CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Jean Sassi, ce spécialiste de la guerre non conventionnelle livre son témoignage...

Aller en bas 
AuteurMessage
Claude MILLET
Fondateur
avatar


MessageSujet: Jean Sassi, ce spécialiste de la guerre non conventionnelle livre son témoignage...   Ven 12 Juin 2009 - 12:06

Une vie de guerrier

Blaise de Chabalier 11/06/2009 | Mise à jour : 12:03
Jean Sassi, ce spécialiste de la guerre non conventionnelle livre son témoignage sur la Résistance, l'Indochine, l'Algérie dans «Opérations spéciales».




Le colonel Jean Sassi, né en 1917 et décédé le 9 janvier dernier, fut un soldat hors-norme. Le journaliste Jean-Louis Tremblais s'est longuement entretenu avec lui. Ce héros authentique s'illustra au sein des forces spéciales interalliées chargées de libérer la France. Puis il servit en Extrême-Orient. Sa carrière de combattant s'acheva en Algérie. Ce Corse né à Tunis, dont la mère était institutrice et le père receveur des postes, avait le sens de l'honneur chevillé au corps. Rebelle, Jean Sassi fut renvoyé de son lycée en 1936 après avoir « botté le derrière » d'un professeur qui le traitait injustement. Il s'engagea alors dans l'armée où il devint radio. Après la défaite de 1940 et un passage par l'Algérie, Jean Sassi fut recruté par le BCRA (Bureau central de renseignements et d'action) à Londres, qui cherchait des volontaires pour les commandos parachutistes des forces spéciales. Au sein de la fameuse opération Jedburgh regroupant trois cents hommes d'élite anglais, français et américains, Jean Sassi, promu sous-lieutenant, est parachuté le 29 juin 1944 dans la Drôme. En moins de deux mois, notre combattant et ses deux camarades de mission (les « jeds » opéraient en trio), ont formé et armé 1 500 hommes. Déçu par la France de l'immédiat après-guerre, avec les abus de l'épuration, il part pour l'Extrême- Orient combattre les Japonais. En Indochine, il tente, à la tête d'un commando de guérilleros anti-Viêt-minh, les Hmongs du Laos, de sauver Diên Biên Phu. Jean Sassi met en cause les atermoiements du commandement français à la fin de la guerre d'Indochine. À propos de l'Algérie, il conteste les déclarations du général Aussaresses, lui aussi ancien « jed ». « De torture (…) je n'ai jamais eu à connaître » affirme-t-il. C'était un soldat exceptionnel, pour temps exceptionnels. Ses faits d'armes avaient fait de lui, de son vivant, une légende de l'armée française.

Opérations spéciales du colonel Sassi, avec Jean-Louis Tremblais Éditions Nimrod. 334 p., 21 €.
Revenir en haut Aller en bas
 
Jean Sassi, ce spécialiste de la guerre non conventionnelle livre son témoignage...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: LIBRAIRIE CINEMA TELEVISION et LIENS recommandés :: Ouvrages et commentaires-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: