CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 MASSELOT Georges colonel- participe avec le 18e RCP au Putsch d'avril 1961

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: MASSELOT Georges colonel- participe avec le 18e RCP au Putsch d'avril 1961   Mer 21 Jan 2009 - 15:21

LE COLONEL GEORGES MASSELOT
A la tête de son unité, le 18 ème régiment de chasseurs parachutistes, le Colonel MASSELOT prit une part active au putsch déclenché le 22 avril 1961 en Algérie. Pour ce soldat d’élite, rallier l’insurrection n’était qu’un des épisodes de ce qu’il considérait comme son devoir.


Comparaissant le 28 juin suivant, devant le tribunal militaire, sa déclaration liminaire : « Je suis né en Afrique du Nord où tous les miens vivent depuis 110 ans. Officiers, fonctionnaires, médecins, les MASSELOT de 5 générations ont en Algérie un seul bien à défendre : un caveau de famille dans le cimetière de BOUGIE. » exprimait éloquemment les raisons desintéressées et respectables de cet engagement.
Georges était né le jour de sa fête, le 23 avril 1911 à MAKTAR en TUNISIE. Son père, Ferdinand, né à BOUGIE en 1867 fut le contrôleur civil de cette région. Sa mère, née Jeanne Choisnet avait vu le jour à DELLYS en 1875. Son grand-père MASSELOT, officier de marine avait été le créateur du port de BONE. Georges fit ses études à TUNIS, à BIZERTE puis après 4 années d’internat, il opta pour le prytanée militaire de LA FLECHE. Trois ans plus tard, il entrait à l’Ecole militaire de
St CYR.



A Saint Cyr


DE 1932 à 1936, il sera sous-lieutenant au 25ème régiment de tirailleurs algériens à SARREBOURG. En mars 1936, sur sa demande, il sera affecté au 1er régiment d’infanterie basé à GERYVILLE dans le sud-oranais. Après un séjour en SYRIE puis au LIBAN, il rejoindra la France pour prendre part aux combats de l’AISNE et de la MARNE. Grièvement blessé en secourant un de ses légionnaires, il recevra sa première citation.
Capitaine en 1942, MASSELOT participera à la campagne de TUNISIE et sera blessé lors des combats de PONT de PHAS. Malgré ce handicap, il s’illustrera un peu plus tard en capturant une auto-chenille ennemie et en ramenant 200 prisonniers dans les lignes françaises. Ce sera ensuite, de la Provence, à BELFORT, la campagne de France. Le 7 avril 1944 il sera fait, à titre exceptionnel, chevalier de la légion d’honneur. Sa décoration lui sera remise par un général rentré de Londres.
MASSELOT accomplira ensuite un premier séjour de 2 ans en INDOCHINE marqué par quelques « prises de bec » avec le général MONCLAR. Le capitaine est déjà connu, redouté ou apprécié pour son franc-parler et son caractère bien affirmé. En 1949, il rejoindra le « 4ème étranger » basé à FEZ puis stationnera à FORT NATIONAL en KABYLIE. Breveté para à PHILIPPEVILLE, il sera ensuite désigné pour commander le 3ème bataillon étranger de parachutistes à MASCARA. En, 1951 c’est le retour en INDOCHINE à la tête du 1er bataillon étranger. Il se distinguera lors de l’attaque viet du 8 janvier 1952 contre le camp retranché de HOA-BINH. L’ennemi sera mis en déroute et un armement considérable sera saisi. Assurant ensuite l’arrière garde lors de l’évacuation décidée du camp, MASSELOT et son bataillon devront affronter 3 divisions viets commandées par GIAP. Cette opération de repli sera si efficacement menée que MASSELOT et ses légionnaires seront accueilli au champagne par le Colonel GILLES. Prévu pour être sacrifié le bataillon n’aura compté que 4 morts. MASSELOT, pour faits de guerre exceptionnels, sera fait officier de la légion d’honneur.
Proposé au grade supérieur par le général DE LINARES, MASSELOT, qui entre temps a contesté quelques décisions périlleuses pour ses hommes, devra attendre un an sa promotion.
Retrouvant sa chère Algérie ensanglantée en juillet 1953, MASSELOT sera nommé 3 mois plus tard commandant en second du 3ème B.E.P. basé à SETIF.

En INDOCHINE la situation s’était gatée ; DIEN BIEN PHU était encerclé. Refusant d’être parachuté sur le camp retranché Paul DUSSERT, commandant le bataillon, sera supplée par MASSELOT. Trop tard pourtant car DIEN BIEN PHU tombera le 7 mai 1954. MASSELOT se vit alors chargé de reformer le 2ème bataillon étranger entièrement décimé lors de cet affrontement. Il participera avec ses hommes en képi blanc au dernier défilé du 14 juillet à HANOÏ puis rejoindra l’ALGERIE fin 1955. Implanté à PHILIPPEVILLE, le bataillon devint régiment (le 2ème R.E.P.) et devait donc être commandé par un colonel. Il se trouve que celui-ci, Alfred de VISMES, « ne se sent pas légionnaire » ; c’est donc, MASSELOT, avec son accord, qui en sera le vrai patron pendant les 2 années suivantes. Les résultats obtenus seront particulièrement brillants.

Rattaché à la 25ème Division parachutiste le régiment sera écarté de l’affaire de SUEZ en 1956. Il interviendra par contre sans cesse dans le CONSTANTINOIS et sur la frontière tunisienne. En 1957, MASSELOT sera à nouveau blessé au cours d’un accrochage ; une balle, après avoir traversé poste de radio, jumelles et stylo l’atteindra à la poitrine. Ces 2 derniers objets sont exposés au Musée du 2ème R.E.P à CALVI. En janvier 1958, De VISMES sera remplacé par le Colonel LEFORT. Décidement bien mal récompensé MASSELOT

commandera une dernière fois ses légionnaires au cours de l’opération des BENI- SBIHI, avec un bilan éloquent : 217 fellaghas au tapis et plus d’une centaine d’armes récupérées..
Rentré à Philippeville, MASSELOT exprime son dépit à LEFORT et lui rappelle son « absence » lors des moments « chauds » vécus en INDOCHINE. Convoqué dès le lendemain à l’Etat major d’ALGER, il sera muté à DJELFA comme adjoint opérationnel. Il quitte ainsi ses hommes après avoir obtenu un des plus beaux bilans de la « guerre d’ALGERIE » et ce, avec un minimun de pertes. A DJELFA, MASSELOT dépendant directement du général SALAN, aura en fait autorité sur les colonels de secteur. Sa première mission sera de détruire le « général » félon BELLOUNIS. L’affaire sera promptement réglée. En avril 1959, ce sera au tour des « colonels » AMIROUCHE et SI HAOUES, anéantis avec leurs troupes dans le djebel KORAA.
Nommé lieutenant colonel début 1960, MASSELOT prendra le commandement du 18ème régiment de chasseur parachutiste, héritiers du « Royal AUVERGNE », et formé essentiellement d’appelés. Sous son impulsion l’unité deviendra le fer de lance de la division et les paras légionnaires le baptiseront le « 3ème R.E.P ». Ce temps de commandement sera l’un des moments les plus marquants de sa carrière. Il y aura sa participation au putsch mais surtout le décès de son fils Philippe.
Né en 1941, à ORAN, Philippe MASSELOT fut breveté para à 16 ans seulement, accumulant les sauts avec le régiment de son père. Profitant de ses vacances scolaires et ne supportant pas que lui, pied noir, ne contribue pas à la défense de sa terre natale, il rejoignit le 18ème. Le 17 juillet 1960 sur la côte 711, près de DJIDJELLI, il trouvera la mort au sein de la compagnie portée du régiment. Ce fut un drame pour le colonel qui jamais ne s’en remit.
En décembre 1960, MASSELOT et ses hommes envoyés à ALGER lors des manifestations F.L.N. orchestrées par le Délégué Général MORIN auront vite fait de calmer l’ardeur des émeutiers.
Début 1961, contacté par le général JOUHAUD, le colonel engagera son régiment dans le sursaut tardif du putsch. Devant l’échec, il assumera toutes ses responsabilités en faisant en sorte que son unité ne soit pas dissoute. Mais rien n’y fera. Condamné à 8 ans de détention criminelle, MASSELOT passera 51 mois en prison avant de benéficier de l’amnistie.
Toujours apprécié de ses hommes, il sera fêté à PAU pour son 90ème anniversaire par une centaine d’entre eux.
Il s’est éteint le 1er juin 2002
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: MASSELOT Georges colonel- participe avec le 18e RCP au Putsch d'avril 1961   Mer 18 Mar 2009 - 16:44



13 Juillet 1955 le 2è BEP reçoit la fouragère rouge des mains du Général Jacqot on y voit la croix de guerre TOE avec 6 palmes

Revenir en haut Aller en bas
Camp d'Idron
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: MASSELOT Georges colonel- participe avec le 18e RCP au Putsch d'avril 1961   Lun 21 Sep 2015 - 19:57

Ne pas oublier...

_________________
       
  601° GIA                          602° GIA

« La France n’est plus que silence. Elle est perdue quelque part dans la nuit, tous feux éteints, comme un navire. Sa conscience et sa vie spirituelle se sont ramassées dans son  épaisseur » (Antoine de Saint-Exupéry)
Revenir en haut Aller en bas
jacky alaux
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: MASSELOT Georges colonel- participe avec le 18e RCP au Putsch d'avril 1961   Lun 21 Sep 2015 - 21:43


Colonel Georges MASSELOT
Que dire d'autre sur cet exceptionnel Grand Soldat qui n’hésita pas à aller jusqu'au bout. pour l'honneur de la France, de la parole donnée et l'Honneur des PARAS. Combien en reste t-il de tel hommes de nos jours ?
Revenir en haut Aller en bas
FOUQUET66
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: MASSELOT Georges colonel- participe avec le 18e RCP au Putsch d'avril 1961   Mar 22 Sep 2015 - 12:06

jacky alaux a écrit:

Colonel Georges MASSELOT
Que dire d'autre sur cet exceptionnel Grand Soldat qui n’hésita pas à aller jusqu'au bout. pour l'honneur de la France, de la parole donnée et l'Honneur des PARAS. Combien en reste t-il de tel hommes de nos jours ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.legionetrangere.fr/
Kéo
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: MASSELOT Georges colonel- participe avec le 18e RCP au Putsch d'avril 1961   Mar 22 Sep 2015 - 16:27

Moi qui n'ai pas connu cette terrible période, je ne peux que m'incliner pour le repos de l'âme de ce soldat exceptionnel.
Que notre Archange St Michel veille sur lui pour l'éternité.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MASSELOT Georges colonel- participe avec le 18e RCP au Putsch d'avril 1961   

Revenir en haut Aller en bas
 
MASSELOT Georges colonel- participe avec le 18e RCP au Putsch d'avril 1961
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: AU PANTHEON DES PARACHUTISTES, tous égaux devant la mort, St MICHEL ne fait aucune distinction de grade :: AU PANTHEON DES PARACHUTISTES-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: