CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 les drones français :un outil sous-omployé?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: les drones français :un outil sous-omployé?   Ven 6 Mar 2009 - 8:31

Les drones français : un outil sous-employé ?


A la suite de la très médiatisée embuscade d’Uzbeen d’août dernier, le Premier ministre François Fillon avait pris la décision d’envoyer, en appui des troupes françaises, des drones en Afghanistan. Ces derniers, déployés depuis le mois de novembre 2008, servent à la préparation et au suivi de toutes les opérations françaises dans l’Est du pays. Les drones de type SDTI, manœuvrés par les spécialistes du 61e RA de Chaumont, seul « régiment de drones » de l’Armée française, permettent de réagir en temps réel aux menaces pouvant surgir n’importe où et n’importe quand sur un théâtre comme l’Afghanistan.
Ces drones, en service dans l’Armée française depuis 2004, permettent, en plus des missions de renseignement classiques, de déclencher rapidement et précisément un tir d’artillerie ou l’engagement de l’aviation en soutien des troupes au sol, leur permettant de se dégager ou de bénéficier d’un appui-feu plus qu’appréciable. Cette nouvelle possibilité a un coût puisque ce ne sont pas moins d’une quinzaine de poids-lourds qui sont nécessaires au lancement, à l’analyse et à la maintenance d’un seul « système » SDTI. Son « cousin », le drone CL 289, à l’utilité différente puisqu’utilisant un film argentique, est quant à lui actuellement déployé au Tchad pour surveiller la frontière soudanaise, type de mission dont il s’est déjà acquitté avec brio dans les Balkans.
Les drones français, utilisés depuis 1995 de manière opérationnelle, se sont avérés d’appréciables outils de renseignement que ce soit en Bosnie, au Kosovo ou en Macédoine. Néanmoins, malgré de nombreux exemples de leur utilité, ces derniers apparaissent un peu comme le « parent pauvre » de la fonction renseignement de l’armée. Alors qu’une armée comme Tsahal emploie des drones de manière très intensive, l’Armée française semble ne les employer qu’au compte-goutte. En effet, lors de l’offensive au Liban en 2006, la planification opérationnelle de chaque action au sol était assurée par des reconnaissances de drones, ces derniers venant aussi en appui des forces spéciales pour permettre une réaction rapide du commandement selon les évènements. Le panel de drones déployé par Tsahal est impressionnant et semble couvrir l’ensemble du spectre des missions de renseignement et même de combat, permettant ainsi d’économiser plus de vies lors des interventions au sol.
La France, comparée à cet exemple, semble bien en retard. Il aura fallu attendre Uzbeen et ses morts pour voir enfin arriver « les diables noirs » sur le sol afghan ; le SDTI avait même été envoyé au Liban en 2007 mais n’y avait pas effectué le moindre vol. Il faut dire que le drone, voire l’ensemble des moyens de renseignement technologique (satellite, électronique), n’est pas, loin s’en faut, une priorité dans l’Armée française. En effet il est étonnant de remarquer qu’au sein de la formation des officiers aucune place ne soit accordée aux missions de renseignement technologique si bien que lorsque les drones sont déployés en mission, les contraintes de leur utilisation (couloirs de vol, franchissement d’espace aérien souverain) ne sont pas ou très mal connues par le commandement opérationnel.
De plus, le haut-commandement préfère toujours concentrer ses moyens de collecte d’information sur du renseignement uniquement humain, savoir faire reconnu au sein des forces armées françaises. Alors que la combinaison systématique renseignement humain – renseignement technologique pourrait être la clé de nombreuses opérations, chacun complétant parfaitement l’autre selon le terrain, l’Etat-major semble ne vouloir employer ses drones que de manière ponctuelle et partielle. On se souvient qu’en 1940, lors de l’embouteillage de blindés consécutif au franchissement des Ardennes par l’armée allemande, l’aviation, moyen de renseignement technologique de l’époque, avait vainement tenté d’alerter des chefs ne se fiant qu’au « visu ». Il serait fort dommage que le haut-commandement de l’armée reproduise les mêmes erreurs que par le passé…
Source info guerre
Revenir en haut Aller en bas
Michel
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: les drones français :un outil sous-omployé?   Ven 6 Mar 2009 - 11:37

Ton lien amène sur une page vide Mimosa.

Des Drones de l'AA sont opérationnels en Afghanistan, ou je rappelle que nous n'avons qu'un peu moins de 3000 hommes.

http://www.defense.gouv.fr/ema/operations_exterieures/afghanistan/breves/18_02_09_afghanistan_premier_vol_operationnel_du_sidm_video

Le fait que ce régiment de l'Armée de Terre soit frustré de ne pas être employé tout de suite en opération montre leur ardeur à vouloir servir notre pays est encourageant, ils le feront certainement dans le cadre de relèves, mais il n'y a sans doute pas besoin de mettre toutes nos capacité en même temps sur ce théatre pour supporter un bataillon sur le terrain.
Revenir en haut Aller en bas
 
les drones français :un outil sous-omployé?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: ACTUALITES DIVERS :: VEILLE ACTUALITE MILITAIRE-
Sauter vers: