CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 QUELLE DÉCHÉANCE DE VOIR SES BÉDOUINS

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: QUELLE DÉCHÉANCE DE VOIR SES BÉDOUINS   Lun 11 Oct 2010 - 10:12


Par lefigaro.fr

11/10/2010 | Mise à jour : 09:02 Réactions (3)

Françoise Larribe apparaît avec les autres otages de l'Aqmi, le visage flouté. Crédits photo : GRAB/AFP
L'épouse du cadre d'Areva enlevée le mois dernier au Niger souffre d'un cancer, selon un intermédiaire, qui affirme qu'elle ne «peut plus rester longtemps sans soins».

Le sort de Françoise Larribe suscite de nombreuses inquiétudes. L'otage de l'Aqmi, enlevée au Niger le mois dernier avec son mari, un cadre d'Areva, et trois autres Français, souffre en effet d'un cancer et a besoin de traitements médicaux réguliers. «L'otage française est malade et ne peut plus rester longtemps sans soins», a ainsi déclaré dimanche un intermédiaire nigérien après avoir rencontré les ravisseurs dans le désert malien.

Les otages sont détenus dans la région de Timérine, dans le nord-est du Mali, près de la frontière algérienne. Ils ont été enlevés il y a bientôt un mois (dans la nuit du 15 au 16 septembre). Peu de temps avant d'être kidnappée, François Larribe aurait subi une chimiothérapie, a précisé l'entourage d'un médiateur malien, avant d'ajouter qu'elle méritait «un suivi». Les proches du couple Larribe avaient déjà fait part de leur inquiétude concernant Françoise qui venait de se faire soigner d'un cancer au moment de son enlèvement.

Après s'être entretenu avec les ravisseurs, l'intermédiaire nigérien a par ailleurs assuré que ces derniers étaient «ouverts à toute négociation», et qu'ils feraient «bientôt connaître leurs revendications». Le sort des otages reste toutefois «entre les mains de ‘toutes les tendances' d'Aqmi», ont-ils averti. Ils ont promis à l'intermédiaire nigérien qu'ils étaient «en vie et bien traités». Mais l'absence de prise en charge médicale de Françoise Larribe est problématique.

Michel Germmaneau n'avait pas pu être soigné
Le précédent otage français d'Aqmi enlevé au Niger, Michel Germaneau, avait lui aussi des problèmes de santé. L'humanitaire âgé de 78 ans avait déclaré dans un enregistrement audio adressé au président de la République Nicolas Sarkozy être cardiaque et ne plus avoir de médicaments pour son cœur. Les autorités françaises avaient annoncé après la mort de l'otage que toutes les tentatives de médiation médicale avec cette branche dure de l'Aqmi avaient échoué. Le corps de Michel Germaneau n'ayant pas été retrouvé, les causes précises de sa mort restent inconnues. Ses ravisseurs avaient affirmé avoir procédé à son exécution le 25 juillet en représailles à une opération militaire menée conjointement contre l'Aqmi par les forces militaires françaises et mauritaniennes en territoire malien.

Les cinq otages français seraient aux mains de la même branche de l'Aqmi, dirigée par Abou Zeid. Sur une photo diffusée le 30 septembre par les ravisseurs, l'homme, un des chefs les plus radicaux du groupe, apparaissait à visage découvert assis à côté des otages. C'est Pierre Camatte, un Français détenu pendant trois mois dans le désert malien, qui l'avait formellement identifié.


Par lefigaro.fr

QUELLE DÉCHÉANCE DE VOIR SES BÉDOUINS RECOUVERT DE LEUR TAPI N'AYANT MÊME PAS LE COURAGE DE MONTRER LEURS VISAGES, No No No
Revenir en haut Aller en bas
en archive
Expert
Expert



MessageSujet: Re: QUELLE DÉCHÉANCE DE VOIR SES BÉDOUINS   Lun 11 Oct 2010 - 10:39

Les ravisseurs se gardent toujours d'opérer à visage découvert.... Le type même de leurs actions est une preuve de lâcheté, on ne peut donc pas s'attendre à autre chose de leur part...

Espérons cependant que les ôtages actuels ne subiront pas le même sort que Michel Germmaneau !
Revenir en haut Aller en bas
 
QUELLE DÉCHÉANCE DE VOIR SES BÉDOUINS
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: ACTUALITES DIVERS :: Actualité instantanée :: Actualité qui n'a vraiment rien à voir avec les paras...!-
Sauter vers: