CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Colonel Jacques Allaire : « Je ne regrette pas d’avoir fait Ðiện Biên Phủ ; 65 ans après, ce sont les morts que je regrette ! »

Aller en bas 
AuteurMessage
Claude MILLET
Fondateur
Claude MILLET


Colonel Jacques Allaire : « Je ne regrette pas d’avoir fait Ðiện Biên Phủ ; 65 ans après, ce sont les morts que je regrette ! » Empty
MessageSujet: Colonel Jacques Allaire : « Je ne regrette pas d’avoir fait Ðiện Biên Phủ ; 65 ans après, ce sont les morts que je regrette ! »   Colonel Jacques Allaire : « Je ne regrette pas d’avoir fait Ðiện Biên Phủ ; 65 ans après, ce sont les morts que je regrette ! » EmptyMer 8 Mai 2019 - 15:18

Armées - Audio - Editoriaux - Entretiens - Histoire - 7 mai 2019

Colonel Jacques Allaire : « Je ne regrette pas d’avoir fait Ðiện Biên Phủ ; 65 ans après, ce sont les morts que je regrette ! »

Colonel Jacques Allaire : « Je ne regrette pas d’avoir fait Ðiện Biên Phủ ; 65 ans après, ce sont les morts que je regrette ! » Allaire-845x475


Aujourd’hui 7 mai, c’est l’anniversaire de la bataille de Ðiện Biên Phủ, en Indochine. Il y a 65 ans, après 56 jours et 55 nuits de bataille contre l’ennemi Viêt Minh, les soldats français rendaient les armes.
Le colonel Jacques Allaire, jeune lieutenant à l’époque, prit part à cette bataille qui fut considérée comme la plus longue et la plus meurtrière de l’après-Seconde Guerre mondiale. Il témoigne au micro de Boulevard Voltaire.
Il y a 65 ans, vous avez déclaré à vos hommes : « Je vois bien comment on entre, mais je ne vois pas comment on sort. » Vous parliez de la cuvette de Ðiện Biên Phủ. Avec vos yeux de combattant, pensiez-vous que c’était une bataille perdue d’avance ?
Je n’ai pas dit cela. J’ai dit à mes gars : « Nous partons demain à Ðiện Biên Phủ. Je vois bien comment nous irons, mais je ne vois pas comment nous rentrerons. » Voilà ce que je leur ai dit. Je le pensais. Pas un seul homme n’a moufté. Pas un seul homme n’a eu d’état d’âme. Le lendemain, nous étions rassemblés et avons sauté à Ðiện Biên Phủ.
Ayant connaissance du terrain, je ne savais pas comment nous aurions pu sortir de cette affaire. Nous étions à 300 km de Hanoï, sans aucune possibilité de revenir par la route ou même à pied.
Vous décrivez cette bataille comme un désastre…
Je déclare cette bataille comme un désastre après l’avoir faite. On s’est battu pendant 56 jours et 55 nuits. Il n’y avait pas besoin d’avoir fait l’école de guerre pour comprendre que nous aurions quelques difficultés si loin de Hanoï, et sans possibilité d’avoir des renforts autrement que par parachute. Or, tous les bataillons de paras étaient déjà engagés. Il a donc fallu que des volontaires qui n’avaient jamais sauté en parachute nous rejoignent. Malheureusement, cela n’a pas suffi.
Je n’avais pas fait l’école de guerre, mais j’avais fait trois séjours en Indochine. Pourtant, je ne savais pas comment nous allions rentrer.
Vous étiez lieutenant, à cette époque. 65 ans après, quelles sont les impressions qui vous restent de cette bataille ?
90 % des combattants ont été remarquables. Quelques autres ont eu des états d’âme. Je ne regrette pas d’avoir fait Ðiện Biên Phủ. En tant que militaire de carrière, je regrette que des hommes soient morts.
Dans les manuels d’histoire, on ne retrouve pas la page Ðiện Biên Phủ. Qu’en pensez-vous ?
L’enseignement est corrompu par des politiques qui n’ont jamais suivi les gouvernements dans leurs actions. Quand nous étions en Indochine, la France était complètement désintéressée et déconnectée par la guerre d’Indochine. Lorsque nous sommes rentrés en France, nous nous sommes rendu compte que nous étions seuls là-bas et que la France avait d’autres chats à fouetter que la guerre d’Indochine. Pendant toute la période de la guerre d’Indochine, nous avons eu 29 ou 30 gouvernements. On n’a véritablement jamais su prendre le problème au niveau politique.
En 45, au début de la guerre d’Indochine, le général Leclerc avait compris qu’on ne pourrait pas gagner cette guerre et que la page était tournée. Les Anglais, les Hollandais et les Américains avaient perdu leurs colonies.

Entretien avec le colonel Jacques ALLAIRE
Revenir en haut Aller en bas
FOUQUET66
Expert
Expert
FOUQUET66


Colonel Jacques Allaire : « Je ne regrette pas d’avoir fait Ðiện Biên Phủ ; 65 ans après, ce sont les morts que je regrette ! » Empty
MessageSujet: Re: Colonel Jacques Allaire : « Je ne regrette pas d’avoir fait Ðiện Biên Phủ ; 65 ans après, ce sont les morts que je regrette ! »   Colonel Jacques Allaire : « Je ne regrette pas d’avoir fait Ðiện Biên Phủ ; 65 ans après, ce sont les morts que je regrette ! » EmptyMer 8 Mai 2019 - 18:12

Merci Claude pour ce reportage. Comme le dit J.Allaire on ne peut que regretter tous ces morts :surtout ne pas oublier.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.legionetrangere.fr/
Charly71
Pro !
Pro !
avatar


Colonel Jacques Allaire : « Je ne regrette pas d’avoir fait Ðiện Biên Phủ ; 65 ans après, ce sont les morts que je regrette ! » Empty
MessageSujet: Re: Colonel Jacques Allaire : « Je ne regrette pas d’avoir fait Ðiện Biên Phủ ; 65 ans après, ce sont les morts que je regrette ! »   Colonel Jacques Allaire : « Je ne regrette pas d’avoir fait Ðiện Biên Phủ ; 65 ans après, ce sont les morts que je regrette ! » EmptyJeu 9 Mai 2019 - 8:29

Merci mon colonel d'oser le dire, heureusement que vous êtes en retraite ....
Merci Claude de nous donner l'info
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Colonel Jacques Allaire : « Je ne regrette pas d’avoir fait Ðiện Biên Phủ ; 65 ans après, ce sont les morts que je regrette ! » Empty
MessageSujet: Re: Colonel Jacques Allaire : « Je ne regrette pas d’avoir fait Ðiện Biên Phủ ; 65 ans après, ce sont les morts que je regrette ! »   Colonel Jacques Allaire : « Je ne regrette pas d’avoir fait Ðiện Biên Phủ ; 65 ans après, ce sont les morts que je regrette ! » Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Colonel Jacques Allaire : « Je ne regrette pas d’avoir fait Ðiện Biên Phủ ; 65 ans après, ce sont les morts que je regrette ! »
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chaussons à la coquille St Jacques
» Le nom de ce Colonel
» verrines foie gras et saint Jacques
» bateau du grand Jacques
» JACQUES LANZMANN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: NOS GUERRES COMPTEMPORAINES et les OPEX :: INDOCHINE 1945 -1954 :: DIEN BIEN PHU-
Sauter vers: