CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 opération épervier

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: opération épervier   Mer 10 Déc 2008 - 15:14



COLLÈGE INTERARMÉES DE DÉFENSE



DEBUT :
13 février 1986
Opération Epervier
FIN :
en cours
CONTEXTE : De 62 à 75, le Tchad est gouverné par Tombal baye. Suite aux répressions, le nord se révolte en 65 et en 66 se forme le FROLINAT (front de libération du Tchad). En dépit de la demande d'aide de la Libye en 72 (en échange de la bande d'Aouzou), après l'aide de la France à partir de 68, le gouvernement est renversé par le col Malloum lors du putsch du 13 avril 75. La guerre civile devient généralisée avec le FROLINAT de Oueddei, allié aux FAN (forces armées nationales) de Habré.
Après l'opération Camomille en 77 de redéploiement du dispositif militaire, la France intervient à nouveau à la demande du gouvernement en déclenchant l'opération Tacaud. Ces forces défont les troupes du FROLINAT dans une vigoureuse offensive aéroterrestre où les jaguars se distinguent. Hissène Habré devient 1er ministre en 78 renverse le président Malloum en fev 79. Les accords de réconciliation de Lagos du 23 mars 79 créent une illusion de consensus avec la création d'un gouvernement d'unité nationale mais peu après en août 79 la présence française est décriée. Cantonnée à la défense des quelques ressortissants demeurés à Ndjaména, craignant de s'engager dans une guerre sans fin, l'opération Anabase replie en mai 80 le dispositif tacaud. Après le retrait des forces françaises, l'opposition entre les grands chefs du nord (Oueddei, Habré et Deby) entretient les conflits dans le pays. En 82, le rejet par Hissène Habré de tout droit libyen sur la bande d'Aouzou provoque un retournement d'alliance. Sous l'instigation de la Libye, Goukouni Oueddei chef de l'armée de libération nationale (ALN) et du gouvernement d'unité nationale (GUNT, implanté dans le nord du Tchad) lance le 24 juin 83 une attaque contre Faya Largeau soutenu par la Libye. Le gouvernement tchadien d'Hissène Habré contre attaque et reprend Faya le 31 juillet 83. La Libye intervenant par des attaques aériennes, le Tchad demande l'aide de la France. Comme en 78, après la fourniture de matériels, face à l'implication de plus en plus forte de la Libye, l'opération Manta aboutit à la défaite militaire de la Libye et des opposants qu'elle soutient et se conclut par un accord mettant fin au conflit en avril 84.
La reprise de l'offensive des rebelles du GUNT dans le nord est le 10 fev 86 amène le gouvernement à demander à nouveau l'intervention de la France. Après un an de conflit, les libyens sont repoussés par les attaques tchadiennes.
Depuis 87, le dispositif a évolué selon la menace et les sollicitations pour d'autres opérations dans la zone. Après un renforcement en 89 lors de la 1ère attaque par l'opposition armée dirigée par Idriss Deby (proche de tripoli), les rebelles lancent en 90 une vaste attaque contre le régime et Idriss Deby prend le pouvoir. En 93, une conférence de réconciliation nationale décide d'instaurer la démocratisation mais ses effets ne seront effectifs qu'avec les élections présidentielles de 96. Il faut noter qu'en 94 la décision de la cour de justice met un terme au conflit avec la Libye en se prononçant pour le rattachement au Tchad de la bande d'Aouzou.
MISSION : * Assurer une mission intérieure de présence et de participation à la sécurité des ressortissants.
* Assurer une mission extérieure d'intervention pour d'autres pays (force prépositionnée pour d'autres conflits).
* Apporter une aide à la logistique de l'armée nationale tchadienne.
* Apporter une aide humanitaire à la population en cas d'urgence.
CADRE : ACDEF // nationalNATURE : assistance §agression §rébellion / présence
PARTICIPATION : armée de l'air / armée de terre
MISSION aérienne : Assaut / Défense aérienne / Hélicoptère transport / Ravitaillement / Reconnaissance / Surveillance / Transport stratégique / Transport tactique
MOYENS air : 2 C160, 1 C130, 5 Mirage F1, 12 Jaguar, 3 C135
Allégement en 1992 avec le repli des Mirage F1 et des Mirage 2000 mais avec le maintien à Bangui de 5 Jaguar, de 2 C160 et de 4 Puma (ne reste alors que 2 C160 et 4 Puma)
Ne subsiste à l'heure actuelle que 2 C160, 1 C130 et 5 Mirage F1
AUTRES :3 pumas / 6 blindés legers ERC90sagaie / 4 postes de tirs milan / 4 mortiers 120 mm
EFFECTIFS : 950 actuellementdont armée de l'air : xxxxxxxx
PERTES humaines : xxxxxxxxmatérielles : xxxxxxxx
BILAN opérationnel : Le 16 fev 86, ont été menées des opérations de bombardement sur Ouadi Doum (raid de 8 jaguars à plus de 1 600 km, escortés de 4 F1 soutenus par 2 Atlantic et ravitaillés par 5 C135). En représailles, la Libye attaque l'aéroport de Ndjaména le 17 fev 86. Le 07 janv 87, un raid de 4 jaguars détruit les radars de Ouadi Doum (deux MF1 simuleront une attaque par l'est). Le 07 sept 87, un TU22 est abattu lors d'une nouvelle attaque aérienne libyenne contre la piste de Ndjaména par 3 TU22. A noter l'implantation du dispositif sur deux sites (Ndjaména et Abéché). Le surcout du dispositif est de 61,5 M€ /an.
IMPACT de l'armée de l'air : L'intervention des MF1 a été rendue possible grâce à sa nouvelle capacité de ravitaillement en vol. Les enseignements tirés portent sur l'importance des capacités de protection contre les attaques air/sol, sur les capacités d'acquisition (importance de la capacité basse altitude des awacs qui ont fait défaut) suppléées par le radar centaure, sur la nécessité de règles d'identification et d'ouverture du feu (impliquant des actions nécessairement très rapides) sur l'importance d'une capacité de réparation des pistes dans des délais très courts. Le dispositif Epervier a été utilisé en de nombreuses occations comme appui pour d'autres opérations de la zone.
LIENS: tacaud / mantaPrépositionnés impliqués : xxxxxxxx
SOURCE(S) : .6.19.116.122.131.142.150.151.153.156.158.160.162.256.324.338.342.349. (correspondance selon la liste des sources)
Revenir en haut Aller en bas
baroudeur
enregistré
enregistré
avatar


MessageSujet: Re: opération épervier   Sam 25 Avr 2009 - 20:45

Bonsoir,
Quelque photos de l'époque..avril 1986...Biltine...Abéché..
Revenir en haut Aller en bas
baroudeur
enregistré
enregistré
avatar


MessageSujet: Re: opération épervier   Sam 25 Avr 2009 - 20:49

Revenir en haut Aller en bas
Claude Millet
Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: opération épervier   Ven 1 Mai 2009 - 12:30

J'avais zappé ce beau reportage!!!

Merci Baroudeur pour les photos qui rejoignent ainsi nos archives TAP et merci aussi à Patrick pour ce rappel!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: opération épervier   

Revenir en haut Aller en bas
 
opération épervier
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: NOS GUERRES COMPTEMPORAINES et les OPEX :: OPEX 1962 à ce jour :: TCHAD-
Sauter vers: