorités sont ailleurs ?

Un préliminaire me parait essentiel: sensibiliser aux problèmes de Défense ne doit pas consister à discourir sur les armées, leurs moyens et modes d'action, car l'appât ne doit ni être technique s'adressant à tous, ni verser dans la promotion plus ou moins corporatiste de l'institution militaire ou pire dans une tentative déguisée d'utiliser l'action pédagogique citoyenne comme une voie de recrutement.

Il me semble donc fondamental d'ouvrir délibérément le champ d'action par une approche "relations internationales et défense", qui doit, de facto, conduire le citoyen à établir le lien nécessaire entre ces deux domaines et donc l'intéresser aux problématiques de défense.

Après l'esquisse de contenu général, quelle cible ?

Lorsque la municipalité de Lille m'a donné l'opportunité de créer une mission citoyenne de sensibilisation aux problèmes de défense et de meilleure insertion de la communauté militaire dans la société locale, je me suis interrogé sur la cible prioritaire pour cette action. J'ai rapidement identifié la population étudiante (il y en a 92000 à Lille), dans laquelle se trouve les responsables de demain et pour laquelle rien n'est fait (excepté certaines filières spécialisées) dans ce domaine, alors qu'existe un trinôme académique pour les lycées et collèges.

D'où un concept de café-défense qui vaut ce qu'il vaut mais tente de prendre à bras le corps et très modestement le problème. Le format comme l'impact sont limités, mais si ce genre d'initiative, lancée au niveau municipal, se développait, cela pourrait être une contribution intéressante aux objectifs poursuivis.

Une autre piste est la mise en place d'un enseignement de RI-défense dans le cycle des études universitaires quelles qu'elles soient : une commission créée par Mme Pécresse travaille sur ce sujet.

Pour être efficace cet enseignement (modeste : 20 heures au total ?) devrait donner lieu à un bonus et, comme semble l'accepter le MEDEF, pourrait être valorisé dans le CV pour l'entrée des jeunes en entreprise.

Outre la cible "étudiants" -dont il me semble également qu'un affichage "européen" de l'action pédagogique serait de nature à augmenter la motivation-, il ne faut pas délaisser le reste de la population.

En d'autres termes, il faut créer un nouveau dialogue Armées-Nation, moderne, attractif et qui ne se résume pas à de petits raoûts entre initiés. Là encore, les élus ont un grand rôle à jouer en favorisant toutes les actions qui peuvent faciliter la compréhension des problèmes de RI-Défense et l'insertion de la communauté militaire dans le tissu social local dont ils ont la responsabilité.

C'est dans cet esprit qu'à Lille, la mission que je pilote, organise des conférences tout public, des rencontres entre milieu militaire et universitaire ou économique, des visites réciproques, etc...En mai prochain, ce seront des acteurs civils locaux qui participeront à un grand exercice d'entrainement du Corps de Réaction Rapide basé à Lille pour y représenter toutes les composantes civiles avec lesquelles les forces armées doivent coopérer dans la gestion des crises.

C'est certes du goutte à goutte, et on peut certainement trouver de nombreuses autres pistes pour répondre au besoin "d'éclairer notre société" sur ses engagements.

Mais je crois que dans le contexte actuel, une démarche "top-down" régalienne ne saurait se passer d'une démarche "bottom-up" locale pour commencer à soigner un malade qui ignore le caractère des plus pernicieux de sa maladie.





J.C. Thomann
Revenir en haut Aller en bas
 
Intervention du Général J.C.Thomann, membre du Conseil d'Administration de l'ASAF lors du colloque organisé par l'UNION-IHEDN, Solidarité-Défense et le CIDAN à l'Assemblée Nationale
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Audition du DGGN à l'Assemblée Nationale
» Rugby-Club de la marine nationale
» qui a traité des plaintes des parents contre l'Education Nationale ?
» objets de la Marine
» PORT VENDRES 42°31 N - 03°07 E

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: Notre Monde associatif :: ASAF - Association Soutien à l'Armée Française-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: