CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Caylus, centre névralgique des combats

Aller en bas 
AuteurMessage
Claude MILLET
Fondateur
avatar


MessageSujet: Caylus, centre névralgique des combats   Lun 19 Nov 2018 - 11:53

Publié le 17/11/2018 à 03:49, Mis à jour le 19/11/2018 à 09:46

Caylus, centre névralgique des combats

Défense - Armée - Exercice multinational falcon amarante



voir la vidéo

L'entente cordiale n'est pas morte. Elle vit encore. Plus que jamais même. «On peut parler d'amitié franco britannique», assure le colonel Vidal, chef d'état-major de la 11e Brigade Parachutiste. La coopération entre militaires français et anglais, et notamment entre les paras de la 11e BP de Toulouse (à laquelle appartient le 17e RGP) et de la 16e Air Assault Brigade de Colchester prospère depuis 2010, tantôt sous commandement français, tantôt sous commandement britannique, sur le territoire national ou outre-Manche. L'exercice Falcon Amarante qui a débuté en début de semaine et s'achèvera mercredi en est l'illustration concrète. Cet exercice multinational en terrain libre qui se déroule entre Francazal et le Tarn-et-Garonne s'est adjoint cette année la coopération des Américains de la 173e Airborne Brigade basée à Vincenza (Italie). Au total, 2 400 hommes, 300 véhicules, 12 avions de transport, 6 hélicoptères…
À Caylus, Français, Anglais et Américains déroulent donc leur partition selon un scénario classique : un territoire envahi par des milices paramilitaires que les forces alliées doivent repousser. Déploiement des moyens, humains et matériels, par la route et par les airs, mise à contribution du génie, de la cavalerie, de l'artillerie… le tout supervisé par un état-major binational commandé par le général Collet, patron de la 11e BP. La guerre telle que ces militaires devront la faire si l'ordre politique en était donné. Cette semaine, une guerre sous le soleil, qui n'a cependant pas permis, hier, le poser d'assaut des avions gros porteurs en raison d'une piste jugée trop meuble. En revanche, les Transal et Casa français, et les Hercule anglais ont pu expulser à 300 mètres du sol, leur cargaison humaine et de matériels.

La guerre totale où les acteurs de la 3e dimension doivent composer avec les forces terrestres.

Au Rastibel, paras français et britanniques attendent la phase offensive. Un peu plus loin, la section Phenix du 3e Rpima surveille la zone. Soldats français et britanniques sont dans le même bateau : «On se comprend, on a l'habitude de travailler en semble»… La barrière de la langue n'en est plus vraiment une. «Reste peut-être à améliorer la partie logistique commune, nos matériels n'étant pas toujours compatibles», confie cet officier supérieur français.
Ainsi bat le causse de Caylus dans cette guerre totale où les acteurs de la 3e dimension doivent composer avec les forces terrestres. Cette cohabitation nécessite évidemment une coordination. C'est ici le rôle des militaires du camp de Caylus et de leur chef de corps, le lieutenant-colonel Mercury : «Nous sommes des facilitateurs. Nous ne sommes pas impliqués dans l'exercice. Notre travail est de rentabiliser au mieux l'espace et les créneaux horaires pour que tout le monde puisse faire ce qu'il à faire», explique le major Dominique, chef de tir du camp. Les hommes du camp Normand s'acquittent avec succès de leur mission. Les seuls incidents enregistrés se résument pour l'heure à quelques foulures et une jambe cassée (celle d'un soldat britannique) à l'issue d'un saut mal réceptionné. On note aussi 3 blessés et 3 morts dans un bus ayant sauté sur une mine… Mais cette tragédie appartient au scénario fictif de l'exercice
Pierre Mazille.
Revenir en haut Aller en bas
FOUQUET66
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: Caylus, centre névralgique des combats   Lun 19 Nov 2018 - 12:04

Fort intéressant, merci Claude.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.legionetrangere.fr/
Claude MILLET
Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: Caylus, centre névralgique des combats   Lun 19 Nov 2018 - 12:21








la suite des photos de Caylus (Amarante)
Revenir en haut Aller en bas
Bardin
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: Re: Caylus, centre névralgique des combats   Mar 20 Nov 2018 - 19:52

merci!
Revenir en haut Aller en bas
Charly71
Pro !
Pro !



MessageSujet: Re: Caylus, centre névralgique des combats   Mer 21 Nov 2018 - 8:36

Merci Claude de ce reportage
Revenir en haut Aller en bas
bebe rose
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: Re: Caylus, centre névralgique des combats   Mer 21 Nov 2018 - 12:18

!!!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Caylus, centre névralgique des combats   

Revenir en haut Aller en bas
 
Caylus, centre névralgique des combats
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: LES UNITES PARACHUTISTES France et OM :: Les camps d'entaînement BP-DI-
Sauter vers: