CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 « En opex, pas de round d’observation »

Aller en bas 
AuteurMessage
bebe rose
confirmé
confirmé
bebe rose


« En opex, pas de round d’observation » Empty
MessageSujet: « En opex, pas de round d’observation »   « En opex, pas de round d’observation » EmptyLun 26 Fév 2018 - 10:43

armée « En opex, pas de round d’observation »

Deux militaires français sont morts mercredi au Mali. Cela porte à 22 le nombre de tués au Sahel. Tous les régiments lorrains participent à cette mission. Nous avons assisté à leur entraînement de très haute intensité en Champagne.


  • Vu 1933 fois
  • Le 24/02/2018 à 05:00 
  • « En opex, pas de round d’observation » Barkan10

www.republicain-lorrain.fr/images/A3B06E84-8362-4680-B620-7307E8E282ED/LRL_v0_13b/au-centre-d-entrainement-de-mailly-le-camp-avant-de-partir-pour-ne-pas-laisser-le-terrain-aux-terroristes-et-les-empecher-de-venir-en-europe-photo-anthony-picore-1519422904.jpg" class="postlink" target="_blank" rel="nofollow"> www.republicain-lorrain.fr/images/A3B06E84-8362-4680-B620-7307E8E282ED/LRL_v0_13b/au-centre-d-entrainement-de-mailly-le-camp-avant-de-partir-pour-ne-pas-laisser-le-terrain-aux-terroristes-et-les-empecher-de-venir-en-europe-photo-anthony-picore-1519422904.jpg" class="postlink" target="_blank" rel="nofollow">Photo HD Au centre d’entraînement de Mailly-le-Camp, avant de partir « pour ne pas laisser le terrain aux terroristes et les empêcher de venir en Europe ». Photo Anthony PICORÉ  

On s’est emparés de notre objectif mais au prix de beaucoup de pertes : 25 morts », souffle le colonel Nicolas Durand à l’issue de l’exercice. Les yeux rivés sur une carte digitale où sont géolocalisées ses équipes, le chef de corps du 3e régiment de hussards de Metz boucle son briefing. L’immense tente kaki sous laquelle il se trouve est plantée au sommet d’une colline venteuse de Mailly-le-Camp, dans l’Aube. C’est sur ce terrain grand comme Paris intra-muros que « ses » 300 militaires préparent leur départ pour Barkhane, à l’automne. Le régiment y dirigera pendant quatre mois un groupement tactique interarmées blindés. « Il faudra être à pied d’œuvre dès notre arrivée. En opex [opération extérieure, ndlr], il n’y a pas de round d’observation », explique l’officier supérieur.

Pilote « désactivé »

Le passage au centre d’entraînement au combat, près de Troyes, est une étape quasi obligée avant projection. Les régiments y affrontent un « ennemi ».
Le scénario est assez basique. Cette force opposée, bien mieux équipée que celle qui attend les militaires au Sahel, a envahi un pays et doit être repoussée. « C’est le haut de gamme de notre entraînement, l’endroit le plus réaliste que nous ayons. Nous avons ici tous les moyens de simulation nécessaires. Jusqu’à la sanction du feu », décrit le colonel.
L’exercice a démarré dimanche soir. Pour s’achever jeudi midi. Sur ce terrain très boisé, mi-boueux, mi-gelé, les combats font rage sans relâche. Nuit et jour, à coups de balles à blanc.
Chaque arme est équipée d’un laser. Et chaque combattant, ou véhicule, de capteurs pour savoir si les tirs font mouche. Des contrôleurs du 1er bataillon de chasseurs jouent les arbitres. L’un d’eux « désactive » un pilote de blindé qui n’a pas mis à temps son masque à gaz pendant une attaque chimique.
Les organismes sont poussés à bout. Comme ils le seront au Sahel. Par le froid glacial de ces derniers jours, les combattants dorment dans leurs véhicules ou tapis dans un creux de la forêt.

Coupure de réseau interdite !

« Sur Barkhane, nous souffrirons de la chaleur. Mais l’important, c’est de s’aguerrir aux conditions extrêmes, de travailler la rusticité. On apprend comment durer, comment gérer la pression et la fatigue », commente le colonel, content de pouvoir s’entraîner avec ses appuis, comme les fantassins du 1er régiment d’infanterie de Sarrebourg.
Deux Gazelle du 3e régiment d’hélicoptères de combat d’Étain survolent aussi le théâtre d’opération.
Des artilleurs de Belfort opèrent à distance.
Le 40e régiment de transmissions de Thionville a installé à moins d’un kilomètre de là routeurs et serveurs sur un site ultra-sécurisé. Sur une zone grande comme l’Europe, son rôle est central : « On ne peut pas se permettre de coupure réseau », confie le capitaine Adrien. Plus loin, une équipe du 19e régiment du génie de Besançon déblaie les itinéraires. Les mines artisanales constituent le principal danger au Sahel. Mercredi, elles ont tué deux militaires.
Revenir en haut Aller en bas
 
« En opex, pas de round d’observation »
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Auto-observation
» Testez votre sens d'observation.
» SÉMAPHORE - POMÈGUES (BOUCHES DU RHÔNE)
» grille ecker
» Prèsentation de copycat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: NOS GUERRES COMPTEMPORAINES et les OPEX :: OPEX 1962 à ce jour :: BARKHANE Sahel: Mauritanie, Mali, Burkina-Faso, Niger et Tchad-
Sauter vers: