CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Bigeard Marcel général - Décès du général Marcel Bigeard....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Rasura
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Bigeard Marcel général - Décès du général Marcel Bigeard....   Dim 20 Juin 2010 - 19:14

J'ai lu .. A lire aussi,
fier d'être Français par Max Gallo .dans la même direction .






Extrait de « Adieu ma France », du général
Bigeard


(Editions du
Rocher
Constitution européenne)




Ce texte, j’ai voté contre, parce qu’à mes yeux il ne
répond pas à l’attente des citoyens de l’Union européenne. Je revois Chirac et
Schröder, se tenant la main, se congratulant d’être les leaders de l’Europe. Or
la France et l’Allemagne étaient malades. L’association de deux malades n’a
jamais donné la santé !

Turquie
Pour moi, la Turquie
est le prochain enjeu majeur de l’islamisme. La Turquie est une puissance en
partie européenne, qui souhaite s’intégrer très rapidement à la construction
politique qui lie vingt cinq États du Vieux Continent.

La Turquie, le rêve
inespéré de tout islamiste. À contaminer de toute urgence ! Les grandes
manœuvres ont d’ailleurs déjà commencé. On le sait, le parti au pouvoir à Ankara
se définit comme « islamiste modéré ». Je ne vois pas très bien en quoi consiste
un islamisme qui serait « modéré », mais enfin passons.

La Turquie, c’est le
cheval de Troie du fondamentalisme pour tenir l’Europe sous sa coupe, pour faire
peser sur notre continent une épée de Damoclès tellement efficace que les
Européens préféreront une assimilation, lente et sournoise, à un combat qui ne
semble plus à leur hauteur. Voilà pourquoi je m’oppose résolument, totalement,
absolument à l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne et même à
l’ouverture de négociations allant dans ce
sens.

Parlons en, des
« négociations » !

J’aimerais que l’on m’explique comment
« négocier » avec un pays qui se refuse à reconnaître officiellement l’un des
États membres de l’organisation dans laquelle il aspire à entrer. Je veux parler
de Chypre, bien évidemment. Comment négocier avec un État qui se refuse tout
aussi obstinément à reconnaître ses responsabilités dans le génocide qui décima
les Arméniens en 1915 ? Et comment négocier avec un pays qui, le plus
officiellement du monde, déclare qu’il entend rejeter l’héritage laïc d’Atatürk,
le fondateur de la Turquie moderne, pour lui substituer une constitution
fondamentaliste ? Quand on me dit que la Turquie est « mûre » pour rejoindre
l’Europe, cela me fait bondir.

L’Europe, je le crains, paiera très cher
son aveuglement. Il est temps, grand temps d’arrêter de jouer avec le feu. Et
plus largement, prenons toutes les mesures d’urgence pour arrêter ce cancer de
l’islamisme qui gangrène le monde.

Islamisme
Oui c’est sérieux !
Très sérieux même, car le voile n’est qu’une étape, la première, pour imposer à
la France, comme à tous les pays occidentaux, des conceptions qui sont
radicalement étrangères à notre identité, à notre histoire et à notre
culture.

On commence par le voile puis on risque de finir par
accepter que certaines femmes adultères soient lapidées. À ce rythme on tolérera
un jour la polygamie et, pourquoi pas, l’excision ! Eh bien, je prends le pari
qu’en France, d’ici quelques années, les idolâtres du politiquement correct
feront passer pour un acte de racisme insupportable le fait de refuser à des
musulmans français ou vivant en France de s’adresser à des tribunaux religieux,
appliquant un droit à la fois moyenâgeux et
inhumain.

Immigration
Si un immigré a,
bien entendu, des droits, il a aussi des devoirs et l’immigré qui ne veut pas
s’intégrer à la culture de son pays d’accueil ne fait que scier la branche sur
laquelle, pourtant, il veut s’asseoir. Je reviens sur ma consternation le soir
du deuxième tour de l’élection présidentielle de 2002, lorsque j’ai vu une
cohorte de jeunes des banlieues, issus de l’immigration maghrébine, brandir et
agiter fièrement, place de la République, devant le couple Chirac, des drapeaux
algérien et marocain.

Je reviens sur cet événement car cette image, en quelque
sorte, résume tout. L’oubli du patriotisme et la disparition de l’identité
française. Le danger que fait peser sur l’avenir de notre pays le refus de
s’intégrer de millions d’immigrés, ou de leur progéniture. La perte de prestige
moral d’une fonction dont le titulaire devrait pourtant être au dessus de tout
soupçon. Et aussi, bien sûr, la confusion des valeurs dans un pays qui va à vau
l’eau, que plus rien ne structure de manière cohérente, qui semble ne plus avoir
d’avenir en tant que nation.

Je reviens également sur l’ascendant que
prend, chaque jour un peu plus, l’islam dans notre pays, mais surtout
l’islamisme. Qui aurait pu prévoir cela dans ma jeunesse ? Qui aurait imaginé le
bouleversement de notre nation ? La nation est, pour moi, une idée essentielle,
fondatrice dans la vie en commun d’un pays. On bâtit un État à partir d’un
sentiment national, partagé par les habitants du pays
considéré.

Terrorisme islamiste
Arrêtons-nous encore
sur le problème du terrorisme islamiste : L’Europe, l’Europe des 25, croit être
une forteresse imprenable, tellement bien défendue qu’aucun danger ne peut la
menacer. Elle est fière de sa puissance économique, de sa richesse, du niveau de
vie de ses habitants, de ses institutions politiques, des démocraties qui
fonctionnent plutôt bien, même si évidemment beaucoup de choses sont
perfectibles.

Eh bien l’Europe, ce colosse aux pieds d’argile, ce
« tigre de papier » comme diraient les Chinois, se trompe. Elle est en guerre,
déjà, mais elle ne veut pas le voir, elle ne veut pas le savoir. Elle se croit
protégée, prémunie contre toute attaque et refuse de se confronter à la réalité
des faits.

Or cette réalité, c’est qu’elle est encerclée,
infiltrée. Une guerre sournoise de subversion souterraine s’insinue un peu plus
chaque jour. Pour ne pas en être conscient, il faudrait être aveugle ou stupide.
Faut-il rappeler le nombre de réseaux islamistes qui trouvent en Europe des
bases arrière accueillantes et complaisantes ? J’en ai déjà parlé dans certains
chapitres précédents. Et si j’aborde à nouveau ce thème en fin de livre, c’est
pour bien insister sur l’ampleur de ce danger car j’ai souvent l’impression que
les Français ne veulent pas y prêter attention. Un peu la politique de
l’autruche : on ne veut pas regarder en face, la menace qui
plane.

Repentance
La France est la
risée du monde entier. Et parmi nos attitudes, pour le moins discutables, parmi
les nombreuses « repentances », comme on jargonne aujourd’hui, la plus récente
vaut le détour.

C’était à Madagascar, un pays que je connais bien pour y
avoir vécu lorsque je commandais les forces françaises de l’océan Indien. En
visite officielle dans ce pays, en juillet 2005, Chirac a présenté les excuses
de la France pour la répression musclée de l’insurrection de 1947, répression
que je me refuse à qualifier de « massacres ». Cela donnait, dans le texte :
« Il faut évoquer les pages sombres de notre histoire commune et avoir
conscience du caractère inacceptable des répressions engendrées par les dérives
du système colonial. »

Mais pourquoi aller se coucher comme ça,
alors que tout le monde sait qu’il s’agissait d’une autre époque ? Pourquoi
éprouver le besoin de se repentir, quand les autres ne le font pas, quand les
autres, de plus, ne l’exigent pas et comprennent mieux la situation que nous ne
la comprenons nous mêmes ?

La réponse du président malgache
Ravalomanana en est la meilleure preuve : « C’est du passé. Je suis né en 1949,
et non en 1947. Je pense à l’avenir. Ce n’est pas une source de blocage pour
travailler ensemble. » (...)

Réagir
Alors, la France est
elle prête à l’affrontement ?

J’ai bien peur que
non. Et cela pour plusieurs raisons. La toute première, c’est que la France
n’est plus une société homogène et structurée. Le corps social du pays n’est
plus sain. Qu’est ce qu’un corps social sain ? Une population qui sait conserver
la mémoire du passé et des combats collectifs qui ont été menés. Ce n’est plus
le cas de notre pays. La transmission ne se fait plus et les commémorations les
plus solennelles font plutôt rire qu’autre chose.

Qu’il s’agisse de la
fête nationale, le 14 Juillet, ou du souvenir des deux guerres mondiales, le 11
novembre et le 8 mai, de la guerre d’Indochine, ou de celle d’Algérie, de moins
en moins de Français se sentent concernés.

Je souhaite vivre
encore dans une société française fière de ses racines et de sa spécificité. Et
ce n’est pas une question de couleur de peau. C’est une question d’état
d’esprit, d’attitude. Aujourd’hui, défendre l’identité française vous fait
souvent suspecter d’être un suppôt du Front national, ce qui n’est absolument
pas le cas en ce qui me concerne. J’ai du respect pour un Le Pen, tout comme
pour Arlette Laguiller parce que tous deux sont adeptes de ma devise « Être et
durer » !

La seule protection réellement efficace qui vaille,
c’est de sortir la France de son inertie, de sa surdité et de son
aveuglement.

Je ne cesse de l’écrire tout au long de ces pages, la
France est entrée dans un processus de déliquescence. J’ai l’impression tenace
que, si le cours des choses ne change pas radicalement, le pays va à sa perte.
Qu’il est en voie de désagrégation et que ce n’est pas son identité seule qui
est menacée, mais bel et bien jusqu’à son existence. Et je le répète, sans
craindre de lasser le lecteur, la France va traverser une crise très profonde, à
la fois politique, économique et surtout,
morale.

C’est donc à un réarmement moral du pays que je veux
appeler en rédigeant ces pages, afin de conjurer la menace qui risque de nous
engloutir corps et biens. Je pourrais, sur les affaires, rédiger des livres
entiers. Mais en résumé, que faut il retenir de ce constat ? Tout simplement
que, pour sortir la France de sa torpeur, l’une des toutes premières conditions
est de restaurer la morale publique dans le
pays.

Mo rale publique sans laquelle rien ne
peut être fait de durable, car les Français n’ont plus confiance dans les hommes
qui les gouvernent actuellement. Ils les prennent pour des margoulins et croient
que ces responsables politiques pensent d’abord à eux, avant de se soucier du
bien commun et du sort de leurs concitoyens.
Nos dirigeants doivent être des gens
propres, irréprochables, ce ne sera qu’à cette seule condition qu’on pourra au
moins les écouter et les prendre au sérieux.

La démission est
allée trop loin, dans tous les domaines, pour que la France n’ait pas besoin
d’un choc salvateur, susceptible de lui permettre de retrouver sa vraie
vocation.




« Nous sommes dans la merde, mais ce n’est pas une
raison pour la remuer. » [ Marcel Bigeard ]

Bigeard toujours ...
A lire absolument :

J’ai mal à la France







Revenir en haut Aller en bas
para9170
enregistré
enregistré
avatar


MessageSujet: Re: Bigeard Marcel général - Décès du général Marcel Bigeard....   Dim 20 Juin 2010 - 19:44

Une page de l'histoire de la France vient de se tourner...
La France perd un grand Homme!

mes devoirs mon Général!
Revenir en haut Aller en bas
Bertrand
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Bigeard Marcel général - Décès du général Marcel Bigeard....   Lun 21 Juin 2010 - 9:10

Hommage aux chevaliers paras de
DIÊN-BIÊN-PHU
"Extrait de <la Guerre d'Indochine 1945-1954> Par Philippe Héduy"

Citation du Général Bigeard







A cette époque où, selon mon indicatif radio, je devenais Bruno, je ne savais pas encore que nous vivions les plus belles années de notre vie. Les plus belles parce que les plus dures. Elles étaient aussi les années les plus amicales, les plus orgueilleuses, et les plus solitaires :

Les plus amicales parce que nous étions, à la vie, à la mort, entre camarades ;

Les plus orgueilleuses parce que jamais autant nous n'aurions la fierté de notre tenue et de notre uniforme.

Les plus solitaires enfin, parce que nous menions en des terres lointaines un combat d'idéal, aussi ignoré de la métropole que celui des Croisés de la première croisade, il y a neuf cents ans, quand le moine Bruno, mon saint patron à la guerre, fondait l'ordre des Chartreux.

Oui, les camarades parachutistes, les solitaires parachutistes, les orgueilleux parachutistes étaient alors portés par un destin semblable à celui des Croisés ou à celui des moines, des moines guerriers, des Templiers.

Et j'imagine que, nonobstant l'armure, les chevaliers du Temple n'auraient pas été mécontents de sauter sur Jérusalem en arrivant du ciel, comme nous allions le faire tant de fois, de la RC 4 à la Plaine des Joncs, et de la Rue sans Joie à Ðiên-Biên-Phu.

Je crois que c'est en effet l'esprit - du moins un certain esprit, une certaine idée de nous-mêmes - qui nous permettait de nous manifester ainsi, au plus fort des combats. On sait contre quoi, contre qui nous combattions : Contre un monde opposé à celui de l'esprit. Et puis, il y avait en nous autant de secrète vigueur de venir au feu en tombant du ciel qu'en parcourant des lieues à travers la jungle, la rizière ou la montagne. L'esprit nous animait.

L'esprit, d'abord, du dépassement de soi. J'ai vu combien de garçons de vingt ans, ou même de trente, s'agripper à la carlingue et sauter dans l'inconnu mortel alors que, deux ou trois heures auparavant, ils se trouvaient encore à Hanoï dans l'insouciance ou les plaisirs de quelque lieu de détente ! Et j'en ai vu combien marcher sur la piste jusqu'à l'épuisement ou courir à l'assaut jusqu'à la chute ! Je le dis : une telle vigueur physique n'est pas possible sans une ardeur morale. Jogging, certes, mais jogging avant tout du caractère et du courage.

Aller ainsi jusqu'au bout de soi, cela s'appelle l'abnégation, cela s'appelle l'esprit de sacrifice, et cela signifie que l'on défie la mort en combat singulier, la mort qui est autour de nous tous. Je les salue, mes camarades parachutistes qui l'ont rencontrée sans peur. Leur mort est à jamais notre mérite.

L'esprit d'équipe ensuite, l'esprit de camaraderie. On dira peut-être esprit de caste, de clan, de corps. Soit, si cela veut dire que l'on a la volonté d'être les meilleurs et que cela ne vous est pas donné par quelque grâce d'état ou d'uniforme.

Oui, nous osions espérer être les meilleurs, mais les meilleurs parmi nos égaux, nos frères d'arme. Et, s'il y a caste du combat, clan de guerriers, si le parachutiste veut encore être aujourd'hui ce primus inter pares, c'est surtout à l'Indochine que nous le devons. Après la Bretagne ou la Hollande, avant Suez ou Timimoun, et aussi avant Kolwezi, il y eut l'Indochine : That Khé, Tu Lé ou Ðiên-biên-phu furent les creusets où se forgèrent l'esprit, la geste et la chevalerie parachutistes.

Esprit français enfin. Cet esprit para qui devait jaillir du ciel d'Indochine, comme une corolle, a-t-on remarqué qu'il était particulièrement représentatif de ce que le soldat français a toujours eu de meilleur en comparaison de tous les autres ?

L'astuce et la fougue, l'audace et la furia francese, l'intelligence du combat, le sens du terrain, le flair du danger, le goût de la manœuvre, la souplesse de l'approche, tout cela qui rend le parachutiste français le plus para des aéroportés, là aussi ce primus inter pares parmi nos camarades du monde entier, tout cela naquit de la guerre d'Indochine.

J'ai souvent dit ou écrit, il faut "être et durer" ou encore " faire un pas... encore un pas " et savoir repartir à zéro.

Le vieux soldat que je suis devenu essaie de continuer à servir en puisant certes dans son passé, mais en ayant le regard fixé sur ce que pourrait être demain, et où là comme ailleurs les paras qui furent toute ma vie sauront défendre une liberté qui n'a pas de prix

Revenir en haut Aller en bas
ricky918
Invité



MessageSujet: adieu bruno   Lun 21 Juin 2010 - 11:05

la boutique 11e dp perd son plus valeureux soldat au revoir mon general bonjour a sentenac jeanpierre et tous les autre
Revenir en haut Aller en bas
Bertrand
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Bigeard Marcel général - Décès du général Marcel Bigeard....   Lun 21 Juin 2010 - 11:30

Commandant du 6ème bataillon de parachutistes coloniaux, le lieutenant-colonel Bigeard avait été parachuté deux fois sur Dien Bien Phu, encerclé par le Viet-Minh, où il avait résisté jusqu'à la chute du camp retranché, le 7 mai 1954.





Revenir en haut Aller en bas
Javelin
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Bigeard Marcel général - Décès du général Marcel Bigeard....   Lun 21 Juin 2010 - 18:48

Je suis encore au sein des forces , tout est fait pour minimiser l'effet Bigeard.... Toujours pas de drapeau en berne , Képi et non béret rouge en TDF pour demain, pas un mot à la soirée des partants vendredi dernier.... et les fels se défoulent sur You tube et Face book....
Revenir en haut Aller en bas
ParaTDM
enregistré
enregistré
avatar


MessageSujet: Re: Bigeard Marcel général - Décès du général Marcel Bigeard....   Lun 21 Juin 2010 - 20:06

on le voit de part les médias qui n'en parle pas.
On préfère parler des conneries de coupes du monde que du Général BIGEARD qui a su, lui, comparé aux "bleus", représenter la France dans toute son image.
Il a su "Etre et Durer" dans tous les combats, lui !!!!!

Merci aux médias de remédier à la chose...
Revenir en haut Aller en bas
http://3rpima.forumactif.org
marjadou
enregistré
enregistré
avatar


MessageSujet: Re: Bigeard Marcel général - Décès du général Marcel Bigeard....   Lun 21 Juin 2010 - 20:16

UN RENVOI de Schilling


Date : 18/06/2010 21:38:24
Sujet : Bigeard "controversé" par Claire Chazal

Entendu à l'instant, ce 18 juin 2010, de la bouche de Claire Chazal sur FR2 (informations de 20 heures), en guise d'épitaphe, annonçant le décès du Général Bigeard:"Marcel Bigeard, figure controversée de la guerre d'Algérie"!

Voici en quels termes cette péronnelle présente un homme qui, entré dans l'armée comme homme de troupe,
fit la campagne de France (celle de la défaite), s'évada de captivité, rejoignit les forces françaises combattantes pour faire la deuxième campagne de France (celle de la victoire des alliés), enchaîna avec la guerre d'Indochine, la bataille de Dien Bien Phu et les camps Vietminh dont il ne sortit que pour reprendre le combat en Algérie.
Partisan de l'Algérie française (ce qui est la moindre des choses pour un commandant d'unité parachutiste dont c'était précisément la tâche de la défendre), éloigné d'Algérie pour cette raison, il ne participa pas aux barouds d'honneur qui conduisirent nombre de ses frères d'armes devant la "justice" et dans les geôles de la république. Il fut secrétaire d'Etat à la Défense sous Chirac, héritier du gaullisme, si c'est une référence!

Voilà l'homme que Claire Chazal, ce 18 juin 2010, juge "controversé", en pleine controverse précisément sur la guerre d'Algérie, déclenchée par Bouteflika qui parle de nous traîner devant un tribunal international pour "crimes contre l'humanité". Il aura un argument de plus, recueilli à l'antenne d'une chaîne d'information française!

Cette attitude, de la part d'une porte-parole éminente de la presse télévisée, est insupportable. Nous attendons les protestations des associations patriotiques et les mesures que pourraient prendre le ministre de la défense, ou celui des anciens combattants, si les cérémonies commémoratives du 18 juin 40 leur en laissent le temps...

R.S.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.indochine.souvenir.com
Michel CAVET
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Bigeard Marcel général - Décès du général Marcel Bigeard....   Mar 22 Juin 2010 - 9:43

Claire Chazal, fait comme tous les baveux, bave, ce sont des bêtes malfaisantes, il suffit de faire le tour de la presse, lire les commentaire, au milieu d'une foule de témoignages élogieux, il est certaines allusions formulées insultantes sur Marcel Bigeard, c'est honteux, aucun respect.

Par contre une chose à remarquer :, en consultant les pages et réaction vietnamiennes, malgré des traductions pas très bonnes, on peut lire, d'une part que les vietnamiens ne trouvent pas anormal que le Général ait voulu que ses cendres larguées sur Dien Bien Phu, aucune animosité de ce peuple ne ressurgit, au contraire, on ressent un respect certain pour le Général Bigeard, la France, et ses ressortissants.
Aussi les soit disant français qui formulent des commentaires sur des choses qu'ils n'ont pas vécues feraient bien mieux de vérifier leurs sources. Ils auraient de grosses surprises.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.papysauvage.fr/index.html
Claude Millet
Fondateur
avatar


MessageSujet: il mettrait la branlée à n'importe quelle unité de professionnels...   Mer 23 Juin 2010 - 16:57

UN RENVOI de notre camarade "Brigitte"

Le Général, qui avait au cours de sa carrière commandé aussi bien des soldats de métier que des appelés, avait dit, au cours d'une réunion de la Commission de Défense nationale tenue dans une salle du sous-sol du Palais Bourbon, (et au moment où se décidait le sort de la Conscription) et avec son légendaire franc - parler,"qu'avec une troupe d'appelés, bien instruits et bien commandés, il mettrait la branlée à n'importe quelle unité de professionnels".
Rappelons aussi que dans l'Oranais, en 1957 si je ne m'abuse, et pour "le punir" de ses propos qui génaient les esprits bien pensants, on l'avait nommé chef de corps d'un régiment de "bras cassés" hirsutes et mal lavés que l'on dirait aujourd'hui issus de "quartiers difficiles". En l'espace de quelques mois, après les avoir tondus, mis la casquette Bigeard sur le crâne, et à l'appui de quelques coups de pied au cul bien placés, il en avait fait, de son propre aveu, une des meilleures troupes qu'il n'avait jamais commandée.


EOR DUFOUR (P 203)

Association des OR de LILLE

_________________

RASURA_________SER
1er RCP - 257.174

« Il n'y a pas de sens de l'Histoire, il n'y a pas de vent de l'Histoire car ce qui fait l'Histoire, selon notre conception occidentale et chrétienne qui est vérifiée par tous les faits historiques, c'est la volonté des hommes, c'est l'intelligence des hommes, ce sont leurs passions, bonnes ou mauvaises. »Colonel Bastien THIRY procès Petit Clamart
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/intelligencearmee/
Claude Millet
Fondateur
avatar


MessageSujet: A-Dieu Mon Général, vous étiez un grand soldat - général Bigeard -   Mer 23 Juin 2010 - 18:42

UN RENVOI

A-Dieu Mon Général, vous étiez un grand soldat, une figure, un modèle. Vous allez manquer à la France. Le Président de la République n'a pas cru devoir vous honorer de sa présence, la télévision vous a quasiment ignoré, préférant l'insultant roman des "bleus".

André Malraux disait en parlant de Jeanne d'Arc : "Le tombeau des héros, c'est le cœur des vivants", vous êtes dans notre cœur mon général, auprès de St Michel, patron de notre patrie, vous continuerez de nous dire le meilleur pour notre pays.

Christian Chanliau, aumônier militaire honoraire, ancien aumônier du 6émRPima.


P.Christian Chanliau

_________________

RASURA_________SER
1er RCP - 257.174

« Il n'y a pas de sens de l'Histoire, il n'y a pas de vent de l'Histoire car ce qui fait l'Histoire, selon notre conception occidentale et chrétienne qui est vérifiée par tous les faits historiques, c'est la volonté des hommes, c'est l'intelligence des hommes, ce sont leurs passions, bonnes ou mauvaises. »Colonel Bastien THIRY procès Petit Clamart
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/intelligencearmee/
Bertrand
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Bigeard Marcel général - Décès du général Marcel Bigeard....   Jeu 24 Juin 2010 - 19:00

Revenir en haut Aller en bas
Claude Millet
Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: Bigeard Marcel général - Décès du général Marcel Bigeard....   Ven 25 Juin 2010 - 21:52

On ne connait vraiment pas tous ses voisins, je vous livre ce que j'ai reçu dans mes alertes google

Alerte Google Web : "poseuses de bombes"
Le général Bigeard, un homme de combat et de tous les combats ...
A l'heure ou l'on reçoit dans des hôtels de luxe, ou l'on soigne dans nos hôpitaux des femmes anciennes porteuses de valises ou poseuses de bombes du FLN, ...
puteaux-libre.over-blog.com/article-le-general-bigeard-un-ho...
Vendredi 25 juin 2010 5 25 /06 /2010 14:00
Le général Bigeard, un homme de combat et de tous les combats.




Je voulais rendre un hommage à un soldat. Au général Bigeard. J'utilise cette photo car derrière cette photo, il y a écrit Valeurs Actuelles. Comme un clin d'oeil. L'hebdomadaire me pardonnera sans doute.
Rendre un hommage à l’homme de terrain, de tous les terrains, de tous les combats, au franc-parler si ce n’est au parlé vrai. Cet homme n’a pas attendu les bons échos des batailles et des combats menés par les alliés et la France-Libre pour s’engager dans la résistance comme beaucoup que l’on appelé, les résistant de la dernière heure mais qui n’étaient pas les derniers pour obtenir prébendes et autres médailles.
.../...
lire la suite

_________________

RASURA_________SER
1er RCP - 257.174

« Il n'y a pas de sens de l'Histoire, il n'y a pas de vent de l'Histoire car ce qui fait l'Histoire, selon notre conception occidentale et chrétienne qui est vérifiée par tous les faits historiques, c'est la volonté des hommes, c'est l'intelligence des hommes, ce sont leurs passions, bonnes ou mauvaises. »Colonel Bastien THIRY procès Petit Clamart
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/intelligencearmee/
Pérignon
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Les cendres de Bigeard à Dien Bien Phu embarassent le gouvernement vietnamien   Dim 25 Juil 2010 - 11:12

Citation :
Le ministre de la défense Hervé Morin, qui arrive aujourd'hui au Vietnam pour un
voyage officiel, ne devrait pas évoquer la question des cendres du général
Bigeard, afin de ne pas "stresser" les autorités vietnamiennes, embarassées par
cette question. On le sait, le général Bigeard avait souhaité que ses cendres
soit répandues sur le site de Dien Bien Phu où il a combattu contre l'armée
communiste de Vietnam. Sa veuve préfère que les anciens d'Indochine s'en
chargent, sans impliquer officiellement les autorités françaises. A titre
personnel, Hervé Morin est favorable à cette initiative : "C'était sa
volonté, il faut la respecter"
nous a-t-il confié.

http://secretdefense.blogs.liberation.fr/defense/2010/07/les-cendres-de-bigeard-%C3%A0-dien-bien-phu-embarassent-le-gouvernement-vietnamien.html
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bigeard Marcel général - Décès du général Marcel Bigeard....   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bigeard Marcel général - Décès du général Marcel Bigeard....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: AU PANTHEON DES PARACHUTISTES, tous égaux devant la mort, St MICHEL ne fait aucune distinction de grade :: AU PANTHEON DES PARACHUTISTES :: CEREMONIE FUNERAIRE GENERAL MARCEL BIGEARD-
Sauter vers: