CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 GIGN et nouveau concept

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Michel
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: GIGN et nouveau concept   Sam 29 Nov 2008 - 12:43

Les Gendarmes Parachutistes du GIGN, l'EPIGN et GSPR sont regroupés aujourd'hui pour n'être que le GIGN afin d'adapter les moyens aux nouvelles menaces.

Rappel
, un article de LCI du 21.05.2007

Sécurité - Le GIGN muscle ses effectifs

Le Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) fait peau neuve. Objectif : pouvoir mobiliser instantanément, lors d'une prise d'otages massive, deux cents gendarmes, soit le double des effectifs actuels de l'unité. Les unités d'intervention de la gendarmerie, dont le GIGN et l'escadron parachutiste (EPIGN), vont en effet former une nouvelle structure afin de pouvoir déployer "une force cohérente" de deux cents gendarmes "sur des situations extrêmes", selon une source proche du dossier.

Cette unité, qui reprendra le nom de Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN), sera constituée le 1er septembre. Elle devrait être commandée par le colonel Denis Favier, ex-commandant du GIGN, qui avait mené l'opération de libération des otages de l'Airbus d'Air France détourné à Marignane par quatre islamistes algériens, le 26 décembre 1994.

"Relever le défi des menaces nouvelles"

Actuellement le Groupement d'intervention de la gendarmerie nationale (GSIGN), basé à Satory dans les Yvelines, près de Versailles, compte 380 gendarmes : GIGN (120); Escadron parachutiste d'intervention de la gendarmerie, (EPIGN, 150); détachement de gendarmerie au Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR, 30 hommes et femmes); formation et soutien (80 hommes). Les effectifs du nouveau GIGN, constitué de trois piliers (opérations, formation, soutien), seront portés d'ici 2010 à 420 gendarmes.

Cette réorganisation vise à "relever le défi des menaces nouvelles", comme les prises d'otages massives, selon un officier qui a conduit cette réorganisation. Le pilier opérationnel du nouveau GIGN sera "articulé autour de quatre forces distinctes mais complémentaires" : intervention, protection, observation-recherche, appui opérationnel. La sélection et la formation seront communes pour tous les gendarmes qui, après avoir été affectés pendant deux ou trois ans à l'intervention, pourront, le cas échéant, évoluer vers la protection, l'observation-recherche, ou l'appui opérationnel.

(D'après agence)

Aujourd'hui, suite à l'affaire Indienne de ces derniers jours, voici les dernières infos fournies aujourd'hui par le blog Secret Défense:

POM: le nouveau concept du GIGN validé par les événements de Bombay

POM comme Prise d'otages de masse. C'est le nouveau concept sur lequel le GIGN travaille depuis plusieurs mois. Les événements de Bombay - qui se sont soldés par 195 morts et 295 blessés au terme de plus de deux jours de terrorisme urbain - montrent que la menace d'actions de grande ampleur est bien réelle. Cette préoccupation remonte à deux prises d'otages en Russie (un théâtre de Moscou en octobre 2002 puis le gymnase de Beslan en septembre 2004) par des terroristes tchétchènes. A Satory, où est basé le GIGN, les experts du contre-terrorisme se sont alors posés la question : que pourrions-nous dans une telle situation ? la réponse est apparue clairement : les effectifs disponibles étaient insuffisants.

D'où la profonde réoganisation du GIGN, mise en oeuvre depuis 2007, avec l'augmentation de ses effectifs et la coopération avec les policiers du Raid. En s'appuyant sur des renforts gendarmiques et policiers, voire (après réquisition) issus des forces spéciales, il s'agirait de pouvoir déployer plusieurs centaines d'hommes, pour intervenir et sécuriser. Les effectifs ne sont pas tout : il faut aussi les coordonner et disposer d'une structure de commandement adaptée. Là encore, d'importants progrès ont été faits. Il s'agit d'éviter à tout prix ce qu'il s'est passé à Bombay : la mort du chef du groupe antiterroriste dans les premiers moments de l'opération..

________

En effet, les Forces Spéciales sont formés à la prise de bâtiments (comme le CPA10 pour les bâtiments aéroportuaires ...) alors la possibilité de réquisition semble intéressante.

A noter aussi que lors de la création du GIGN, des antennes en provinces étaient prévues, cela n'a pas été fait. Aujourd'hui, les PI2G (Peloton d'Intervention Interrégionaux de la Gendarmerie Nationale) ont étés créés à Toulouse et Orange (cf Raid de ce mois) et bientôt un 3ème et un 4ème. Ces PI2G prévus pour des affaires moins lourdes que le GIGN constituerons je pense un bon appui en cas de "POM".
Revenir en haut Aller en bas
 
GIGN et nouveau concept
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: ACTUALITES DIVERS :: VEILLE ACTUALITE MILITAIRE-
Sauter vers: