CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES
Bienvenue sur notre forum Chemin de Mémoire des Parachutistes...

Si vous êtes membre de notre fratrie, ce message s'affiche car vous avez certainement oublié de vous connecter.

Si vous avez oublié votre mot de passe, en bas de page accueil du forum, par l'icône "contact", adressez un message à l'administrateur qui trouvera pour vous une solution.

Ce message s'affiche également pour nos visiteurs qui tardent à s'inscrire...!

En attendant, bonne navigation à tous.....!


« ... Le devoir de mémoire incombe à chacun...rendre inoubliable. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables. Laisser la mémoire se transformer en histoire est insuffisant. Le devoir de mémoire permet de devenir un témoin... »
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 PLAINTE CONTRE MACRON

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
guy61
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: PLAINTE CONTRE MACRON   Mar 21 Fév 2017 - 15:25

Chers amis présidentes et présidents,
>
>
> Eu égard aux centaines de réactions qu’ont suscité les propos à Alger d’Emmanuel Macron et son ‘’Je vous ai compris’’ de Toulon, le Cercle algérianiste national a décidé de
déposer plainte contre ce candidat à l'élection présidentielle pour “atteinte à la mémoire et à l’honneur des Français d’Algérie”.
>
>
>
>
> C’est Maître Gilles-William Goldnadel qui dès demain mettra en œuvre cette procédure dont l’annonce
ce soir sur le site de Valeurs actuelles a visiblement affolé les conseillers d’E. Macron qui ont appelé Thierry Rolando nourrissant sans doute l’espoir d’une possible négociation.
Peine perdue !
>
>
>
> Demain, nous adresserons à nos milliers de contacts un communiqué national dont vous serez les premiers destinataires afin que vous puissiez le relayer vous-mêmes.
>
>
>
> Bonne soirée à tous,
>
>
>
> Suzy Simon-Nicaise
>
>
>
>
>
>
>
>
>
Revenir en haut Aller en bas
Claude Millet
Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: PLAINTE CONTRE MACRON   Mar 21 Fév 2017 - 17:07

Merci Guy!
Pas de pitié pour les manipulateurs de notre "Mémoire en Algérie Française"

_________________

RASURA_________SER
1er RCP - 257.174

« Il n'y a pas de sens de l'Histoire, il n'y a pas de vent de l'Histoire car ce qui fait l'Histoire, selon notre conception occidentale et chrétienne qui est vérifiée par tous les faits historiques, c'est la volonté des hommes, c'est l'intelligence des hommes, ce sont leurs passions, bonnes ou mauvaises. »Colonel Bastien THIRY procès Petit Clamart
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/intelligencearmee/
claude.d
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: Re: PLAINTE CONTRE MACRON   Mar 21 Fév 2017 - 17:23

UN GRAND BRAVO .....ENFIN ...DES COUILLUS
Entièrement d' accord ,avec mon soutien total
Ce macron ne respecte meme pas son dieu mitterant pour qui l Algerie c' etait
la FRANCE et qui a en voye les contingents d' appeles par bateaux entiers
Amities a tous et vive les pieds noirs
Revenir en haut Aller en bas
Pérignon
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: PLAINTE CONTRE MACRON   Mar 21 Fév 2017 - 19:29

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, homme politique né d’une PMA entre le grand capital et les Minotaures de la repentance

Citation :
Lancé sur le marché politique tel un nouveau smartphone, vous êtes, Monsieur Macron, un ignorant butor dont les propos concernant la colonisation sont doublement inadmissibles.

1) En premier lieu parce qu’ils furent tenus à Alger, devant ces rentiers de l’indépendance qui, pour tenter de cacher leurs échecs, leurs rapines et la mise en coupe réglée de leur pays, mettent sans cesse la France en accusation.
Certains qui, parmi votre auditoire, applaudirent à vos propos d’homme soumis (cf. Houellebecq), et devant lesquels vous vous comportâtes effectivement en dhimmi, sont en effet ceux qui, le 1er novembre 2016, publièrent un communiqué exigeant que la France :

« (…) présente des excuses officielles au peuple algérien pour les crimes commis durant les 132 ans de colonisation et pour les crimes coloniaux perpétrés à l’encontre du peuple algérien afin de rappeler les affres de la répression, de la torture, de l’exil, de l’extermination et de l’aliénation identitaire car l’histoire du colonialisme restera marquée par ses crimes de sang et ses pratiques inhumaines ».

Candidat à la présidence de la République française, vous avez donc donné votre caution à de telles exigences autant outrancières qu’insultantes. Ce faisant, vous vous êtes fait le complice des pressions et chantages que l’Algérie exerce à l’encontre de la France afin d’obtenir d’elle une augmentation du nombre des visas ou tel ou tel avantage diplomatique ou financier. En d’autres temps, vous auriez donc pu être poursuivi pour « Atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation ».

2) Ensuite parce que vos propos constituent non seulement un recul de l’état des connaissances, mais également le viol de ce consensus historique auquel étaient arrivés les historiens des deux rives de la Méditerranée. Or, par ignorance ou par misérable calcul électoraliste, vous les avez piétinés.
Au nom de quelle légitimité scientifique avez-vous d’ailleurs pu oser les tenir ? Avez-vous seulement entendu parler des travaux de Jacques Marseille, de ceux de Daniel Lefeuvre ou encore des miens ?

Oser parler de « crime contre l’humanité », maladroitement rectifié en « crime contre l’humain », au sujet de la colonisation revient en réalité à classer cette dernière au niveau des génocides du XXe siècle, ce qui est proprement scandaleux. Sur ce terrain, vous voilà donc encore plus en pointe que Christiane Taubira, ce qui n’est pas peu dire...
Pierre Vidal-Naquet, pourtant militant de la décolonisation et « porteur de valises » assumé du FLN écrivait à ce sujet :

« Assimiler peu ou prou le système colonial à une anticipation du 3e Reich est une entreprise idéologique frauduleuse, guère moins frelatée que l’identification, à Sétif, (…)  de la répression coloniale aux fours crématoires d’Auschwitz et au nazisme (…). Ou alors, si les massacres coloniaux annoncent le nazisme, on ne voit pas pourquoi la répression sanglante de la révolte de Spartacus, ou encore la Saint-Barthélemy, ne l’auraient pas tout autant annoncé… En histoire, il est dangereux de tout mélanger. Un sottisier peut-il tenir lieu d’œuvre de réflexion ? (…) L’air du temps de la dénonciation médiatique (…), le contexte social, économique et politique actuel est encore fécond qui continuera à générer de telles tonitruances idéologiques à vocation surtout médiatique ».  J’ajoute électoralistes.

Vous devriez pourtant savoir, Monsieur le candidat à la présidence de la République, qu’en créant l’Algérie, la France donna un nom à une ancienne colonie ottomane, traça ses frontières, unifia ses populations, y créa une administration et toutes ses infrastructures.
Ce faisant, y aurait-elle commis  un « crime contre l’humanité » ou « contre l’humain » ? Les chiffres de l’accroissement de la population ne semblent pas l’indiquer puisqu’en 1830, la population musulmane de l’Algérie n’excédait pas 1 million d’habitants alors qu’en 1962 elle avait bondi à 12 millions.
Serait-ce donc en commettant des « crimes contre l’humanité » que la France, ses médecins et ses infirmiers soignèrent et vaccinèrent les populations et firent reculer la mortalité infantile ? Serait-ce parce qu’elle commettait des « crimes contre l’humain » que chaque année, à partir du lendemain du second conflit mondial, 250 000 naissances étaient comptabilisées en Algérie, soit un accroissement de 2,5 à 3% de la population, d’où un doublement tous les 25 ans ? A ce propos, relisons René Sédillot :

« La colonisation française a poussé l’ingénuité - ou la maladresse - jusqu’à favoriser de son mieux les naissances : non seulement par le jeu des allocations familiales, mais aussi par la création d’établissements hospitaliers destinés à combattre la stérilité des femmes. Ainsi, les musulmanes, lorsqu’elles redoutaient d’être répudiées par leurs maris, faute de leur avoir donné des enfants, trouvaient en des centres d’accueil dotés des moyens les plus modernes tout le secours nécessaire pour accéder à la dignité maternelle. (…)(L’histoire n’a pas de sens, Paris, 1965, page 71).

Enfin, puisque vos propos indécents tenus à Alger obligent à faire des bilans comptables, voici, Monsieur le candidat à la présidence de la République, celui qui peut être fait au sujet de l’Algérie française : en 132 années de présence, la France créa l’Algérie, l’unifia, draina ses marécages, bonifia ses terres, équipa le pays, soigna et multiplia ses populations, lui offrit un Sahara qu’elle n’avait jamais possédé après y avoir découvert et mis en exploitation les sources d’énergie qui font aujourd’hui sa richesse. Comme je ne cesse de l’écrire depuis des années, en donnant l’indépendance à l’Algérie, la France y laissa 70.000 km de routes, 4300 km de voies ferrées, 4 ports équipés aux normes internationales, une douzaine d’aérodromes principaux, des centaines d’ouvrages d’art (ponts, tunnels, viaducs, barrages etc.), des milliers de bâtiments administratifs, de casernes, de bâtiments officiels qui étaient propriété de l’Etat français ; 31 centrales hydroélectriques ou thermiques ; une centaine d’industries importantes dans les secteurs de la construction, de la métallurgie, de la cimenterie etc., des milliers d’écoles, d’instituts de formations, de lycées, d’universités. Dès l’année 1848, et alors que la conquête de l’Algérie était loin d’être achevée, 16 000 enfants en  majorité musulmans étaient scolarisés. En 1937 ils étaient 104 748, en 1952 400 000 et en 1960 800 000 avec presque 17 000 classes, soit autant d’instituteurs dont les 2/3 étaient Français (Pierre Goinard, Algérie : l’œuvre française. Paris,  1986).
En 1962, il y avait en Algérie, un hôpital universitaire de 2000 lits à Alger, trois grands hôpitaux de chefs-lieux à Alger, Oran et Constantine, 14 hôpitaux spécialisés et 112 hôpitaux polyvalents, soit le chiffre exceptionnel d’un lit pour 300 habitants.
Tous ces équipements, toutes ces infrastructures, tous ces établissements ainsi que les personnels qui les faisaient fonctionner avaient été payés par la France et avec l’argent des Français.

Monsieur le candidat à la présidence de la République, je vous poste ce jour en RAR mon dernier livre « Algérie, l’histoire à l’endroit », afin que vous puissiez mesurer l’abîme séparant la réalité historique de vos inacceptables propos.

Bernard Lugan

http://bernardlugan.blogspot.fr/2017/02/lettre-ouverte-monsieur-emmanuel-macron.html
Revenir en haut Aller en bas
GARD
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: PLAINTE CONTRE MACRON   Mar 21 Fév 2017 - 19:59

Pour moins que çà, beaucoup seraient poursuivis en justice, il avait déjà un peu trahi la gauche, mais là il a trahi la France et aucun respect pour tout ceux qui sont morts là bas... la honte totale... il est né après cette guerre le gamin mais il devrait réviser ses tablettes...
Revenir en haut Aller en bas
guy61
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: COMMUNIQUE UNOR   Mer 22 Fév 2017 - 17:58

UNION NATIONALE RECONNUE D’UTILITE PUBLIQUE
DES PAR LE DECRET DU 24 FEVRIER 1967
OFFICIERS DE RESERVE
ET
DES ORGANISATIONS DE RESERVISTES
Le Président Paris, le 21 février 2017
12, RUE MARIE LAURENCIN 75 012 PARIS Tel : 01 43 47 40 16 Fax : 01 49 28 02 87 E-Mail : unor.dg@orange.fr
Colonel (R) Jacques VITROLLES 11 bis boulevard Pasteur 42100 SAINT-ETIENNE
Tel : 04 77 57 60 61 - Port : 06 11 19 07 87 - E-Mail : jacques.vitrolles@numericable.fr
COMMUNIQUE
« De la méconnaissance historique à l’électoralisme de circonstance »
Il est une règle de conduite que s’était imposée nombre de nos dirigeants politiques qui est
aujourd’hui remise en cause à de nombreuses occasions : ne pas s’exprimer sur les affaires de
politique intérieure lors de séjours officiels à l’étranger. Bien loin de cette règle élémentaire de
savoir vivre, l’un des candidats à l’élection présidentielle française, Monsieur Emmanuel Macron, a
tenu des propos affligeants lors de l’un de ses récents déplacements qualifiant l’action de la
France en Algérie de « crime contre l’humanité et de vraie barbarie ».
Tous ceux qui ont vécu cette guerre et participé à l’action de notre pays en Algérie ont été
profondément choqués et ulcérés. Une fois de plus, l’ignorance et l’opportunisme électoral remet
en cause leur dévouement et leur bravoure. Ceux qui connaissent cette partie de notre histoire ne
peuvent être qu’anéantis par de telles contre-vérités.
Petit rappel historique que l’ENA a du oublier d’enseigner à son élève : la période coloniale est
caractérisée par de lourds et coûteux investissements pour la métropole. Ces investissements
visant à la création des infrastructures nécessaires au bon développement de la colonie (ports,
ponts, routes, hôpitaux, bâtiments administratifs, écoles5) sont supportées par les contribuables
français. Le commerce lui-même se fait largement aux dépens de la métropole, car l'Algérie n'est
pas un fournisseur de matières agricoles ou minières à bon compte, mais voit ses produits achetés
le plus souvent bien au-dessus des cours mondiaux. En 1952 le gouvernement doit demander au
parlement le vote de 200 millions d'impôts nouveaux et est contraint de procéder à des coupes
dans le budget de la métropole pour rétablir la situation dans la colonie
Au moment où notre nation a besoin d’unité et de cohésion pour faire face aux défis d’un islam
fondamentaliste porteur de risques, au moment où notre pays est confronté à des phénomènes
migratoires et à des difficultés majeures de gestion de populations étrangères, il n’était pas utile, ni
souhaitable, de raviver des plaies qui ne se sont pas encore refermées. Une telle attitude
provocatrice est non seulement porteuse d’inquiétudes pour l’avenir, mais constitue aussi une
grave faute politique. Celui qui veut être le magistrat suprême, et par conséquent le chef de nos
armées, est devenu le fossoyeur des ambitions du dialogue méditerranéen.
Nous, Officiers de toutes origines, de toutes confessions et de toutes convictions, avons besoin
d’autre chose. Nous avons besoin d’un chef qui guide la Nation vers des lendemains ambitieux,
sans esprit de recul, sans souci de vile repentance. Nous avons besoin de paix, de fierté et
d’engagement au service de notre pays. Nous n’avons pas besoin de comportements stériles aux
seules visées électoralistes. Non, Cherchell n’était pas une fabrique d’officiers de réserve
barbares !
Colonel Jacques VITROLLES
Président de l’UNOR
Revenir en haut Aller en bas
Rivoil
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: Re: PLAINTE CONTRE MACRON   Mer 22 Fév 2017 - 20:48

Citation :
l'Algerie c' etait la FRANCE et qui a en voye les contingents d' appeles par bateaux entiers
Amities a tous et vive les pieds noirs


BRAVO clauded!

_________________
« On peut demander beaucoup à un soldat, en particulier de mourir, c’est son métier ; on ne peut lui demander de tricher, de se dédire, de se contredire, de se renier, de se parjurer. »Commandant Hélie de Saint-Marc dernier chef de corps du 1er REP
Revenir en haut Aller en bas
Bardin
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: Re: PLAINTE CONTRE MACRON   Mer 22 Fév 2017 - 23:19

Oui!
Revenir en haut Aller en bas
FOUQUET66
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: PLAINTE CONTRE MACRON   Jeu 23 Fév 2017 - 12:17

claude.d a écrit:
UN GRAND BRAVO .....ENFIN ...DES COUILLUS
Entièrement d' accord ,avec mon soutien total
Ce macron ne respecte meme pas son dieu mitterant pour qui l Algerie c' etait
la FRANCE et qui a en voye les contingents d' appeles par bateaux entiers
Amities a tous et vive les pieds noirs

Bravo et merci Claude : tu fais bien de le rappeler aux socialos qui ont la mémoire courte!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.legionetrangere.fr/
marcel.salvan
Pro !
Pro !
avatar


MessageSujet: PLAINTE CONTRE MACRON   Jeu 23 Fév 2017 - 16:26

A l'attention de Claude MILLET

J'ai rédigé un courrier qui a paru ce jour dans l'HEBDO de la SEMAINE du ROUSSILLON de PERPIGNAN, pourrais-tu me donner la procédure pour l'insérer su le site MEMOIRE DES PARACHUTISTES. MERCI
Revenir en haut Aller en bas
Pérignon
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: PLAINTE CONTRE MACRON   Mar 28 Fév 2017 - 12:23

Réponse du Docteur Philippe PAUX, ancien médecin-chef du 3° RPIMa, à Emmanuel Macron au sujet de la colonisation.


Citation :
Monsieur Macron, je suis un criminel...

Monsieur Macron, médecin colonial, médecin des Troupes de Marine, je suis un criminel contre l’humanité, je suis un criminel contre l’humain.

Par vocation petit garçon je rêvais d’aller soigner au fin fond de l’Afrique, de l’Océanie, de l’Asie. Adolescent puis jeune étudiant, de toutes mes forces, j’ai travaillé, bossé, trimé pour pouvoir soigner à travers le continent et porter la science pas seulement au pays des Bantous, mais partout dans le monde où la France était présente. Ma vocation, que j’ai assouvie depuis, était de rejoindre les ex-Colonies, sur les pas de mes glorieux Anciens à l'âge, comme le disait le médecin colonial Paul-Louis Simond, où l'esprit est exempt de préjugés, où les idées préconçues ne viennent pas contrarier la poursuite du vrai, à l'âge des élans généreux, à l'âge des enthousiasmes pour tout ce qui est vérité, lumière et progrès.

Mes héros n’étaient pas footballeur, chanteur, acteur, mais médecins coloniaux exerçant dans les conditions les plus extrêmes, dans ces pays tropicaux, sans la moindre politique ou infrastructure de santé, où sévissaient des guerres interethniques, le tribalisme, le féodalisme, l’esclavagisme, la famine, l’irrationalité, la pensée magique, les mutilations rituelles sexuelles ou corporelles et l’anthropophagie.

Je n’ai eu de cesse tout au long de ma carrière de médecin de la Coloniale, des Troupes de Marine, au sortir de l’illustre Institut de Médecine tropicale du Pharo à Marseille de représenter mes illustres Anciens, de sauver parfois, de soulager souvent, de servir l’humain toujours. Secourir était mon combat, sauver, ma victoire quelques soit l’Homme, de Mopti, de Bobo-Dioulasso, de Grand Bassam, de Bouaké, de Korhogo, de Brazzaville, de Bangui, de Ndjamena, de Moundou, de Bardai, de Hienghène, de Lifou, de Maripasoula, de Camopi, de Paramaribo, de Mata-Utu, de Tchibanga, de Brazzaville, et bien d’autres villages africains, sud-américains et océaniens.
Partout et toujours pour l’Humanité, j’ai soigné, soulagé et prévenu, à pied, à cheval, par le ciel, par les eaux des mers, rivières et rapides, dans les déserts, dans les montagnes, dans les forêts, dans les ruines d’un tremblements de terre, dans les tempêtes, dans le feu, sous le feu, mais jamais autant que mes Anciens qui ont pour beaucoup donné leur vie et parfois la vie de leurs proches.

Monsieur Macron, ayez un peu de respect, d’égard pour tous ces Hommes, pour vous criminels contre l’Humanité, mais en fait les premiers « French Doctors », la modestie et l’humilité en plus. Et comme le disait, il y a quelques années, le premier doyen de la Faculté de médecine de Dakar « Y a-t-il au monde plus petite équipe d'hommes ayant rendu plus de services à l'humanité souffrante? Y a-t-il au monde œuvre plus désintéressée, plus obscure, ayant obtenu de si éclatants résultats et qui soit pourtant ignorée, aussi peu glorifiée, aussi peu récompensée ? Qui peut prétendre avoir fait mieux, où, quand et comment? »

Un peu d’histoire, Monsieur Macron. Tous ces Médecins coloniaux, mes héros, sont associés à ces maladies dont certaines ne vous sont pas connues et d’autres vous évoquerons probablement des souvenirs plus de voyages que d’Histoire, l’Histoire que vous bradez par clientélisme. Ces maladies sont parfaitement bien rapportées par Louis-Armand Héraut, historien de la médecine.

La peste, cette maladie tueuse qui élimina au XVe siècle un tiers de l'humanité et sema encore la terreur à Marseille en 1720. C'est le médecin colonial Alexandre Yersin qui, découvrit à Hong Kong le bacille qui porte désormais son nom. Quatre ans plus tard, à Karachi, le médecin colonial Paul-Louis Simond démontre le rôle vecteur de la puce du rat. Soulignons La mort héroïque en soignant des milliers de pestiférés du médecin major Gérard Mesny en 1911, lors de l'épidémie de Mandchourie. On ne peut oublier la mort tout aussi courageuse du médecin colonial Gaston Bourret en 1917 dans son laboratoire de Nouméa. Enfin ce sont les médecins militaires coloniaux Girard et Robic qui réussirent à mettre au point en 1932 à Tananarive un vaccin anti-pesteux efficace.

La variole fit l'objet d'une lutte constante dès les premiers temps de la colonisation aussi bien en Afrique qu'en Asie. L'action sans défaillance du Service de santé des troupes coloniales a contribué de façon décisive à l'éradication de cette maladie effroyable qui, faisait en France 10 000 victimes par an à la fin du 18e siècle. La vaccination, qui se faisait au début de bras à bras fut grandement améliorée quand on put inoculer le virus à partir de jeunes buffles, créer des centres vaccinogènes et transporter, grâce à Calmette, lui aussi médecin colonial, la lymphe vaccinale en tubes scellés.

La fièvre jaune, affection virale redoutée, endémique en Afrique et Amérique, fit des incursions dans les ports européens au XIXe siècle (20 000 morts à Barcelone). Elle fit de très nombreuses victimes dans le corps de santé colonial, comme en témoignent les monuments de Dakar et de Saint-Louis du Sénégal. Il faut attendre 1927 pour que le médecin colonial Laigret puisse obtenir un vaccin grâce au virus recueilli à Dakar sur un malade. Par la suite la vaccination par le vaccin de Dakar et le vaccin américain Rockefeller permit d'obtenir rapidement un contrôle quasi-complet de cette affection souvent mortelle.

Le paludisme, dont le parasite responsable, l’'hématozoaire, fut découvert par le médecin militaire Alphonse Laveran à Constantine en 1880. Le paludisme reste la principale cause de mortalité infantile sous les tropiques. Il faisait et fait partie du quotidien du médecin tropicaliste. Les premiers médecins qui s'acharnèrent à le combattre à travers son vecteur, le moustique, furent surnommés par les autochtones les "capitaines moustiques ». Le médecin colonial Victor Le Moal s'illustra particulièrement dans cette lutte anti- moustique à Conakry.

La maladie du sommeil ou trypanosomose, parasitose particulièrement redoutable, atteint le système nerveux central en provoquant une apathie, des troubles du comportement et un état de délabrement organique cachectique extrême qui aboutit à la mort. Nombreux sont les médecins qui furent contaminés en la combattant, et parfois en sont morts. Cette affection dépeuplait en Afrique noire des régions entières. Elle fit très tôt l'objet d'études qui vont permettre au médecin colonial Jamot, grand nom de la médecine tropicale de développer son action

La lèpre, une autre vieille connaissance, quasi disparue d'Europe, atteint la personne dans son apparence physique ainsi que dans sa dimension sociale. Marchoux va organiser la lutte contre cette maladie mutilante, lutte qui sera poursuivie et développée par le médecin général Richet en collaboration avec Daniel Follereau. De nombreux médecins coloniaux se consacreront à cette lutte difficile, dont Léon Stevenel qui isola le principe actif de l'huile de Chaulmoogra, seul médicament d'une certaine efficacité avant qu'apparaissent les sulfones.

La méningite cérébro-spinale à méningocoque, endémo-épidémique en Afrique tuant encore et toujours des milliers d’enfants, dont certains dans mes bras, au Burkina-Faso à Bobo-Dioulasso, au Mali à Djenne, dans une zone que l’on nomme encore la ceinture de Lapeyssonie du nom d’un illustre médecin colonial qui a tant dispensé aux pays sahéliens et qui a transmis son savoir à des légions de médecins tropicalistes et à moi-même dans les années 80.

Médecin colonial, je suis, médecin colonial, je reste, car chemin faisant je termine ma carrière dans un quartier multiculturel et je soigne hommes et femmes de 49 nationalités différentes dont de nombreux « colonisés ». Nous devons croire que le « criminel » que je suis, ne fait plus peur à toutes ces victimes de la colonisation tant ma patientèle est grande. Les « souffrances endurées », par la faute du « bourreau-tortionnaire » que je suis, ont été vite oubliées et pardonnées tant l’attachement de mes patients est profond.

Mr MACRON, votre insulte envers tous ces Hommes dont la devise «Sur mer et au-delà des mers, pour la Patrie et l'Humanité, toujours au service des Hommes » a toujours été respectée jusqu’à la mort pour certain, ne fait pas honneur à un homme qui pense pouvoir être un jour président. Je vous suis reconnaissant d'au moins une chose : si j'ai pu avoir quelque hésitation à vous écouter au gré de vos shows politiques, tant votre charme de beau-fils idéal, de prince charmant des banques d’affaire, de bonimenteur, discoureur et beau phraseur m’avait interpellé, vous m'avez définitivement libéré de cette faiblesse.

Je vous laisse à vos fans, cadres urbains diplômés en communication ou en sociologie, geek asociaux et bobos aux vélos électriques, vous qui n’avez jamais été confronté par vos mandats inexistants ou par vos activités professionnelles à la misère et la pauvreté, à la souffrance, à la violence et la guerre, au communautarisme, à l’islamisme radical. Restez dans votre bulle et qu’elle n’éclate pas.

Monsieur Macron, bradeur d’histoire, j’ai la mémoire qui saigne.

Le Doc
Revenir en haut Aller en bas
gmcl33
confirmé
confirmé
avatar


MessageSujet: Re: PLAINTE CONTRE MACRON   Mar 28 Fév 2017 - 18:02

Belle réponse
Revenir en haut Aller en bas
FOUQUET66
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: PLAINTE CONTRE MACRON   Mar 28 Fév 2017 - 18:06

gmcl33 a écrit:
Belle réponse
Revenir en haut Aller en bas
http://www.legionetrangere.fr/
jacky alaux
Expert
Expert
avatar


MessageSujet: Re: PLAINTE CONTRE MACRON   Mer 1 Mar 2017 - 2:20

FOUQUET66 a écrit:
gmcl33 a écrit:
Belle réponse

MACRON... On oubliera pas affraid
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: PLAINTE CONTRE MACRON   

Revenir en haut Aller en bas
 
PLAINTE CONTRE MACRON
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEMIN DE MEMOIRE DES PARACHUTISTES :: ACTUALITES DIVERS :: L'ACTUALITE DU JOUR, LES BREVES-
Sauter vers: