CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Bataillon de Corée GM100 - Cérémonie du 25 juin 2010

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Claude Millet
Fondateur
avatar


MessageSujet: Bataillon de Corée GM100 - Cérémonie du 25 juin 2010   Sam 26 Juin 2010 - 19:34

60e anniversaire du bataillon de COREE- GM100
Contrairement à ce qui était habituellement rapporté, le bataillon n'a pas été dissous après l'intervention de Corée.
Il opéra encore en Indochine, puis en Algérie où il fut dissous en1960.

Le ravivage de la flamme a eu lieu exceptionnellement à 11h00 ce vendredi 25 juin 2010




















Montage en cours voici le 1er reportage de l'ETOILE ICI

_________________

RASURA_________SER
1er RCP - 257.174

« Il n'y a pas de sens de l'Histoire, il n'y a pas de vent de l'Histoire car ce qui fait l'Histoire, selon notre conception occidentale et chrétienne qui est vérifiée par tous les faits historiques, c'est la volonté des hommes, c'est l'intelligence des hommes, ce sont leurs passions, bonnes ou mauvaises. »Colonel Bastien THIRY procès Petit Clamart
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/intelligencearmee/
Bertrand
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Bataillon de Corée GM100 - Cérémonie du 25 juin 2010   Ven 24 Sep 2010 - 0:35


"Le général de corps d’armée (4 étoiles) MONCLAR (nom de guerre) de son vrai nom Magrin Vernerey commandait la légion étrangère Pousse qui sera à l’origine du bataillon français en Corée. Le général MONCLAR se porte donc volontaire, pour le diriger, mais dut accepté d’être rétrogradé au grade de lieutenant-colonel pour la durée de la guerre. Pour cela, ayant dépassé la limite d’âge pour ce grade, le général dû avoir une dérogation ministérielle spéciale pour redevenir lieutenant-colonel !"



Revenir en haut Aller en bas
Léon C. Rochotte
enregistré
enregistré
avatar


MessageSujet: Re: Bataillon de Corée GM100 - Cérémonie du 25 juin 2010   Mar 9 Nov 2010 - 16:23

Le Bataillon de Corée

En effet, cher Claude, le Bataillon Français de l'ONU (BFONU) n'a pas disparu avec l'armistice du 23 juillet 1953.
Il fut en effet dirigé ensuite vers l'Indochine où il fit partie du Groupement Mobile N° 100 construit sur le modèle des Regimental Combat Teams américain.
Rebaptisé Régiment de Corée, il frisa l'extinction à la Bataille d'Ankhé et dans les combats suivants.
Il fut ensuite en Algérie jusqu'à l'armistice mais c'est au camp de Sisonne qu'il fut dissous en 1962.

Ci-dessous, petit historique de cette valeureuse unité.

Le BATAILLON FRANÇAIS de CORÉE
APERÇU HISTORIQUE de la PARTICIPATION FRANÇAISE aux COMBATS TERRESTRES

Par Gérard JOURNET, Président Délègation Est de l' A.N.A.F.F. ONU-R.C.
Membre du Conseil National et du Comité Directeur
(Extraits d'allocution du 6 Mai 1993 à COLMAR, à l'occasion du 40ème anniversaire de la fin des hostilités en Corée)
Et Léon C. ROCHOTTE, ancien représentant Marine au Conseil National de l'A.N.A F.F. ONU&R.C.


La guerre froide est à son paroxysme quand le 25 Juin 1950 les troupes de la Corée du Nord envahissent la Corée du Sud en franchissant le 38ème parallèle.

Le 22 Juillet 1950 , au titre des Nations Unies, la FRANCE décide de l'envoi de l'escorteur "LA GRANDIÈRE" F731 qui participera notamment au débarquement d'Inchon le 15 septembre 1950, fait d'armes décisif des Forces de l'ONU sous le commandement du Général Douglas Mac ARTHUR.

Le 25 Août, la création d'un bataillon formé de volontaires venus de la métropole et de l'Union Française, de toutes les armes et services, active et réserve, est décidée. Il sera constamment entretenu par des renforts qui ont comblé ses lourdes pertes. Il portera le nom de "BATAILLON FRANÇAIS de l' O.N.U." Son rôle sera d'affirmer la présence Française aux côtés des vingt et une autres Nations engagées pour résister à la violation des principes de liberté par la Corée du Nord.
La mission du Bataillon Français s'est effectuée sur le front de Novembre 1950, jusqu'à l'armistice de Juillet 1953, d'abord sous le commandement du Lieutenant Colonel MONCLAR (Note: le Génèral de Corps d'Armée Ralph MONCLAR avait abandonné ses "quatre étoiles" pour revendiquer l'honneur de conduire le Bataillon, qui, d'ailleurs, fût baptisé de son nom par les premiers Vétèrans en témoignage d'une dévotion intense), ensuite sous le commandement du Lt. Colonel LE MIRE commandant le premier bataillon, puis des Lt. Colonels BOREIL et DE GERMINY.
Le 29 Novembre, le Bataillon débarque à FUSAN. Affecté pendant toute la campagne au 23ème Régiment d'Infanterie de la 2ème Division U.S. (Second Division, "Indian Head", dont la fière devise est : "Second to none"...), 23rd RIUS, afin de freiner l'avance de l'armée chinoise, le BF/ONU (Bataillon Français de l'ONU), mal équipé contre le froid et devant affronter des températures allant jusqu'à moins quarante degrés, fût engagé dès Janvier 1951 dans une guerre de mouvements dans un pays au relief très accidenté. Composé de volontaires aguerris, le BF était toujours engagé aux avants postes préfèrentiellement aux autres composantes du régiment. Une compagnie de soldats Sud-Coréens (KATUSA s) lui fût affectée pour complèter ses effectifs.

- Ses principaux combats:

En Fèvrier, encerclé à TWIN TUNNEL et à CHIPYONG NI, en plein territoire ennemi, le 23ème se dégage et tient tête, seul, à la 125ème Division Chinoise tout entière. En Mars, il est à l'assaut de la cote 1037. Il intervient au mois de Mai à PUTCHAETUL afin d'enrayer l'offensive chinoise de printemps. À partir de Juin 1951, suite à l'ouverture des pourpalers de KAESON, la guerre de mouvement fit place à une guerre de stabilisation progressive pour s'installer sur une guerre de positions.
De Septembre à Octobre 1951, pour le BF/ONU les opèrations culminent en violence, en particulier dans l'enlèvement de la cote 931. Ce combat excessivement meurtrier restera dans l'histoire sous l'appellation de "CRÈVE CŒUR" (HEARTBREAK RIDGE). Puis, le Bataillon a continué de prendre part à toutes les actions menées par la Second Division US, du TRIANGLE DE FER au secteur de CHUNGASAN et a, entre autres faits d'armes, brisé au FER DE LANCE en Octobre 1951 à la cote 281, une attaque chinoise désespèrée appuyée par une formidable artillerie. Vingt cinq mille impacts ont été dénombrés en 24 heures sur les seules positions du bataillon.

Les pertes du Bataillon durant la campagne de Corée ont été très élevées:
In Memoriam

Effectif initial : 1.017 (Au total ce fût plus de 4.500 militaires qui se succédèrent en Corée, compte tenu des pertes et des relèves)

Tués: 287 (dont 18 Coréens)
Blessés: 1.350
Disparus: 7
Prisonniers: 12

- Distinctions:

Par la FRANCE: 4 citations à l'ordre de l'Armée
Par les U.S.A. : 3 citations Présidentielles
Par la R.O.K. (Republic Of Korea): 2 citations Présidentielles

À titre individuel, ont été décernés:

Dans l'ordre de la Légion d'Honneur: 1 titre de Commandeur
7 titres d'Officier
20 titres de Chevalier

Dans l'ordre de la Médaille Militaire: 193 attributions

Citations au titre des T.O.E. : 2.898 citations


- Indochine
Début Novembre 1953: Le BF/ONU débarque en INDOCHINE pour former le "RÉGIMENT DE CORÉE" où il sera dédoublé pour servir d'ossature à ce qui devient le GROUPEMENT MOBILE N° 100 (GM 100) qui s'illustrera jusqu'à sa dissolution le 1er Septembre 1954 après une conduite exemplaire et des sacrifices incommensurables dans des combats désespèrés. Reconstitué après des pertes épouvantables, le Régiment reprend le titre de BATAILLON DE CORÉE et embarque le 17 Juillet 1955 à SAÏGON à destination de l'Algèrie.

- Algèrie
Le 10 Août 1955 le Bataillon débarque à ALGER. Il participera activement aux opérations de maintien de l'ordre. Devenu par changement de structure "156ème R.I. - Régiment de Corée" il fera mouvement vers la Métropole fin 1962 au camp de Sisonne où il sera définitivement dissous.

______________________

La fin du BATAILLON de CORÉE en 1962 fût aussi soudaine que sa création 12 années plus tôt pour une participation Française à la défense de la Liberté des Peuples à l'appel de l'O.N.U. dans le concert de 23 Nations Libres et Démocratiques.
Mais son SOUVENIR, la MÉMOIRE et le SACRIFICE de ses valeureux Combattants, se perpètuent à travers ses Associations de Vétèrans.

Plusieurs Promotions d'Écoles Militaires prestigieuses immortaliseront sa Mémoire:

SAINT CYR: Promotion "GÉNÉRAL MONCLAR"
E.M.I.A. : Promotion "BATAILLON de CORÉE"
E.M.I.A. : Promotion "CAPITAINE BARRES"

Le 27 Juillet 1995, une délègation de seize Vétèrans de Corée conduite par le Président National Charles De GUINE a représenté les Forces Françaises de l'O.N.U. en Corée à l'inauguration solennelle du Mémorial dédié aux Combattants de la guerre de Corée à WASHINGTON (DC) THE KOREAN WAR VETERANS MEMORIAL. Le Président CLINTON, dans son allocution, salua le courage et le sacrifice du million et demi ...

...de Fils et de Filles en uniforme qui répondirent
sans hésitation à l'appel de leur(s) Patrie(s)
pour voler au secours d'un Pays qu'ils ne connaissaient même pas
et défendre au prix de terribles souffrances
un Peuple qu'ils n'avaient jamais rencontré...

FREEDOM IS NOT FREE
La Liberté a un prix

Par cette initiative, cette "Forgotten War", occultée un moment dans l'opinion de nos Amis Américains par les évènements du Viet Nam, ne sera plus jamais oubliée
FORGOTTEN NO MORE
N'oublions plus jamais
Revenir en haut Aller en bas
http://assoc.orange.fr/france-coree/eurokorvet/eurokorvet.htm
Léon C. Rochotte
enregistré
enregistré
avatar


MessageSujet: Re: Bataillon de Corée GM100 - Cérémonie du 25 juin 2010   Mar 9 Nov 2010 - 16:53

SOIXANTENAIRE de la GUERRE de CORÉE

Soixantenaire : début de la guerre de Corée...


15 septembre 1950 - débarquement d'Inchon, Corée du Sud.

Depuis trois jours, une puissante Force amphibie, principalement américaine et anglaise du Commonwealth, composée de 240 navires de guerre, appareillée du Japon pour l'essentiel, fait route vers les passes d'Incheon, en Corée, après avoir affronté en mer le typhon "Kexia"... Le bombardement naval ne cesse de croître en intensité et l'aviation pilonne sans arrêt ses objectifs...
C'est l'opération "chromite" décidée par le commandant en chef des Forces de la toute jeune ONU, le Général Douglas Mac Arthur qui va renverser le sort des armes sur ce sud de la péninsule envahie par les Forces communistes du Nord appuyées par leurs alliés chinois. La partie paraissait alors désespèrée pour les Forces terrestres Sud-coréennes et de l'ONU, acculées dans un périmètre de 50 kilomètres autour de Busan, ce grand port coréen sur le détroit de Tsushima. L'objectif, d'une grande hardiesse, était de couper en leur milieu, les lignes de communication de l'ennemi, largement distendues du fait de son avance rapide vers le Sud...
"Chromite" fut donc le fait d'armes décisif des troupes des Nations Unies qui a marqué le tournant de cette guerre fratricide déclenchée le 25 juin précédent et qui durera trois ans, mettant aux prises cinq millions de combattants et faisant deux millions et de morts principalement civils...

- Guerre de Corée, "La guerre oubliée... The forgotten war..."

Répondant à l'appel du Conseil de Sécurité de l'ONU, seize nations libres et démocratiques y envoyèrent des contingents militaires...
Parmi elles, la France qui ne pouvait fournir qu'une faible participation du fait de son engagement en Indochine contre le même ennemi, le communisme international. Elle enverra de France un bataillon de volontaires, le Bataillon Français de l'ONU, qui sera intégré au 23ème régiment d'infanterie de la fameuse Second "Indianhead" Infantry Division US, division américaine fondée en France, à Bourmont dans la Marne en 1917. Tout un symbole.
Et à Inchon, la participation navale française fut un bâtiment de guerre prélevé sur les Forces maritimes d'Extrême-Orient, l'aviso La Grandière F731, une frégate, intègrée pour l'opération au Fourth frigates squadron (F4), Commonwealth, dont le commandement était britannique... Nos marins faisaient grise mine (Trafalgar, Mers el Kébir...) mais c'était pour la bonne cause et les équipages anglais, canadiens, néo-zélandais, australiens, américains et français n'ont pas tardé à fraterniser dans le combat comme au port.



- À propos du nom "La Grandière" , un peu d'histoire:

Ce fut presque jour pour jour qu'en septembre 1866 la Marine de Napoléon III (1) montait une expédition punitive, placée sous les ordres du contre-amiral Pierre-Gustave Roze, contre le Régent du Royaume coréen, Daewongun, coupable d'avoir fait massacrer quelques uns de nos ressortissants, missionnaires catholiques, et un grand nombre de leurs ouailles locales. C'était la première fois dans l'Histoire qu'une nation occidentale se livrait à une action militaire contre la Corée.
Est-ce un hasard? Le nom porté par le navire français d'Inchon était celui de l'amiral Pierre-Paul de La Grandière, qui se distingua par ses grandes qualités d'administrateur parmi tous les amiraux-gouverneurs qui se succédèrent en Cochinchine au XIXème siècle, commandant à l'époque les Forces maritimes impériales à Saïgon, et qui géra avec une grande prudence l'expédition de Roze dont il était le supérieur.
Or c'est au cours de ladite expédition que les marins français saisirent dans la forteresse coréenne de Kanghwa un important butin constitué d'armes, de lingots d'or et d'argent et surtout d'une quantité de précieux rouleaux de peintures et d'ouvrages anciens appartenant aux archives du royaume coréen... Ces documents furent déposés à la Bibliothèque Nationale et font donc, depuis, de par la loi française, partie du patrimoine national inaliénable, ce qui empoisonne toujours à notre époque, les relations diplomatiques entre nos deux pays, les représentants de Corée du Sud ne manquant pas depuis quelques dizaines d'années de réclamer à toute occasion le retour de ces archives royales dans leur pays...
Des négociations serrées sont toujours en cours et le ton est parfois acerbe malgré l'amitié qui unit nos deux peuples.
Quoiqu'il en soit il convient de mettre au crédit du contre-amiral Roze de la Marine Impériale le fait que ces marins, cultivés et hautement respectueux (2), ont probablement opéré le sauvetage et assuré la conservation des précieux documents, car la forteresse de Kanghwa, reconstruite par les Coréens, fut à nouveau rasée lors d'une expédition de représailles américaine en 1871. En tout état de cause, ils n'auraient certainement pas échappé aux exactions des troupes japonaises en 1910, année de l'annexion de la Corée par le Japon, suivie d'une colonisation brutale qui dura jusqu'en 1945, l'occupant s'employant pendant 35 ans à effacer soigneusement toute trace de l'identité nationale coréenne...

Léon C. Rochotte,
Ingénieur retraité de la métallurgie
French Kor and Nam Vet Navy - Ancien de l'aviso La Grandière, 1950

(Remarque: le doyen de nos vétérans de la campagne de Corée de l'aviso La Grandière est le contre-amiral Louis Tailhades, un ami cher, alors lieutenant de vaisseau, 91 ans, bon pied, bon œil)

(1) "Napoléon III incarne le XIXe siècle français aussi puissamment que Louis XIV le Grand Siècle"
(Pierre Milza, historien)

(2) Roze avait en particulier à son bord un jeune enseigne de vaisseau, Henri Zuber, cartographe et peintre de talent, qui "de retour en France en 1868 démissionnera de la Marine et entre dans l'atelier du peintre Gleyre embrassant définitivement la carrière de peintre et, accessoirement celle d'illustrateur. Il est admis au Salon des artistes français en 1869. C'est en 1873 qu'il fera la narration de sa participation à l'expédition en Corée du contre-amiral Roze en 1866 dans le journal Le Tour du monde illustré de la maison Hachette, célèbre périodique consacré aux voyages et découvertes. Zuber est le premier auteur français à livrer sur le pays un texte accompagné d'images réalisées in situ et d'après nature. Plus qu'à la description de l'action militaire à laquelle il est intimement mêlé, il donne la première place aux Coréens du peuple, si déférents, cultivés et si chaleureusement hospitaliers, aux lettrés, aux magnifiques paysages bien entendu. Au passage, en bon occidental nourri des principes égalitaires du christianisme, il juge sévèrement la hiérarchie sociale qui caractérise leur culture confucéenne et qui bloque leur société comme en Chine, la véritable tyrannie que semble exercer le régent Taewon'gun (ou Heungseon Daewongun) et son gouvernement farouchement xénophobe auquel Roze a reçu mission de demander des comptes. Textes et illustrations, d'une grande finesse, feront l'objet d'une diffusion importante et inspireront, pas toujours heureusement, nombre d'extrême-orientalistes français de l'époque.'(Wikipédia).
On est loin des pilleurs barbares présentés par certains auteurs...

En savoir plus :

NETMARINE : http://www.netmarine.net/forces/operatio/coree/mines01.htm
WIKIPÉDIA : http://fr.wikipedia.org/wiki/Expédition_en_Corée_du_contre-amiral_Roze
Revenir en haut Aller en bas
http://assoc.orange.fr/france-coree/eurokorvet/eurokorvet.htm
Bertrand
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Bataillon de Corée GM100 - Cérémonie du 25 juin 2010   Mar 23 Nov 2010 - 2:10


La tradition veut que la couleur noire de fond et la tête d'indien forment les deux races dominantes de la division d'origine en 1917. En 1918, un conducteur de la 2ID aurait peint ce dessin sur les portes de son véhicule. Et le commandant de division, après l'avoir remarqué, l'aurait adopté comme insigne d'unité officiel.
A l'origine la couleur du fond changeait en fonction des unités et des services, le vert pour l'intendance, le noir pour le QG, le pourpre pour les sections de mitrailleuses etc. Ce n'est qu'après la Grande Guerre que l'insigne prit ses couleurs et formes définitives et devint le badge d'épaule officiel de la 2ID: une étoile à cinq branches sur fond noir, les pointes se trouvant dans une circonférence d'un cercle imaginaire d'un diamètre de 3½ pouces. En profil, la tête d'indien avec coiffe guerrière, visage rouge, bonnet bleu, extrémités des plumes en bleu. L'étoile est sur imprimée sur un écu de dimension telle que les pointes de l'étoile soient à 1/8ème de pouce du périmètre. Les couleurs (rouge, blanche et bleue) servant d'identification à la division et de son équipement en France durant le conflit, ont été choisies par le commandement de la division comme coloris pour l'insigne. L'étoile et la tête d'indien indiquent l'origine américaine de la division.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bataillon de Corée GM100 - Cérémonie du 25 juin 2010   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bataillon de Corée GM100 - Cérémonie du 25 juin 2010
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: NOS GUERRES COMPTEMPORAINES et les OPEX :: GUERRE DE COREE - 1950-1953-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: