CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

  Avec les parachutistes de l'urgence: En moins de douze heures, ces soldats sont prêts à décoller vers n'importe quel point du globe pour faire face à une crise militaire ou humanitaire

Aller en bas 
AuteurMessage
battement zéro
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Avec les parachutistes de l'urgence: En moins de douze heures, ces soldats sont prêts à décoller vers n'importe quel point du globe pour faire face à une crise militaire ou humanitaire   Jeu 5 Avr 2018 - 12:29

Avec les parachutistes de l'urgence

REPORTAGE. En moins de douze heures, ces soldats sont prêts à décoller vers n'importe quel point du globe pour faire face à une crise militaire ou humanitaire.

Par Guerric Poncet (à Toulouse)
Modifié le 04/04/2018 à 16:48 - Publié le 04/04/2018 à 15:36 | Le Point



Des parachutistes de la 11e brigade parachutiste embarquent dans un appareil de transport Casa CN235, le 7 février 2018 sur la base de Toulouse-Francazal, pour une simulation d'assaut nocturne dans la région de Tarbes.
© Guerric Poncet / Le Point
Sur le tarmac de Francazal, la scène est impressionnante. Une centaine de parachutistes tout équipés attendent en ligne, à l'ombre des immenses dérives des avions de transport. Assis sur leur énorme sac, ils semblent détendus : on distingue quelques sourires sur les visages maquillés en vert et noir. Aujourd'hui, la 11e brigade parachutiste (11e BP) ne part pas au combat, mais en exercice. Les soldats n'en sont pas moins concentrés, car chaque saut est dangereux, même quand l'ennemi est factice.
Sur l'arrière des casques, des autocollants de couleur indiquent qu'ils font partie de l'équipe bleue, qui va sauter de nuit dans la région de Tarbes. Durant l'exercice à grande échelle Acinonyx, du 7 au 14 février 2018, près de 700 parachutistes ont décollé de Toulouse-Francazal pour simuler des assauts dans la région. De quoi mettre à l'épreuve le nouveau Pôle national des opérations aéroportées (PNOAP), installé sur l'ex-base aérienne fermée par l'armée de l'air à la fin de 2010. Son objectif : accueillir et projeter la force de réaction rapide parachutiste. Nom de code : Guépard.

« Par le ciel, partout, pour tous »

Vingt-quatre heures sur vingt-quatre, trois cent soixante-cinq jours par an, un groupement tactique interarmes (un ensemble cohérent de militaires réunissant toutes les expertises nécessaires : infanterie, artillerie, génie, etc.) est prêt à décoller vers n'importe quel point de la planète, en douze heures. Un délai qui peut être réduit sur demande, lorsqu'une crise se profile.


Des parachutistes de la 11e brigade parachutiste embarquent dans un appareil de transport Casa CN235, le 7 février 2018 sur la base de Toulouse-Francazal, pour une simulation d'assaut nocturme dans la région de Tarbes.
© Guerric Poncet / Le Point
Cette capacité est essentielle pour la France : dans le monde, les armées pouvant entrer rapidement et en premier dans une zone dangereuse se comptent sur les doigts d'une main. Une vocation qu'on retrouve jusque dans les devises des unités de la 11e BP : « Droit devant » (35e RAP), « Par le ciel, partout, pour tous » (1er RTP), « Volontaire » (8e RPIMA) ou encore « Prends garde aux rapaces qui fondent du ciel » (1er RCP).

Manque d'A400M

Aussi l'armée de l'air maintient-elle en alerte sur le territoire national une dizaine d'avions de transport, indispensables pour projeter la force Guépard, dans le cadre du dispositif Rapace. Les parkings de Francazal peuvent accueillir jusqu'à huit A400-M Atlas, les transports les plus lourds et les plus modernes de l'armée de l'air.
Reste qu'aujourd'hui l'armée aurait bien du mal à en aligner huit sur une même base : Airbus peine en effet à les livrer au rythme prévu. Et ceux dont elle dispose n'ont pas encore les bonnes certifications : ils ne pourraient pas larguer rapidement les 800 paras pouvant prendre place à bord (116 par appareil).

Les orfèvres du largage

En plus des soldats, les avions doivent transporter du matériel lourd, ce qui est extrêmement complexe. C'est là qu'interviennent les experts du 1er régiment du train parachutiste (1er RTP). Eux aussi intégrés à la 11e BP, les militaires de cette unité sont capables de fixer, sur des palettes largables, de petits véhicules blindés et des bulldozers qui, une fois au sol, serviront à sécuriser et à remettre en état une piste d'aéroport pour permettre l'arrivée de renforts. C'est dans un immense hangar de la base de Francazal que ces palettes sont préparées. Lorsque nous le visitons en plein exercice Acinonyx, des dizaines de soldats s'affairent autour des colis et des véhicules qui seront largués le soir.


Des palettes prêtes à être parachutées, dans les hangars du Pôle national des opérations aéroportées (PNOAP) sur la base de Toulouse-Francazal.
© Guerric Poncet / Le Point
La répartition et la fixation de la charge et des parachutes en vue d'une « livraison par air » (c'est l'expression consacrée) sont des opérations minutieuses, pour lesquelles les soldats mettent plusieurs années à se former. La technique ? On place sous les charges des blocs de carton solidifié qui s'écraseront lors de l'impact et en absorberont la violence. Une fois prêtes, les palettes sont déplacées vers la porte côté avions grâce à des chemins de roulement, sortes de rails fixés au sol et équipés de petits cylindres métalliques rotatifs. Lorsqu'ils sautent, les paras comptent sur les équipements qui les accompagnent, et la moindre erreur d'évaluation par le 1er RTP peut entraîner la perte d'un élément vital à la poursuite de la mission ou, pis, mettre encore plus en danger la vie des soldats.

Guépard pour Irma

L'alerte Guépard a déjà été déclenchée à huit reprises, pour sécuriser le territoire métropolitain après les attentats de Paris et de Nice, ainsi que pour intervenir à l'étranger, en République centrafricaine, au Gabon ou en Côte d'Ivoire. La mission la plus récente remonte à la fin de l'année 2017, lorsque les paras de la 11e BP ont été envoyés en urgence dans les Antilles pour aider les populations françaises sinistrées après le passage de l'ouragan Irma. Alors que des moyens lourds étaient en cours d'acheminement par la Marine nationale (il était évidemment impossible de prépositionner des navires dans la zone qui allait être frappée), les hommes de Guépard sont arrivés par avion en quelques heures. Ils ont mis un coup d'arrêt aux pillages et fourni aux autorités de l'État des moyens essentiels de communication et de logistique.
Au-delà de son importance stratégique pour la France, le nouveau rôle de la base de Toulouse-Francazal renforce le poids des militaires dans l'économie de la région. Au total, l'armée estime que 50 000 personnes (20 000 militaires et leur famille) vivent en Occitanie grâce à ses différentes implantations, soit un impact économique « proche du milliard d'euros ».



source: "Le POINT"

_________________

Revenir en haut Aller en bas
 
Avec les parachutistes de l'urgence: En moins de douze heures, ces soldats sont prêts à décoller vers n'importe quel point du globe pour faire face à une crise militaire ou humanitaire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: LES UNITES PARACHUTISTES France et OM :: 11e B.P. - Brigade Parachutistes-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: