CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 L'HELICOPTERE DANS LA GUERRE D'ALGERIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PTS
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: L'HELICOPTERE DANS LA GUERRE D'ALGERIE   Sam 9 Jan 2010 - 16:09

Pieds Noirs INFO, un lien intérressant et un extrait qui nous concerne, les hélicoptères.

Accueil du site/ Bibliographie / Guerre 1954-1962


L’ HELICOPTERE dans la GUERRE d’ ALGERIE



l’Algérie est vaste, les objectifs à surveiller multiples. Il faudrait disposer de forces plus nombreuses ou plus mobiles d’où l’idée d’utiliser l’ hélicoptère.

Juin 1955, les premiers hélicoptères utilisés en Algérie sont près de Sétif (Bell 47 G, S-55 et H-19) et à BOUFARIK (S-55 et Vertol H-21C (bananes volantes)).




Ces hélicoptères sont utilisés surtout pour les évacuations sanitaires.
Peu à peu l’idée de prendre l’ennemi de vitesse en transportant des troupes d’un point à un autre fait son chemin ...



Les hélicoptères vont être groupés en DIH (détachement d’intervention).
Il est composé d’un hélico léger et d’hélicoptères lourds. Le premier sert de point de commandement, il s’agit soit d’un Bell et plus tard d’Alouette 2. Le concept d’hélicoptère d’assaut viendra plus tard.


Le Colonel BIGEARD comprend rapidement l’intérêt des hélicoptères. Le commandant du 3ème RPC fait poser ses paras en sauts de puce sur tous les itinéraires de décrochages de l’ennemi.

8 mars 1956, Bigeard fait poser 150 paras qu’il dirige du Bell de Commandement. En deux heures tout est réglé. 126 ennemis tués, une centaine d’armes récupérées, pour un mort du coté 3ème RPC.


En novembre 1956 le Colonel Brunet va améliorer l’armement des hélicoptères (systèmes de largage de bombes, installation Browning calibre 50, etc).




Le capitaine de corvette Babot décida d’armer ses appareils de canon de 20 mm, puis de blindages. Mais Babot ne s’arrête pas là, il transforme ses hélicos en bombardier en installant un lance-bombes pouvant accueillir 5 bombes (le projet n’ira pas plus loin).




Les hélicoptères ont connu un âge d’or pendant la guerre d’Algérie.





Lorsque au début de la rébellion les maquisards algériens ont vu apparaître les hélicoptères dans le ciel, ils les ont baptisés l’avion à plumes à cause de leur voilure tournante.




Que de chemin parcouru depuis la guerre d’Indochine où l’on pensa interdire le port du macaron de pilote à des hommes que l’on ne prenait pas au sérieux ...

Le Pirate est le surnom donné à un hélicoptère lourd de l’Armée de l’Air que l’on a armé d’un canon de 20 mm sur affût à la porte du cargo, et de deux mitrailleuses de sabord. Il s’agit du H 34 (ou Sikorsky S.58) qui, ainsi équipé, peut tournoyer au-dessus d’un point à surveiller, les armes toujours pointées vers la zone suspecte. Il peut intervenir à tout instant, contrairement aux avions qui ne peuvent que faire des passes intermittentes et dont l’axe de tir n’est pas mobile. C’est un gage de sécurité pour les équipages d’hélicoptères en phase finale d’approche sur des zones inhospitalières.


"Après vous, mon lieutenant !".
Le 3 février 1960, une opération importante est prévue en Petite Kabylie dans le massif Babor. Tout est parfaitement minuté car beaucoup d’appareils seront concentrés dans un petit volume. Le lieutenant Miahle repère la D.Z. à 2 000 mètres d’altitude quand soudain un choc violent secoue l’appareil. Il aperçoit alors un T-6 sur le dos qui explose au sol. Les deux tireurs du Pirate annoncent dans l’interphone qu’ils voient un énorme trou dans la queue. Miahle réalise alors la collision. Tout se déroule très vite. Puisqu’il n’y a plus de fonction anti-couple, il faut supprimer le moteur et descendre en auto-rotation.
La queue du H 34 est coupée au niveau de la cocarde. Elle pend, retenue par deux petits câbles de commande. Si elle se détache l’appareil piquerait comme un caillou.... La queue touche le sol, le "Pirate" bascule vers l’avant et se couche sur le côté, glisse, stoppe une fraction de seconde. Miahle croit que c’est gagné, mais la glissade reprend sur une pente plus forte. "Cette fois-ci, c’est la fin" pense-t-il. Mais l’hélicoptère s’immobilise, retenu par un arbuste. Le silence succède au vacarme de la glissade. Coincé du côté du rocher, le copilote lâche : "Après vous, mon lieutenant !".

1962 marque la fin de l’activité des HSS. Les flottilles reviennent alors une à une en métropole.

Dans le même sujet histoire de l'hélicoptère ICI
Revenir en haut Aller en bas
Fombecto
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: L'HELICOPTERE DANS LA GUERRE D'ALGERIE   Lun 11 Jan 2010 - 16:52

Vu dans Histoire-Militaire

Depuis le début du conflit Algérien, la France n'a pu prendre la mesure d'un adversaire qu'elle ne maîtrise pas. Elle ne peut le combattre sur un terrain ou une armée dite moderne peut avancer ses atouts. De plus, la fin de la guerre d'Indochine a laissé un goût amer aux combattants Français.
Alors cette "guerre" là, ils ne veulent pas la perdre. Le gouvernement Français a la même réaction, il vient d'envoyer des renforts conséquents, plus de 25 000 hommes sont envoyés, ce qui porte les effectifs à environ 80 000 hommes.
Mais le territoire Algérien est vaste. Les infrastructures à surveiller sont nombreuses. Il faudrait disposer de forces plus nombreuses ou alors plus mobiles d'où l'idée de l'utilisation des hélicoptères.




Les premiers hélicoptères utilisés en Algérie sont regroupés dans le GH2 (groupement d'hélicoptères n°2). Les appareils sont affectés dans différents pelotons mais dépendent de Sétif. Le terrein de cette base est situé à prés de la Nationale 5. Il comprend 3 bandes balisées et quelques hangars. Vers la mi-juin 1955, deux escadrilles y sont stationnées, l'une de Bell 47 G, l'autre den S-55 ou H-19. On y retrouve des pilotes de l'armée de l'air, des marins, des gars de l'aéronavales...

En effet, dés janvier 1955, la marine avait envoyé un HUP-2. L'armée de l'air décide de regrouper ses Bell 47 D1 sur Boufarik. Le 1er avril 1955 est crée le EHL n°57.

Puis, l'EHM est constituée en août, elle bénéficie de l'arrivée de S-55. Les trois armes ont donc leur propre unités d'hélicoptères. L'ALAT se voit peu à peu fournit en nouveau matériel, notamment des Vertol H-21C. Les "bananes volantes". Les hélicoptères commencent à arriver en Algérie, reste à trouver le moyen de les employer de manière efficace. On pense, en premier lieu, au EVASAN, évacuation sanitaire, mais on peut et on doit aussi se servir des qualités de ce type d'appareil. Prendre l'ennemi de vitesse en transportant des troupes d'un point à un autre et trés rapidement, placer des embuscades, l'encercler, fouiller facilement une zone... Les hélicoptères vont être groupés en DIH (détachement d'intervention). Il est composé d'un hélico léger et d'hélicoptères lourds. Le premier sert de point de commandement, il s'agit soit d'un Bell et plus tard d'Alouette 2. Le concept d'hélicoptère d'assaut viendra plus tard. Quelques temps plus tard.

Le premier qui comprendra tout l'intérêt des hélicoptères est le Colonel Bigeard. Le commandant du 3ème RPC fait poser ses paras en sauts de puce sur tous les itinéraires de décrochages de l'ennemi. L'adversaire est pris de vitesse et par surprise, son moral tombe, de même que ses hommes et son matériel.





L'exemple type est l'opération du 8 mars 1956, Bigeard fait poser 150 paras. Ils sont dirigés par Bigeard de son Bell de Commandement. En deux heures tout est plié. 126 morts ennemis, 14 déserteurs repris, plus d'une centaine d'armes récupérées, pour un mort du coté du 3ème RPC. Preuve est fait de l'utilité de cet appareil en milieu hostile.
En novembre 1956, l'armée de l'air constitue l'EH3 à Boufarik et l'EH2 à La Sénia. Cette dernière est commandé par le Colonel Brunet, il sera à l'origine de la réglementation de l'emploi de ces appareils. Ce dernier va essayer d'améliorer l'armement des hélicoptères. Il va essayer des systèmes de largage de bombes, l'installation Browning calibre 50...
Pendant ce temps, la Marine crée le groupement d'hélicoptères de l'aéronavale n°1 (GHAN 1). Il réunira les flotilles 31 F, 32 F, 33 F. La 31 F est dotée de H-21.
Quant à la 32 F, elle sera la première à recevoir le HSS-1, version navale du H-34.








----
--------



Le commandant Babot, qui était le patron du GHAN, décida comme Félix, d'armer ses appareils. Avec ses officiers, ils vont armer leurs hélicoptères de canon de 20 mm, des MG151. (Voir photo ci-dessus). Puis aprés divers incidents, le blindage P2V6 viendra compléter le caisson à munition.
Mais Babot ne va pas s'arrêter là, il va transformer ses hélicos en bombardier. Il fait installer un lance-bombes pouvant accueillir 5 bombes de 250 livres à fragmentation. Mais le projet n'ira pas plus loin que le temps d'effectuer quelques opérations avec ce matériel.
De son côté, Félix améliore constamment ses appareils. Le filtre à sable rentre en service afin d'éviter que les moteurs ne grillent. Mais le procédé est tellement lourd que l'armée décide de confier sa réalisation à une entreprise pourvue d'ingénieurs et non de militaires ingénieux. Mais reste que la débrouille restera encore pendant de longues années en activité dans les groupements d'hélico.
Les hélicoptères ont connu un âge d'or pendant cette guerre d'Algérie. Ils n'étaient pas destinés aux combats et ils sont devenus vites irremplaçables dans la lutte contre un ennemi mobile et pratiquement la guerilla. A partir de cet instant, l'hélicoptère était devenu une arme reconnue par l'armée française. D'appui feu, en evasan, jusqu'au transport de commandos, ils sont le point positif de cette guerre. Plus tard, ils s'embarqueront pour le Liban, puis le Golf et aujourd'hui, il n'y a pas un conflit sans que les hélicoptères ne soient présents.
Revenir en haut Aller en bas
Langenargen
Pro !
Pro !



MessageSujet: Re: L'HELICOPTERE DANS LA GUERRE D'ALGERIE   Lun 11 Jan 2010 - 20:33

Tiens, on parle de Felix ICI
Revenir en haut Aller en bas
invité m
Pro !
Pro !



MessageSujet: Re: L'HELICOPTERE DANS LA GUERRE D'ALGERIE   Mer 9 Nov 2011 - 14:59

Un truc qui n'est pas dit dans le message d'origine ci-dessus, c'est que Brunet était une vieille connaissance du général Bigeard. En effet, il commandait pendant la guerre d'Indochine la base aérienne de Cat Bi proche de Hanoï quand Bigeard a décidé un jour d'envoyer une compagnie (celle de Le Boudec) en protection des avions, redoutant une attaque de type sabotage de la part du Viet-Minh pendant la nuit à venir.

Brunet a refusé tout net en disant à Bigeard qu'il était "assez grand pour protéger sa base tout seul" (sic). Bigeard est parti mais a demandé à Le Boudec de s'installer FOMEC dans un hangar à la nuit. Bien lui en a pris, les Viets ont attaqué mais sont tombés sur un (gros) os, après avoir réussi à saboter deux ou trois avions.

Depuis ce jour, Brunet et Bigeard sont devenus copains comme cochon et selon le général Pierre Porcher, qui commandait la "base arrière" du 6 au Séminaire à Hanoï, c'est grâce à cette relation exceptionnelle que Bruno a pu en faire autant en Algérie avec les hélicos de Brunet (qui est mort peu de temps après dans un accident... d'hélico.)

Témoignage du général Porcher ici :
http://bigeard-lefilm.forumgratuit.org/t401-general-pierre-porcher
Revenir en haut Aller en bas
battement zéro
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: L'HELICOPTERE DANS LA GUERRE D'ALGERIE   Mer 30 Nov 2011 - 19:47

.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
junker
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: L'HELICOPTERE DANS LA GUERRE D'ALGERIE   Mer 30 Nov 2011 - 21:15

OUI , c'est bien de parachever cette histoire d'amitié entre Brunet et Bigeard, Brunet a même mener une opération de Bigeard du haut de son hélico, donnant des ordres aux commandants de compagnies, sur les instances de BRUNO pour conclure cette attaque en règle.
Revenir en haut Aller en bas
Charly71
Pro !
Pro !



MessageSujet: Re: L'HELICOPTERE DANS LA GUERRE D'ALGERIE   Jeu 1 Déc 2011 - 9:07

ce que j'ai apprécié dans les hélicos en Algérie, c'est que 30mn d'hélico valaient une journée de marche pour revenir quand ils nous avaient déposés soit dans les Aurés soit dans l'Atlas...
Revenir en haut Aller en bas
QUEBEC
enregistré
enregistré
avatar


MessageSujet: Re: L'HELICOPTERE DANS LA GUERRE D'ALGERIE   Dim 22 Jan 2012 - 23:05

Citation :
ce que j'ai apprécié dans les hélicos en Algérie, c'est que 30mn d'hélico valaient une journée de marche pour revenir quand ils nous avaient déposés soit dans les Aurés soit dans l'Atlas...

La première phase était d'être opérationnel sur zone rapidement, la deuxième était d'entretenir notre forme à la marche...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'HELICOPTERE DANS LA GUERRE D'ALGERIE   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'HELICOPTERE DANS LA GUERRE D'ALGERIE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: LES AVIONS MYTHIQUES et récents des PARAS :: L'HELICOPTERE fut également en Agérie...-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: