CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez
 

 Transall N° 223 Astarte

Aller en bas 
AuteurMessage
Michel
Expert
Expert
Michel


Transall N° 223  Astarte Empty
MessageSujet: Transall N° 223 Astarte   Transall N° 223  Astarte EmptyMer 12 Nov 2008 - 22:13

C.160H Transall ASTARTE
Avion Station Relais de Transmissions Exceptionnelles

Produit à quatre exemplaires, le Transall ASTARTE était véritablement un "avion spécial" à la mission très particulière.

Dans les années 80, un des piliers de la dissuasion française était constitué par la Force Océanique Stratégique (FOST) et ses Sous-marins Nucléaires Lanceurs d'Engins (SNLE). La mission de ces derniers était (et reste aujourd'hui) de "disparaître" pour des patrouilles de trois mois. Ils étaient en mesure de lancer à tout moment les 16 missiles Mer-Sol Balistiques Stratégiques (MSBS) à têtes nucléaires.
Une discrétion absolue est la principale défense d'un tel engin. Mais cette discrétion constitue aussi un formidable obstacle au maintien de la liaison avec le Commandement, en particulier lorsqu'il s'agit, pour celui-ci, de modifier ou de compléter les ordres d'opérations du sous-marin.
Il était aussi essentiel de pouvoir assurer une liaison "en live" dans le cas où l'ordre d'ouverture du "feu nucléaire" aurait-été donné.
Pas question pour le sous-marin de remonter en surface à intervalles réguliers, ni de déployer une antenne en surface, l'une ou l'autre de ces manœuvres aurait rendu possible la localisation et donc sa destruction préventive en cas de conflit.

Une des solutions possibles à l'époque était d'utiliser un système de transmission à très basse fréquence (VLF Very Low Frequency), permettant la pénétration des ondes radio dans l'eau. Cette solution imposait l'emploi d'un relais aérien pour que les ondes frappent la surface de la mer sous un angle adéquat.

Le développement "ab-initio" d'un tel système pour les seuls besoins français aurait été long et excessivement coûteux. Il fut donc décidé d'en faire l'acquisition "sur étagère" auprès des Etats-Unis qui disposaient du système "Tacamo", mis en œuvre depuis des EC-130Q "Hercules", dont la relève a été assurée depuis par des E-6 "Mercury".

Quatre systèmes complets furent achetés et avionnés sur des Transall Nouvelle Génération, ravitaillables en vol.

Le système se caractérise par l'emploi de deux antennes filaires remorquées par l'avion qui orbite autour d'un point.

L'une des antennes, longue de 8.000 mètres, décrit une hélicoïde sous l'avion ; l'autre longue seulement de 300 mètres forme un dipôle avec la première.

Ces deux antennes, constituées d'un fil de cuivre de 4 mm de diamètre, sont enroulées sur des treuils logés dans la soute du Transall.

Lorsque les antennes sont déployées, un pilote automatique très performant assure la parfaite adéquation entre la trajectoire de l'avion et les conditions météorologiques pour assure une efficience maximale au dipôle.
Le premier C.160H effectue son premier vol le 27 février 1985, avant d'être transféré aux Etats-Unis pour y recevoir ses équipements spécifiques.
Le 8 avril 1986 il décolle pour la première fois entièrement équipé de Love Field (Dallas).

Les C.160H Astarte sont à l'origine mis en œuvre par l'Escadron Avion 00.059 "Astarté", unité organique du COTAM, mis à disposition des F.A.S. pour emploi.

En 1992 l'E.A. 00.059 devient Groupe Aérien 00.059 et passe sous commandement organique des FAS.

La Force Aérienne de Projection, délégataire de la "conduite" des avions, met alors sur pied l'Escadron Avions 01.059 "Bigorre", la Marine Nationale, fournissant les équipages techniques regroupés au sein de l'Escadrille Marine du Groupe Aérien.

Le Groupe Aérien 00.059 "Astarté" a été dissous le 3 juillet 2001, après 26.500 heures de vol et 850 émissions au profit des SNLE.

La remise au standard "cargo" de ces avions aurait été très lourde, ils ont donc été arrêtés de vol et servent de magasins de pièces au profit des Transall de la FAP.

La mission de transmission vers les SNLE a été reprise par le système de transmissions de dernier recours (SYDEREC).

Transall N° 223  Astarte Transa22
Revenir en haut Aller en bas
booy
Pro !
Pro !
booy


Transall N° 223  Astarte Empty
MessageSujet: Re: Transall N° 223 Astarte   Transall N° 223  Astarte EmptyJeu 13 Nov 2008 - 9:34

J'ai encore appris quelque chose aujourd'hui
merci à toi Michel
amitiés para
pierrot
Revenir en haut Aller en bas
Michel
Expert
Expert
Michel


Transall N° 223  Astarte Empty
MessageSujet: Re: Transall N° 223 Astarte   Transall N° 223  Astarte EmptyMar 18 Nov 2008 - 19:05

Transall N° 223  Astarte C160_h10
Revenir en haut Aller en bas
Sergent LOMBART
Expert
Expert
Sergent LOMBART


Transall N° 223  Astarte Empty
MessageSujet: Re: Transall N° 223 Astarte   Transall N° 223  Astarte EmptyMer 19 Nov 2008 - 20:04

Il n'y a pas a redire ,

C'est un bel avion !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Philjo27
Invité
avatar


Transall N° 223  Astarte Empty
MessageSujet: J'y étais !!!   Transall N° 223  Astarte EmptyMar 18 Sep 2012 - 12:08

Bonjour à tous et merci pour ce sujet qui me rappelle tant de souvenirs...

" Le 8 avril 1986 il décolle pour la première fois entièrement équipé de Love Field (Dallas)." J'y étais à l'époque mais n'ai volé qu'un mois plus tard.

Petit correctif,
" Le système se caractérise par l'emploi de deux antennes filaires remorquées par l'avion qui orbite autour d'un point."
En cas de mauvaise météo et risque de givrage des antennes, l'émission se faisait en vol linéaire et non orbital.
En vol orbital le cône de l'antenne longue se trouvait à environ 80% de sa longueur sous l'avion alors qu'en vol linéaire il se trouvait à 1/3 de sa longueur sous l'avion. donc possibilité de s'échapper de la couche nuageuse en montant plus haut.
Dans ce cas il suffisait juste d'adapter la longueur de l'antenne courte à ce nouveau profil de vol.
Et pour info, la longueur de l'antenne courte était d'environ 4500 ft soit 1500 m et donc plus que les 300 m indiqués.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Transall N° 223  Astarte Empty
MessageSujet: Re: Transall N° 223 Astarte   Transall N° 223  Astarte Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Transall N° 223 Astarte
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dernier vol du Transall 61-MM

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: LES AVIONS MYTHIQUES et récents des PARAS :: TRANSALL C160-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: