CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Biographie du Général BIGEARD dit"Bruno"

Aller en bas 
AuteurMessage
FOUQUET
Invité



MessageSujet: Biographie du Général BIGEARD dit"Bruno"   Ven 18 Juin 2010 - 13:06

           Ancien combattant, héros de la Seconde Guerre mondiale, grande figure des guerres d'Indochine et d'Algérie, le général Marcel Bigeard, l'officier le plus décoré de France est décédé vendredi matin à son domicile de Toul en Meurthe-et-Moselle à l'âge de 94 ans, a-t-on appris auprès de son épouse. Cinq fois blessé au combat, trois évasions, c'était une personnalité hors du commun, une force de la nature, au franc-parler légendaire. "Trente ans de sauts en parachutes, dont vingt ans dans la guerre", un homme d'action et de combats qu'il aura menés jusqu'au bout, restant fidèle à ses convictions.
Né à Toul en Meurthe-et-Moselle le 14 février 1916, Marcel Bigeard, devenu employé de banque à l'âge de 14 ans, est appelé sous les drapeaux comme 2e classe en 1936 et libéré avec le grade de caporal-chef en septembre 1938. Avec la Seconde Guerre mondiale, il est rappelé en 1939 au sein du 23e RIF (régiment d'infanterie de forteresse) et promu sergent. Volontaire pour les corps francs, les commandos de l'époque, il devient rapidement sergent puis adjudant à l'âge de 24 ans.
Nom de code "Commandant Aube" 
Le 10 mai 1940, les Allemands envahissent la France. L'Armistice est signé le 22 juin 1940. Marcel Bigeard a déjà à son actif, une blessure, trois croix de guerre. Fait prisonnier, il est envoyé au Stalag 12A au camp de prisonniers de Limbourg en Allemagne. C'est à la troisième tentative qu'il réussit à s'évader en novembre 1941, retourne à Toul, puis direction Nice en zone libre. En 1943, il rejoint Dakar, est engagé dans les troupes coloniales au Sénégal.
Promu sous-lieutenant, il rallie Mekhnès au Maroc, se porte volontaire pour partir à Alger, suivre un entraînement parachutiste, pour sauter en France pour des missions de sabotage avec les résistants français. Nom de code "commandant Aube". Il est parachuté en Ariège le 8 août 1944, pour encadrer l'action des résistants. À la fin de la guerre, il sera décoré de la Légion d'honneur et du Distinguished Service Order britannique pour ses actions en Ariège. Il n'a que 28 ans. Il est nommé capitaine en 1945.
Dans l'enfer de Diên-Biên-Phu
En septembre de la même année, le capitaine Bigeard reçoit le commandement de la 6e compagnie du 23e RIC (régiment d'infanterie coloniale), désigné pour le corps expéditionnaire en Indochine. Il débarque à Gia-Dinh près de Saigon et parcourt la Cochinchine. Après de nombreuses batailles à la tête d'une compagnie parachutiste du 3e bataillon thaï (1948-51) et trois séjours indochinois, il est parachuté à Diên-Biên-Phu, le 20 novembre 1953, avec le 6e bataillon para au milieu des Viets. Les combats au corps à corps sont terribles.
Le 16 mars 1954, "Béatrice" et "Gabrielle", deux postes avancés sur les collines,  tombent. Il ressaute avec son bataillon sous le feu des Vietcongs dans la célèbre cuvette de Diên-Biên-Phu. Une bataille héroïque qui durera 50 jours jusqu'à l'arrêt des combats le 7 mai 1954. Fait prisonnier, il sera libéré après les accords de Genève. Devenu lieutenant-colonel Bigeard, il rentre à Paris le 25 septembre 1954.
Honneurs, blessures, torture
Le 25 octobre 1955, Marcel Bigeard prend le commandement du 3e BPC (bataillon de parachutistes coloniaux) dans la région de Constantine en Algérie. Opération 744 en Kabylie, bataille des monts Nementcha, sécurisation d'Alger, opérations Atlas et Agounnenda dans les massifs de Blida, opération Timmoun : Marcel Bigeard est de tous les combats, il collectionne les honneurs et les blessures.
Le 27 août 1959, le général De Gaulle le rencontre à Alger. Bigeard se voit confier le commandement du secteur de Ain-Sefra, soit un effectif de 15.000 hommes. Il sera accusé par la suite d'avoir pratiqué la torture pendant cette période. Lui s'en est toujours défendu. A deux journalistes suisses de Liberté, il rétorque des années après : "Vous voulez parler de torture. C'est un mot que je déteste (...) Evitez ce mot-là ! Vous savez, nous avions affaire à des ennemis motivés, des fellaghas, et les interrogatoires musclés, c'était un moyen de récolter des infos. Mais ces interrogatoires étaient très rares et surtout je n'y participais pas. Je n'aimais pas ça. Pour moi, la gégène était le dernier truc à utiliser." 
"J'ai trop aimé la France..."
Ce seront ensuite des années passées en Centrafrique, au  Sénégal, dans l'Océan indien, puis retour en France où  il est promu général de corps d'armée en 1974.  Il prend le commandement de la 4e Région Militaire à Bordeaux, soit 40.000 hommes dont 10.000 parachutistes.
En janvier 1975, le président Valéry Giscard d'Estaing lui propose le poste de secrétaire d'Etat à la Défense. Il occupera ce poste jusqu'en août 1976, date à laquelle il remet sa démission. Il est ensuite élu député UDF de Meurthe-et-Moselle en 1978 et préside la commission de Défense nationale. Il sera réélu jusqu'en juin 1988.
C'est dans sa maison de Toul qu'il vivra ces années de retraite. Il rédigera de nombreux livres, seize en tout, qui racontent sa carrière militaire, ses batailles d'Indochine et d'Alger, mais aussi ce qu'il pense de l'époque, de l'armée, du monde qui change et de sa vision de la France. Avec la mort s'éteint la voix d'un éternel trublion aux légendaires coups de gueules, qui avait besoin de dire haut et fort ce qu'il pensait jusqu'au bout. "Je vais casser ma pipe et je ne serai pas mécontent. Car j'ai trop aimé la France pour accepter ce qu'elle est devenue", confiait-il récemment dans les colonnes du Figaro.
Revenir en haut Aller en bas
FOUQUET66
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: Biographie du Général BIGEARD dit"Bruno"   Sam 19 Juin 2010 - 17:28



Le colonel Bigeard (à droite) pendant la guerre d'Algérie, en avril 1956



BIGEARD en ALGERIE avec le CMT de la FLOTILLE 31F qui va être mise en sommeil dans les prochains jours .
Revenir en haut Aller en bas
http://www.legionetrangere.fr/
Pérignon
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: Biographie du Général BIGEARD dit"Bruno"   Dim 14 Fév 2016 - 10:04

Aujourd'hui 14 février, centenaire de la naissance de Marcel Bigeard

Citation :
Aujourd'hui 14 février tombe le centième anniversaire de la naissance de Marcel Bigeard (1916-2010), militaire au parcours extraordinaire, parti de soldat de deuxième classe (1936) pour terminer général à quatre étoiles (1976).

Lire la suite ici : http://grincheux.typepad.com/weblog/2016/02/mp3-semaine-06-marche-lorraine.html
Revenir en haut Aller en bas
Marcus
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Biographie du Général BIGEARD dit"Bruno"   Dim 14 Fév 2016 - 10:16

Un très beau texte de Jean-Louis Martinez :

Merci à Jean-Louis MARTINEZ pour ce magnifique texte sur le Général BIGEARD
Mon Général déjà presque six ans que votre indicatif s’est éteint « BRUNO » ne résonne plus dans le lointain Mais votre fréquence crépite toujours dans nos cœurs et sur nos lèvres
Mon Général il en est coulé de l’eau sous les ponts et sur toutes vos guerres
Depuis le fantassin d’Haguenau et vos écrits qui nous soulèvent Je ne tomberai pas dans ce petit texte sur une millième biographie maintes fois retracée, maintes fois écrite, hélas parfois maintes fois accablée Je suis venu mettre un verbe par respect par honneur à l’homme que vous étiez
Je pense que depuis que vous êtes parti tout la haut dans les cieux vous vous êtes posé au pied d’une clairière, autour de quelques anciens autour de quelques vieux Vous avez eu le temps de retrouver tous nos frères d’armes errants et autour d’un bivouac Vous entonnez des chants que jadis vous fredonniez la veille des combats
Je pense que là- haut dans le ciel sur le plus haut nuage, vous avez fait ériger et vous avez bâti
Le plus beau mât des couleurs, afin que tous les matins nos camarades chantent pour le pays et qu’aux côtés de st Michel vous continuez ensemble à protéger tout nos combats Ici mon général rien a changé, ça a même empiré, mais il y a des hauts et des bas les bas sont plus fréquents mais lorsque on s’affaiblit lorsque l’on a le doute Vos mots, "croire et oser, être et durer", reviennent nous frapper, nous remontrent la route
Ces mots si petits, et si grands, nous donnent le courage, nous redonnent la pêche, nous redonnent la vie Alors on les écrit, alors ont les ressasse, afin qu’on ne les enterre, afin que l’on ne les oublie
Comme vous devez être frustré tout là-haut mon général, de voir votre belle terre et ne pouvoir vous y poser, pour continuer votre combat, pour vous inachevé
N’ayez crainte mon général, vous avez su émuler, vous avez su inculquer et nous carapacer
Vous avez laissé une trace indélébile dans nos veines, que n’importe quelle balle ne saura effacer,vous avez laissé à la France une trempe de soldat qui emprunte vos pas et ne vous oublie pas
Respectueusement Martinez

" />
Revenir en haut Aller en bas
Marcus
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Biographie du Général BIGEARD dit"Bruno"   Dim 14 Fév 2016 - 15:58

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Biographie du Général BIGEARD dit"Bruno"   

Revenir en haut Aller en bas
 
Biographie du Général BIGEARD dit"Bruno"
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: AU PANTHEON DES PARACHUTISTES, tous égaux devant la mort, St MICHEL ne fait aucune distinction de grade :: AU PANTHEON DES PARACHUTISTES-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: