CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 recrutement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: recrutement   Mar 10 Fév 2009 - 17:10

Recrutement




L’armée de Terre française a de sérieux problèmes de recrutements. Ainsi, il y a 1, 8 candidat par poste libre, soit un taux réel d’à peine un candidat par poste, ce qui empêche l’armée de procéder à une quelconque sélection. Ce phénomène touche avec bien plus d’acuité les armées anglaises et américaines qui, engagées dans des guerres en Irak et en Afghanistan, sont obligées de mener une politique de recrutement extrêmement agressive et de recourir de plus en plus, dans le cas américain, au recrutement de soldats étrangers.

Pour pallier à ce problème de recrutement, une solution de facilité serait de recruter de plus en plus de soldats étrangers, ce qui reviendrait, dans le cas français, à augmenter les effectifs de la Légion Etrangère (actuellement à 7 650 hommes). En effet, avec huit candidats par poste disponible, il serait aisé (en terme de recrutement uniquement) de doubler les effectifs de la Légion tout en gardant un excellent niveau de recrutement. De plus, les familles des légionnaires ne votant pas, ils peuvent aisément être envoyés aux quatre coins de la planète dans des missions plus dangereuses et ingrates les unes que les autres sans que l’opinion publique ne s’y oppose.

Mais ce n’est qu’une fausse bonne idée. Car, outre le risque que comporte une trop grande expansion de la Légion pour le lien armée-Nation, cela ferait de fait de l’armée française une armée de plus en plus mercenarisée. Or, nous savons depuis Machiavel les dangers que constituent une armée de mercenaire, et les dangers qu’il y a à faire reposer l’ensemble de la politique étrangère de la France sur leurs épaules. Certes la Légion n’est pas une armée de mercenaires, et est encadrée par un code de l’honneur et une discipline extrêmement stricte qui en font presque une famille. Mais il n’empêche qu’il serait faux de prétendre qu’elle ne constitue pas un monde à part, séparée de fait de la Nation, et qu’il n’y a pas de fait un aspect mercenaire en elle.



En fait, on peut déduire deux choses de cette difficulté de recrutement. La première, c’est que la population française, et, plus largement, les populations occidentales, sont trop embourgeoisées, trop attachées à leur confort, pour assumer les tâches militaires qui leurs incombent. La seconde, c’est que la France va tout simplement devoir à terme s’adapter à cette situation en réduisant ses ambitions. La France n’est plus capable d’assumer un rôle international important, et est condamnée à se voir remplacer a terme par la Chine, l’Inde ou encore le Brésil.

Pour autant, tout n’est pas perdu. Il reste une possibilité pour la France de jouer encore dans la cour des grands de la scène internationale. Mais elle ne peut plus le faire seule. Pour continuer à influer sur le cours du monde, nous ne pouvons guère que le faire au niveau européen, en créant une véritable armée européenne qui mutualise totalement les moyens militaires des pays membres. Ce qui implique de fait de créer une véritable confédération européenne, dont les dirigeants soient élus directement par les peuples européens. Et cela implique aussi de mettre des limites géographiques claires à cette confédération, à savoir les six pays signataires du Traité de Rome en 1957 (France, Allemagne, Italie, Benelux), plus éventuellement l’Espagne. Il est important d’en exclure d’office l’Angleterre, qui ne veut pas d’une Europe politique indépendante, mais aussi les pays au niveau de vie trop faible. C’est à cette condition, et a cette condition seulement que l’Europe pourra peser sur la scène internationale comme acteur politique indépendant.

par Gabriel Bendayan publié dans : Défense et géopolitique

//
Revenir en haut Aller en bas
 
recrutement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: ACTUALITES DIVERS :: VEILLE ACTUALITE MILITAIRE-
Sauter vers: