CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Servir : où, quand, comment, pourquoi ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe MULLER
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Servir : où, quand, comment, pourquoi ?   Lun 13 Déc 2010 - 19:29

Source : armees.com

Servir… Peut-être plus qu’ailleurs, ce terme est en vigueur dans les Armées. Décliné sous toutes les formes, du passé à l’imparfait et même à la forme pronominale. D’où ce petit tour de la notion en quatre questions.



Où ?

Au sein de la communauté de Défense, le cadre choisi sera bien évidemment les Armées. Futurs engagés, militaires d’aujourd’hui ou anciens combattants, nous avons en commun une tranche de vie, où justement nous avons servi. De l’Ethiopie à la Laponie (en ces temps de fêtes autant évoquer la patrie du Père Noël !), partout où notre pays a besoin de déployer ses forces armées, certains d’entre nous conduisent leur mission. Dans l’ombre ou dans la lumière, dans la jungle ou dans le désert, le militaire d’aujourd’hui, comme ses compagnons d’armes du passé, est appelé à œuvrer sous toutes les latitudes. Alors, vous l’aurez compris, le « où » c’est partout ! Suivant les fonctions, les spécialités, les affectations, les destinations sont variables, plus ou moins agréables… Avec pourtant, partout, les mêmes exigences, la même nécessité : réaliser la mission assignée.

Quand ?

Maintenant ! Servir se décline au présent. Par les enjeux spécifiques du métier des armes, nous sommes disponibles en permanence. Ensemble, certes, car c’est justement notre organisation, notre cohésion, notre adhésion à l’Institution à laquelle nous appartenons qui nous donne cette faculté d’être « toujours prêts ». Le jour, la nuit, ici ou ailleurs, certains sont prêts à être déployés, dans n’importe quel endroit du monde, à n’importe quel moment. Quand nous sommes de service, à la semaine, en cellule opérationnelle ou dans une autre fonction, le temps s’écoule autrement.

Enveloppés dans le silence de la nuit, tandis que nos camarades ont rejoint leurs familles, telles des sentinelles nous veillons. Servir c’est être là, hors du temps. Poursuivre la mission, en dépit de la faim, la fatigue, la lassitude. Ces moments sont denses dans la relation avec les autres, plus particulièrement dans le cadre opérationnel. Les silences transportent bien des mots, les regards deviennent le miroir de l’âme. Au fil des jours et des nuits passés ensemble, les liens se tissent. Loin de la terre de France, loin de nos proches, de nos amis, nos camarades et compagnons d’armes deviennent une seconde famille. Un contexte particulier qui constitue le creuset d’une extraordinaire aventure humaine, au cœur de la relation avec les autres mais aussi dans l’intimité et la profondeur de sa propre conscience.

Comment ?

Dans les Armées professionnelles qui constituent notre Défense actuelle, chacun a une spécialité, en complément de sa formation de soldat. Servir ce sera donc savoir faire au moins deux choses, parfois proches, parfois très éloignées et même contradictoires. Une jeune secrétaire n’imagine pas toujours avoir un jour besoin de commander un groupe de combat. Le pâtissier sera plus habile à aligner les éclairs au chocolat sur sa plaque qu’à déployer ses hommes. Par la diversité des missions, par la variété des formations, les militaires déclinent le verbe servir dans une large palette. Une expérience professionnelle variée reconnue qui peut faciliter la reconversion le moment venu. Car aujourd’hui, les effectifs et les besoins varient, aussi le temps de service est fluctuant. Une partie des effectifs est sous contrat, un CDD renouvelable en CDD ou CDI suivant les qualifications et aspirations des intéressés mais aussi des besoins de l’Institution. Servir peut donc devenir rebondir… Si la terminaison est identique, la démarche est d’une autre nature. Servir, ce sera donc aussi penser à l’avenir. Les chancelleries et directions des personnels sont là pour apporter aux militaires les éclaircissements nécessaires, détailler avec eux le « lien au service », les possibilités que l’Institution peut leur offrir, avec discernement et lucidité. Partir se prépare autant que servir. Servir est en outre possible dans le monde civil, sous des formes très variées : dans la vie associative, auprès de ses administrés (dans l’hypothèse d’un mandat d’élu local ou autre fonction politique), dans une congrégation religieuse… Après la vocation, le sacerdoce ?

Pourquoi ?

Voilà certainement la question la plus troublante, la plus délicate. Quelle est la motivation d’un jeune qui souhaite s’engager, servir dans les Armées ? A cette étape là, avouons que nous ne savions pas… pas vraiment. Attirance vers un métier riche et diversifié, désir de s’émanciper, de se lancer dans la vie professionnelle, ou plus pragmatique – nourri, logé, blanchi avec un salaire correct pour quelques années. « Plus qu’un métier ! » annonçait une publicité… Oui, mais quoi ? Même si les parcours sont détaillés dans les centres d’information, même si la documentation (en couleur et sur papier glacé) est abondante et alléchante, qu’en est-il de la réalité ? Ce n’est qu’au fil du temps, des mois et des années, qu’arrive la maturité. Cette qualité qui permettra de donner du sens à notre service. Nos convictions auront été éprouvées par les réalités du terrain, les contraintes des missions. Entre foi et raison, nous oscillons. Chacun pourra, à la lueur de ses expériences, comprendre l’essence de sa motivation. Dans les situations extrêmes, quand la vie et la mort se côtoient, la question se pose avec une acuité particulière. Nous sommes alors face à nous-même, dans l’intimité de notre conscience. Peut-être en train de vivre nos derniers instants, alliant concentration et relâchement, attention et abandon. Au crépuscule d’une vie qui pourrait s’achever, avec un ultime et lancinant questionnement : pourquoi ? Peut-être simplement servir en humilité pour grandir en humanité.

Laurence Musy
13 décembre 2010
Revenir en haut Aller en bas
 
Servir : où, quand, comment, pourquoi ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: ACTUALITES DIVERS :: VEILLE ACTUALITE MILITAIRE-
Sauter vers: