CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Les parachutistes de la 11e Brigade assurent ce mois de juin la relève de l'opération Barkhane

Aller en bas 
AuteurMessage
Claude Millet
Fondateur
avatar


MessageSujet: Les parachutistes de la 11e Brigade assurent ce mois de juin la relève de l'opération Barkhane   Dim 17 Juin 2018 - 20:13

Publié le 16/06/2018 à 07:40, Mis à jour le 16/06/2018 à 08:14


Défense - Armée



Nos régiments sur le front du Sahel

Vidéo La Dépêche du Midi
S'abonner
Les parachutistes de la 11e Brigade assurent ce mois de juin la relève de l'opération Barkhane, dans la bande sahélo-sahararienne (BSS). Ils retrouvent principalement le nord du Mali alors que le pays et la zone restent fragiles… Une région dont l'instabilité et la violence nourrissent aussi le départ des migrants.
Après avoir été principalement déployée sur le territoire national dans le cadre de l'opération Sentinelle ces deux dernières années, la 11e Brigade parachutiste renoue en 2018 avec les opérations extérieures. Selon un cycle bien rodé au sein des armées, les parachutistes de Toulouse-Balma (état-major, commandement et transmissions), Francazal (1er RTP), Tarbes (1er RHP et 35e RAP), Montauban (17e RGP) et Calvi (2e REP), assurent en ce mois de juin la relève des unités françaises présentes dans le nord de la bande sahélo-saharienne, au Mali essentiellement.

Un rôle clé du dispositif

Concernant Barkhane – venue prendre le relais de Serval en 2014 – mais à l'échelle des cinq principaux pays d'une zone grande comme l'Europe, de la Mauritanie au Tchad via le Mali, le Niger et le Burkina Faso, une partie des 1 500 parachutistes de notre région (ou dépendant de Toulouse, pour ce qui concerne les légionnaires du 2e REP, basés à Calvi) armeront le «poste de commandement interarmées de théâtre». Ils assureront là un rôle clé du dispositif puisqu'il s'agira de coordonner les opérations aériennes, terrestres ainsi que les manœuvres logistiques tout en assurant le soutien et la planification des opérations.
Mais l'essentiel de ces hommes et femmes composera les deux «groupements tactiques désert», infanterie et blindé, sur le terrain. Gao, dans la boucle du Niger, Tessalit, entre désert et montagnes arides, au sud de la frontière algérienne, Tombouctou, mythique : principaux postes français, depuis Serval… Un terrain dur, dans des conditions abrasives voire exténuantes – même pour des hommes et des femmes entraînés à la «rusticité» – et qui ne laisse pas de répit dans un quotidien brûlant et poussiéreux mais, surtout, de menace constante : loin des projecteurs de l'actualité, la nébuleuse des groupes terroristes salafistes y reste toujours active.

Vital pour… l'Europe

Car, même si actuellement le Mali et ses frontières ont quitté l'avant-scène de l'actualité, les intérêts mafieux des trafiquants convertis au jihad, la diplomatie souterraine des monarchies religieuses ou celle de grandes puissances extra-européennes continuent à alimenter l'instabilité, au sud d'un Sahara dont la tranquillité reste vitale pour l'Europe.
L'Europe, ensemble politique en difficulté, où la majorité des alliés de Paris ne veut voir au «sud de l'Afrique du Nord» qu'un vieux «problème post-colonial» français… alors que cette immensité représente la profondeur stratégique même de l'espace méditerranéen.
Ce que savent les militaires depuis la Deuxième Guerre mondiale et que mesurent aujourd'hui les politiques, avec la crise des migrants, fuyant conflits et misère. Frontière de sables mouvants sur laquelle partent les régiments de la région, parce que ce qui se passe «là-bas» nous concerne, qu'on le veuille ou non, directement «ici».


3200 paras en opération

Outre Barkhane, un troisième groupement tactique sera déployé simultanément en République de Côte d'Ivoire. Abidjan y héberge les 900 militaires des FFCI (Forces Françaises de Côte d'Ivoire) prépositionnées en Afrique de l'Ouest; S'y trouve aussi l'une des deux bases opérationnelles avancées de la France en Afrique avec Djibouti où d'autres parachutistes de la 11e Brigade parachutiste sont ou seront déployés cette année, comme un peu partout ailleurs à travers le monde puisque des éléments sont toujours traditionnellement présents aussi en Guyane ou en Nouvelle-Calédonie dans le cadre des forces de souveraineté.
Au total et en incluant Sentinelle, dans les grandes villes, 3 200 parachutistes seront ainsi déployés sur le terrain cette année soit plus du tiers de la Brigade, qui par ailleurs continue à assumer également sa fonction de «brigade de l'urgence» puisque la 11e BP est la seule brigade à armer une alerte permanente, le «Guépard», soit 700 hommes destinés à remplir les missions inopinées et pouvant être projetés à tout moment sous 12 heures, pour la première vague.
Depuis 2015, le Guépard a été déclenché pas moins de huit fois : trois fois pour intervenir sur le territoire national à la suite des attentats de Paris en 2015 et de Nice en 2016 mais aussi en décembre 2015 en Centrafrique, en septembre 2016 au Gabon, en mars et juillet 2017 en République de Côte d'Ivoire et en septembre 2017 suite au passage de l'ouragan Irma.


Pierre Challier
Revenir en haut Aller en bas
battement zéro
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Ils sont la relève de l'opération Barkhane 06/2018    Dim 17 Juin 2018 - 21:05

Publié le 16/06/2018 à 07:42



Ils sont la relève de l'opération Barkhane

Défense - Armée




S'abonner

Ils sont la relève de l'opération Barkhane  


Lieutenant Mehdi

Le lieutenant Mehdi du 35e Régiment d'artillerie parachutiste de Tarbes se prépare à partir. Impatient mais serein, il n'a qu'une hâte : «Mettre à exécution sur le théâtre des opérations tout ce que j'ai appris». Depuis des mois, il passe ses journées à s'entraîner.
À 29 ans, ce militaire qui a découvert sa vocation au gré des missions a de lourdes responsabilités : «Je serai les yeux des avions. C'est moi qui guide les opérations à mener, si je me plante, je peux faire beaucoup de dégâts au sol», explique-t-il d'une voix calme. Une responsabilité qui ne semble pas lui créer de stress supplémentaire. «C'est vrai qu'en plus de ma vie, j'ai celle de mes hommes à gérer, mais c'est mon métier, le fait d'être chef de section, je le vis au quotidien». Savoir donner confiance et être un élément rassurant fait aussi partie de l'art de commander. «Je me dois de garder mon sang-froid, je ne peux pas ressentir la peur, c'est dangereux pour moi, pour mes hommes».
Il part pour quatre mois. Célibataire, sans enfant, il n'en a pas moins pris le temps d'aller voir ses proches avant de décoller pour le Sahel. «Ma famille et mes amis sont en Normandie, j'ai profité de ma permission pour me ressourcer, me vider la tête, être serein». Mais il sait que les conditions risquent d'être difficiles. «Le sable mêlé à la pluie. Nous arrivons à une période où le climat est transitoire avec des températures très élevées. Il faudra s'adapter et vite», résume Medhi, déjà la tête dans l'avion.

Caporal Guillaume

Laconique, réservé mais volontaire. Ainsi pourrait-on décrire le jeune caporal Guillaume. Opérateur radio de la 11e Compagnie de commandement et de transmissions parachutiste basée à Toulouse-Balma, à l'état-major de la 11e Brigade parachutiste, ce Normand de 22 ans est plus que jamais motivé.
«Je suis militaire par choix, la troisième génération dans ma famille. Mon grand-père a fait l'Algérie, mon père est toujours en service. J'ai ma famille en Normandie. Ils savent ce que je vais faire là-bas et je peux passer longtemps sans les voir, ce n'est pas un problème. Pour moi, maintenant, c'est une fierté de partir sur Barkhane».
La volonté de réussir la mission : la seule chose qu'il a en tête et à la bouche. «C'est gratifiant de faire partie de la plus grosse opération de l'Armée française». S'il a une idée des missions à venir, là-bas ? «Je verrai sur place. Je pars avec des gens que je connais. Je vais découvrir le théâtre des opérations sur le moment».
Lui aussi a passé ses derniers jours de permission au sein de sa cellule familiale. Se recentrer, échanger et surtout se reposer avant le départ : un état d'esprit essentiel. «Du côté du physique, cela fait longtemps que je suis prêt. Le mental, je suis prêt aussi, je suis juste pressé de mettre à exécution mes compétences».

Capitaine Guillaume

Capitaine au 1er Régiment des hussards parachutistes de Tarbes, Guillaume a 34 ans dont quatorze passés dans les rangs de l'armée. Il connaît donc très bien son sujet, côté «opex». Il a notamment été envoyé au Sénégal en 2007, à Djibouti en 2011 et participé à l'opération Serval en 2013. «Les opérations extérieures, c'est le cœur de mon métier même si chaque mission est différente», résume ce capitaine à la carrure de rugbyman. Mais «cela fait quatre ans que le régiment n'est pas parti». Alors être bientôt à nouveau sur le terrain en opération extérieure… l'impatience se sent.
Depuis plus de six mois, le capitaine et ses hommes se préparent au mieux pour cela et surtout au plus près des conditions réelles. «Cela renforce la cohésion de groupe, un élément essentiel pour le bon fonctionnement de la mission».
Sur le plan personnel ? «Ma femme est aussi dans l'armée. Elle sait donc ce qui m'attend. Par contre, ce sera ma première opération extérieure en tant que papa et, évidemment, on voit les choses d'un autre œil. Heureusement, au sein de l'armée, il existe la cellule d'aide aux familles, une sorte de base arrière qui nous permet de partir l'esprit plus léger».
Afin de préparer au mieux ses deux enfants, il a établi avec eux un calendrier avec la date de départ, mais surtout celle du retour. «On est davantage à l'écoute, on sait qu'ils peuvent s'inquiéter», avoue le jeune papa, sans perdre de vue sa mission principale : accomplir son métier de parachutiste au mieux, celui pour lequel il s'est engagé.

Adjudant-chef Samuel

Yeux verts, sourire accroché aux lèvres, l'adjudant-chef Samuel, 38 ans, du 17e Régiment du génie parachutiste de Montauban est issu du rang – il a gravi un à un les échelons. «Une consécration, là où j'en suis aujourd'hui».
Désormais chef de section de la 4e compagnie de combat, il a 45 jeunes paras sous ses ordres. «Je les ai formés et c'est avec 29 d'entre eux que je pars», ajoute ce jeune papa. La moyenne d'âge de ses «gars» comme il les appelle ? 23 ans. «Je les connais tous, leur situation personnelle, leurs états de service. C'est important pour la mission qui nous attend». Pendant quatre mois, il va donc laisser femme et enfants, un déchirement qu'il connaît bien. «Je suis déjà parti quatre fois en opération extérieure. C'est mon deuxième départ depuis que je suis papa. C'est évidemment difficile. Il faut expliquer les raisons mais aussi la situation géographique, l'endroit où je vais être basé. C'est important qu'ils sachent». Pour cela, un dispositif de communication est mis en place sur le camp pour donner des nouvelles régulières. «Après, si nous sommes sur le terrain, ça peut durer plusieurs semaines…»
Lui aussi est pressé de grimper dans l'avion. «C'est valorisant, c'est le cœur de notre métier, on se prépare depuis longtemps à cela, c'est la mission du moment», explique ce militaire aguerri par dix-huit ans de carrière. Il sait aussi que sur place, le climat et les conditions seront des éléments à gérer en plus de la pression liée à sa spécialisation de démineur. Une responsabilité qui exige du sang-froid.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
dulac
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: Les parachutistes de la 11e Brigade assurent ce mois de juin la relève de l'opération Barkhane   Lun 18 Juin 2018 - 23:22

11e BP, brigade de l'urgence,  dans la gueule du GUEPARD...!

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les parachutistes de la 11e Brigade assurent ce mois de juin la relève de l'opération Barkhane   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les parachutistes de la 11e Brigade assurent ce mois de juin la relève de l'opération Barkhane
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: LES UNITES PARACHUTISTES France et OM :: 11e B.P. - Brigade Parachutistes-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: